Podcasts sur l'histoire

Parc Nationa du Grand Canyon - Histoire

Parc Nationa du Grand Canyon - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Grand Canyon un parc national

Au Le 26 février 1919, le président Wilson a signé la loi du Congrès qui a désigné le Grand Canyon comme parc national


Aujourd'hui, environ 5,5 millions de personnes voient chaque année le 1 mille Profond (1,6 km) Grand Canyon chaque année. Le canyon mesure 277 milles de rivière (446 km) de long et jusqu'à 18 milles (29 km) de large. Le fleuve Colorado traverse le canyon et a créé le canyon sur des millions d'années.


Grand Canyon de Yellowstone

Les Grand Canyon de Yellowstone est le premier grand canyon de la rivière Yellowstone en aval des chutes de Yellowstone dans le parc national de Yellowstone au Wyoming. Le canyon mesure environ 24 miles (39 km) de long, entre 800 et 1200 pieds (240 et 370 m) de profondeur et de 0,25 à 0,75 mi (0,40 à 1,21 km) de large. [1]

Cartographiez toutes les coordonnées en utilisant : OpenStreetMap
Télécharger les coordonnées comme : KML
Grand Canyon de Yellowstone


Contenu

Les preuves archéologiques actuelles suggèrent que les humains ont habité la région du Grand Canyon il y a 4 000 ans [1] et qu'ils étaient au moins des passants pendant 6 500 ans auparavant. [2] La datation au radiocarbone des artefacts trouvés dans les grottes calcaires du canyon intérieur indique des âges de 3 000 à 4 000 ans. [1] Dans les années 1950, des figurines d'animaux à brindilles fendues ont été trouvées dans les falaises de calcaire de Redwall de la gorge intérieure qui ont été datées dans cette gamme. Ces figurines d'animaux mesurent quelques pouces (7 à 8 cm) de hauteur et sont principalement constituées de brindilles de saule ou de peuplier. [1] Ceci et d'autres preuves suggèrent que ces habitants du canyon intérieur faisaient partie de la culture du désert, un groupe de chasseurs-cueilleurs semi-nomades amérindiens. Le Pueblo ancestral de l'ère Basketmaker III (également appelé Histatsinom, ce qui signifie « gens qui vivaient il y a longtemps ») a évolué à partir de la culture du désert vers 500 avant notre ère. [1] Ce groupe a habité le bord et le canyon intérieur et a survécu par la chasse et la cueillette avec une agriculture limitée. Remarqués pour leurs compétences en vannerie (d'où leur nom), ils vivaient en petites bandes communales à l'intérieur de grottes et de structures de boue circulaires appelées pithouses. Un raffinement supplémentaire de l'agriculture et de la technologie a conduit à un mode de vie plus sédentaire et plus stable pour le Pueblo ancestral à partir d'environ 500 CE. [1] Contemporain de l'épanouissement de la culture ancestrale Pueblo, un autre groupe, appelé les Cohonina, vivait à l'ouest du site actuel du Grand Canyon Village. [1]

Le Pueblo ancestral de la région du Grand Canyon a commencé à utiliser de la pierre en plus de la boue et des poteaux pour ériger des maisons au-dessus du sol vers 800 après JC. [1] Ainsi la période Pueblo de la culture ancestrale Pueblo a été initiée. En été, les Puebloans ont migré du canyon intérieur chaud vers les hauts plateaux plus frais et ont inversé le voyage pour l'hiver. [1] De grands greniers et des pueblos à plusieurs pièces survivent de cette période. Il y a environ 2 000 sites archéologiques Ancestral Pueblo connus dans les limites du parc. Le site le plus accessible est Tusayan Pueblo, qui a été construit vers 1185 et abritait une trentaine de personnes. [3]

Un grand nombre de sites archéologiques datés indiquent que le Pueblo ancestral et le Cohonina ont prospéré jusqu'à environ 1200 CE. [1] Mais quelque chose s'est produit cent ans plus tard qui a forcé ces deux cultures à s'éloigner. Plusieurs sources de données ont conduit à une théorie selon laquelle le changement climatique a provoqué une grave sécheresse dans la région de 1276 à 1299, forçant ces cultures dépendantes de l'agriculture à passer à autre chose. [4] De nombreux Pueblo ancestraux ont déménagé dans les bassins hydrographiques du Rio Grande et du Petit Colorado, où vivent maintenant leurs descendants, les Hopi et les 19 Pueblos du Nouveau-Mexique. [3]

Pendant environ cent ans, la région du canyon était inhabitée par les humains. [1] Paiute de l'est et Cerbat de l'ouest ont été les premiers humains à rétablir des colonies dans et autour du Grand Canyon. [1] Les Paiute se sont installés sur les plateaux au nord du fleuve Colorado et les Cerbat ont construit leurs communautés au sud du fleuve, sur le plateau de Coconino. Les Navajos, ou les Diné, sont arrivés dans la région plus tard.

Les trois cultures étaient stables jusqu'à ce que l'armée des États-Unis les déplace dans des réserves indiennes en 1882 dans le cadre des efforts de suppression qui ont mis fin aux guerres indiennes. [1] Les Havasupai et les Hualapai descendent des Cerbat et vivent toujours dans les environs immédiats. Le village de Supai dans la partie ouest du parc actuel est occupé depuis des siècles. Adjacent à la partie orientale du parc se trouve la nation Navajo, la plus grande réserve des États-Unis.

Espagnol Modifier

Les premiers Européens ont atteint le Grand Canyon en septembre 1540. [1] C'était un groupe d'environ 13 soldats espagnols dirigé par García López de Cárdenas, envoyé par l'armée de Francisco Vásquez de Coronado dans sa quête pour trouver les fabuleuses Sept Cités d'Or . [2] [5] [6] Le groupe était dirigé par des guides Hopi et, en supposant qu'ils empruntaient la route la plus probable, devait avoir atteint le canyon de la Bordure Sud, probablement entre la Vue du Désert d'aujourd'hui et Moran Point. Selon Castañeda, lui et sa compagnie sont arrivés à un point « au bord duquel il semblait que le côté opposé devait être à plus de trois ou quatre lieues par ligne aérienne ». [7]

Le rapport indique qu'ils ont mal évalué les proportions de la gorge. D'une part, ils ont estimé que le canyon avait une largeur d'environ trois à quatre lieues (13-16 km, 8-10 mi), ce qui est assez précis. [5] En même temps, cependant, ils pensaient que la rivière, qu'ils pouvaient voir d'en haut, n'avait que 2 m (6 pi) de large (en réalité, elle est environ cent fois plus large). [5] Ayant un besoin urgent d'eau et voulant traverser l'obstacle géant, les soldats ont commencé à chercher un moyen de descendre au fond du canyon qui leur serait praticable avec leurs chevaux. Après trois jours complets, ils n'avaient toujours pas réussi, et on suppose que les Hopi, qui connaissaient probablement un chemin jusqu'au fond du canyon, hésitaient à les y conduire. [5]

En dernier recours, Cárdenas a finalement ordonné aux trois hommes les plus légers et les plus agiles de son groupe de descendre par eux-mêmes (leurs noms sont donnés comme étant Pablo de Melgosa, Juan Galeras et un troisième soldat inconnu). [5] Après plusieurs heures, les hommes revinrent, rapportant qu'ils n'avaient parcouru qu'un tiers de la distance jusqu'à la rivière, et que « ce qui semblait facile d'en haut ne l'était pas ». [5] De plus, ils ont affirmé que certains des rochers qu'ils avaient vus du bord, et estimés être à peu près aussi grands qu'un homme, étaient en fait plus gros que la Grande Tour de Séville, à 104,1 m (342 pi). Cárdenas dut finalement abandonner et retourna dans l'armée principale. Son rapport d'une barrière infranchissable a empêché de nouvelles visites dans la région pendant deux cents ans.

