Podcasts sur l'histoire

Armée de l'Air de la Marine Rouge

Armée de l'Air de la Marine Rouge

L'armée de l'air rouge n'était pas un service indépendant et était contrôlée par l'armée rouge et la marine rouge. En 1936, les usines soviétiques produisaient environ 3 500 avions par an. Les plus importants d'entre eux étaient les chasseurs Polikarpov Po-2 et le Polikarpov I-16 et les bombardiers Tupolev TB-3 et Tupolev SB-2. En 1941, la Red Air Force possédait un total de 18 000 avions et employait 20 000 pilotes et 180 000 autres personnes.

L'armée de l'air de la Marine rouge a beaucoup souffert aux mains de la Luftwaffe lors de l'invasion allemande de l'Union soviétique en 1941. La plupart de l'aviation navale a été détruite au cours des premières semaines de l'invasion et en 1942, les avions survivants ont été transférés pour combattre avec l'armée de l'air de l'armée rouge. .


Voici comment 'RED Friday' est devenu une chose et pourquoi c'est toujours important aujourd'hui

C'est un petit acte qui signifie beaucoup plus que ce que les gens semblent réaliser. Le vendredi, les civils chez eux portent un vêtement rouge - une chemise, une cravate, n'importe quoi - pour rappeler à tous de Rse souvenir Etout le monde employé. Ces vendredis sont devenus connus sous le nom de R.E.D. Vendredi.

Aujourd'hui, vous verrez cette tradition honorée par la plupart des travailleurs de l'AAFES, des membres de la famille des militaires et des partisans des troupes, mais elle a en fait commencé il y a environ une douzaine d'années. Parlons de la façon dont cette manière patriotique de montrer votre soutien aux troupes en danger a commencé et pourquoi c'est un mouvement important.

Il y a en fait deux histoires d'origine concurrentes de cette tendance non officielle. Le premier dit que tout a commencé en 2005 avec un e-mail spécifique que les destinataires étaient censés transmettre à d'autres.

Cet e-mail contenait un extrait très poli pour une bonne cause :

Si chacun de nos membres partage cela avec d'autres connaissances, collègues de travail, amis et voisins, je vous garantis qu'il ne faudra pas longtemps avant que les États-Unis soient couverts de ROUGE - et que nos troupes sachent qu'il y a beaucoup de gens qui pensent à leur bien. -étant. Vous vous sentirez mieux vendredi toute la journée en portant du ROUGE !

Maintenant, on ne sait pas si cette tactique d'e-mail en chaîne est vraiment ce qui a amené les gens à porter du rouge le vendredi, mais si c'était le cas, ce doit être l'une des seules fois où les gens lisent réellement l'un de ces e-mails en chaîne.

En mars 2006, un autre mouvement plus tangible a commencé au Canada qui a imploré les abonnés de porter du rouge pour soutenir les troupes qui sont déployées. Maintenant, on ne sait pas si ce mouvement a commencé à partir de la chaîne de courrier électronique mentionnée précédemment, mais ils faire le créditer comme étant une « initiative américaine ».

Les épouses de militaires Lisa Miller et Karen Boier ont organisé un événement et ont rallié bon nombre de leurs concitoyens canadiens pour qu'ils se présentent vêtus de rouge. Bien que le « ROUGE » soit la couleur qui correspond à l'acronyme, il se trouve également qu'il fonctionne parfaitement avec le drapeau canadien.

Ces événements ont pris de l'ampleur et n'ont cessé de croître jusqu'à ce que, finalement, sa portée s'étende jusqu'au premier ministre canadien, Stephen Harper. Le 23 septembre 2006, Harper a dirigé un rassemblement de milliers de personnes en signe de solidarité envers les soldats canadiens déployés en Afghanistan dans le cadre de la guerre mondiale contre le terrorisme.

Les vendredis ROUGES semblent croître et décroître en termes de popularité parmi les civils, mais le cœur du mouvement est important : se souvenir de tout le monde déployé. La guerre mondiale contre le terrorisme est maintenant officiellement plus ancienne que les troupes éligibles pour s'enrôler et servir dans cette même guerre - il est important de se rappeler que nous avons toujours des hommes et des femmes se battent pour nous.

Il n'est pas difficile de montrer votre soutien aux troupes : choisissez simplement quelque chose de rouge dans votre garde-robe et soyez prêt à le porter vendredi, faites du bénévolat pour organiser des colis de soins pour les troupes qui ont encore besoin d'articles essentiels ou écrivez une troupe déployée. Je sais par expérience personnelle que chaque lettre que j'ai reçue était un coup de pouce au moral que j'ai honoré avec joie d'une réponse. Les gestes simples vont un long chemin.

Souvenez-vous de tout le monde déployé.

PLUS DE POSTES DE WE ARE THE MIGHTY :

Nous sommes les puissants (WATM) célèbre le service avec des histoires qui inspirent. WATM est fabriqué à Hollywood par des vétérans. C'est la vie militaire présentée comme jamais auparavant. Découvrez-le à We Are the Mighty.


La première utilisation du béret moderne dans l'armée américaine a eu lieu en 1943, lorsqu'un bataillon de l'armée du 509th Parachute Infantry a reçu des bérets marrons de leurs homologues britanniques pour leur service pendant la guerre. Bien qu'il n'ait jamais collé, l'utilisation du béret a commencé comme un couvre-chef qui désignait un service spécial du militaire et il continue toujours à avoir la même désignation – un peu.

La première utilisation généralisée du couvre-chef par les forces américaines est survenue quelques décennies plus tard, lorsqu'une nouvelle unité des forces spéciales de l'armée a été développée. Ils sont devenus l'organisation spéciale qui a été formée pour l'insurrection et la contre-guérilla et a commencé (officiellement) à porter une variété verte en 1953. Il a fallu encore huit ans aux forces spéciales de l'armée - les "Bérets verts" - pour obtenir l'approbation présidentielle de John F. Kennedy à officialiser leur couvre-chef, et en 1961, le béret vert des forces spéciales de l'armée américaine a été officiellement adopté.

Dans les années 1970, la politique de l'armée a permis aux commandants locaux d'encourager les distinctions uniformes améliorant le moral, et l'utilisation de bérets a explosé. Le personnel blindé de Fort Knox, dans le Kentucky, portait le béret noir britannique traditionnel, tandis que les régiments de cavalerie blindée américains en Allemagne portaient le béret noir avec un ovale rouge et blanc.

Les troupes de la 82e division aéroportée de Fort Bragg, en Caroline du Nord, ont commencé à porter le béret marron en 1973, tandis qu'à Fort Campbell, dans le Kentucky, la tendance a explosé - le personnel du poste portant du rouge, la police militaire portant du vert clair et la 101e division aéroportée prenant bleu clair comme couleur. À Fort. Richardson, AK, la 172e brigade d'infanterie a commencé à utiliser un béret vert olive.

