2 avril 1943

2 avril 1943

Avril 1943

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930

Guerre en mer

Le sous-marin allemand U-124 a coulé avec toutes les mains au large de Porto



Découverte des effets hallucinogènes du LSD

À Bâle, en Suisse, Albert Hofmann, un chimiste suisse travaillant au laboratoire de recherche pharmaceutique Sandoz, consomme accidentellement du LSD-25, une drogue de synthèse qu'il avait créée en 1938 dans le cadre de ses recherches sur la valeur médicinale des composés de l'acide lysergique. Après avoir pris le médicament, anciennement connu sous le nom de diéthylamide d'acide lysergique, le Dr Hofmann a été perturbé par des sensations inhabituelles et des hallucinations. Dans ses notes, il raconta l'expérience :

Le vendredi 16 avril 1943, j'ai été contraint d'interrompre mon travail au laboratoire au milieu de l'après-midi et de rentrer chez moi, affecté par une agitation remarquable, combinée à un léger vertige. À la maison, je me suis allongé et j'ai sombré dans un état d'ébriété pas désagréable caractérisé par une imagination extrêmement stimulée. Dans un état onirique, les yeux fermés (je trouvais la lumière du jour désagréablement éblouissante), je percevais un flot ininterrompu d'images fantastiques, des formes extraordinaires aux jeux de couleurs intenses et kaléidoscopiques. Après environ deux heures, cette condition s'est estompée.”

Après avoir intentionnellement repris la drogue pour confirmer qu'elle avait causé cet étrange état physique et mental, le Dr Hofmann a publié un rapport annonçant sa découverte, et ainsi le LSD a fait son entrée dans le monde en tant que drogue hallucinogène. L'utilisation généralisée de la drogue dite "d'expansion de l'esprit" n'a commencé que dans les années 1960, lorsque des personnalités de la contre-culture telles qu'Albert M. Hubbard, Timothy Leary et Ken Kesey ont publiquement exposé les avantages de l'utilisation du LSD comme drogue récréative. La fabrication, la vente, la possession et l'utilisation de LSD, connu pour provoquer des réactions négatives chez certains de ceux qui en consomment, ont été rendus illégaux aux États-Unis en 1965.


Les Soviétiques admettent le massacre de Katyn pendant la Seconde Guerre mondiale

Le gouvernement soviétique accepte officiellement le blâme pour le massacre de Katyn pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque près de 5 000 officiers militaires polonais ont été assassinés et enterrés dans des fosses communes dans la forêt de Katyn. L'admission faisait partie du leader soviétique Mikhaïl Gorbatchev&# x2019s promesse d'être plus franc et franc concernant l'histoire soviétique.

En 1939, la Pologne avait été envahie de l'ouest par les forces nazies et de l'est par les troupes soviétiques. Au printemps 1940, des milliers d'officiers militaires polonais ont été rassemblés par les forces de police secrètes soviétiques, emmenés dans la forêt de Katyn à l'extérieur de Smolensk, massacrés et enterrés dans une fosse commune. En 1941, l'Allemagne attaqua l'Union soviétique et pénétra dans le territoire polonais autrefois détenu par les Russes. En 1943, alors que la guerre contre la Russie tourne mal, les Allemands annoncent avoir exhumé des milliers de cadavres dans la forêt de Katyn. Des représentants du gouvernement polonais en exil (situé à Londres) ont visité le site et ont décidé que les Soviétiques, et non les nazis, étaient responsables des meurtres. Ces représentants, cependant, ont subi des pressions de la part des responsables américains et britanniques pour garder leur rapport secret pour le moment, car ils ne voulaient pas risquer une rupture diplomatique avec les Soviétiques. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la propagande allemande s'en est pris aux Soviétiques, utilisant le massacre de Katyn comme exemple d'atrocités russes. Le dirigeant soviétique Joseph Staline a catégoriquement nié les accusations et affirmé que les nazis étaient responsables du massacre. La question n'a pas été réexaminée pendant 40 ans.