Ce n'est qu'en 1776 que deux prêtres espagnols, les pères Francisco Atanasio Domínguez et Silvestre Vélez de Escalante ont à nouveau voyagé le long de la rive nord, avec un groupe de soldats espagnols, explorant le sud de l'Utah à la recherche d'une route de Santa Fe, Nouveau-Mexique à Monterey, Californie . [1] Toujours en 1776, Fray Francisco Garces, un missionnaire franciscain, passa une semaine près de Havasupai, tentant en vain de convertir une bande d'Amérindiens. Il a décrit le canyon comme "profond". [8]

Américains Modifier

James Ohio Pattie et un groupe de trappeurs américains et de montagnards étaient probablement les prochains Européens à atteindre le canyon en 1826, [9] bien qu'il y ait peu de documentation à l'appui.

La signature du traité de Guadalupe Hidalgo en 1848 a cédé la région du Grand Canyon aux États-Unis. Jules Marcou du Pacific Railroad Survey a fait les premières observations géologiques du canyon et de ses environs en 1856. [2]

Jacob Hamblin (un missionnaire mormon) a été envoyé par Brigham Young dans les années 1850 pour localiser les sites de traversée de rivière faciles dans le canyon. [10] Construisant de bonnes relations avec les Amérindiens locaux et les colons blancs, il a découvert Lee's Ferry en 1858 et Pierce Ferry (plus tard exploité par et nommé pour Harrison Pierce) - les deux seuls sites appropriés pour l'exploitation du ferry. [11]

En 1857, Edward Fitzgerald Beale a dirigé une expédition pour étudier une route de wagons allant de Fort Defiance, en Arizona, au fleuve Colorado. [12] Le 19 septembre, près de l'actuel National Canyon, ils sont tombés sur ce que May Humphreys Stacey a décrit dans son journal comme "un canyon merveilleux de quatre mille pieds de profondeur. Tout le monde (dans le groupe) a admis qu'il n'avait jamais rien vu d'égal ou égal auparavant cette étonnante curiosité naturelle." [13]

Une expédition du département de la Guerre des États-Unis dirigée par le lieutenant Joseph Ives a été lancée en 1857 pour étudier le potentiel de la région en ressources naturelles, trouver des voies ferrées vers la côte ouest et évaluer la faisabilité d'une route de navigation en amont depuis le golfe de Californie. [2] Le groupe a voyagé dans un bateau à vapeur à roue arrière nommé Explorateur. Après deux mois et 350 miles (560 km) de navigation difficile, son groupe atteint Black Canyon environ deux mois après George Johnson. [14] Dans le processus, le Explorateur heurta un rocher et fut abandonné. Le groupe a ensuite voyagé vers l'est le long de la rive sud du Grand Canyon.

Homme de son temps, Ives n'a pas tenu compte de ses propres impressions sur la beauté du canyon et l'a déclaré, ainsi que ses environs, « sans valeur », remarquant que son expédition serait « le dernier groupe de Blancs à visiter cette localité sans profit ». [15] Attaché à l'expédition d'Ives était le géologue John Strong Newberry qui avait une impression très différente du canyon. [2] Après son retour, Newberry a convaincu son collègue géologue John Wesley Powell qu'un bateau traversant le Grand Canyon pour terminer l'enquête en valait la peine. [16] [a] Powell était un commandant dans l'armée des États-Unis et était un vétéran de la guerre civile américaine, un conflit qui lui a coûté son avant-bras droit dans la bataille de Shiloh. [2]

Plus d'une décennie après l'expédition Ives et avec l'aide de la Smithsonian Institution, Powell a dirigé la première des expéditions Powell pour explorer la région et documenter ses offres scientifiques. [6] Le 24 mai 1869, le groupe de neuf hommes est parti de Green River Station dans le Wyoming en descendant le fleuve Colorado et à travers le Grand Canyon. [2] Cette première expédition a été mal financée et par conséquent aucun photographe ou graphiste n'a été inclus. Alors qu'ils se trouvaient dans le canyon de Lodore, l'un des quatre bateaux du groupe a chaviré, déversant la plupart de leur nourriture et une grande partie de leur équipement scientifique dans la rivière. Cela a raccourci l'expédition à cent jours. Fatigués d'avoir constamment froid, humide et affamé et de ne pas savoir qu'ils avaient déjà passé les pires rapides, trois des hommes de Powell sont sortis du canyon dans ce qu'on appelle maintenant Separation Canyon. [18] Une fois sortis du canyon, tous les trois auraient été tués par la bande de Shivwits Paiutes qui pensaient qu'ils étaient des mineurs qui ont récemment agressé et tué une femme Shivwit. [18] Tous ceux qui sont restés avec Powell ont survécu et ce groupe a couru avec succès la majeure partie du canyon.

Deux ans plus tard, un groupe dirigé par Powell, bien mieux financé, est revenu avec des bateaux redessinés et une chaîne de plusieurs stations d'approvisionnement le long de leur itinéraire. Cette fois, le photographe E.O. Beaman et l'artiste de 17 ans Frederick Dellenbaugh étaient inclus. [18] Beaman a quitté le groupe en janvier 1872 à cause d'un différend avec Powell et son remplaçant, James Fennemore, a quitté en août de la même année en raison d'une mauvaise santé, laissant le batelier John K. Hillers comme photographe officiel (près d'une tonne de matériel photographique a été nécessaires sur place pour traiter chaque plan). [19] Le célèbre peintre Thomas Moran a rejoint l'expédition à l'été 1873, après le voyage fluvial et n'a ainsi vu le canyon que depuis le bord. Son tableau de 1873 "Gouffre du Colorado" a été acheté par le Congrès des États-Unis en 1874 et accroché dans le hall du Sénat. [20]

Les expéditions Powell ont systématiquement catalogué les formations rocheuses, les plantes, les animaux et les sites archéologiques. Les photographies et les illustrations des expéditions Powell ont grandement popularisé la région des canyons du sud-ouest des États-Unis, en particulier le Grand Canyon (appréciant cela, Powell a ajouté des ressources croissantes à cet aspect de ses expéditions). Powell a ensuite utilisé ces photographies et illustrations dans ses tournées de conférences, faisant de lui une figure nationale. Les droits de reproduction de 650 des 1 400 stéréogrammes des expéditions ont été vendus pour aider à financer les futurs projets de Powell. [21] En 1881, il est devenu le deuxième directeur du US Geological Survey.

