Podcasts sur l'histoire

Jeanne d'Arc brûlée vive - Histoire

Jeanne d'Arc brûlée vive - Histoire

Jeanne d'Arc entre à Comiègne hors de Paris et est faite prisonnière. Les Britanniques retiennent Jeanne en prison dans une tour de Rouen. Charles VII ne fait aucun effort pour la secourir. Les Anglais en 1431 livrent Jeanne à l'ancien évêque de Beauvais Pierre Cauchon sur l'assurance qu'elle serait condamnée pour trahison contre Dieu. Elle a été condamnée et brûlée vive sur le bûcher le 30 mai 1431.

Jeanne d'Arc célèbre ? Jeanne d'Arc est une héroïne nationale de la France. C'était une paysanne qui, croyant qu'elle agissait sous la direction divine, a mené l'armée française dans une victoire capitale à Orléans en 1429 qui a repoussé une tentative anglaise de conquérir la France pendant la guerre de Cent Ans.

Selon les historiens, Jeanne d'Arc avait 19 ans lorsqu'elle fut brûlée sur le bûcher à Rouen par les Anglais le 30 mai 1431. Elle mourut par inhalation de fumée. Le cardinal de Winchester est enregistré comme ayant ordonné qu'elle soit brûlée une deuxième fois.


Comment Joan a échappé au bûcher et a vécu heureuse pour toujours

C'était une adolescente paysanne inspirée par les voix de Dieu pour mener les Français contre les Anglais, et brûlée comme sorcière avant d'être reconnue comme une héroïne et une sainte. Pendant des siècles, le culte français de Jeanne d'Arc a été saisi par des politiciens à la recherche de figures patriotiques martyres, notamment par Nicolas Sarkozy lors de sa campagne présidentielle.

Maintenant, un nouveau livre a suscité la colère des historiens en affirmant que la Pucelle d'Orléans n'était pas une paysanne illettrée mais une royale. Elle n'a pas entendu de voix et n'a pas été brûlée sur le bûcher, mais s'est échappée avec l'aide de soldats anglais et a continué à vivre une vie conjugale heureuse.

Dans L'Affaire Jeanne d'Arc, ou l'affaire Jeanne d'Arc, le journaliste d'investigation français Marcel Gay et l'ancien agent des services secrets Roger Senzig affirment que la paysanne vierge la plus célèbre de France était la fille illégitime de la reine consort française, Isabeau de Bavière, qui l'a préparée pour l'utiliser comme une marionnette politique. Ils prétendent que Joan a été manipulée dans une opération de camouflage qu'ils appellent Opération Virgin.

Jeanne n'a pas été inspirée par les voix du ciel pour diriger des troupes pour lever miraculeusement le siège d'Orléans et sauver la France de la domination anglaise. Gay dit qu'elle a été formée pour la guerre, qu'elle a enseigné des langues et qu'elle a été bien éduquée pour sa mission. Après son procès pour hérésie en 1431, elle s'évade et une inconnue est brûlée à sa place. Elle épousa plus tard un chevalier français, Robert des Armoises.

"Elle parlait anglais et ce sont les Anglais qui l'ont sauvée du bûcher", a déclaré Gay au Guardian. "Tout ce qu'on nous a appris à l'école était faux."

Les médiévistes français cette semaine ont dénigré le livre, affirmant qu'il ressassait des idées discréditées pour satisfaire le public en plein essor des théoriciens du complot déterminés à démanteler l'histoire de Jeanne d'Arc. L'éditeur a déclaré que le travail correspondait à la tendance des enquêtes de style Da Vinci Code démystifiant l'histoire officielle.

Jeanne d'Arc a inspiré une industrie avec plus de 20 000 livres publiés en France, une cinquantaine de films et, plus récemment, des jeux vidéo. Cette année, des médecins légistes ont effectué des tests sur les « reliques » de Jeanne - des ossements et des fragments de lin découverts dans le grenier d'une pharmacie parisienne en 1867. L'analyse a montré que les ossements appartenaient à une personne décédée entre le VIe et le IIIe siècle av. façon typique de l'Egypte ancienne.

Les politiciens s'accrochent à Jeanne d'Arc comme emblème, le Front national d'extrême droite de Jean-Marie Le Pen s'appropriant une journée en mai pour la manifester et la célébrer.

Mais la socialiste Ségolène Royal, originaire des environs du village de Jeanne, continue de tenter de reconquérir la bonne pour la gauche. Cette semaine, elle a comparé les attaques de son parti contre elle au martyre de Jeanne. "Si j'avais été Jeanne d'Arc, j'aurais déjà été brûlée vive", a-t-elle déclaré.

Les intellectuels français sont enfermés dans un débat sur le besoin des politiciens de trouver un nouveau symbole d'unité nationale et de résistance à l'envahisseur à la Jeanne d'Arc. Le président Sarkozy, qui a également donné son nom à Joan pendant la campagne électorale, fait la promotion d'un nouveau héros martyr, le communiste de 17 ans Guy Môquet, qui a été abattu par les nazis.

Marie-Véronique Clin, directrice de la Maison Jeanne d'Arc à Orléans, a déclaré : " Jeanne d'Arc est toujours une figure extrêmement importante. Ces théories selon lesquelles elle a survécu ne sont tout simplement pas vraies. Nous ne disons pas brûler ces théoriciens sur le bûcher. , mais il est malhonnête de faire ces affirmations."

Olivier Bouzy, historien médiéval et codirecteur du centre Jeanne d'Arc à Orléans, a déclaré : « Ces théories ont été renversées 100 fois. Il s'agit de gens qui ne sont pas historiens, qui ne comprennent pas la mentalité du Moyen Les âges, à la recherche d'une explication contemporaine. Cela montre qu'il existe un marché clair de lecteurs qui ne sont pas satisfaits de ce que l'histoire nous dit, sinon ces livres ne seraient jamais publiés.


Jeanne d'Arc brûlée vive - Histoire

Faits en bref sur la vie de Sainte Jeanne d'Arc.

Jeanne d'Arc est née vers le 6 janvier 1412. La date exacte de l'anniversaire de Jeanne d'Arc n'a pas été enregistrée mais est généralement acceptée comme étant cette date.

Jeanne est née dans le petit village de Domremy. Ses parents Jacques d'Arc et Isabelle étaient des paysans mais vivaient confortablement. Maison natale et d'enfance de Jeanne d'Arc telle qu'elle était au milieu du XIXe siècle.

Jeanne d'Arc était la plus jeune de sa famille. Elle avait trois frères aînés : Jacquemin, Jean et Pierre. Elle avait également une sœur beaucoup plus âgée dont on sait peu de choses.