En 1975, les Airborne Rangers ont obtenu l'approbation du chef d'état-major de l'armée pour utiliser le béret noir comme couvre-chef officiel.

Au cours des années suivantes, tout est devenu incontrôlable, alors, en 1979, les hauts responsables de l'armée "ont mis les freins". Le leadership de l'armée a permis aux Rangers de garder leurs bérets noirs. En 1980, les troupes aéroportées ont été autorisées à continuer à porter la version marron. Mais toutes les autres variétés de bérets ont été déclarées interdites.


RAF fondée

Le 1er avril 1918, la Royal Air Force (RAF) est formée par la fusion du Royal Flying Corps (RFC) et du Royal Naval Air Service (RNAS). La RAF a pris sa place aux côtés de la marine et de l'armée britanniques en tant que service militaire distinct avec son propre ministère.

En avril 1911, huit ans après que les Américains Wilbur et Orville Wright ont effectué le premier vol d'un avion automoteur plus lourd que l'air, un bataillon aérien de l'armée britannique&# x2019s Royal Engineers a été formé à Larkhill dans le Wiltshire. Le bataillon se composait de compagnies d'avions, de dirigeables, de ballons et de cerfs-volants transportant des hommes. En décembre 1911, la marine britannique a formé la Royal Naval Flying School à Eastchurch, Kent. En mai 1912, tous deux ont été absorbés par le Royal Flying Corps nouvellement créé, qui a établi une nouvelle école de pilotage à Upavon, dans le Wiltshire, et formé de nouveaux escadrons d'avions. En juillet 1914, les besoins spécialisés de la marine conduisent à la création du RNAS.

Un mois plus tard, le 4 août, la Grande-Bretagne déclara la guerre à l'Allemagne et entra dans la Première Guerre mondiale. À l'époque, le RFC comptait 84 avions et le RNAS 71 avions et sept dirigeables. Plus tard dans le mois, quatre escadrons du RFC ont été déployés en France pour soutenir le corps expéditionnaire britannique. Au cours des deux années suivantes, l'Allemagne a pris la tête de la stratégie aérienne avec des technologies telles que la mitrailleuse manuelle, et l'Angleterre a subi des bombardements et de la frustration dans le ciel contre des as de l'aviation allemands tels que Manfred von Richthofen, "Le Baron Rouge". Les raids aériens allemands répétés ont conduit les planificateurs militaires britanniques à faire pression pour la création d'un ministère de l'Air distinct, qui effectuerait des bombardements stratégiques contre l'Allemagne. Le 1 avril 1918, la RAF a été formée avec une branche féminine du service, la Women&# x2019s Royal Air Force. Ce jour-là, les chasseurs Bristol F.2B du 22nd Squadron effectuent les premières missions officielles de la RAF.

À la fin de la guerre&# x2019, en novembre 1918, la RAF avait acquis la supériorité aérienne le long du front ouest. La force de la RAF en novembre 1918 était de près de 300 000 officiers et aviateurs, et de plus de 22 000 avions. Au début de la Seconde Guerre mondiale, en septembre 1939, la force opérationnelle de la RAF en Europe avait diminué à environ 2 000 avions.

En juin 1940, les démocraties occidentales d'Europe continentale tombèrent une à une face à l'Allemagne, laissant la Grande-Bretagne seule dans sa résistance à l'Allemagne nazie. Le leader nazi Adolf Hitler a planifié une invasion de la Grande-Bretagne et en juillet 1940 a ordonné à sa puissante force aérienne&# x2014le Luftwaffe&# x2014détruire les ports britanniques le long de la côte en préparation. Les aviateurs de la RAF, en infériorité numérique, ont opposé une résistance féroce au cours des premières semaines de la bataille d'Angleterre, amenant les commandants de la Luftwaffe à placer la destruction de la flotte aérienne britannique au premier plan de l'offensive allemande. Si les Allemands réussissaient à anéantir la RAF, ils pourraient commencer leur invasion comme prévu à l'automne.

Au cours des trois mois suivants, cependant, la RAF a résisté avec succès à l'invasion aérienne allemande massive, en s'appuyant sur la technologie radar, des avions plus maniables et une bravoure exceptionnelle. Pour chaque avion britannique abattu, deux avions de combat de la Luftwaffe ont été détruits. En octobre, Hitler retarda indéfiniment l'invasion allemande et, en mai 1941, la bataille d'Angleterre prit fin. Le Premier ministre britannique Winston Churchill a déclaré à propos des pilotes de la RAF : "Jamais dans le domaine des conflits humains n'a été autant dû par tant à si peu."


La voie du CHEVAL ROUGE

Le corps d'élite d'ingénieurs civils à déploiement rapide de l'Air Force fait des miracles en Afghanistan, au Qatar, au Kirghizistan et dans d'autres endroits austères qui sont le théâtre de l'opération Enduring Freedom et d'autres actions américaines dans la région.

Il s'agit des unités du génie rapide déployable de l'escadron de réparation opérationnelle lourde, mieux connues sous le nom de RED HORSE.

Ces équipes ont entrepris d'énormes tâches allant du plus grand projet de rampe de stationnement d'avions de l'histoire à la rénovation des quartiers d'habitation des anciennes bases talibanes en Afghanistan. Ils ont réparé des pistes dans des conditions de panne d'électricité et, sur une base avancée, ont posé suffisamment de gravier pour construire une route qui s'étendrait du Pentagone à la base aérienne de Langley dans la région de Tidewater, dans le sud-est de la Virginie.

Avec environ 100 millions de dollars de projets en cours à la fin de 2002, les escadrons RED HORSE sont à la pointe de l'un des plus grands programmes de construction militaire depuis le Vietnam. "Ce sont des réalisations impressionnantes", a déclaré le colonel Fred Wieners, directeur de la Force opérationnelle Enduring Look, un effort de la Force aérienne pour documenter les leçons apprises dans la guerre contre le terrorisme. « Quel autre pays pourrait aller à l'autre bout du monde et faire ça ?

Considérez l'ampleur du projet de rampe - le plus gros travail qu'une unité RED HORSE ait jamais entrepris.

Dans cette entreprise, les ingénieurs de l'Air Force des 820e et 823e unités RED HORSE ont passé cinq mois à transformer un site désertique de broussailles et de sable du Golfe en un aérodrome pavé de la taille d'environ 20 terrains de football combinés.

Des membres du 820e, déployés depuis Nellis AFB, Nevada, et 823e, de Hurlburt Field, en Floride, et un assortiment d'autres membres du personnel du génie de l'Air Force ont travaillé sans relâche pour terminer le projet plus tôt. La rampe – à al Udeid au Qatar – mesure environ 44 000 pieds carrés de plus que la rampe du précédent détenteur du record, qui a été construite par le 554e RED HORSE en 1967 à la base aérienne de Phan Rang dans ce qui était alors le Sud-Vietnam.