Le géologue Clarence Dutton a poursuivi les travaux de Powell en 1880-1881 avec la première étude géologique approfondie du nouveau US Geological Survey. [22] Les peintres Thomas Moran et William Henry Holmes ont accompagné Dutton, qui était occupé à rédiger des descriptions détaillées de la géologie de la région. Le rapport qui a résulté des efforts de l'équipe a été intitulé Une histoire tertiaire du district du Grand Canyon, avec Atlas et a été publié en 1882. [22] Cette étude et plus tard par des géologues a découvert la géologie de la région de Grand Canyon et a aidé à faire avancer cette science. Les expéditions Powell et Dutton ont contribué à accroître l'intérêt pour le canyon et la région environnante.

L'expédition Brown-Stanton a été lancée en 1889 pour étudier le tracé d'une ligne de chemin de fer "au niveau de l'eau" à travers les canyons du fleuve Colorado jusqu'au golfe de Californie. [23] Le Denver, le Colorado Canyon et le Pacific Railway proposés devaient transporter le charbon des mines du Colorado. Le chef de l'expédition Frank M. Brown, son ingénieur en chef Robert Brewster Stanton et 14 autres hommes partirent de Green River, dans l'Utah, le 25 mai 1889. [23] Brown et deux autres se noyèrent près de la tête de Marble Canyon. L'expédition a été relancée par Stanton à partir de la rivière Dirty Devil (un affluent de Glen Canyon) le 25 novembre et a traversé le Grand Canyon. [23] L'expédition a atteint le Golfe de Californie le 26 avril 1890 mais le chemin de fer n'a jamais été construit.

Les prospecteurs des années 1870 et 1880 ont jalonné des concessions minières dans le canyon. [22] Ils espéraient que les gisements d'amiante, de cuivre, de plomb et de zinc précédemment découverts seraient rentables à exploiter. L'accès vers et depuis cette région éloignée et les problèmes d'extraction du minerai du canyon et de sa roche ont rendu l'exercice inutile. La plupart sont partis, mais certains sont restés pour chercher des profits dans le commerce du tourisme. Leurs activités ont amélioré les sentiers indiens préexistants, tels que Bright Angel Trail. [3]

Transport Modifier

Une ligne de chemin de fer vers la plus grande ville de la région, Flagstaff, a été achevée en 1882 par le chemin de fer de Santa Fe. [24] Les diligences ont commencé à amener les touristes de Flagstaff au Grand Canyon l'année suivante - une durée de onze heures considérablement augmentée en 1901 lorsqu'un éperon du chemin de fer de Santa Fe au village du Grand Canyon a été achevé. [22] Le premier train programmé avec des passagers payants du Grand Canyon Railway est arrivé de Williams, Arizona, le 17 septembre de la même année. [24] Le long voyage de 64 milles (103 km) a coûté 3,95 $ (105,93 $ à partir de 2021), et le naturaliste John Muir a par la suite félicité le chemin de fer pour son impact environnemental limité. [24]

La première automobile a été conduite au Grand Canyon en janvier 1902. Oliver Lippincott de Los Angeles, a conduit sa voiture à vapeur Toledo construite par American Bicycle Company jusqu'à la rive sud de Flagstaff. Lippincott, Al Doyle, un guide de Flagstaff et deux écrivains sont partis dans l'après-midi du 2 janvier, anticipant un voyage de sept heures. Deux jours plus tard, le groupe affamé et déshydraté est arrivé à destination, la campagne était tout simplement trop accidentée pour la voiture de dix chevaux (7 kW). Winfield Hoggaboon, l'un des écrivains du voyage, a écrit un article amusant et détaillé de trois pages dans le Los Angeles Herald Illustrated Magazine le 2 février 1902, « Vers le Grand Canyon en automobile ». Un trajet de trois jours depuis l'Utah en 1907 a été nécessaire pour atteindre la rive nord pour la première fois. [24]

La concurrence avec l'automobile a forcé le Santa Fe Railroad à cesser l'exploitation du Grand Canyon Railway en 1968 (seulement trois passagers étaient sur le dernier trajet). Le chemin de fer a été restauré et le service a été rétabli en 1989, et il a depuis transporté des centaines de passagers par jour. Les trains sont restés le moyen préféré pour se rendre dans le canyon jusqu'à ce qu'ils soient dépassés par l'automobile dans les années 1930. Au début des années 1990, plus d'un million d'automobiles par an visitaient le parc.

West Rim Drive a été achevé en 1912. À la fin des années 1920, le premier accès bord à bord a été établi par le pont suspendu de North Kaibab sur le fleuve Colorado. [22] Les routes pavées n'ont pas atteint le North Rim moins populaire et plus éloigné jusqu'en 1926, et cette zone, étant plus élevée en altitude, est fermée en raison du temps hivernal de novembre à avril. La construction d'une route le long d'une partie de la rive sud a été achevée en 1935. [22]

Pollution de l'air Modifier

La principale source mobile de brume du Grand Canyon, l'automobile, est actuellement réglementée par une série d'initiatives fédérales, étatiques et locales. La Grand Canyon Visibility Transport Commission cite les lois du gouvernement américain réglementant les émissions automobiles et les normes d'essence, souvent lentes à changer en raison du calendrier de planification de l'industrie automobile, en tant que principal contributeur aux problèmes de qualité de l'air dans la région. [25] Ils préconisent des politiques tendant vers des normes d'émission plus strictes via un carburant brûlant plus propre et une technologie d'émission automobile améliorée.

La pollution de l'air par ces véhicules et la pollution par le vent de Las Vegas, dans la région du Nevada, ont réduit la visibilité dans le Grand Canyon et ses environs. Au cours de la dernière décennie, divers services publics régionaux d'électricité au charbon ayant peu ou pas d'équipement de contrôle de la pollution ont été ciblés comme les principales sources fixes de pollution de l'air du Grand Canyon. [26] Dans les années 1980, la centrale électrique Navajo de Page, en Arizona, (à 15 milles de distance) a été identifiée comme la principale source de cinquante à quatre-vingt-dix pour cent des problèmes de qualité de l'air du Grand Canyon. [25] En 1999, la centrale de Mohave à Laughlin, Nevada, (75) miles de distance a réglé un procès de longue date et a accepté d'installer des épurateurs de soufre de fin de point sur ses cheminées.

Plus près de chez nous, il y a peu de désaccord que le plus visible des problèmes de visibilité du parc découle de la popularité du parc. Chaque jour d'été, le parc est rempli à pleine capacité ou en surcapacité. Fondamentalement, le problème se résume à trop de voitures privées en lice pour trop peu de places de stationnement. Les émissions de toutes ces automobiles et autobus touristiques contribuent grandement aux problèmes de pollution de l'air.