Son vrai nom était Jehanne d'Arc. Jeanne d'Arc est une bâtardise anglaise de son nom qui n'a jamais été utilisé de son vivant. Elle préférait s'appeler "Jehanne la Pucelle" ou Jeanne la bonne. Lors de son procès, Jeanne elle-même a témoigné que : « Dans ma ville, on m'appelait Jeannette, et depuis que je suis arrivée en France, je m'appelle Jeanne. Pour en savoir plus sur le nom de Jeanne, rendez-vous sur Nom de Sainte Jeanne d'Arc Signature de Sainte Jeanne d'Arc

Jeanne d'Arc était originaire d'une partie de l'est de la France connue sous le nom de Lorraine.

La prophétie prédisait que la France serait sauvée par une femme de chambre lorraine. Cette prédiction était bien connue en France à l'époque de Jeanne et a été attribuée à plusieurs prophètes dont le mythique Merlin.

Quand sainte Jeanne avait treize ans, elle entendit pour la première fois une voix de Dieu dans le jardin de son père. Peinture de Jeanne d'Arc par Jules Bastien-Lepage

Les voix de Jeanne étaient Saint Michel Archange, Sainte Catherine et Sainte Marguerite. Jeanne d'Arc avec ses voix d'Eugène Thirion

Ses voix lui disaient qu'elle devait délivrer son pays des envahisseurs anglais. En savoir plus sur la mission de Joan ici. La carte montre une partie de la France contrôlée par l'Angleterre et leurs alliés bourguignons.

Jeanne a également été informée qu'elle devait conduire Charles VII à son couronnement à Reims. Charles VII

Joan a quitté la maison à seize ans pour répondre à son appel. Elle se rend d'abord à Vaucouleuers pour voir sir Robert de Baudricourt.

Elle a fait trois voyages pour voir Sir Robert Robert de Baudricourt avant qu'il n'accepte de l'aider. Peinture de Jeanne d'Arc quittant Vaucouleurs par Scherrer

Elle a parcouru 375 milles à la fin de l'hiver 1429 jusqu'à Chinon pour voir Charles VII. Photo récente de Chinon

Joan a pu reconnaître Charles avec l'aide de ses voix. Charles a testé Joan en se cachant parmi la foule à sa cour mais Joan l'a immédiatement trouvé.

Joan a été physiquement examinée par les dames de la cour de Charles pour prouver qu'elle était vierge. Elle a également été interrogée par des responsables de l'Église pendant trois semaines.

Jeanne d'Arc est la plus jeune de l'histoire à commander les armées d'une nation. Après avoir été interrogé, Charles donne officiellement à Jeanne le commandement des armées de France. Elle n'avait que 17 ans.

Jeanne portait une bannière avec une image de Dieu et les mots "Jésus Marie" écrits dessus. Coalport figurine de Jeanne d'Arc avec sa bannière

Elle mena son armée à Orléans fin avril 1429 pour lever le siège anglais. Orléans telle qu'elle était au temps de Jeanne d'Arc

Joan a prédit qu'elle serait blessée de la même manière que cela s'est produit. Elle a été blessée par une flèche au-dessus de sa poitrine lors d'une attaque contre le fort Les Tourelles. Sa prédiction est documentée par plusieurs sources dont une lettre écrite par le cousin de Charles en date de quinze jours avant l'événement. Peinture de Jeanne d'Arc menant l'attaque contre Les Tourelles par Jules Lenepveu

Jeanne brisa le siège d'Orléans en seulement trois jours de combats le 8 mai 1429.

Les gens d'Orléans ont commencé à l'appeler la Pucelle d'Orléans par amour pour elle.

Joan a été récompensée par Charles avec un blason. Charles lui-même a dessiné le dessin de ses armoiries avec une épée tenant une couronne avec une fleur de lys de chaque côté.

Jeanne d'Arc remporte sa plus grande victoire militaire à Patay le 18 juin 1429. L'armée de Joan a annihilé la force anglaise, tuant plus de 2000 personnes tout en ne subissant presque aucune perte.

Jeanne d'Arc couronne Charles VII roi de France le 17 juillet 1429. Dans la grande cathédrale de Reims, Jeanne remplit l'essentiel de sa mission lorsque Charles VII fut couronné roi. Peinture de la cathédrale de Reims vers 1800 par Domenico Quaglio

Jeanne d'Arc tente de libérer Paris le 8 septembre 1429.

Joan a été blessée après une longue journée de combat et la tentative a échoué. Elle a été touchée par un tir d'arbalète à la cuisse. Elle a refusé de quitter le champ de bataille mais a été emmenée de force à l'arrière. Elle a voulu renouveler l'attaque le lendemain mais a été rejetée par Charles. Paris statue de Sainte Jeanne d'Arc

Jeanne passe la majeure partie de l'hiver 1429 en tant qu'invitée frustrée à la cour du roi.

Au printemps 1430, Jeanne d'Arc reprend le terrain avec une petite armée.

Sainte Jeanne est capturée par les soldats bourguignons le 23 mai 1430 à Compiègne. Elle se bat jusqu'au bout mais est piégée lorsque le pont-levis de la ville est levé.

Jeanne d'Arc a tenté de s'échapper en sautant d'une tour. Elle a survécu à la chute de 60 pieds mais a perdu connaissance et a été reprise.

Jeanne fut vendue aux Anglais pour dix mille francs-or.

Jeanne d'Arc est emmenée à Rouen et jugée pour hérésie au printemps 1431. Les Anglais ont payé pour le procès qui a été mené par les fonctionnaires de l'Église qui leur sont fidèles.

Joan a été détenue dans une cellule de prison enchaînée à son lit. Elle aurait dû être détenue dans une prison de l'Église gardée par des femmes, mais les Anglais ont refusé de le permettre et l'ont gardée étroitement surveillée par leurs soldats.

Jeanne tomba très malade après avoir mangé du poisson le 1er avril 1431.

Jeanne d'Arc a été menacée de torture à moins qu'elle ne renie ses voix. Peinture de Jeanne d'Arc en prison par Paul Delaroche

Jeanne est menacée d'incendie au cimetière de Saint-Ouen le 24 mai 1431. Pierre Cauchon et les autres juges du procès de Jeanne savaient dès le départ qu'elle brûlerait mais ils avaient besoin qu'elle renonce publiquement à ses Voix et à tout ce qu'elle avait fait.

Jeanne d'Arc accepta d'abjurer le 24 mai 1431. Même Joan avait un point de rupture et affronter le feu et la mort était suffisant pour qu'elle cède enfin aux souhaits de ses juges.