En 1990, cependant, deux facteurs poussèrent les Soviétiques à admettre leur culpabilité. Le premier était Gorbatchev&# x2019s politique très médiatisée de &# x201Copenness&# x201D dans la politique soviétique. Cela comprenait une évaluation plus franche de l'histoire soviétique, en particulier concernant la période stalinienne. Deuxièmement, l'état des relations polono-soviétiques en 1990. L'Union soviétique perdait une grande partie de son pouvoir de conserver ses satellites en Europe de l'Est, mais les Russes espéraient conserver autant d'influence que possible. En Pologne, le mouvement de solidarité de Lech Walesa n'a cessé d'éroder le pouvoir du régime communiste. La question du massacre de Katyn était un point sensible dans les relations avec la Pologne depuis plus de quatre décennies, et il est possible que les responsables soviétiques aient cru qu'un aveu et des excuses francs aideraient à apaiser les tensions diplomatiques croissantes. Le gouvernement soviétique a publié la déclaration suivante : « La partie soviétique exprime ses profonds regrets face à la tragédie et la considère comme l'un des pires outrages staliniens. »

Il est difficile de déterminer si l'admission soviétique a eu un impact. Le régime communiste en Pologne s'est effondré à la fin de 1990 et Lech Walesa a été élu président de la Pologne en décembre de la même année. Gorbatchev a démissionné en décembre 1991, ce qui a mis fin à l'Union soviétique.


Histoire et passe-temps

Nouvelles de 1943 Headlines Milwaukee Journal

Dans cet article, je couvrirai…

En examinant ces deux sujets, je suis très conscient de regarder une époque dont ma génération n'a aucune idée. Je suis né en 1953 et la seule chose dont je me souviens que mes parents aient jamais mentionné le rationnement, quelque chose que je n'ai jamais failli vivre (ils étaient adolescents pendant les années de guerre et mon père a été recruté en 1945 dès qu'il a obtenu son diplôme d'études secondaires ).

L'idée était de vaincre d'abord l'Allemagne nazie, puis le Japon, ce qui s'est passé.

L'une des critiques qui a été attachée à chacune de nos guerres depuis la Seconde Guerre mondiale est l'idée du manque de sacrifice partagé. De la Corée au Vietnam, en passant par les guerres du Golfe et l'Afghanistan, la guerre est devenue presque une abstraction pour l'Amérique, à moins que vous ne soyez personnellement impliqué ou que vous connaissiez quelqu'un qui l'est.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, ce n'était pas le cas, comme le montrent ces deux sujets.

En regardant des films sur la guerre, je savais qu'il existait une telle chose comme une campagne d'obligations de guerre. Par exemple, dans le film Drapeaux de Nos Pères quelques Marines (et Navy Corpsman) qui avaient hissé le drapeau sur Iwo Jima ont été recrutés pour faire partie d'une campagne d'obligations de guerre. Les gens viendraient partout où la route avait lieu pour avoir la chance de voir les héros de guerre des États-Unis et les héros à leur tour encourageraient les gens à acheter des obligations de guerre pour terminer le travail, c'est-à-dire financer l'industrie de guerre que beaucoup des mêmes personnes travaillé. Voici une meilleure définition de http://www.signalalpha.com/WW2_War_Bonds.html

Affiche d'Iwo Jima utilisée pour promouvoir les obligations de guerre

Le coût pour le Trésor américain de l'implication de la nation dans la Seconde Guerre mondiale s'élevait à plus de 340 milliards de dollars. En dollars de 2003, le coût totaliserait près de 3 500 milliards de dollars. Pour financer l'effort de guerre, le gouvernement américain a utilisé de nombreuses méthodes. Une façon comprenait des prêts de guerre ou des obligations de guerre. Pour promouvoir ces efforts, le gouvernement américain a créé et présenté des films dans les cinémas du pays. Contrairement à aujourd'hui, Hollywood a créé des films qui remontent le moral et soutiennent la victoire. La plupart du temps, le film avait un thème patriotique. Plus d'une fois le souvenir de la trahison japonaise à Pearl Harbor fut évoqué.