Hébergement Modifier

John D. Lee a été la première personne à s'occuper des voyageurs dans le canyon. En 1872, il établit un service de traversier au confluent des rivières Colorado et Paria. Lee se cachait, après avoir été accusé d'avoir dirigé le massacre de Mountain Meadows en 1857. Il a été jugé et exécuté pour ce crime en 1877. Au cours de son procès, il a accueilli des membres de l'expédition Powell qui attendaient leur photographe, le major James Fennemore , pour arriver (Fennemore a pris la dernière photo de Lee assis sur son propre cercueil). Emma, ​​l'une des dix-neuf épouses de Lee, a continué l'entreprise de ferry après la mort de son mari. En 1876, un homme du nom de Harrison Pierce a établi un autre service de traversier à l'extrémité ouest du canyon. [24]

L'hôtel Farlee de deux chambres a ouvert ses portes en 1884 près de Diamond Creek et a fonctionné jusqu'en 1889. Cette année-là, Louis Boucher a ouvert un plus grand hôtel à Dripping Springs. John Hance a ouvert son ranch près de Grandview aux touristes en 1886 pour le vendre neuf ans plus tard afin de commencer une longue carrière de guide du Grand Canyon (en 1896, il est également devenu maître de poste local).

William Wallace Bass a ouvert un terrain de camping sous tente en 1890. Bass Camp avait un petit bâtiment central avec des installations communes telles qu'une cuisine, une salle à manger et un salon à l'intérieur. Les tarifs étaient de 2,50 $ par jour (72,01 $ à partir de 2021) et le complexe se trouvait à 30 km à l'ouest de la station de basse du chemin de fer du Grand Canyon (Ash Fort). Bass a également construit la route des diligences qu'il utilisait pour transporter ses clients de la gare à son hôtel. Un deuxième Bass Camp a été construit le long du drainage du ruisseau Shinumo. [24]

La Grand Canyon Hotel Company a été constituée en 1892 et chargée de la construction de services le long du parcours menant au canyon. [27] En 1896, le même homme qui a acheté le ranch Grandview de Hance a ouvert le Bright Angel Hotel dans le Grand Canyon Village. [27] L'hôtel Cameron a ouvert ses portes en 1903 et son propriétaire a commencé à facturer un péage pour utiliser le Bright Angel Trail. [27]

Les choses ont changé en 1905 lorsque le luxueux hôtel El Tovar a ouvert ses portes à quelques pas du terminus du chemin de fer du Grand Canyon. [22] El Tovar a été nommé en l'honneur de Don Pedro de Tovar qui, selon la tradition, est l'Espagnol qui a appris l'existence du canyon des Hopis et l'a dit à Coronado. Charles Whittlesey a conçu le complexe hôtelier rustique de style arts et artisanat, qui a été construit avec des rondins de l'Oregon et de la pierre locale au coût de 250 000 $ pour l'hôtel (7 200 000 $ à partir de 2021) et 50 000 $ supplémentaires pour les écuries (1 440 000 $ à partir de 2021). [27] El Tovar appartenait à Santa Fe Railroad et était exploité par son principal concessionnaire, la Fred Harvey Company.

Fred Harvey a engagé Mary Elizabeth Jane Colter en 1902 en tant qu'architecte de l'entreprise. Elle était responsable de cinq bâtiments au Grand Canyon : Hopi House (1905), Lookout Studio (1914), Hermit's Rest (1914), Desert View Watchtower (1932) et Bright Angel Lodge (1935). [3] Elle est restée dans l'entreprise jusqu'à sa retraite en 1948.

Un système de téléphérique enjambant le Colorado est entré en service à Rust's Camp, situé près de l'embouchure de Bright Angel Creek, en 1907. L'ancien président américain Theodore Roosevelt est resté au camp en 1913. Cela, ainsi que le fait qu'alors que le président il a déclaré Grand Canyon un monument national des États-Unis en 1908, a conduit le camp à être renommé le camp de Roosevelt. En 1922, le National Park Service a donné à l'installation son nom actuel, Phantom Ranch. [27]

En 1917 sur la rive nord, W.W. Wylie a construit des logements à Bright Angel Point. [22] Le Grand Canyon Lodge a ouvert ses portes sur la rive nord en 1928. Construit par une filiale de l'Union Pacific Railroad appelée Utah Parks Company, le lodge a été conçu par Gilbert Stanley Underwood qui était également l'architecte de l'hôtel Ahwahnee à Yosemite en Californie. Vallée. Une grande partie du pavillon a été détruite par un incendie au cours de l'hiver 1932, et un pavillon reconstruit n'a ouvert ses portes qu'en 1937. L'installation est gérée par TW Recreation Services. [24] Bright Angel Lodge et l'Auto Camp Lodge ont ouvert leurs portes en 1935 sur la rive sud.

Activités Modifier

De nouveaux sentiers de randonnée, le long d'anciens sentiers indiens, ont également été créés pendant cette période. Les célèbres promenades à dos de mule sur Bright Angel Trail ont été commercialisées en masse par l'hôtel El Tovar. Au début des années 1990, 20 000 personnes par an faisaient le voyage dans le canyon à dos de mulet, 800 000 en randonnée, 22 000 traversaient le canyon en radeau et 700 000 autres touristes le survolaient en circuits aériens (avions à voilure fixe et hélicoptère). Les survols se sont limités à un couloir étroit en 1956 après que deux avions se soient écrasés, tuant tous à bord. En 1991, près de 400 recherches et sauvetages ont été effectués, principalement pour des randonneurs non préparés qui souffraient d'épuisement dû à la chaleur et de déshydratation lors de l'ascension du canyon (l'épuisement normal et les chevilles blessées sont également courants chez les sauveteurs). [28] Un cinéma IMAX juste à l'extérieur du parc montre une reconstitution de l'expédition Powell.

Les frères Kolb, Emery et Ellsworth, ont construit un studio photographique sur la rive sud au début du sentier de Bright Angel Trail en 1904. Les randonneurs et les caravanes de mules désireux de descendre le canyon s'arrêtaient au studio Kolb pour se faire prendre en photo. Les frères Kolb ont traité les empreintes avant que leurs clients ne retournent sur la jante. À l'aide de la caméra Pathé Bray nouvellement inventée en 1911-1912, ils sont devenus les premiers à réaliser un film d'un voyage fluvial à travers le canyon qui n'était lui-même que le huitième voyage réussi. De 1915 à 1975, le film qu'ils ont produit a été montré deux fois par jour aux touristes avec Emery Kolb racontant d'abord en personne et plus tard sur bande (une querelle avec Fred Harvey a empêché les projections avant 1915). [29]

À la fin du XIXe siècle, le mouvement de conservation augmentait l'intérêt national pour la préservation de merveilles naturelles comme le Grand Canyon. Les parcs nationaux de Yellowstone et de la vallée de Yosemite ont été créés au début des années 1890. Le sénateur américain Benjamin Harrison a présenté un projet de loi en 1887 pour établir un parc national au Grand Canyon. [18] Le projet de loi est mort en commission, mais le 20 février 1893, Harrison (alors président des États-Unis) a déclaré que le Grand Canyon était une réserve forestière nationale. [30] L'exploitation minière et l'exploitation forestière étaient autorisées, mais la désignation offrait une certaine protection. [18]

Le président Theodore Roosevelt a visité le Grand Canyon en 1903. [22] Passionné de plein air et fervent défenseur de l'environnement, il a créé la réserve de gibier du Grand Canyon le 28 novembre 1906. [30] Le pâturage du bétail a été réduit, mais les prédateurs tels que les pumas, les aigles, et les loups ont été éradiqués. Roosevelt a ajouté des terres forestières nationales adjacentes et a renommé la réserve en monument national des États-Unis le 11 janvier 1908. [30] Les opposants, tels que les détenteurs de revendications foncières et minières, ont bloqué les efforts visant à reclasser le monument en parc national pendant 11 ans. Le parc national du Grand Canyon a finalement été créé en tant que 17e parc national des États-Unis par une loi du Congrès promulguée par le président Woodrow Wilson le 26 février 1919. [30] Le National Park Service a déclaré la Fred Harvey Company au concessionnaire officiel du parc en 1920. et a acheté William Wallace Bass en faillite.