Jeanne d'Arc est déclarée hérétique en rechute et condamnée à mort le 30 mai 1431. Après l'abjuration de Joan, elle n'a pas été emmenée dans une prison de l'Église comme on lui avait promis. Au lieu de cela, Cauchon et les Anglais ont conçu un piège pour qu'ils puissent dire qu'elle a rechuté. Pendant trois jours, elle a été menacée de viol jusqu'à ce qu'elle recommence à porter des vêtements masculins, ce qui était suffisant pour dire qu'elle avait rechuté.

Jeanne d'Arc est brûlée vive le 30 mai 1431. Ses derniers mots furent : « Jésus, Jésus, Jésus ! Tableau de Jeanne d'Arc au bûcher de Jules-Eugène Lenepveu

Le procès de Jeanne d'Arc est annulé le 7 juillet 1456. Dans la décision de l'Église, Joan a été déclarée martyre qui a été exécutée à tort par un clergé partisan corrompu, abusant d'un procès de l'Église à des fins laïques.

Jeanne d'Arc a été déclarée vénérable par le pape Léon XIII le 27 janvier 1894.

Jeanne d'Arc a été officiellement béatifiée par le pape Pie X le 11 avril 1909.

Jeanne d'Arc a été officiellement canonisée par le pape Benoît XV le 16 mai 1920.

Jeanne d'Arc a été canonisée sainte par la même Église qui l'avait autrefois exécutée pour hérésie.

La fête de Sainte Jeanne d'Arc est célébrée le 30 mai.

Pour en savoir plus sur Jeanne d'Arc, visitez la page d'accueil de Jeanne d'Arc - Demoiselle du Ciel.

Pour créer un lien vers ce site sur Jeanne d'Arc ajoutez le code suivant à votre site :

Obtenez votre propre copie de l'impression de Jeanne d'Arc 2015 en rejoignant la Fondation Maid of Heaven


Jeanne d'Arc brûlée vive - Histoire

Foire aux questions concernant
La vie et l'histoire de Sainte Jeanne d'Arc

Qui était Jeanne d'Arc ? Jeanne d'Arc était une jeune femme qui a mené les armées de France à plusieurs victoires clés sur les Anglais pendant la guerre de Cent Ans. Grande héroïne pour les Français, elle était détestée par les Anglais qui l'ont finalement capturée et l'ont fait brûler sur le bûcher pour hérésie. L'histoire complète de Jeanne d'Arc est à la fois fascinante et inspirante, alors veuillez visiter certaines des autres pages de MaidOfHeaven.com pour tout savoir sur Jeanne.

Pourquoi s'appelle-t-elle Jeanne d'Arc ? Jeanne d'Arc est une bâtardise anglaise de son nom qui n'a jamais été utilisé de son vivant. Elle préférait s'appeler "Jehanne la Pucelle" ou Jeanne la bonne. Lors de son procès, Jeanne elle-même a témoigné que : « Dans ma ville, on m'appelait Jeannette, et depuis que je suis arrivée en France, je m'appelle Jeanne. Pour en savoir plus sur le nom de Jeanne, essayez notre page sur le nom de Sainte Jeanne d'Arc.

Que croyait Jeanne d'Arc ? Joan était une chrétienne qui aimait Dieu et croyait en Jésus. Elle pratiquait la foi catholique qui, à l'époque où elle vivait, était la seule église chrétienne. Pour en savoir plus sur la foi de Joan, allez ici.

Quand Jeanne d'Arc est-elle née ? La date exacte de l'anniversaire de Jeanne d'Arc n'a pas été enregistrée mais est généralement acceptée comme étant le 6 janvier 1412. Un contemporain de Jeanne a écrit dans une lettre que : "C'était pendant la nuit de l'Épiphanie de Notre Seigneur (6 janvier, Douzième Nuit ), quand les hommes ont coutume de se remémorer avec joie les actes du Christ qu'elle a vu pour la première fois dans cette vie mortelle." Au procès de Jeanne au printemps 1431, on lui a demandé quel âge elle avait et elle a répondu : « Pour autant que je sache, environ dix-neuf ans.

D'où venait Jeanne d'Arc ? Jeanne est née dans le petit village de Domremy, dans l'est de la France, connu sous le nom de Lorraine. Apprenez-en plus sur l'origine de Joan sur la page Longue biographie et histoire.

Comment était Jeanne d'Arc quand elle était jeune ? L'une des amies de Joan lorsqu'elle était jeune, Hauviette, l'a décrite comme étant « bonne, simple et douce ». Un autre jeune ami de Jeanne, nommé Mengette, dira plus tard ce qui suit à propos de Jeanne : « La maison de mon père et la maison du Père d'Arc se sont jointes. Ainsi je connaissais intimement Jeanne. la nuit. Elle avait été élevée dans la foi chrétienne, et avait de bonnes habitudes : aimait aller souvent à l'église et faisait l'aumône de tout ce qu'elle recevait de son père. C'était une bonne fille, simple et pieuse, si pieuse que ses camarades et je me disais qu'elle l'était trop, elle se confessait volontiers et je l'ai vue maintes fois agenouillée devant le curé du village.

Je veux savoir comment était Jeanne d'Arc. Je veux dire à quoi ressemblait-elle, comment a-t-elle agi, quels étaient ses traits personnels ? La meilleure façon de vraiment comprendre à quoi ressemblait Jeanne d'Arc est de lire les descriptions personnelles d'elle par les personnes qui l'ont connue de son vivant. Visitez la page Descriptions de Jeanne d'Arc pour une longue liste de citations relatives à différents aspects d'elle comme son apparence, sa foi, son enfance, en tant que soldat, sa mort, etc.

Obtenez votre propre copie de l'impression Jeanne d'Arc 2017 en rejoignant la Fondation Maid of Heaven

Quel genre de travail faisait Jeanne d'Arc quand elle grandissait ? Jeanne d'Arc était comme toutes les autres paysannes de sa petite ville et aidait autour de sa maison et aidait parfois son père en s'occupant de ses animaux dans les champs avec d'autres jeunes. L'amie de Jeanne, Hauviette, décrivait ainsi son travail : « Jeanne s'occupait comme n'importe quelle autre fille, elle faisait le ménage et filait et parfois, je l'ai vue, elle gardait les troupeaux de son père.

Pourquoi on se souvient encore de Jeanne d'Arc ? Tout ce que Joan a pu accomplir à un si jeune âge est sans précédent dans l'histoire. A seulement 17 ans lorsqu'elle a été mise à la tête de l'armée française, elle est la plus jeune personne à avoir jamais commandé les armées d'une nation. En quelques mois seulement, elle a pu renverser complètement une guerre qui durait depuis près de 100 ans et que les Français étaient sur le point de perdre. Les victoires qu'elle a remportées à Orléans et à Patay sont considérées parmi les plus grandes de toute l'histoire. Ajoutez à tout cela sa capacité prophétique qui a toujours été correcte, sa dévotion personnelle à Dieu et son engagement envers la pureté et c'est une histoire qui ne peut être décrite que comme incroyable.