L'un des principaux articles de l'édition du 22 avril 1943 du Milwaukee Journal était intitulé :

Rallie l'achat d'obligations vers l'objectif

Déterminé à mettre le comté au-dessus. Les patriotes demandent à tous d'investir davantage dans l'avenir de l'Amérique

Voici les premiers paragraphes de l'histoire qui suit :

Stimulées par de nombreux rassemblements mercredi soir, les ventes d'obligations ont continué d'augmenter alors que les responsables de la campagne d'obligations de guerre, des particuliers et de nombreuses organisations se sont engagés à déployer tous les efforts pour placer Milwaukee au sommet des ventes au cours de la dernière période de la campagne de prêts de guerre de 13 000 000 000 $ en avril.

Lors d'un rassemblement et d'une célébration de la Pâque en présence de 1 200 personnes mercredi soir à la Congrégation Beth Israel, 2432 N. Teutonia av., 145 175 $ en obligations de guerre ont été vendus, soit un total d'environ 402 000 $ en obligations vendues lors de rassemblements parrainés par la congrégation depuis Pearl Harbor. . La caractéristique de la soirée était l'interprétation de chansons folkloriques, d'airs patriotiques et de chants religieux par trois chantres de Chicago, Pvts. Dale, Murray et Phil Lind, frères et tous les membres du corps médical de l'armée au Camp Claiborne, LA.

Quelques remarques ici :

Un autre article en première page mentionne que les 13 000 000 000 $ sont liés à la deuxième campagne d'obligations de guerre. Au moment de l'invasion de la Normandie (6 juin 1944), les États-Unis en étaient à leur septième campagne d'obligations de guerre. Cela signifie que les campagnes d'obligations de guerre étaient programmées avec une fréquence croissante au fur et à mesure que la guerre se poursuivait. Il semble que l'un ait commencé dès qu'un autre s'est terminé.

La recherche montre que les Américains ont été encouragés à investir au moins 10 % de leurs revenus dans des obligations de guerre. Les obligations de guerre étaient un type de prêt. L'acheteur d'une obligation de guerre a acheté une obligation avec la promesse que le gouvernement rachèterait ou rachèterait l'obligation à une date ultérieure avec intérêt.

Quand faire votre « juste part » signifiait acheter des obligations de guerre.

Peut-être devrions-nous lancer une campagne d'obligations de guerre pour réduire notre dette nationale de 15 000 milliards de dollars ? Non, le gouvernement le dépenserait simplement pour autre chose et augmenterait encore la dette. Je pense qu'il est intéressant de noter que le peuple américain a payé la guerre en investissant dans des obligations de guerre plutôt que de simplement s'endetter.

Il est intéressant de noter que le Milwaukee Journal a choisi une congrégation juive à mettre en évidence. Certes, le fait que c'était Pessa'h avait quelque chose à voir avec le choix. La Pâque célèbre l'exode des Hébreux de l'esclavage en Egypte. Vous vous souvenez peut-être de la première partie de cette série que Jésus au Dîner du Seigneur célébrait la Pâque avec ses disciples. La première page du Milwaukee Journal du 22 avril 1943 avait beaucoup de symbolisme religieux pour les Juifs et les Gentils.

L'article n'entre pas dans le détail, mais ce n'est un secret pour personne qu'en 1943, de nombreux Juifs allemands s'étaient depuis longtemps échappés de l'Allemagne nazie (alors qu'ils le pouvaient dans les années 30) et que certains se sont sans aucun doute rendus dans les zones juives allemandes de Milwaukee. . Vous n'avez probablement pas eu à convaincre de nombreux Juifs du mal que nous combattions avec les nazis.

L'adresse de la congrégation est également digne de mention. Milwaukee avait une énorme population allemande d'où le nom de la rue Teutonia, qui signifie terre des Teutons, ou Allemands. On se demanderait où se trouverait leur loyauté. Rappelez-vous que les Américains d'origine japonaise ont été internés pendant la guerre, contrairement aux Américains d'origine allemande et italienne. C'était clairement la race et la colère contre Pearl Harbor ainsi que la peur d'une cinquième colonne qui ont amené les Américains d'origine japonaise à être détenus dans des camps ressemblant à des camps de prisonniers de guerre.

Ironiquement, ce sont les germano-américains qui ont lancé un groupe pro-nazi appelé The Bund.

Le Bund était une organisation pro-nazie germano-américaine qui était principalement active juste avant l'implication des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. Il était fortement concentré à New York et à Chicago. Mon père se souvenait qu'il était actif à Milwaukee et il connaissait des personnes impliquées.