Une zone de près de 800 km² adjacente au parc a été désignée comme deuxième monument national du Grand Canyon le 22 décembre 1932. [31] Le monument national de Marble Canyon a été créé le 20 janvier 1969 et couvrait environ 41 km². milles (105 km²). [31] Un acte signé par le président Gerald Ford le 3 janvier 1975 a doublé la taille du parc national du Grand Canyon en y fusionnant ces monuments nationaux adjacents et d'autres terres fédérales. Ce même acte a rendu le canyon Havasu à la tribu Havasupai. [22] À partir de ce point, le parc s'étendait le long d'un segment de 278 milles (447 km) du fleuve Colorado depuis la frontière sud de la zone de loisirs nationale de Glen Canyon jusqu'à la limite est de la zone de loisirs nationale du lac Mead. [31] Le parc national du Grand Canyon a été désigné site du patrimoine mondial le 24 octobre 1979. [32]

En 1935, le barrage Hoover a commencé à mettre en eau le lac Mead au sud du canyon. [16] Les écologistes ont perdu une bataille pour sauver Glen Canyon en amont de devenir un réservoir. Le barrage de Glen Canyon a été achevé en 1966 pour contrôler les inondations et fournir de l'eau et de l'énergie hydroélectrique. [33] Les variations saisonnières des débits élevés et des crues au printemps et des débits faibles en été ont été remplacées par un système beaucoup plus régulé. Le Colorado, beaucoup plus contrôlé, a une charge sédimentaire considérablement réduite, ce qui affame les plages et les bancs de sable. De plus, une eau plus claire permet une croissance importante des algues sur le lit de la rivière, donnant à la rivière une couleur verte.

Avec l'avènement des vols commerciaux, le Grand Canyon est devenu un site populaire pour les survols d'avions. Cependant, une série d'accidents a entraîné l'Overflights Act de 1987 par le Congrès des États-Unis, qui a interdit les vols sous la jante et créé des zones sans vol. [34] Les vols touristiques au-dessus du canyon ont également créé un problème de bruit, de sorte que le nombre de vols au-dessus du parc a été restreint.

En 2008, le Grand Canyon Railway [35] et leur société mère, Xanterra, ont décidé d'utiliser uniquement des locomotives diesel EMD f40ph comme principale force motrice pour leurs voies, car ils estimaient que leurs locomotives à vapeur, ainsi que leurs unités Alco fa, a donné à l'environnement une fumée plus visible. Non seulement cela, mais les bateaux à vapeur brûlent plus d'huile qu'une unité diesel moyenne, ils peuvent donc également être plus coûteux à exploiter et à entretenir. Cependant, après qu'une variété d'anciens aient protesté auprès de la GCR pour ramener les opérations à vapeur, [36] la GCR a décidé de ramener les opérations à vapeur, car ils ont converti leurs deux vapeurs opérationnelles, 29 et 4960, pour brûler de l'huile végétale usée recyclée collectée à partir de restaurants à proximité par des fournisseurs tiers. [37]


L'histoire des mules au Grand Canyon

Ils ont été caractérisés comme les tracteurs du 19ème siècle. Il n'est donc pas étonnant que les mules aient joué un rôle central dans l'histoire humaine du Grand Canyon.

Les premiers prospecteurs utilisaient les bêtes de somme pour chercher fortune. Et à la fin des années 1880, lorsque les touristes ont commencé à arriver, les animaux robustes et au pied sûr offraient un moyen facile de découvrir les merveilles du grand gouffre.

Plus grosses et plus fortes que les chevaux, ces bêtes hybrides (la progéniture d'un cheval femelle et d'un mâle burro) offrent une conduite relativement douce lorsqu'elles se frayent un chemin à travers les sentiers étroits en lacets menant au fond du canyon.

On pense que l'hôtelier pionnier John Hance est le premier à remettre les touristes à dos de mulet pour le voyage dans le canyon. Il a ouvert un hôtel à environ 24 kilomètres à l'est de l'emplacement actuel du Grand Canyon Village et a annoncé l'hébergement et les promenades à dos de mulet dès 1887.

Les mules ont également contribué à élargir les anciens sentiers indiens qui restent à ce jour des routes principales dans le canyon. En 1890, l'homme d'affaires et futur sénateur américain Ralph Cameron a élargi le Bright Angel Trail jusqu'à Indian Garden, à peu près à mi-chemin du canyon. Grâce aux concessions minières de la région, de 1913 à 1930, Cameron a pu facturer 1 $ par tête aux muletiers sur le sentier populaire.

Mais près d'une décennie plus tôt, deux frères entreprenants, Emery et Ellsworth Kolb, avaient installé un studio photo à la tête du Bright Angel Trail. Depuis ce perchoir spectaculaire, ils ont pris des photos de cavaliers descendant dans le canyon. Ils ont également perçu le péage pour Ralph Cameron en échange de la possibilité de créer un bâtiment qui deviendrait éventuellement leur maison. Ils ont établi une pièce sombre à 4,5 miles dans le canyon à Indian Garden, où il y avait une source d'eau constante pour développer les prises de vue. Les coureurs de retour ont été accueillis avec une photo souvenir. (Le studio Kolb sur le bord a été soigneusement préservé et est ouvert au public.)

Cela peut sembler remarquable dans ce monde numérique au rythme effréné, mais les balades à dos de mulet restent un incontournable de l'expérience du Grand Canyon. Des milliers de visiteurs se rassemblent chaque année à South Rim's Mule Barn, impatients de faire un tour dans la voie lente.

Deux options vous attendent. Le trajet de nuit jusqu'à Phantom Ranch, niché à un kilomètre sous le bord du fond du canyon, est un effort de liste de seaux. Le trajet de 10,5 milles sur le Bright Angel Trail prend environ six heures, y compris les arrêts de repos. Le trajet le lendemain matin se fait par le sentier South Kaibab, plus court mais plus raide, de 7,8 milles. Les clients dorment dans des cabines confortables et savourent un copieux dîner et petit-déjeuner dans le cadre du tarif.

Pour ceux qui ont moins de temps, la randonnée Canyon Vistas est une expérience de trois heures (dont quatre milles et deux heures en selle) qui serpente le long d'un sentier au sommet de la jante au milieu de genévriers et de pins pins, chaque virage révélant une autre vue à couper le souffle sur le canyon. .