Quelles ont été les plus grandes victoires militaires de Jeanne d'Arc ? Les batailles d'Orléans et de Patay sont considérées parmi les plus grandes victoires de l'histoire de la guerre. Orléans était remarquable parce qu'elle dénouait le lien d'une guerre qui durait depuis près de 100 ans et que les Français étaient sur le point de perdre. La ville d'Orléans était la dernière grande ville détenue par les Français et elle était assiégée par les Anglais depuis près de 7 mois et était sur le point de tomber. Sainte Jeanne s'y rendit et, en seulement trois jours de combats, reprit le fort le plus fort que possédaient les Anglais, ce qui leur fit lever le siège et battre en retraite. La bataille a été comparée à d'autres batailles décisives comme : Marathon, Stalingrad, Gettysburg, Midway. Apprenez-en plus sur la bataille d'Oléans sur la page Longue biographie et histoire.
Patay était remarquable en raison de la marge de victoire écrasante qu'elle a obtenue dans la bataille. Les Français ont subi peu de pertes tandis que l'armée anglaise a été anéantie avec des pertes par milliers. Patay est souvent comparé à Azincourt et décrit comme une image miroir, ce qui est ironique puisque c'est Azincourt qui avait poussé la France au bord de la défaite nécessitant le miracle qu'elle a fourni. Beaucoup de grands généraux renommés de l'histoire n'ont jamais eu une victoire aussi écrasante que celle de Sainte Jeanne à Patay. Apprenez-en plus sur la bataille de Patay sur la page Longue biographie et histoire.

Pensez-vous que Jeanne d'Arc entendait réellement des voix de Dieu ou était-ce juste sa conscience ? Je ne pense pas qu'il y ait une autre explication plausible pour tout ce que Jeanne d'Arc a pu accomplir autre que le fait qu'elle était sous la direction d'êtres surnaturels de Dieu. Un point intéressant à propos de son procès est que pour les érudits ecclésiastiques qui l'examinaient, il n'était jamais question de savoir si oui ou non elle avait entendu des Voix, seulement si les Voix venaient de Dieu ou de Satan. Je dois également souligner qu'il s'agissait de plus que de simples voix, car Joan a déclaré à plusieurs reprises lors de son procès qu'elle pouvait les voir clairement avec ses « yeux corporels ». Joan a également déclaré lors de son procès que d'autres personnes comme Charles VII avaient vu et entendu ses voix. Je sais que dans notre soi-disant ère moderne, il est difficile pour les gens de croire en quoi que ce soit qu'ils ne peuvent prouver de manière tangible avec la science, mais les explications alternatives qui ont été proposées pour expliquer la vie de Jeanne demandent plus de foi à croire que l'explication que Joan elle-même a donné d'être sous la direction de saint Michel, sainte Catherine et sainte Marguerite. Vous pouvez en savoir plus sur la page Voix de Jeanne d'Arc

Quelle est la fiabilité de l'histoire que l'on connaît de Jeanne d'Arc ? L'Église catholique a officiellement examiné la vie de Jeanne d'Arc à trois reprises. D'abord, avant qu'elle ne reçoive le commandement de l'armée française, le roi a demandé à l'Église de l'examiner. Pendant trois semaines, ils l'ont interrogée sur elle-même et ses motivations. Ils ont également renvoyé leurs agents dans son village de Domremy pour un rapport sur elle de la part des personnes qui la connaissaient le mieux. Elle n'avait que 17 ans à l'époque mais elle a su étonner les prêtres qui l'ont examinée par ses réponses. Au terme de cet examen, l'Église a proclamé qu'elle l'avait mise à l'épreuve selon les exigences de l'Écriture et affirmé sa mission de Dieu. Le compte rendu écrit de cet examen a été perdu ou détruit, mais le témoignage des personnes impliquées dans l'examen reste pour donner des preuves historiques sur les raisons pour lesquelles elle a fait ce qu'elle a fait. La deuxième fois que sa vie a été examinée, c'est lorsqu'elle a été jugée par la partie de l'Église contrôlée par les Anglais. Pour moi, c'est l'une des meilleures preuves historiques parce que cet examen a été mené par ses ennemis qui essayaient de détruire sa réputation avant de la tuer. Heureusement pour l'histoire, l'enregistreur en chef a refusé de modifier le dossier, même s'il a été menacé de mort pour le modifier, nous avons donc un compte rendu précis de ce qui a été dit lors de son procès. Ce procès-verbal s'est avéré inestimable pour les historiens car il est extrêmement détaillé et touche à peu près tous les aspects de sa vie. La troisième fois que sa vie a été examinée, a commencé environ 20 ans après sa mort, lorsque Charles VII, le roi qu'elle avait couronné, a décidé qu'il effacerait le dossier. Il a demandé à l'Église d'examiner à nouveau sa vie et le procès que les Anglais avaient mené. Ce dernier examen a peut-être été le plus approfondi de tous puisqu'il s'est déroulé sur une période de 6 ans et a inclus des témoignages de témoins qui l'avaient connue toute sa vie. Les audiences ont eu lieu dans plusieurs villes et ont inclus des personnes de tous les horizons. Des amis qui l'avaient connue enfant, des chevaliers qui s'étaient battus avec elle et la plupart des prêtres survivants qui avaient participé au procès mené par les Anglais. Comme pour les dossiers du procès, certains des témoignages les plus convaincants proviennent de ceux qui avaient été ses ennemis et qui, à ce moment-là, avaient de grands remords pour avoir participé à son procès et à son exécution.

Combien de temps a duré le procès de Jeanne d'Arc ? Y compris les préliminaires, le procès de Joans a duré environ 4 ou 5 mois au cours desquels elle a vécu dans une cellule de prison enchaînée et gardée par de rudes soldats anglais. Les Anglais ont fait pression sur Cauchon, l'évêque en charge du procès, pour accélérer les choses mais Cauchon a voulu créer une base légale pour la tuer, probablement pour se protéger auprès de l'Église. La difficulté qu'il a eue à le faire se voit dans les procès-verbaux du procès. Cauchon ne s'attendait pas à ce qu'elle fasse aussi bien qu'elle en se défendant contre ses juges triés sur le volet, il a donc utilisé toutes les astuces possibles pour concocter des accusations contre elle. Lorsque ce procès fut infirmé et annulé par l'Église vingt ans plus tard, c'est Cauchon qui fut accusé d'hérésie pour sa part et sainte Jeanne qui fut déclarée martyre. Vous pouvez lire les transcriptions complètes du procès de Jeanne d'Arc ici sur MaidOfHeaven.com.