Les objectifs du Bund étaient un sac mélangé mais alignés avec le nazisme sur tous les objectifs et plaintes qui sont anti-juifs, anti-communistes et objections majeures au traité de Versailles que de nombreux Allemands considéraient comme injuste (objectivement parlant, c'était depuis L'Allemagne a été seule blâmée pour la Première Guerre mondiale alors que les alliances enchevêtrées étaient à peine mentionnées).

Cela ne veut pas dire que le Bund était une bonne chose parce qu'il y avait quelque chose dans l'injustice de Versailles. C'est-à-dire que c'était une tentative de puiser dans le patriotisme et le nationalisme allemands et de faire cause commune avec les nazis. C'est trop dire pour considérer le Bund comme une cinquième colonne. Ils semblaient vouloir garder l'Amérique hors de la guerre et en ce sens faisaient partie du mouvement isolationniste qui maintenait les États-Unis hors de la guerre jusqu'à Pearl Harbor.

Un armistice signifie que les deux parties cessent tout simplement de se battre. Ce n'est pas la même chose qu'une capitulation.

Le Bund n'était vraiment qu'une petite erreur sur le radar national. La plupart des immigrants allemands étaient ici depuis les années 1880 ou même avant et s'intéressaient peu à la politique en Europe. Alors que les liens culturels étaient encore importants pour beaucoup, la politique de l'Europe est la raison pour laquelle beaucoup sont partis. Ironiquement, même le gouvernement nazi à Berlin n'a pas beaucoup pensé au Bund, réalisant que 99% des Allemands d'origine allemande étaient assez fidèles aux États-Unis.

Mon père, qui vivait du côté nord de Milwaukee (Teutonia) de Milwaukee, a déclaré que toutes les personnes qu'il connaissait d'origine allemande n'avaient jamais pensé au Bund et étaient des Américains loyaux même si beaucoup parlaient encore leur langue maternelle. En 1941, le Bund était insignifiant et maintenant simplement une note de bas de page dans l'histoire.

L'article poursuit en disant que la ville de Greenfield (banlieue de Milwaukee) a collecté 2 587,50 $ auprès de 300 personnes pour des obligations de guerre. Cela coûte environ 75 $ à 80 $ pièce.

En remarque sur la campagne d'obligations de guerre de Greenfield, j'ai remarqué que l'orateur principal de l'événement ci-dessus était Ben Barkin. Ben Barkin était une célébrité de Milwaukee pendant un grand nombre d'années. Son entreprise de publicité représentait la brasserie Schlitz de Milwaukee. Avec Bob Ehlein, PDG de la brasserie et d'autres, Milwaukee est devenu célèbre pour son défilé de cirque, dont le premier a eu lieu en 1963. C'était et c'est un gros problème à Milwaukee car il présente un grand nombre de wagons de cirque restaurés de une époque révolue, qui devaient tous être récupérés dans des dépotoirs à travers l'Amérique. Aujourd'hui, les chariots sont stockés au Circus World Museum à Baraboo, Wisconsin et une fois par an, ils sont entraînés à Milwaukee pour le grand défilé. Il est intéressant de voir qu'en 1943, Ben Barkin faisait sa part pour l'effort de guerre dans le cadre d'une campagne d'obligations de guerre.

L'un des chariots de cirque utilisés dans le défilé. Les wagons sont exposés à Baraboo, Wisconsin.

Schlitz était le meilleur brasseur de Milwaukee jusque dans les années 970 / 8217. Blatz, Pabst et Miller ont tous été fondés par des germano-américains. Cette annonce est hystérique. Le gars boit une bière en peignoir avec un sandwich au jambon et au fromage. Prost !

Un peu plus bas se trouve la mention de l'Université Marquette où 625 étudiants ont collecté 13 846, 50 $. L'article indique que Milwaukee a continué à célébrer l'anniversaire d'Hitler (20 avril) avec des ventes en plein essor sur des sites de bombes, ce qui signifie que lorsqu'ils ont fait un don, ils ont signé leurs noms sur des boîtiers de bombes marqués “Berlin” ou “Tokyo.”