Le grand Canyon

Le parc national du Grand Canyon est l'un des parcs nationaux les plus populaires d'Amérique avec plus de cinq millions de visiteurs chaque année. L'histoire du Grand Canyon remonte à environ six millions d'années, le fleuve Colorado étant le point central de sa création. Over these millions of years, the Colorado River slowly eroded the land beneath it forming the spectacularly deep canyon that we all know today. The canyon&rsquos average depth is 4,000 feet deep and is 277 miles long, with a wide variety of ecosystems living all throughout the canyon. The Grand Canyon earned recognition as a National Park on February 26, 1919, and was later declared a UNESCO World Heritage Site.

Though the canyon was discovered long before it earned this recognition. In 1776, 236 years after the South Rim of the Grand Canyon was first discovered by settlers, Father Escalante visited the ponderosa covered North Rim of the Grand Canyon. Over time, ownership of the North Rim was heavily negotiated as Arizona and Utah claimed the territory until Arizona earned official statehood on February 14, 1912.

If you ever have the chance to travel into the canyon, you&rsquoll see a wide variety of wildlife (such as Kaibab squirrels, goshawks, porcupines, mule deer, and elk), flora, and Native American petroglyphs at some point during your journey. As one of the seven natural wonders of the world, the Grand Canyon is a historical wonder to be explored with a variety of hiking trails available so visitors can explore the canyon for themselves.


Two national parks preserved, 10 years apart

On this day in history, two national parks were established in the United States 10 years apart–the Grand Canyon in 1919 and the Grand Tetons in 1929.

Located in northwestern Arizona, the Grand Canyon is the product of millions of years of excavation by the mighty Colorado River. The chasm is exceptionally deep, dropping more than a mile into the earth, and is 15 miles across at its widest point.The canyon is home to more than 1,500 plant species and over 500 animal species, many of them endangered or unique to the area, and it’s steep, multi-colored walls tell the story of 2 billion years of Earth’s history.

In 1540, members of an expedition sent by the Spanish explorer Coronado became the first Europeans to discover the canyon, though because of its remoteness the area was not further explored until 300 years later. American geologist John Wesley Powell, who popularized the term “Grand Canyon” in the 1870s, became the first person to journey the entire length of the gorge in 1869. The harrowing voyage was made in four rowboats.

In January 1908, U.S. President Theodore Roosevelt designated more than 800,000 acres of the Grand Canyon a national monument it was designated a national park under President Woodrow Wilson on February 26, 1919.

Ten years later to the day, President Calvin Coolidge signed into law a bill passed by both houses of the U.S. Congress establishing the Grand Teton National Park in Wyoming.

Home to some of the most stunning alpine scenery in the United States, the territory in and around Grand Teton National Park also has a colorful human history. The first Anglo-American to see the saw-edged Teton peaks is believed to be John Colter. After traveling with Lewis and Clark to the Pacific, Colter left the expedition during its return trip down the Missouri in 1807 to join two fur trappers headed back into the wilderness. He spent the next three years wandering through the northern Rocky Mountains, eventually finding his way into the valley at the base of the Tetons, which would later be called Jackson Hole.

Other adventurers followed in Colter’s footsteps, including the French-Canadian trappers who gave the mountain range the bawdy name of “Grand Tetons,” meaning 𠇋ig breasts” in French. For decades trappers, outlaws, traders and Indians passed through Jackson Hole, but it was not until 1887 that settlers established the first permanent habitation. The high northern valley with its short growing season was ill suited to farming, but the early settlers found it ideal for grazing cattle.

Tourists started coming to Jackson Hole not long after the first cattle ranches. Some of the ranchers supplemented their income by catering to 𠇍udes,” eastern tenderfoots yearning to experience a little slice of the Old West in the shadow of the stunning Tetons. The tourists began to raise the first concerns about preserving the natural beauty of the region.

In 1916, Horace M. Albright, the director of the National Park Service, was the first to seriously suggest that the region be incorporated into Yellowstone National Park. The ranchers and businesses catering to tourists, however, strongly resisted the suggestion that they be pushed off their lands to make a “museum” of the Old West for eastern tourists.

Finally, after more than a decade of political maneuvering, Grand Teton National Park was created on February 26, 1929. As a concession to the ranchers and tourist operators, the park only encompassed the mountains and a narrow strip at their base. Jackson Hole itself was excluded from the park and designated merely as a scenic preserve. Albright, though, had persuaded the wealthy John D. Rockefeller to begin buying up land in the Jackson Hole area for possible future incorporation into the park. 

In 1949, Rockefeller donated his land holdings in Jackson Hole to the federal government that then incorporated them into the national park. Today, Grand Teton National Park encompasses 309,993 acres. Working ranches still exist in Jackson Hole, but the local economy is increasingly dependent on services provided to tourists and the wealthy owners of vacation homes.


The Grand Canyon is in Northern Arizona

About 3.5 hours from Phoenix or Las Vegas, getting to the Grand Canyon is easy. Apprendre encore plus.

Grand Canyon After Dark

Even after dark, things still look up at Grand Canyon.

5 Most Common Questions About Grand Canyon

From geology to human history to activities to planning a visit, there are hundreds of things to know about Grand Canyon.


13 Things You Didn’t Know About Grand Canyon National Park

For more than a century, tourists from all over the world have visited the Grand Canyon to experience its awe-inspiring vistas. First protected in 1893 as a reserve and later as a national monument, it wasn’t until February 26, 1919, that the Grand Canyon became a national park. As we celebrate nearly 100 years of protecting this special place, check out 13 great facts about this Arizona icon.

1. The Grand Canyon is bigger than the state of Rhode Island. The Grand Canyon is a mile deep, 277 miles long and 18 miles wide. While the park doesn’t include the entire canyon, it does measure in at a whopping 1,904 square miles in total. In comparison, Rhode Island is around 1,212 square miles.

With wide vistas and a view of the Colorado River to the west, Hopi Point off of Hermit Road is one of the most popular viewpoints for watching the sunset and sunrise because of its wide vistas. Sunset photo by Jack Denger (www.sharetheexperience.org).

2. The Grand Canyon itself can influence the weather. The Grand Canyon has an elevation spanning from around 2,000 feet to over 8,000 feet, allowing it to experience a variety of weather conditions. As a result, the temperature generally increases by 5.5 degrees with each 1,000-feet loss in elevation.

An amazing image of a total cloud inversion in 2013. This rare meteorological event fills the canyon with a sea of clouds when the air near the ground is cooler than the air above it. It's something park rangers wait years to see. Photo by Erin Huggins, National Park Service.

3. Hidden caves abound in the canyon. Tucked within the Grand Canyon are an estimated 1,000 caves, and of those, 335 have been recorded. Even fewer have been mapped or inventoried. Today, only one cave is open to the public -- the Cave of the Domes on Horseshoe Mesa.

The Redwall Limestone in the Grand Canyon is a water soluble rock, meaning that it can be slowly dissolved by water, eventually resulting in caves of various sizes. Photo by Kristen M. Caldon, National Park Service

4. The Grand Canyon is one of the most visited national parks in the United States. An estimated 5.9 million people visit the Grand Canyon a year, making it the second most popular national park following just behind the Great Smoky Mountains of North Carolina and Tennessee. It’s a far cry from the annual visitation of 44,173 in 1919 when the park was created.