Quels événements n'auraient peut-être pas eu lieu sans que Jeanne d'Arc ait sauvé la France ? Sans Jeanne d'Arc, il est très douteux que la France serait devenue la nation forte et unie qu'elle est devenue. Sans une France forte, bon nombre des événements ultérieurs qui se sont produits en Europe et dans le monde auraient été bien différents. Il est même concevable que l'indépendance américaine de la Grande-Bretagne n'aurait jamais eu lieu car c'est l'assistance militaire française qui a fait la différence et a directement causé la reddition de Cornwallis à Yorktown.

Pensez-vous que la France aurait existé à ce jour sans les actions de Jeanne d'Arc ? Jeanne a contribué à donner au peuple français une identité nationale. Avant Joan, les gens s'identifiaient comme étant originaires de certaines parties de la France, comme les gens de la région de Bourgogne se disant Bourguignons. Après Jeanne d'Arc, les gens étaient beaucoup plus susceptibles de s'identifier comme étant français. C'est d'avoir une identité nationale qui a contribué à forger la grande nation que la France est devenue et est encore aujourd'hui.

Pourquoi Charles VII n'a-t-il pas pu aider Jeanne d'Arc lorsqu'elle a été vendue aux Anglais ? Ce n'est pas que Charles ne puisse pas aider Joan, mais qu'il a choisi de ne rien faire pour l'aider après sa capture. Le moment le plus viable pour que Charles ait sauvé Joan était au cours des six premiers mois après sa capture alors qu'elle était prisonnière des Bourguignons. Selon les traditions de guerre qui existaient alors, Jeanne aurait pu être échangée contre l'un des prisonniers de haut rang que détenaient les Français ou Charles aurait pu payer une rançon pour sa libération que la coutume féodale aurait obligé les Bourguignons à accepter. Bien sûr, Charles aurait également pu rappeler la même armée que Joan avait dirigée et qui se serait à nouveau battue pour sauver leur femme de chambre bien-aimée. Il n'y a aucune preuve historique fiable que Charles ait jamais essayé de faire quoi que ce soit pour sauver Joan. La question à laquelle les historiens ont tenté de répondre est de savoir pourquoi Charles a choisi de ne rien faire. La plupart sont arrivés à la conclusion que c'était à cause de sa personnalité égocentrique qu'il devenait menacé chaque fois que quelqu'un autour de lui devenait trop populaire ou avait trop de succès. Il a même retiré son propre fils Louis XI du commandement quand il a commencé à avoir ce qu'il considérait comme trop de succès militaire. Une fois que Joan avait atteint son objectif en aidant Charles à gagner sa couronne, il semblait ne plus se soucier de ce qu'elle était devenue.

Jeanne d'Arc a-t-elle envoyé une lettre aux Hussites les menaçant de destruction pour s'être rebellés contre l'Église catholique. Une lettre a été envoyée au nom de Jeanne d'Arc aux Hussites mais il est douteux que Jeanne ait eu beaucoup à voir avec la lettre. Son aumônier, le père Pasquerel, a signé la lettre et l'a probablement écrite. Vous pouvez lire une traduction de la lettre sur Lettre aux Hussites

Pourquoi Jeanne d'Arc a-t-elle été brûlée sur le bûcher ? Le procès et l'exécution de Jeanne d'Arc étaient complètement politiques et les historiens les plus réputés l'appellent avec précision un meurtre. Les Anglais combattaient les Français depuis près de 100 ans et étaient sur le point de gagner la guerre, ce qui leur aurait donné le contrôle de toute la France. Soudain, cette jeune fille se présente en disant qu'elle est envoyée de Dieu et la guerre tourne complètement. Les dirigeants anglais la détestaient et pensaient que s'ils pouvaient simplement se débarrasser d'elle, cela pourrait reprendre la victoire. Le duc de Bedford, le leader anglais général, a passé un accord avec la partie de l'Église fidèle à l'Angleterre pour la traduire en justice pour hérésie afin qu'il semble finalement que l'Église l'ait tuée à la place des Anglais.

Pourquoi des gardes masculins gardaient Jeanne d'Arc ? N'était-ce pas contre la procédure inquisitoriale ? Selon les règles de l'Église de l'époque, Jeanne d'Arc aurait dû être détenue dans une prison de l'Église et gardée par des femmes. Le fait qu'elle ait toujours été gardée par des soldats anglais fait partie de la grande preuve que son procès a été truqué par les Anglais à des fins politiques. Des années plus tard, lorsque son procès a été annulé par l'Église, cette violation des règles faisait partie des preuves citées pour prouver que son procès avait été illégal et que Joan avait été « exécutée à tort par un clergé partisan corrompu qui a abusé d'un procès de l'Église à des fins laïques. "

Jeanne d'Arc a-t-elle été torturée ? Au cours du procès de Joan, elle a été emmenée dans une pièce spéciale du château où elle était détenue et menacée de torture, mais les procès-verbaux du procès et les témoignages ultérieurs indiquent qu'elle n'a jamais été réellement torturée. Vous pouvez en savoir plus sur Jeanne ou Arc et torturer ICI

Quand Jeanne d'Arc a-t-elle été brûlée sur le bûcher ? Jeanne d'Arc a été brûlée vive le 30 mai 1431 dans la ville française de Rouen. Apprenez-en plus sur l'exécution de Joan sur la page Longue biographie et histoire.

Quand Jeanne d'Arc est-elle devenue sainte ? L'Église catholique a officiellement fait de Jeanne une sainte le 16 mai 1920 lors d'une cérémonie au Vatican à Rome. Vous pouvez lire une traduction de la Déclaration de Canonisation de Sainte Jeanne d'Arc ici à MaidOfHeaven.com. Quant au fait qu'elle était une sainte, la plupart des gens qui la connaissaient la considéraient déjà comme une sainte de son vivant. La déclaration la plus convaincante vient de ses ennemis qui l'ont exécutée. Il existe de nombreuses déclarations enregistrées de son bourreau et d'autres soldats et fonctionnaires anglais qui ont souffert de grands remords parce qu'ils ont dit qu'ils avaient brûlé un saint.

J'ai entendu dire que sainte Thérèse de Lisieux était dévouée à sainte Jeanne et écrivait à son sujet. Est-ce vrai? Oui c'est vrai. Sainte Thérèse a écrit plusieurs poèmes et une pièce de théâtre sur Sainte Jeanne et vous pouvez en apprendre davantage à Sainte Thérèse et Sainte Jeanne d'Arc.