Temps record

« Ils ont construit cette chose [à al Udeid] en un temps record », a noté le général de division Earnest O. Robbins II, l'ingénieur civil de l'Air Force, au Pentagone. « Les entrepreneurs extérieurs ont estimé que cela prendrait des mois. »

Le projet prévoyait de couler plus de 1 000 mètres cubes de béton toutes les 24 heures. Une journée de travail typique a vu le mouvement de jusqu'à 350 camions sur et hors du site.

"Ils ont en fait dû construire toute cette zone d'environ trois pieds et demi", a déclaré Robbins. "C'était un projet de construction assez incroyable."

Outre la rampe, les membres de RED HORSE ont construit sur la même base quelque 124 000 pieds carrés d'espace de maintenance couvert et une nouvelle caserne de pompiers, un entrepôt, quatre hangars et une installation d'opérations d'escadron. Ils ont posé 10 000 pieds de conduites et construit des installations de gestion de l'eau pour la lutte contre les incendies et la consommation du personnel.

Les unités RED HORSE sont les équipes de génie civil SWAT de l'Armée de l'Air. Ce sont des unités de 404 personnes dont la mission est de se déplacer rapidement pour soutenir des opérations spéciales ou des déploiements d'urgence dans le monde entier.

Ils sont formés pour opérer dans des environnements à haut risque avec peu ou pas de soutien d'un entrepreneur, et ils sont si autonomes qu'ils peuvent se déployer avec leurs propres armes, équipement et même service de restauration et soutien médical si besoin est.

Leur spécialité est ce que les responsables de l'Air Force ont appelé « capacité horizontale » : la construction, l'entretien et la réparation des pistes et des rampes. Cependant, ils se veulent extraordinairement flexibles et peuvent effectuer pratiquement toutes les tâches de génie civil, de l'évaluation des dommages à la construction de bâtiments sur des bases auparavant nues.

Certaines unités possèdent des capacités spéciales. Celles-ci vont du forage de puits aux opérations de démolition explosive et de carrière. Au cours de l'exercice 2003, les plans prévoient même l'ajout d'une capacité de largage à certains escadrons, leur permettant de livrer du matériel léger et du personnel par largage ou par d'autres moyens de transport aérien.

La doctrine actuelle organise les escadrons en quatre échelons de déploiement. Le premier compte 16 personnes capables d'évaluer et de préparer le terrain et prêtes à se déplacer dans les 16 heures suivant la notification. Le second, avec 148 personnes, peut être prêt à être déployé dans les 96 heures et ajoute la réparation des dommages causés par les bombes lourdes et le développement de bases légères à l'éventail des capacités. Le troisième élément – ​​avec 120 membres du personnel – se déplace six jours après la notification, et le quatrième – avec 120 autres membres du personnel – se déplace deux jours plus tard et amène une unité RED HORSE à pleine puissance.

Quatre des sept escadrons RED HORSE de l'Air Force sont en service actif. Le reste est fourni par l'Air National Guard et l'Air Force Reserve Command. Ces dernières sont des unités divisées, les deux moitiés étant situées dans des bases différentes et servant sous des commandants différents. Par exemple, le 200e RED HORSE, Port Clinton, Ohio, se combine avec le 201e RED HORSE, Fort Indiantown Gap, Pennsylvanie, pour former une unité complète.

Racines du Vietnam

Les racines de RED HORSE remontent à l'époque du Vietnam, lorsque le secrétaire à la Défense de l'époque, Robert S. McNamara, a demandé à l'Air Force de développer une capacité de construction de combat interne similaire à celle des Seabees de la Marine. Le RED HORSE en fut le résultat, avec les premières unités déployées à Phan Rang en 1966.

Depuis lors, les escadrons, dont l'emblème est un cheval rouge armé et reniflant conduisant un bulldozer, ont joué un rôle clé dans les opérations de contingence de l'Air Force. Lors de la guerre du Golfe de 1991, par exemple, une force composite de RED HORSE provenant d'un certain nombre d'escadrons a réalisé plus de 25 projets de construction sur 12 sites différents dans la région du Golfe.

Une grande partie du travail était en Arabie Saoudite. A al Kharj, juste au sud de Riyad, le personnel de RED HORSE a supervisé la construction en quelques semaines d'une base aérienne capable de gérer cinq escadrons de chasse. Ils ont construit des bermes pour protéger les sites de missiles Patriot pour l'armée. À la fin de la guerre, par ordre du patron de l'air de la guerre du Golfe, alors-Lt. Le général Charles A. Horner, ils ont essentiellement détruit deux bases aériennes dans le sud de l'Irak en coupant des pistes et en faisant sauter des abris d'avions durcis.

Dans la guerre contre le terrorisme, les unités RED HORSE ont eu la chance de vraiment se dégourdir les jambes. Le travail que les unités ont entrepris pour Enduring Freedom a peut-être été leur plus grand défi.

"Certainement en termes d'ampleur, de taille des projets, de leur durée, ce sont les opérations de RED HORSE les plus soutenues" depuis les années 1960, a déclaré Robbins.

Depuis que les États-Unis ont lancé le 7 octobre 2001 leur attaque contre les forces talibanes en Afghanistan, les unités RED HORSE se sont rendues sur un total de 26 sites dans la région. Dans 12 de ces bases, les unités effectuaient la construction proprement dite. À 14 ans, ils ont effectué des études de site ou d'autres travaux d'évaluation.

Quelque 1 400 membres de RED HORSE, provenant de cinq escadrons différents, ont parcouru le théâtre d'opérations d'Enduring Freedom. Les spécialités les plus demandées sont celles associées aux travaux de piste, qui comprennent tout, du mélange de béton aux installateurs de balisage lumineux d'aérodrome.

Le travail de RED HORSE pour l'opération Enduring Freedom peut être essentiellement divisé en deux catégories principales, selon les responsables de l'Air Force.

Le premier est la construction d'une nouvelle capacité aérienne en prévision des besoins futurs. La construction d'al Udeid en est un bon exemple. Le personnel de l'armée de l'air a essentiellement créé une nouvelle base d'opérations avancée géante en quelques mois, l'équivalent des installations de l'Arabie saoudite.

Bombarder et construire

Le second concerne les travaux de réparation d'installations existantes mais vétustes. Un parfait exemple de ceci est Bagram, la principale base aérienne en Afghanistan. Construit par les Soviétiques lors de leur malheureuse occupation afghane des années 1980, Bagram a subi des dommages considérables lors de la brève campagne alliée contre les talibans. RED HORSE a ensuite été accusé d'être entré et de reconstruire ce que les bombes de l'Air Force de 500 livres avaient déchiré en morceaux.