Visitors take in the stunning views of the Grand Canyon at Mather Point. Photo by National Park Service

5. The Grand Canyon was carved over some 6 million years. Geological activity and erosion by the Colorado River created the Grand Canyon as we know it today. It is one of the most studied landscapes in the world, with extensive fossil records, a multitude of geologic features and rich archeological history. Learn more about the history of the Grand Canyon.

The oldest human artifacts found in the Grand Canyon are nearly 12,000 years old and date to the Paleo-Indian period. There has been continuous use and occupation of the park since that time. Photo of granaries above Nankoweap by National Park Service.

6. The most dangerous animal in the park is the rock squirrel. From bighorn sheep and the California Condors to the Gila monster, the Grand Canyon is home to a large array of wildlife. But it’s the rock squirrel that causes the most trouble. Every year, dozens of visitors are bitten when they try to feed these animals. To stay safe, do not approach or feed any animals found at Grand Canyon (or any park). Learn more about keeping wildlife wild.

Squirrels that are fed by people become dependent on human food, and may lose their natural fear of humans and their ability to forage for natural foods. Photo by Michael Quinn, National Park Service.

7. Visiting the North Rim and South Rim in the same day may be harder than you think. As the crow flies, Grand Canyon Village on the South Rim and the lodge on the North Rim are only about 10 miles apart. However, to drive between them through the park, over the Colorado River and loop around the canyon, you have to travel 215 miles or about 5 hours. That’s just one small way to understand the immensity of this incredible place.

Sun rays shine through clouds to light up the North Rim. If you’re looking to explore Grand Canyon National Park with less crowds, the North Rim provides serenity and spectacular views. The North Rim closes to vehicles during the winter and remains open to hikers, snowshoers and cross country skiers. Photo by Yan Li (www.sharetheexperience.org).

8. You can get an aerial view of the Grand Canyon without ever leaving the ground. The Skywalk, managed by the Hualapai Tribe and located on tribal lands, consists of a horseshoe shaped steel frame with glass floor and sides that projects about 70 feet from the canyon rim. It is the most famous attraction at Grand Canyon West.

A photo from the very first weeks of the opening of the Grand Canyon Skywalk by Chris Loncar (www.sharetheexperience.org).

9. Souvenirs may be bought but not taken. Grand Canyon National Park -- a World Heritage Site -- belongs to everyone. Rocks, plants, wood and artifacts must be left where you found them so others can enjoy them in the future. Learn more about Leave No Trace.

A visitor enjoys sunset at the Grand Canyon. Photo by Robert Shuman (www.sharetheexperience.org).

10. Controlled fires are good for the canyon’s landscape. Fire has been a part of the Colorado Plateau ecosystem for thousands of years. It naturally thins the forest, recycles nutrients into the soil and stimulates new plant growth. Fire managers at Grand Canyon National Park work to strike a balance between restoring and maintaining natural processes associated with fire, and protecting human life and property.

Smoke rises from a fire on the North Rim of the Grand Canyon in 2016. Photo by U.S. Forest Service.

11. Want to have the canyon to yourself? Head to Tuweep. A visit to Tuweep (also spelled Toroweap) Overlook offers a chance for an uncrowded, rustic and dramatic experience at the Grand Canyon. Here a 3,000-foot sheer drop provides stunning views of the North Rim of the canyon and the Colorado River. But be warned -- the area can only be reached by negotiating difficult roads with a high-clearance vehicle.

Sunrise at the Tuweep Overlook. Photo by Rebecca Wilks (www.sharetheexperience.org).

12. Hit the trail for some of the best views in the country. Mule trips, rafting the Colorado River and stargazing -- there is so much to do at the Grand Canyon. If you can only do one thing: Take a hike. Whether it’s long or short, all trails come an exceptional view.

Bright Angel is Grand Canyon’s premier hiking trail. Its endless switchbacks descend in the canyon, giving hikers epic views that are framed by massive cliffs. Be sure to check the weather and come prepared with water before setting out on the trail. Photo by Michael Quinn, National Park Service.

13. Teddy Roosevelt was instrumental in protecting the Grand Canyon. President Theodore Roosevelt first visited the Grand Canyon in 1903 and was deeply moved by the unique landscape. In 1906, Roosevelt signed a bill that proclaimed the area the Grand Canyon Game Reserve, and two years later, he made it a national monument. Of the Grand Canyon, he said, “Leave it as it is. You cannot improve on it. The ages have been at work on it, and man can only mar it.”

President Theodore Roosevelt and other officials pose in front of the Grand Canyon in 1903. Photo courtesy of the Library of Congress.


Grand Canyon National Park: Rich History and an Exciting Future

The sheer beauty and magnificence of Grand Canyon National Park have inspired the greatest naturalists and crafters of literature to recruit their most ambitious adjectives in attempts to capture a fraction of its aura with words. Interestingly, even the greatest writers of our time admit to failing in their quest.

The Colorado River and its tributaries have carved the most famous canyon in the world in what is a short period by geological standards with the bulk of the erosion taking place over about two million years. The now exposed terracing of the canyon walls’ – layers of sedimentary rock, sandstone, shale, and limestone reveal history dating back two billion years. To this day, the Colorado River and its collaborators remain the life source of this remarkable place, and the park continues to evolve due to these rushing waters, the freeze-thaw cycle, flash floods, and rock slides.

Today, visitors can explore this 277-mile long and 4-15 mile wide canyon with depths ranging from 3500 to 6000 feet deep to see the signs of its arduous formation. Its creation began roughly 65 million years ago when the Rocky Mountains began to rise, as did the Colorado Plateau. These stacks of rocks would eventually form the walls of the Canyon, and precisely how the Colorado River descended from the Rockies and began to flow across this site is a complicated puzzle for even today’s geologist.

The History of Grand Canyon National Park

Afforded its first Federal protections in 1893 as a Forest Reserve through the diligent efforts of then-Senator Benjamin, president Theodore Roosevelt also played a vital role in the park’s establishment. After a visit to the region in 1903 left him awestruck stating, “Let this great wonder of nature remain as it now is. Do nothing to mar its grandeur, sublimity, and loveliness.” Roosevelt went on to establish the Canyon as a Game Preserve in 1906, and it was declared a National Monument in 1908. However, it took many years and Senate acts before the park’s existence was formally signed into law by President Woodrow Wilson in 1919.

Many of the park’s original historic structures, including the elegant El Tovar Hotel are enjoyed by travelers, who quickly discover that visiting this geological wonder and exploring it today is easier than ever before.

Activities and Grand Canyon Lodges

Most visitors consider approaching their explorations from two starting points: the North Rim and the South Rim. However, those wanting to discover the architectural feat commissioned and owned by the Hualapai Indian tribe, The Grand Canyon Skywalk, will have to venture to the eastern side of the canyon. Many visitors opt to seek Grand Canyon Lodging inside the park, so minimal driving is required to see the best of the canyon.