Les actions de Jeanne d'Arc n'ont-elles touché que la France ou ont-elles eu un impact sur le monde entier ? Jeanne d'Arc n'est pas seulement une héroïne pour les Français, elle est devenue une grande héroïne pour les gens du monde entier. Depuis sa mort, les gens ont continué à la considérer comme un symbole de résistance chaque fois que la liberté a été menacée. Pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale, les Alliés se sont ralliés à son nom en tant que symbole de résistance à la tyrannie. Joan inspire également les gens à vivre dévoués à Dieu comme elle l'a fait afin qu'ils puissent accomplir de grandes actions comme elle l'a fait. En changeant la façon dont tant de gens vivent et croient qu'elle a eu et continuera d'avoir un grand impact sur le monde entier.

Quel est l'héritage de Jeanne d'Arc ? Jeanne d'Arc en est venue à signifier beaucoup de choses pour beaucoup de gens, mais je dois dire que son héritage le plus important est ce que la Bible enseigne qu'« avec Dieu tout est possible ». Joan a été décrite par ses contemporains comme étant une simple jeune fille de la campagne très semblable à toutes les autres jeunes filles de son village où elle a grandi. Le seul aspect différent chez elle était qu'elle avait une profonde dévotion à Dieu pour laquelle elle était parfois taquinée par certains des autres enfants. Quand vous regardez d'où elle vient et puis tout ce qu'elle a accompli, il est vraiment difficile de trouver une explication raisonnable pour sa vie autre que Dieu.

Où puis-je trouver une église Jeanne d'Arc ? Sur cette page, Liste des églises et chapelles consacrées à Sainte Jeanne d'Arc, vous devriez pouvoir trouver une église ou une chapelle nommée en l'honneur de Sainte Jeanne d'Arc. Beaucoup contiennent de belles images, statues et autres souvenirs pour commémorer la vie de Sainte Jeanne d'Arc.

Votre page du jour est merveilleuse et m'a aidé à en apprendre beaucoup plus sur Joan, mais je me demandais pourquoi vous présentiez des pages d'une période si sombre de sa vie si proche de Noël ? En mettant en place la fonction de page du jour, j'ai essayé de sélectionner des pages qui correspondraient à des événements réels de la vie de St. Joan. Ainsi, depuis que Joan a été transférée aux Anglais en décembre 1430, il m'a semblé un bon moment de l'année pour présenter cela. ainsi que l'époque de sa vie mentionnée dans le poème demoiselle du ciel comme "l'hiver de sa vie". Dans un sens plus profond, il est également approprié parce que la naissance du Christ représente la liberté pour l'humanité et en lisant sur l'emprisonnement et la souffrance de Sainte Jeanne, cela peut nous aider à nous rappeler le sens profond de Noël dont Jésus est né pour nous libérer tous de l'esclavage du péché : « Si donc le Fils vous affranchit, vous serez vraiment libres.


Pourquoi le travestissement était-il le seul crime dont Jeanne d'Arc était accusée ?

La plupart des gens peuvent raconter les grandes lignes de l'histoire de Jeanne d'Arc : une jeune Française entend des voix, mène des troupes au combat et est brûlée sur le bûcher comme hérétique. C'est une histoire légendaire de bravoure transmise depuis le Moyen Âge. Les rendus de son visage juvénile ont rallié les nations, les races, les genres et les mouvements. Des références à la Pucelle d'Orléans apparaissent dans les écrits de Shakespeare, Henry Longfellow, Mark Twain et George Bernard Shaw, pour n'en nommer que quelques-uns. During World War I, U.S. Treasury Department propaganda posters urged women to buy war bonds, proclaiming "Joan of Arc Saved France." In short, Joan of Arc's legend has come to represent the ultimate example of courage, patriotism and religious devotion.

But while we often get the primary plot points of Joan's brief life correct, the ending has been botched repeatedly. True, she was burned at the stake at the age of 19, but it wasn't for heresy or witchcraft, as the story often goes. In the end, the only crime that the Inquisition tribunal could formally charge the chaste maiden with was that of wearing men's clothes. The winding logic that led the judicial panel to condemn a person to death for her sartorial choices illustrates not only the genuine military threat that Joan of Arc posed to the English, but also the extreme lengths the Catholic Church was willing go to maintain its tight control over Europe during the Inquisition.

Two major religious and political conflicts had been brewing for a while in France and the rest of Europe when Joan of Arc led the epic siege of Orléans in 1429. In 1231, Pope Gregory IX initiated the Inquisition to purge any heretics out of the Catholic Church. Two centuries later, that tribunal system of ecclesiastical courts was alive and well among the clerics in England and France.

England and France were also embroiled in the latter part of the Hundred Years War (which actually lasted 116 years). The conflict began in May 1337, when King Charles IV of France died without an heir to the throne. Intermarriage between French and English nobility incited a debate between King Edward III of England and Philip the Fair of France over who would claim the throne. In 1420, it appeared that the war might come to an end with the Treaty of Troyes, which guaranteed Henry V of England the French throne once Charles VI died. But Henry died in 1422, and Charles followed in suit two months later, rendering the treaty void -- and reigniting the military conflict.


The Warrior Maid

Joan of Arc was born in 1412 in Domrémy, a small village in northeastern France near the border of the lands controlled by the English. From the age of 13, Joan claimed to have heard divine voices and seen visions of St. Michael, St. Catherine of Alexandria, and St. Margaret of Antioch. These divine messengers, she said, were urging her to go to the aid of the man who was the rightful king of France: Charles of Valois, son of Charles VI, whom the English had disinherited.

Because Paris lay deep in English-held territory, Charles had been forced to set up a makeshift court at Chinon on the Loire River. In 1428, Joan traveled there to explain her divine mission to Charles, but was turned away before she could meet with him. She returned to Chinon the following year and was able to convince a panel of theologians of her claim that she had been sent to “liberate France from its calamities.” They granted the teenager an audience with the exiled heir.

Joan informed Charles that divine voices wished her to fight the English and that her participation would lead to his coronation at Reims, the sacred site where France’s kings were crowned. After much examination, she won over Charles and his followers. They decided to put her to use at Orléans, a city under English siege.

Support for La Pucelle (the Maid) was galvanized later that year when Joan, dressed as a warrior, liberated the city of Orléans followed by more French victories. In June French troops crushed the English at Patay, and in July Charles VII was crowned in the cathedral of Reims in the presence of the young warrior prophet who had predicted the event.