Les pistes américaines présentent généralement des surfaces en béton lisses et continues. Le style soviétique, cependant, consistait à construire en dalles de béton. En théorie, cela facilite la construction. En pratique, l'entretien devient un cauchemar.

"Vous avez toutes ces articulations qui fonctionnent latéralement et horizontalement", a déclaré Robbins. "C'est un problème de maintenance constant pour essayer de garder l'aérodrome en douceur."

Chaque dalle de béton de 11 pieds sur 13 prend une heure ou plus à réparer. Les équipes de RED HORSE, en collaboration avec d'autres unités de génie civil de l'USAF, ont réparé ou remplacé plus de 2 500 d'entre elles.

« Les forces alliées ont fait un très bon travail en détruisant cet aérodrome », a déclaré le plus haut ingénieur civil de l'Air Force.

À un moment donné au cours de ce processus, les commandants américains à Bagram ont décidé que la situation en matière de sécurité était telle que certaines des réparations devraient avoir lieu la nuit, les membres de RED HORSE utilisant un équipement de vision nocturne. En partie pour cette raison – et en partie parce que c'était une bonne occasion d'entraînement – ​​le 200e/201e RED HORSE est sorti et a coulé avec succès du béton dans l'obscurité totale, en utilisant uniquement un équipement de vision nocturne.

"C'est la première fois que nous faisons cela, à ma connaissance", a déclaré Robbins.

La difficulté de cette opération était aggravée par le fait que l'équipage utilisait un système de réparation de chaussée déployable. Cette machine à béton mobile est conçue pour des réparations rapides et ne produit donc rapidement que des quantités limitées de béton. C'est une machine haute performance qui est sensible à des variables telles que la taille de la pierre et la qualité du sable.

Pourtant, RED HORSE a utilisé le système déployable pour la moitié de ses réparations sur Bagram, en l'exécutant en continu pendant trois mois. Entre les réparations de la dalle, les unités ont trouvé le temps de reconstruire le village de la base aérienne, de construire de nouvelles douches et buanderies, d'installer plusieurs centaines de mètres de murs de sécurité, de recâbler la tour de contrôle du trafic aérien et de paver un terrain de basket.

Les installations du Qatar au Kirghizistan ont reçu un traitement similaire à la presse complète RED HORSE, le tout dans une région où tout, du climat à la rareté des ressources locales, rend la construction difficile.

"Ce fut un test unique en son genre que nous ayons jamais connu", a déclaré Robbins.

Au Qatar et dans d'autres endroits du côté du Golfe, la température peut atteindre 120 degrés et l'humidité environ 90 %. Dans ces conditions, le personnel de construction de l'Air Force ne peut travailler qu'environ 30 minutes à la fois avant de devoir faire une pause, et le béton ne coule pas bien. Le sable omniprésent encrasse le travail et les machines.

"De plus", a noté Robbins, "nous avons appris que certaines des roches les plus dures du monde existent là-bas."

Dans la préparation de la guerre du Golfe de 1991, le soutien des entrepreneurs était abondant, car les États-Unis opéraient avec des alliés arabes et se déplaçaient depuis certaines des nations les plus riches du Moyen-Orient. Mais l'Afghanistan et le Pakistan ne sont pas l'Arabie saoudite ni même le Qatar. Une grande partie du défi de RED HORSE au cours des derniers mois est venue d'opérer pratiquement seul.

« Dans un cas [à un endroit non divulgué], nous avons trouvé un gars avec un camion à benne basculante », se souvient Robbins. "Il était la somme totale de nos capacités d'entrepreneur."

Cette personne s'est montrée vaillante dans la livraison d'agrégats, a ajouté Robbins et est devenue très populaire auprès de la direction de RED HORSE. Dans l'ensemble, cependant, ce problème représente l'une des principales leçons d'ingénieur civil tirées de l'opération Enduring Freedom.

"Les hypothèses concernant le soutien du pays hôte ne sont pas toujours valables", a déclaré Robbins.

Ailleurs, RED HORSE a largement utilisé le programme d'augmentation des contrats de l'Air Force. L'AFCAP a permis aux planificateurs de l'Air Force d'aller voir des entrepreneurs et de simplement dire qu'ils avaient besoin d'un équipement particulier à un endroit et à un moment donnés. Il appartenait au secteur privé de trouver l'équipement et de l'expédier au port le plus proche de l'emplacement en question.

L'une des raisons pour lesquelles les logisticiens de service apprécient cette approche est qu'elle aboutit souvent à de nouvelles machines lourdes, ou presque, à l'usage de la Force aérienne. La plupart des équivalents de service sont vieux et ont besoin d'être remplacés.

"Cela nous donne une longueur d'avance", a déclaré Robbins. « De plus en plus, nous cherchons à augmenter le personnel de la Force aérienne avec du matériel loué au secteur privé. »

Il y avait d'autres

L'expérience intensive de l'OEF a également appris à la Force aérienne que ses unités de réserve RED HORSE sont aussi capables que leurs équivalents en service actif. Et il a reconfirmé le fait que les escadrons RED HORSE ne sont qu'une partie de l'équation du génie civil du service.

RED HORSE représente une « capacité incroyable », a déclaré Robbins. Il ouvre la porte et prépare les emplacements pour tout ce qui suit. D'autres services, cependant, ont contribué à cet effort en Afghanistan, notamment les Seabees. Et la majorité du personnel du génie civil de l'Air Force ne sont pas des RED HORSE mais des membres des unités d'appui au combat Prime BEEF.

Prime BEEF, pour Base Engineer Emergency Forces, s'est déployé en Afghanistan et dans d'autres sites du Moyen-Orient à la suite de RED HORSE pour assurer la maintenance et poursuivre la construction dans des bases clés.

À Bagram, par exemple, des ingénieurs civils de l'Air Force issus de quatre unités différentes ont aidé RED HORSE à réparer des dalles de béton et ont installé un système d'éclairage qui a permis au terrain de passer d'un état d'atterrissage secret sans lumière visible à des atterrissages déclarés.

"Beaucoup sont déployés depuis longtemps", a déclaré Robbins. « Ils portent une grande partie de cette charge. C'est un travail d'équipe total. »

Et cet effort est inestimable pour la guerre contre le terrorisme dans son ensemble. La Task Force Enduring Look – le projet de leçons apprises de la guerre contre le terrorisme – a énuméré la capacité de fournir un soutien aux opérations de base dès le début comme la clé du succès des alliés.

"Il y a une tendance à vouloir mettre le fer en premier, ces armes que nous pouvons utiliser pour faire du mal à l'ennemi", a déclaré Wieners à un intervieweur d'Air Force News plus tôt l'année dernière. « Mais il est important de trouver le bon équilibre pour garantir la survie de votre personnel et son fonctionnement. C'est un défi difficile, surtout dans des bases austères, comme nous l'avons vu en Asie centrale.