Il était courant de signer des boîtiers de bombes avec des dictons comme « cher Hitler » ou « à Tojo ». Il s'agit d'un B-24 Liberator.

L'article poursuit en disant que de nombreuses personnes ont acheté des obligations supplémentaires s'ils avaient un fils dans l'armée. Cela ne dit pas pourquoi, mais il est facile de spéculer que la connexion personnelle a fourni une incitation supplémentaire à donner à leur militaire les moyens de gagner la guerre, c'est-à-dire des chars, des navires, des armes à feu, de la nourriture et tout ce qui pourrait assurer la victoire et apporter les garçons rentrent sains et saufs.

Le sous-article lié à la campagne d'obligations de guerre concerne le guide des rations en temps de guerre.

Beaucoup de choses ont été rationnées pendant la guerre comme la ferraille.

D'après ce que je peux déterminer, vous avez reçu un certain nombre de points pour acheter des articles rationnés et à peu près tout l'était. Certaines choses étaient limitées quant au montant que vous pouviez acheter avec vos points. Chaque semaine, le journal publiait des limites et des délais. Voici un échantillon du 22 avril 1943, le Milwaukee Journal.

Utilisez le timbre 17 jusqu'au 15 juin pour une paire de chaussures.

Le timbre 12 est bon pour cinq livres de sucre jusqu'au 31 mai.

Le timbre 26 est bon pour une livre de café jusqu'au dimanche.

Les coupons pour le mazout sont valables pour 11 gallons jusqu'au 30 septembre. (La plupart des maisons de Milwaukee dans les années 40 étaient maintenues au chaud avec du charbon.

Utilisez le timbre 5 pour quatre gallons d'essence jusqu'au 21 mai. Cela équivaut à environ un gallon par semaine si vous aviez une voiture. Les transports en commun et les vélos étaient populaires.

Les pneus étaient rationnés pour mécaniser l'armée.

Les pneus ne peuvent être achetés que si vous passez deux inspections pour déterminer le besoin.

Vous pouvez voir que les articles liés à la lutte contre la guerre mécanisée étaient bien plus importants que la nourriture. Comme l'Amérique n'était pas vraiment menacée par une invasion, l'approvisionnement alimentaire n'a jamais été sérieusement menacé comme en Grande-Bretagne (par les sous-marins). Une armée sur roues et la nôtre avait besoin d'énormes quantités de gaz et de caoutchouc.

Le dernier article lié aux obligations de guerre et au guide des rations était intitulé :

Les boîtes à lunch séduisantes des filles incitent les garçons à soumissionner des obligations élevées

Gee, c'est un long titre, n'est-ce pas ?

Les séduisantes boîtes à lunch ont été préparées par de séduisantes lycéennes pour les lycéens, dont certains seront recrutés d'ici la fin de la guerre.

Les filles emballent les déjeuners avec des articles rares et séduisants, les garçons enchérissent sur eux lors d'une vente aux enchères et partagent le déjeuner avec la fille. Certaines filles en ont emballé plus d'une et d'autres n'en ont pas emballé parce qu'elles ne se croyaient pas assez séduisantes pour obtenir une offre substantielle. Un déjeuner a coûté 25,00 $, alors je me demande à quel point vous devez être jolie pour obtenir cette offre basse. L'enchère la plus élevée était de 500,00 $. Où un lycéen a obtenu ce genre d'argent, je ne suis pas sûr. Mon père avait un itinéraire papier avant d'être repêché et je suis presque sûr qu'il n'a pas gagné ce genre d'argent !

La vente aux enchères est un autre exemple où chacun se mobilise et fait ce qu'il peut pour l'effort de guerre. C'est ce sentiment de sacrifice partagé dont je parlais. Même si c'était il y a seulement soixante-dix ans, cela semble aussi lointain que la guerre de Sécession. Je doute que nous reverrons jamais ce genre d'unité et de sacrifice.

Même les High School Cheer Leaders ont été utilisés pour vendre des obligations de guerre.
Le dicton était "le chemin vers le cœur d'un homme passe par son estomac".


La Seconde Guerre mondiale aujourd'hui : 29 avril

1940
Le roi Haakon VII et son gouvernement sont évacués de Molde et emmenés à Tromso, dans le nord de la Norvège, d'où ils peuvent continuer le combat.