But the tide soon turned against Joan of Arc. Instead of expelling the English from France, Joan and her army then suffered several military setbacks. On May 23, 1430, Joan was captured near Paris by the Duke of Burgundy’s men, who later turned her over to the English. Suddenly, her claims appeared weak. How could an envoy of God fall so easily into enemy hands? And if she hadn’t been sent by God, who or what was she?

The English and their allies among the French were in no doubt. Religious doubts about the sanctity of Joan of Arc blended seamlessly into high politics. If the voices she heard were diabolic, then her whole cause, and the coronation of Charles VII itself, had been the work of the devil.

A Harlot to Enemy Eyes

From the moment that Joan of Arc was incorporated into Charles’s army, her Anglo-Burgundian enemies unleashed a war of words against her. As well as the charge that she was inspired by the devil, Joan would endure attempts to slander her sexually for the rest of her life. While her allies emphasized her purity, her enemies denounced her as a “harlot,” who spent all her time surrounded by soldiers.

According to one account, during the siege of Orléans Joan composed a passionate message to the English soldiers, warning them to retreat. She tied her letter to an arrow and had an archer fire it into the English camp. On receipt of the letter, a great cry could be heard from the enemy lines opposite: “News from the whore of the French Armagnacs!”


Joan of Arc Atop a Mountan of Wood

They desired that she should be really burned alive, and that, placed on the summit of this mountain of wood, and commanding the circle of lances and of swords, she might be seen from every part of the market-place.

Continuing Joan of Arc’s Trial and Execution ,
our selection from History of France by Jules Michelet published in 1847. The selection is presented in eight easy 5 minute installments. For works benefiting from the latest research see the “More information” section at the bottom of these pages.

Previously in Joan of Arc’s Trial and Execution.

Joan of Arc Is Burned at the Stake
Painting by Herman Stilke, 1843
Public Domain image from Wikipedia.

She did not imagine that she could ever be deserted. She had faith in her King, in the good people of France. She had said expressly: “There will be some disturbance, either in prison or at the trial, by which I shall be delivered, greatly, victoriously delivered.” But though King and people deserted her, she had another source of aid, and a far more powerful and certain one from her friends above, her kind and dear saints. When she was assaulting St. Pierre, and deserted by her followers, her saints sent an invisible army to her aid. How could they abandon their obedient girl, they who had so often promised her “safety and deliverance”?

What then must her thoughts have been when she saw that she must die when, carried in a cart, she passed through a trembling crowd, under the guard of eight hundred Englishmen armed with sword and lance? She wept and bemoaned herself, yet reproached neither her King nor her saints. She was only heard to utter, “O Rouen, Rouen! must I then die here?”

The term of her sad journey was the old market-place, the fish-market. Three scaffolds had been raised on one was the episcopal and royal chair, the throne of the Cardinal of England, surrounded by the stalls of his prelates on another were to figure the principal personages of the mournful drama, the preacher, the judges, and the bailiff, and, lastly, the condemned one apart was a large scaffolding of plaster, groaning under a weight of wood — nothing had been grudged the stake, which struck terror by its height alone. This was not only to add to the solemnity of the execution, but was done with the intent that, from the height to which it was reared, the executioner might not get at it save at the base, and that to light it only, so that he would be unable to cut short the torments and relieve the sufferer, as he did with others, sparing them the flames.

On this occasion the important point was that justice should not be defrauded of her due or a dead body be committed to the flames they desired that she should be really burned alive, and that, placed on the summit of this mountain of wood, and commanding the circle of lances and of swords, she might be seen from every part of the market-place. There was reason to suppose that being slowly, tediously burned, before the eyes of a curious crowd, she might at last be surprised into some weakness, that something might escape her which could be set down as a disavowal, at the least some confused words which might be interpreted at pleasure, perhaps low prayers, humiliating cries for mercy, such as proceed from a woman in despair.

The frightful ceremony began with a sermon. Master Nicolas Midy, one of the lights of the University of Paris, preached upon the edifying text: “When one limb of the Church is sick, the whole Church is sick.” He wound up with the formula: “Jeanne, go in peace the Church can no longer defend thee.”

The ecclesiastical judge, the Bishop of Beauvais, then benignly exhorted her to take care of her soul and to recall all her misdeeds, in order that she might awaken to true repentance. The assessors had ruled that it was the law to read over her abjuration to her the Bishop did nothing of the sort. He feared her denials, her disclaimers. But the poor girl had no thought of so chicaning away life her mind was fixed on far other subjects. Even before she was exhorted to repentance, she had knelt down and invoked God, the Virgin, St. Michael, and St. Catharine, pardoning all and asking pardon, saying to the bystanders, “Pray for me!” In particular, she besought the priests to say each a mass for her soul. And all this so devoutly, humbly, and touchingly that, sympathy becoming contagious, no one could any longer contain himself the Bishop of Beauvais melted into tears, the Bishop of Boulogne sobbed, and the very English cried and wept as well, Winchester with the rest.

Might it be in this moment of universal tenderness, of tears, of contagious weakness, that the unhappy girl, softened, and relapsing into the mere woman, confessed that she saw clearly she had erred, and that, apparently, she had been deceived when promised deliverance? This is a point on which we cannot implicitly rely on the interested testimony of the English. Nevertheless, it would betray scant knowledge of human nature to doubt, with her hopes so frustrated, her having wavered in her faith. Whether she confessed to this effect in words is uncertain but I will confidently affirm that she owned it in thought.

Meanwhile the judges, for a moment put out of countenance, had recovered their usual bearing, and the Bishop of Beauvais, drying his eyes, began to read the act of condemnation. He reminded the guilty one of all her crimes, of her schism, idolatry, invocation of demons, how she had been admitted to repentance, and how, “seduced by the Prince of Lies, she had fallen, O grief! ‘like the dog which returns to his vomit.’ Therefore, we pronounce you to be a rotten limb, and, as such, to be lopped off from the Church. We deliver you over to the secular power, praying it at the same time to relax its sentence and to spare you death and the mutilation of your members.”

Deserted thus by the Church, she put her whole trust in God. She asked for the cross. An Englishman handed her a cross which he made out of a stick she took it, rudely fashioned as it was, with not less devotion, kissed it, and placed it under her garments, next to her skin. But what she desired was the crucifix belonging to the Church, to have it before her eyes till she breathed her last. The good huissier Massieu and Brother Isambart interfered with such effect that it was brought her from St. Sauveur’s. While she was embracing this crucifix, and Brother Isambart was encouraging her, the English began to think all this exceedingly tedious it was now noon at least the soldiers grumbled, and the captains called out: “What’s this, priest do you mean us to dine here?”