GAO confirme le contrat Navy Red Air

Tactical Air Support Inc. a surmonté une manifestation pour remporter un contrat de 106,8 millions de dollars sur cinq ans pour piloter Red Air pour l'US Navy, battant le titulaire, qui effectuait des missions adverses depuis 1996, et trois autres entreprises.

L'utilisation d'avions civils pour effectuer des missions adverses est en augmentation. L'Air Force prévoit de présélectionner des fournisseurs responsables l'année prochaine, dans le but ultime d'amener plusieurs entreprises civiles à partager la mission Red Air avec ses propres escadrons d'agresseurs.

TacAir, de Reno, Nevada, soutiendra la Navy Fighter Weapons School connue sous le nom de TOPGUN et Carrier Air Wing Training avec des Tigres avancés F-5E/F améliorés, acquis de la Royal Jordanian Air Force, a déclaré Mick Guthals, directeur principal du développement commercial. .

Le prix a été décerné il y a six mois, mais Airborne Tactical Advantage Company, qui avait volé environ 50 000 heures d'air ennemi pour la Marine, a protesté, alléguant que les F-5 de TacAir ne répondaient pas aux exigences de la Marine selon lesquelles son intégration radar et ses petits 21 avions flotte posait un « risque élevé » et que son prix était irréaliste. Mais le GAO a nié la protestation et l'accord se poursuit.

L'ATAC, s'exprimant par l'intermédiaire d'un porte-parole, a refusé de commenter le magazine Air Force jeudi.

Le contrat de la Marine exigeait des soumissionnaires qu'ils fournissent au moins quatre avions capables de mission équipés d'un système de récepteur d'alerte radar et d'un radar à balayage mécanique, tout en ayant également la capacité de transporter une nacelle de système d'entraînement au combat tactique. L'appel d'offres proposait également des « minutes de vol premium » pour les aéronefs équipés de radars à réseau actif à balayage électronique.

Guthals a déclaré que TacAir prévoit de voler environ 1 700 heures par an et disposera de cinq F-5AT sur l'aire de trafic de la base aéronavale de Fallon, dans le Nevada, pendant les périodes d'assistance. Mais il a ajouté que le nombre d'avions fournis "peut atteindre plus de 10 à mesure que les sorties augmentent".

Le Naval Air Systems Command a estimé que les propositions finales de TacAir et de l'ATAC étaient techniquement « exceptionnelles » avec un « faible risque ». NAVAIR a indiqué qu'il avait une "confiance substantielle" dans les performances passées de l'ATAC et une "confiance neutre" dans celle de TacAir, selon la protestation, mais que le prix évalué de la proposition finale de l'ATAC était de 257,3 millions de dollars, soit plus du double de celui de la proposition finale de TacAir.

L'ATAC, qui a été fondée en 1994 par JD Parker, diplômé de l'Air Force Academy en 1988 et vétéran des opérations Desert Shield et Desert Storm, est largement considéré comme le « pionnier » de l'industrie aérienne des adversaires contractuels, mais la concurrence s'est considérablement accrue ces dernières années. De nouveaux rivaux sont entrés sur le marché dans l'espoir de remporter une partie du contrat multi-attributions prévu de l'Air Force pour l'appui aérien rapproché des contrôleurs aériens et interarmées d'attaques de terminaux.

Le programme de l'Air Force est énorme : le service recherche environ 30 000 heures annuelles de vol adversaire sous contrat dans 12 bases différentes de l'USAF situées aux États-Unis, notamment en Alaska et à Hawaï, ainsi qu'environ 10 000 heures de soutien JTAC, selon des personnes familières avec la sollicitation.

Les propositions finales pour le contrat de soutien aérien contractuel des FAC (CAFCAS) de l'armée de l'air étaient attendues le 18 octobre et le service devrait attribuer plusieurs contrats de livraison à durée indéterminée à quantité indéterminée en juin 2019, dans l'attente que les entreprises commenceront à voler à la fin de 2019. début 2020.

TacAir et l'ATAC ont soumis des propositions à l'Air Force, tout comme Draken International, qui pilote actuellement Red Air à Nellis AFB, Nevada, et Top Aces. D'autres peuvent également avoir soumissionné.

En juin, l'Air Force a attribué à Draken un contrat de 280 millions de dollars pour continuer à voler dans les airs adverses à Nellis AFB, Nevada, jusqu'en décembre 2023. Draken est le seul fournisseur commercial de Red Air à l'US Air Force depuis qu'il a reçu son premier contrat en 2015. pour augmenter les agresseurs F-16 existants de l'USAF. Le contrat Nellis se veut une solution provisoire jusqu'à l'entrée en vigueur du contrat CAFCAS.

Draken a agrandi sa flotte en prévision de ce contrat, annonçant l'année dernière avoir acquis 12 chasseurs supersoniques Atlas Cheetah sud-africains, en plus de sa flotte de neuf Aermacchi MB-339, 27 MiG-21, 21 L-159, 22 F1. , 13 A-4, cinq L-39 et un T-33.

Textron Airborne Solutions, qui a racheté l'ATAC en 2016, a annoncé en septembre 2017 avoir acquis 63 avions Mirage F1 anciennement propriété de l'armée de l'air française, ce qui en fait la plus grande force aérienne supersonique privée au monde.

Et Top Aces a signé un accord d'achat pour 29 F-16 du premier bloc, qui avaient été vendus à un pays partenaire dans le cadre d'un accord de vente militaire à l'étranger. Les responsables de l'entreprise ont déclaré qu'ils prévoyaient de commencer à faire entrer les combattants de quatrième génération dans le pays dès que le contrat IDIQ serait attribué.

Toutes les entreprises qui composent ce marché émergent se disent constamment à la recherche de nouvelles opportunités pour développer leur flotte.

"C'est un juste équilibre entre les avions requis et les avions possédés", a déclaré Guthals. «Comme le font les services aujourd'hui, notre défi est de fournir suffisamment d'avions pour répondre aux besoins en heures de vol de l'Air Force, de la Navy et du Marine Corps sans structure de force excessive. Cela maximise la valeur de l'armée de l'air et de la marine en n'ayant pas de matériel et de logiciels en excès qui traînent et ne contribuent pas à la mission. »


32 termes que seuls les aviateurs comprendront

En tant que plus jeune membre des forces armées américaines, l'Air Force reçoit beaucoup de critiques des autres branches, malgré sa capacité à (sans doute) détruire toute vie sur Terre en 30 minutes. Au cours de sa relative courte histoire, ses aviateurs ont développé une culture et une langue qui leur sont propres.