Grand Canyon Lodges In the Park

Standouts include the historic El Tovar Lodge, one of the first quarters established in the Grand Canyon Region in 1903, the hotel was built at the Grand Canyon Railway terminus and still services guests to this day. Bright Angel Lodge is ideal for the adventurous traveler. Close to the Bright Angel Trailhead and known for comfortable quarters, the Thunderbird Lodge is an option right in the center of the canyon’s Historic District.

The North Rim

The North Rim promises more remote terrain and fewer tourists and traffic, particularly during the winter months when North Rim is often called Winter Rim. Naturalists flock here, as do nesting bald eagles in the wintertime, and they nest regularly at the mouth of Nonkoweap Creek.

The only lodging inside the Park on the northern rim is the Grand Canyon Lodge, which gives visitors proximity to the best spots for seeing the canyon with easy access to Bright Angel Point, Cape Royal, and Point Imperial. The Bright Angel Point trailhead is a short half-mile trail hike near the Lodge. From the trail, one can hear Roaring Springs, which rush 3,600 feet below the rim and hikers are also rewarded with views of the Canyon Village along the South Rim.

Grand Canyon South Rim Lodging and Attractions

The South Rim is where the majority of the action happens, including the magnificent sites of the Desert View Drive, which follows the South Rim for 25 miles toward the East Entrance. Six of the finest panoramic viewpoints and several unmarked pullouts offer the finest views of the canyon including sites like the Tusayan Ruins and the Desert View Watchtower.

The Grand Canyon South Rim offers an abundance activities including organized tours by bus or hummer, horseback rides into the canyon, air tours, and river rafting experiences. However, many of the best trails involve a bit of driving and hiking, and guided walking tours offer the safest and most informative way to explore the Canyon. Popular journeys include Pipe Creek, Hermit’s Rest, and Mather Point – all accessible via the South Rim.

Grand Canyon lodging along the South Rim offers superior amenities and easy access to the best of the region. The most popular lodging along the South Rim is The Grand Hotel, which boasts western interiors and several guest activities and services. Perhaps the Canyon’s only resort-style hotel, the Best Western Grand Canyon Squire Inn’s luxury amenities are in order. Those sticking to a budget will find that they can rest easy when calling the Red Feather Lodge home base.

There’s no experience comparable to embracing the rich history of Grand Canyon National Park, and regardless of the activities and accommodations are chosen, prepare for a unique, memorable vacation of a lifetime.


Grand Canyon History and Timeline

History of Grand Canyon National Park

In 1540 Garcia Lopez de Cardenas led a party of Spanish soldiers with Hopi guides to the Grand Canyon under orders from Francisco Coronado while searching for the Seven Cities of Gold. These were the first non-natives to see the Grand Canyon and the next visitors did not arrive until a group of missionaries came 200 years later.

In 1869 Major John Wesley Powell lead the first river trip through the Grand Canyon while on a geologic expedition of the Western US that followed the Colorado River. It wasn't until the late 1800s that the first influx of westerners arrived at the Grand Canyon. Copper, uranium and other minerals were mined briefly at the Canyon, but many would be miners discovered the tourism industry was much more profitable. In 1919 the Canyon was named a National Park, and today over 2,000 residents live within Grand Canyon National Park to support the millions of tourists who travel to this amazing destination each year.

Grand Canyon Historical Timeline

1100- Ancestral Puebloan first settled the Grand Canyon

1540- The first Europeans visit the Grand Canyon on the Coronado Expedition

1869- The first successful expeditions through the Grand Canyon is led by John Wesley Powell

1901- Trains began transporting people between Williams, AZ and the South Rim.

1905- Santa Fe Railway opened the El Tovar, Grand Canyon’s first hotel.

1908- Grand Canyon National Monument was established by Theodore Roosevelt.

1919- Grand Canyon was designated a National Park

1927- First scenic air flights over the Grand Canyon

1975- The park is expanded by the Grand Canyon National Park Enlargement Act


Geologic history

Although its awesome grandeur and beauty are the major attractions of the Grand Canyon, perhaps its most vital and valuable aspect lies in the time scale of Earth history that is revealed in the exposed rocks of the canyon walls. No other place on Earth compares to the Grand Canyon for its extensive and profound record of geologic events. The canyon’s record, however, is far from continuous and complete. There are immense time gaps many millions of years are unaccounted for, owing to gaps in the strata that resulted either from vast quantities of materials being removed by erosion or because there was little or no deposition of materials. Thus, rock formations of considerably different ages are separated by only a thin distinct surface that reveals the vast unconformity in time.

Briefly summarized, the geologic history of the canyon strata is as follows. The crystallized, twisted, and contorted unstratified rocks of the inner gorge at the bottom of the canyon are Archean granite and schist more than 2.5 billion years old. Overlying those very ancient rocks is a layer of Proterozoic limestones, sandstones, and shales that are more than 540 million years old. On top of them are Paleozoic rock strata composed of more limestones, freshwater shales, and cemented sandstones that form much of the canyon’s walls and represent a depositional period stretching over 300 million years. Overlying those rocks in the ordinary geologic record should be a thick sequence of Mesozoic rocks (about 250 to 65 million years old), but rocks dating from the Mesozoic Era in the Grand Canyon have been entirely eroded away. Mesozoic rocks are found nonetheless in nearby southern Utah, where they form precipitous butte remnants and vermilion, white, and pink cliff terraces. Of relatively recent origin are overlying sheets of black lava and volcanic cones that occur a few miles southeast of the canyon and in the western Grand Canyon proper, some estimated to have been active within the past 1,000 years. (Voir également Grand Canyon Series.)

The cutting of the mile-deep Grand Canyon by the Colorado River is an event of relatively recent geologic history that began not more than six million years ago, when the river began following its present course. The Colorado River’s rapid velocity and large volume and the great amounts of mud, sand, and gravel it carries swiftly downstream account for the incredible cutting capacity of the river. Before Glen Canyon Dam was built, the sediments carried by the Colorado River were measured at an average of 500,000 tons per day. Conditions favourable to vigorous erosion were brought about by the uplift of the region, which steepened the river’s path and allowed deep entrenchment. The depth of the Grand Canyon is the result of the cutting action of the river, but its great width is explained by rain, wind, temperature, and chemical erosion, helped by the rapid wear of soft rocks, all of which steadily widened the canyon. An experiment was conducted in March 2008, in which water equivalent to about 40 percent of the river’s original flow was released from Glen Canyon Dam for a period of 60 hours to measure the erosion and deposition of sediments along the river. Researchers monitoring the experiment noted additional sand deposition at numerous locations along the river following the release.

The most significant aspect of the environment that is responsible for the canyon is frequently overlooked or not recognized. Were it not for the semiarid climate in the surrounding area, there would be no Grand Canyon. Slope wash from rainfall would have removed the canyon walls, the stair-step topography would long ago have been excavated, the distinctive sculpturing and the multicoloured rock structures could not exist, the Painted Desert southeast of the canyon along the Little Colorado River would be gone, and the picturesque Monument Valley to the northeast near the Utah state line would have only a few rounded hillocks.


Voir la vidéo: Una breve historia del Parque Nacional del Gran Cañón. National Geographic en Español (Mai 2022).