How Joan of Arc turned the tide in the Hundred Years’ War

Divine voices guided a young girl to lead the French against the English. Burned as a heretic in 1431, the Maid of Orléans was both shaped and destroyed by the religious fervor and politics.

BY THE END of 1430 the rulers of England and France, who had been locked in a war for decades, became increasingly preoccupied by the fate of an 18-year-old peasant girl. In December the faculty of the University of Paris wrote a letter to the king of England, who controlled Paris at that time: “We have recently heard that the woman called The Maid is now delivered into your power, (and)… must humbly beseech you, most feared and sovereign lord… to command that this woman shall be shortly delivered into the hands of the justice of the Church.”

The Maid was Joan of Arc, whose role in liberating the city of Orléans in 1429 had put courage back into the hearts of the embattled French. Even so, her capture soon after was a morale boost for the English, who immediately set out to vilify the woman who had done so much damage to their military campaigns. Shortly after the letter from the University of Paris was written, her trial took place. After the guilty verdict was handed down, Joan was executed in Rouen on May 30, 1431, by being burned alive.

Once her ashes had been scattered in the Seine River, Joan’s detractors hoped her name would be erased from history, but her name has burned more brightly in the hearts and minds of the French ever since then. The humble farm girl turned the tide for the French in the closing years of the Hundred Years’ War. Her claims that the divine voices she heard would lead France to victory made her one of the most celebrated figures of late medieval history. (Read more about the history of the devil in the Middle Ages.)

Portrayed by her enemies as a heretic, a witch, and a madwoman, she was later pardoned and eventually recognized as a saint by the Catholic Church. Today, she is a national hero of the French. Although historians regard Joan’s role as one of many factors in the winning of a complex war, her presence both as a warrior and spiritual visionary sparked the beginnings of France’s rise as a great European power.

Martyrdom of the Maid Joan of Arc, bound and dressed in a white chemise, is led to her execution site in the market square of Rouen. The pope annulled her conviction in the 1450s, and she was canonized in 1920. Painting by Isidore Patrois, 1867. Musée des Beaux-Arts, Rouen

By the end of 1430 the rulers of England and France, who had been locked in a war for decades, became increasingly preoccupied by the fate of an 18-year-old peasant girl. In December the faculty of the University of Paris wrote a letter to the king of England, who controlled Paris at that time: “We have recently heard that the woman called The Maid is now delivered into your power, (and)… must humbly beseech you, most feared and sovereign lord… to command that this woman shall be shortly delivered into the hands of the justice of the Church.”

The Maid was Joan of Arc, whose role in liberating the city of Orléans in 1429 had put courage back into the hearts of the embattled French. Even so, her capture soon after was a morale boost for the English, who immediately set out to vilify the woman who had done so much damage to their military campaigns. Shortly after the letter from the University of Paris was written, her trial took place. After the guilty verdict was handed down, Joan was executed in Rouen on May 30, 1431, by being burned alive.

Once her ashes had been scattered in the Seine River, Joan’s detractors hoped her name would be erased from history, but her name has burned more brightly in the hearts and minds of the French ever since then. The humble farm girl turned the tide for the French in the closing years of the Hundred Years’ War. Her claims that the divine voices she heard would lead France to victory made her one of the most celebrated figures of late medieval history.

Portrayed by her enemies as a heretic, a witch, and a madwoman, she was later pardoned and eventually recognized as a saint by the Catholic Church. Today, she is a national hero of the French. Although historians regard Joan’s role as one of many factors in the winning of a complex war, her presence both as a warrior and spiritual visionary sparked the beginnings of France’s rise as a great European power.

The Warrior Maid

Joan of Arc was born in 1412 in Domrémy, a small village in northeastern France near the border of the lands controlled by the English. From the age of 13, Joan claimed to have heard divine voices and seen visions of St. Michael, St. Catherine of Alexandria, and St. Margaret of Antioch. These divine messengers, she said, were urging her to go to the aid of the man who was the rightful king of France: Charles of Valois, son of Charles VI, whom the English had disinherited.

Touched by the War Often depicted as a fierce warrior, Joan also recoiled from the grim realities of battle, according to accounts. During the first day she fought to lift the siege of Orléans, she is said to have wept for the fallen on both sides. 15th-century helmet. British Museum, London

Because Paris lay deep in English-held territory, Charles had been forced to set up a makeshift court at Chinon on the Loire River. In 1428, Joan traveled there to explain her divine mission to Charles, but was turned away before she could meet with him. She returned to Chinon the following year and was able to convince a panel of theologians of her claim that she had been sent to “liberate France from its calamities.” They granted the teenager an audience with the exiled heir.

Joan informed Charles that divine voices wished her to fight the English and that her participation would lead to his coronation at Reims, the sacred site where France’s kings were crowned. After much examination, she won over Charles and his followers. They decided to put her to use at Orléans, a city under English siege.


DNA test for Joan of Arc

History contends that the ashes of Saint Joan of Arc were gathered from the pyre on which she was burned alive and tossed into the river Seine.

Anxious to avoid creating a martyr, the English, who had ordered her death in 1431, wanted nothing left of the 19-year-old French heroine. According to legend, however, a devoted follower managed to find and conceal some of her remains, including fragments of charred rib and material from clothing, that today are one of the Roman Catholic church's most precious relics.

Now DNA tests are to be carried out on the Pucelle d'Orléans (the Maid of Orleans), who was killed 575 years ago for being a heretic and a witch after she claimed voices from God had told her to drive the English from France.

Philippe Charlier, a genetic specialist at the Raymond-Pointcaré hospital at Garches, west of Paris, said the tests would solve the mystery over the relic.

"The remains include fragments of ribs, material, wood and traces of human body tissues on pieces of bone and wood from the pyre," he said.

Joan of Arc, was burned at the stake, but because her heart remained intact - seen in the 15th century as a miracle - her remains were cremated on two more occasions before being thrown in the river. "Today we can give medical reasons for why the heart, lungs and intestines might not have burned but in those days it was considered a miracle," said Dr Charlier. "They burned the remains twice more as they were very determined there should be nothing left."

He added: "We won't be able to say, 'Yes this is Joan of Arc', but within six months we will able to say if these remains belong to a female of 19 years old whose body was burned three times in Rouen in 1431."

Born in Domrémy in 1412, Joan of Arc began hearing voices at 13 telling her to liberate France from the English. At 17 she led an army to relieve Orleans. After accepting the surrender of Troyes, she and her army escorted Charles VII to Rheims for his coronation in 1429.

She was later captured and handed over to the English and then tried by a group of clergy who had to be coerced into finding her guilty in 1431. She was made a saint in 1920.


Voir la vidéo: Jeanne darc (Décembre 2021).