« Airman Snuffy »

L'original Dirtbag Airman, c'est un exemple que les instructeurs de l'Air Force utilisent pour former les aviateurs à ne pas faire les mauvaises choses dans des situations hypothétiques. La différence entre l'exemple et le vrai Airman Snuffy est que le vrai Snuffy est un récipiendaire de la médaille d'honneur. Il a essayé d'éteindre un incendie d'avion mortel en pissant dessus tout en abattant simultanément des avions de chasse nazis.

Qu'est-ce que la pisse

Il s'agit de la marque de fabrique, expression de prédilection prononcée (hurlée) par les instructeurs de formation militaire de l'armée de l'air (MTI). De Zero Week jusqu'à l'obtention du diplôme, chaque fois que vous oubliez où vous êtes, vous entendrez cette phrase juste avant de recevoir un rappel. Seuls les MTI savent pourquoi ils ont choisi cela. Cela pourrait être un hommage à Airman Snuffy.

La fosse aux serpents

Où mangent les MTI de l'Air Force, généralement juste au bout de la file d'attente, de sorte que chaque stagiaire d'un aviateur doit passer pour se rendre à sa table.

Souris domestique

Ne jamais être désigné comme tel - il s'agit techniquement du Flight Office Technician, alias l'assistant du MTI. Voir aussi : Vif d'Or.

Cartes de Stress

Le mythe le plus tenace sur l'Air Force. D'autres branches pensent que nous les obtenons pendant la formation de base au cas où nous aurions besoin de «prendre un moment». Ceux-ci n'ont jamais existé et n'existeront jamais, mais en raison de l'ancienne formation de base de six semaines de l'Air Force, cela semble plausible. Si jamais l'USAF essayait cela, le fantôme de Curtis LeMay brûlerait la maison du secrétaire de l'Air Force.

Vols arc-en-ciel

Avant que les stagiaires de base obtiennent leur premier numéro d'uniforme (alias "slicksleeves") à Lackland, ils se promènent généralement dans les civils où ils sont arrivés pour la première fois. En formation, ils ressemblent à un arc-en-ciel et sentent probablement mauvais parce qu'ils portent ces vêtements depuis 2 à 4 jours.

Déclaration de rapport

« Monsieur/Madame, le stagiaire ________ rapporte comme prévu », la phrase que vous donnez à un MTI chaque fois que vous avez besoin de répondre à une demande.

Formulaire AF 341

Rapport d'écart d'excellence - Chaque aviateur en formation de base et en école technique doit porter au moins trois de ces petits formulaires sur lui en tout temps. Lorsque vous vous trompez, on vous en demandera une et on la transformera en unité d'entraînement. Le 341 est un excellent moyen de présenter aux aviateurs le principal système disciplinaire de l'Air Force – la paperasserie. Les rumeurs selon lesquelles ce formulaire est utilisé pour signaler l'excellence sont sans fondement.

La farce de la barre Nutri-Grain

More advanced basic trainees will sometimes tell newer trainees they can’t eat the Nutri-Grain Bars at breakfast unless they take the bar, slam it on the Snake Pit’s table and shout out what flavor it is, then stand at parade rest until given permission to digest.

Dirtbag Airman (DBA)

The chaff that fell through the cracks — The Dirtbag Airman has no regard for regulations, dress and appearance, customs and courtesies, or even personal hygiene. It shows up late with Starbucks cups and takes the most breaks while doing the least work.

Pull Chocks

Refers to pulling the wedges used to prevent a stationary aircraft from moving while parked on the flightline. Also known as “Let’s go” or “Let’s get out of here,” in Air Force parlance, because you have to pull the chocks before the plane can leave the base.

The Air Force does not have Chow Halls or Mess Tents. It has Dining Facilities (or DFACs). Referring to the building in which Airmen who do not have the time to go to the BX Food Court or Burger King as a “Chow Hall” actually offends senior enlisted Food Service Craftsmen.

A USAF Weapons Loader. He or she sometimes drives a “Jammer.”

Notes made by USAF pilots and left for maintenance crews to fix. Because aircraft maintainers are, for the most part, funny, sometimes the crews’ responses are worth compiling.

Not an actual hunk of meat. A Prime Base Engineer Emergency Force is a rapidly deployable, specialized civil engineer unit. If you’re deployed in an austere location, you want them to be your best friends.

BRRRRRRRRRRRRT

The sound an A-10 Thunderbolt II aka “Warthog” makes when projecting freedom.

Means “Below the Zone” promotion from E-3 to E-4, or getting that extra stripe before your regular time in service promotion. Squadrons sometimes groom Airmen for this.

This is the regulation for Air Force Dress and Appearance Standards, and is usually the only Air Force Instruction most Airmen actually know, can remember when asked, or have ever read.

The Gauntlet – aka “Tacking On”

Enlisted Air Force personnel wear their rank on the sleeves of their ABUs. When they are promoted, their new rank is “tacked on.” The Airman’s peers stand in two lines, the new rank patches are pinned to the Airman’s uniform, and the promotee walks down the line as his coworkers punch them as hard as possible in the rank.

Photo: 1st Lt. Nathan Wallin/USAF

Whole-Airman Concept

An enlisted performance review system designed to keep you from earning a perfect rating (and ultimately a BTZ promotion) despite being the best performer in your unit at your actual job function, because you didn’t volunteer to pick up trash at the squadron commander’s mandatory fun burger burn.

FOD is Foreign Object Debris, anything on the flightline that doesn’t belong there and could damage the aircraft. Entire units sometimes walk shoulder to shoulder picking up whatever FOD they find. Airmen in non-flightline roles will sometimes be assigned to augment FOD walks.

First Shirt or “Shirt”

The unit First Sergeant. There are a lot of theories as to why, but there’s no real consensus.

Operation Golden Flow

Being “randomly selected” to have someone watch you pee for drug use testing.

Why Not Minot?

Universally regarded as the most unpleasant duty station due to its extreme remoteness, Minot Air Force Base’s staff use this phrase to laugh at their situation because otherwise the terrorists win. The entire Air Force recognizes this phrase and it’s reply: Freezin’s the reason! In the SAC days, they would say “there’s a woman behind every tree!” There were no trees.

Jet fuel. Smells like freedom.

Prop Wash and Flight Line

A fool’s errand given to new enlisted airmen, similar to a snipe hunt or the Army’s “box of grid squares.”

Photo Credit: US Air Force

The Wing-level Commander — usually the base commander — who is always 0-6 or above. The highest ranking person on the base, though some bases have multiple wings.

Breaking Red

Walking outside the designated personnel areas (marked in red) on the flightline or not using designated entry and exit control areas. Breaking Red will result in youtr face pressed to the ground with a boot on your back and an M-16 pointed at your neck (aka Eating Ramp). Security Forces love it when people do this.

Liquid oxygen used in aircraft oxygen systems, run by fuels management techs. Sometimes used to cool beer.

Every career field and unit has its own slang, motto, and/or culture. IYAAYAS is the most widely-known and is the official rally cry of the USAF Munitions Specialists and means “If You Ain’t Ammo, You Ain’t Shit.” Others include “Who the hell, POL” (fuels) and “No Comm, No Bomb” (Communications).

Photo: US Air Force Staff Sgt. Ashley ReedUS Army Staff Sgt. Scott Graham, a medic with the 214th Aviation Regiment (Air Ambulance), carries a litter and a backboard from a UH-60 Black Hawk helicopter to extract a simulated patient during a medical evacuation mission July 31, 2012, at Camp Atterbury, Ind., as part of Vibrant Response 13. Vibrant Response is a U.S. Northern Command-sponsored field training exercise for chemical, biological, radiological, nuclear and high-yield explosive consequence management forces designed to improve their ability to respond to catastrophic incidents.

Aerial Porters who rig cargo, parachutes, prepare airdrops and load/unload aircraft are technically “Air Transportation Specialists” but are referred to as Port Dawgs.

Derivative of “Fool Proof,” this is how Airmen lord our higher ASVAB score requirements over the Army. Every time a grunt says “Chair Force,” an Air Force PJ gains one of their IQ points.

PLUS DE POSTES DE WE ARE THE MIGHTY :

We Are The Mighty (WATM) is dedicated to serving the military community with authentic entertainment and original content. With a team of military veterans and civilian military supporters, WATM features premium original and curated video programming of all genres as well as photography, stories, quizzes, lists and much more. For more, visit the We Are the Mighty site.


Code Red in “A Few Good Men”

When many people hear the term "code red," they immediately think of the popular 1992 movie Quelques bons hommes. In order to understand what the term meant in the film, we'll need to look at it in the context of the overall plot. The movie was based on a real-life incident that took place in 1986 at Guantanamo Bay, Cuba, in which 10 Marines were court-martialed for hazing a fellow Marine.

In the movie’s version of the events, the hazing incident becomes even more serious when it results in the death of a Marine named William Santiago. A character named Lt. Commander Jo Galloway (Demi Moore) suspects that the officer's death was the result of a "code red" order given by a character named Colonel Jessup (Jack Nicholson).

In the context of Quelques bons hommes, a "code red" refers to a type of illegal order that results in the hazing or death of a marine by his fellow officers. As the film progresses, the case is ultimately assigned to Lt. Dan Kaffee (Tom Cruise), a lawyer who prefers to quietly plead his cases. At Galloway's urging, however, Kaffee finally uncovers whether or not Jessup gave the code red order.

The truth ultimately comes out in an explosive scene in which Jessup exclaims his famous line, "You can't handle the truth!" A few lines later, the exchange continues:

LT JG Kaffee: Did you order the Code Red?

LT JG Kaffee: Did you order the Code Red?

Col. Jessup: You’re G** d*** right I did!


US Air Force probes targeted malware attack, blames. er, the US Navy? What?

The US Air Force has opened an investigation into a "malware" infection – which it is blaming on lawyers employed by the US Navy who are working on a war crimes case.

The bizarre case hinges around an alleged attempt by a US Navy prosecutor to plant malware on the devices of US Air Force lawyers defending a US Navy SEAL over war crimes charges from his time commanding a small unit in Afghanistan.

Like the UK, US military lawyers can work on cases involving people from outside their own branch of the armed forces.

Les US Air Force Times, an independent publication, quoted from a memo written by Captain David Wilson, a senior Navy defence lawyer, referring to "malware" found on the machine of a USAF lawyer he was working alongside. This was later described as having been written to gain "full access to his computer and all files on his computer".

"In fact, I've learned that the Air Force is treating this malware as a cyber-intrusion on their network and have seized the Air Force Individual Military Counsel's computer and phone for review," he wrote.

The malware was further described as "tracking software".

Similar malware was sent to the editor of sister publication the US Navy Times, USAF Times signalé. The editor had written a number of detailed articles about the ongoing trial, leading USN prosecutors to believe someone was leaking documents – in breach of a court order. USAF Times speculated that the malware was sent in the hope of identifying potential sources for those leaks.

The paper claimed the email had "contained hidden computer coding designed to extract the IP address of the Navy Times computer network and to send that information back to a server located in San Diego".

If unauthorised, such behaviour would be a clear criminal offence under American law.

The intentional, weaponised use of malware by state agencies is something that is, by law and custom, restricted to being used against actual criminals and not journalists. While aggressive and unsupervised law enforcement bodies across the world do abuse their powers, break the law and spy on journalists, doing so with email malware appears to be a new one. ®

Other stories you might like

Indian IT Minister angry that Twitter broke local law by following US law

The Indian Government’s dispute with Twitter took a new turn over the weekend with IT Minister Ravi Shankar Prasad accusing the micro-blogging service of breaking Indian law by following US law.

Shankar made the argument that Twitter was again flouting Indian law after his account was briefly locked when the avian network acted on a complaint about copyrighted material appearing in the Minister’s feed.

Linus Torvalds launches Linux 5.13 after just seven release candidates

Linus Torvalds has released version 5.13 of the Linux kernel after a very smooth development process that required just seven release candidates.

“So we had quite the calm week since rc7, and I see no reason to delay 5.13,” wrote the Linux maintainer-in-chief in his weekly State of the Kernel post.

Torvalds rated the new release as “fairly large”.

Tesla shows off the AI supercomputer training what it hopes will one day be an actual self-driving car

In Brief If you're wondering what it takes to develop a self-driving car, know that Tesla is using a 1.8-exaFLOP AI supercomputer packed with 5,760 GPUs that train neural networks it hopes one day will power autonomous vehicles.

The machine was described by the automaker's senior director of AI, Andrej Karpathy, during an online academic computer vision conference this week. It is used to develop Tesla's super-cruise-control system Autopilot, and also what could be a fully self-driving system when finished. Tesla has been chasing the autonomous vehicle dream for years the tech has so far proved elusive.

“This is a really incredible supercomputer,” Karpathy said. “I actually believe that in terms of FLOPS, this is roughly the number five supercomputer in the world."

Green MSP calls on Scottish government to stop spending £4.7m a year with AWS after Amazon 'dumping' allegations

A leading Green MSP has called for the Scottish government to sever all ties with Amazon – including the £4.7m a year it spends on AWS – following a report alleging the e-tailer dumps thousands of unsold items each week.

Lorna Slater, co-leader of the Scottish Greens, raised the issue with Nicola Sturgeon on Thursday during First Minister’s Questions (FMQs).

She referred the First Minister to the ITV report featuring undercover film from Amazon’s Dunfermline hub, which claimed that thousands of unsold items – many still in their original wrapping – were dumped or destroyed rather than recycled or given away to charity.

Wish you could play tabletop Dungeons & Dragons but have no friends? Solasta: Crown of the Magister offers a solution

The RPG Greetings, traveller, and welcome back to The Register Plays Games, our monthly gaming column. Before we get into it, quick story: I wasn't sure if I'd make this deadline because I came back from holiday to find my PC had acquired a fondness for crashing then rebooting anywhere from 10 minutes to an hour into playing something.

I was, as you can probably imagine with a rig that cost more than my monthly salary, utterly horrified. Event Viewer was throwing volmgr 161 (inability to create dump files) then Kernel-Power 41 (Windows hasn't the foggiest why it rebooted), no BSOD. The errors didn't point to a precise problem so I spent every second I wasn't editing Register copy experimenting, trying to exhaust all avenues to prevent hauling the computer off to someone much better at this stuff than me.

Faulty power supply? It's brand new. All the games I've tried are installed on the second SSD, could it be a corrupt disk? Also brand new but not inconceivable. As a last resort, and holding out hope for a software-based solution, I stripped out every display driver and let Windows sort itself out. Problème résolu. However, this wasn't before I reseated the GPU and RAM – because… I don't even know. I was getting desperate. As I gently, and I really do mean gently, placed the stupid glass panel from the side of my tower onto the tiled kitchen floor, it exploded into hundreds of thousands of tiny shards. Shitsnacks.

SolarWinds backdoor gang pwns Microsoft support agent to turn sights on customers

In brief The SolarWinds backdoor gang last month infiltrated Microsoft's support desk via a phishing attack to obtain information to use in cyber-attacks on some of the Windows giant's own customers, it was reported.

Redmond said it traced the intrusion to a member of a team it calls Nobelium, the suspected Kremlin-run crew that used tainted SolarWinds Orion updates to snoop on organizations around the world. Russia insists it had nothing to do with that supply-chain attack. And SolarWinds told us this latest caper did not involve its products.

It appears Microsoft was investigating a wider phishing campaign orchestrated by Nobelium when it discovered one of its own support agents had been hooked by the gang, handing the miscreants access to internal tools. That worker could view customers' contact information, lists of their cloud subscriptions, and other records.

Huawei dev flamed for 'useless' Linux kernel code contributions

Updated Last week, Linux kernel contributor Qu Wenruo scolded another code donor, Zhen Lei, for wasting kernel maintainers' time with unnecessary patches.

In a post to Zhen Lei and the rest of the Linux kernel mailing list, Wenruo said he recently found a patch removing a debug out-of-memory error message from a selftest used by btrfs, a file system supported by the Linux kernel.

"It's nothing special, some small cleanup work from some kernel newbie," wrote Wenruo. "But the mail address makes me cautious, '@huawei.com'."

Jailed for seven years: Cyber-crook who broke into Big Biz to steal bank card info for FIN7 super-gang

An expert penetration tester working for the notorious cyber-crime gang FIN7 was sent down for seven years on Friday and told to cough up $2.5m for breaking into corporate computer systems.

Andrii Kolpakov, 33, a Ukrainian national, was cuffed by authorities in Lepe, Spain, in 2018, and extradited to the US in 2019. He was a high-ranking member of the crew, and served as its penetration tester from 2016 to 2018, looking for ways to exploit security vulnerabilities in businesses.

FIN7 injected malware into the networks of thousands of American food, hospitality, and gaming chains to steal customers' financial details. Millions of credit and debit card numbers were scraped and later sold to other miscreants online, who went on spending sprees.

AWS launches BugBust contest: Help fix a $100m problem for a $12 tshirt

AWS has set up a competition for its customers' developers to find and fix one million bugs.

AWS CTO Werner Vogels on Friday introduced BugBust, which he described as "the world's largest bug bashing challenge."

"Eliminate software errors and save millions of dollars using Amazon CodeGuru, and win prizes and glory in the first annual AWS BugBust Challenge," he declared. "Let the bug busting begin."

Facebook CEO puts picture of himself wearing too much sunscreen on new board

Uncanny Valley-dwelling Facebook founderbot Mark Zuckerberg has revealed pictures of a new surfboard he has had custom-made, resplendent with a cartoon picture of him surfing while wearing too much sunscreen.

The image on the board, which may be the result of the Facebook CEO testing some experimental new self-deprecation circuits, celebrates an incident last year when he was photographed surfing in Hawaii wearing so much sunscreen that he resembled a cartoon mime.

Happy with your existing Windows 10 setup? Good, because Windows 11 could turn its nose up at your CPU

Windows 11 won't land until nearer the end of the year and when it does users will only get a supported sample of the OS if they have relatively new hardware.

Although the latest version of Windows 10 (21H1) will go all the way back to the fifth generation of Intel's chippery, Windows 11 is a good deal more choosy and starts at the eighth generation.

The eighth generation of Intel processors, codenamed Coffee Lake, turned up in 2017.


The Condon report: Were its findings a foregone conclusion?

Between 1966 and 1968, the government called for another, lengthier scientific inquiry into Project Blue Book led by physicist Edward U. Condon. Though the CIA had some involvement with the Condon Committee, it was commissioned by the U.S. Air Force and conducted by scientists at the University of Colorado, and its report was immediately available to the public. Like the Robertson panel, it concluded UFOs posed no threat to the U.S., and that most sightings could be easily explained. In addition, it suggested that the Air Force end Project Blue Book’s investigations into UFOs—which it did in 1969.

Many people who study UFO sightings have suggested that the government never really allowed the Robertson panel, the Condon Committee or even Project Blue Book to review the most sensitive UFO sightings, incidents that may have contained classified information. One of the main pieces of evidence for this is a 1969 memo signed by Brigadier General Carroll H. Bolender suggesting the Air Force hadn’t shared all UFO sightings with Project Blue Book and would continue to investigate sightings that could present a national security threat after the project ended. (Today, the Navy tracks sightings of “unidentified aerial phenomena,” or UAPs.).

Critics have also suggested that the real goal of the Robertson panel, the Condon Committee and/or Project Blue Book was never to identify what was really going on with UFO sightings, but simply to assuage public concern about them.

If true, this would not necessarily mean the government had information about extraterrestrials it wanted to conceal. In some cases, the government may have been trying to cover up its own activities. Since Project Blue Book’s end, the CIA has admitted that more than half of the UFO reports the government received in the late 1950s and into the �s were related to secret U-2 and OXCART spy flights by the U.S. government.

Because the government didn’t want the public to know about these clandestine flights, members of Project Blue Book would often 𠇎xplain away such sightings by linking them to natural phenomena such as ice crystals and temperature inversions,” writes Gerald K. Haines, a historian for the CIA’s National Reconnaissance Office. In 2014, the CIA smugly tweeted about the ruse: “Remember reports of unusual activity in the skies in the �s? That was us.”


Voir la vidéo: Neljas laevakaitsemeeskond saabus kodumaale (Janvier 2022).