1941
Les services de renseignement britanniques "Ultra" interceptent de nombreux messages donnant une indication positive que les Allemands envisagent d'attaquer la Crète.

Une autre brigade de la 10e division indienne britannique atterrit à Bassorah, ignorant les protestations des Irakiens. L'armée irakienne assiège la base de la RAF à Habbaniyh, bien que les avions de la RAF effectuent de nombreuses frappes aériennes contre eux.

1942
La résistance belge détruit les usines chimiques de Tenderloo, tuant plus de 250 personnes. Les exécutions par les Allemands seraient de 25 à 30 par mois en Belgique.

Les troupes japonaises capturent Lashio, coupant ainsi la route d'approvisionnement vitale de la route de Birmanie vers la Chine.

Les Japonais continuent de débarquer des renforts sur l'île de Mindanao alors que les attaques contre la garnison philippine s'intensifient. Le bombardement de Corregidor augmente alors que les Japonais se préparent à envahir l'île.

1943
Une série d'attaques mineures près de Novorossiysk repousse lentement les Allemands.

Les sous-marins commencent une attaque de six jours sur le convoi ONS5, au cours de laquelle 13 navires alliés sont finalement coulés pour la perte de six sous-marins.

1944
Curtin, le Premier ministre australien arrive à Londres.

L'US Navy pilonne la base japonaise de Truk, détruisant 120 avions.

1945
La RAF commence l'opération « Manna » et le ravitaillement tombe en Hollande.

Le convoi RA-66 naviguant de la péninsule de Kola au Loch Ewe est attaqué par au moins 2 sous-marins au nord de Kola. Le destroyer britannique HMS Goodall, qui a été prêté par les États-Unis en 1943, est coulé par l'U-286 (Oblt.z.S. Willi Dietrich), pour 1 150 tonnes, ce qui en fait le dernier convoi à être attaqué pendant la guerre.

La deuxième armée britannique traverse l'Elbe près de Hambourg, à moins de 160 kilomètres à l'ouest des forces russes dans le Mecklembourg. La septième armée américaine atteint Munich. La Première armée française capture Friedrichshafen sur le lac de Constance.

Le 2e front biélorusse avance rapidement en direction de Stralsund et s'empare d'Anklam. À Berlin, de violents combats ont lieu autour du Reichstag, de la Chancellerie et le long de la Potsdamer Strasse. A Kottbus au sud de Berlin, les troupes allemandes retiennent toujours les Russes.

Les armées allemandes en Italie signent les conditions de capitulation au Palais Royal de Caserte, mais les officiers allemands ne garantissent pas l'acceptation, la cérémonie ne prend que 17 minutes. La 8e armée britannique s'empare de Venise et avance vers Trieste. La 5e armée américaine entre dans Milan et prend contact avec la 8e armée à Padoue.

Les corps de Mussolini et de Clara Petacci sont amenés à Milan et suspendus la tête en bas à des lampadaires sur la place où 15 partisans ont été exécutés il y a un an. Les corps sont abattus et crachés dessus.


Histoire militaire de l'Axe de la Seconde Guerre mondiale au jour le jour : avril

1er avril 1945 : A l'Est, d'âpres combats font rage dans la banlieue ouest de la ville forteresse de Breslau. Au sud-est, le 3e front ukrainien soviétique (Tolbukhin) atteint Wiener Neustadt dans sa progression vers Vienne. A l'ouest, la 9e armée américaine (Simpson) atteint Lippstadt, piégeant ainsi 300 000 soldats allemands du Heeresgruppe B (modèle) dans la poche dite de la Ruhr.

2 avril 1941 : L'Afrikakorps allemand capture Agedabia en Libye.

2 avril 1942 : les forces aériennes de l'Axe lancent une campagne de bombardement contre La Valette, la base navale britannique à Malte en Méditerranée.

3 avril 1945 : A l'Est, alors que le siège de Breslau en Silésie se poursuit, l'Armée Rouge s'empare de Bratislava, capitale de la Slovaquie. A l'Ouest, des unités de la 2e armée britannique (Dempsey) atteignent Münster. La 9e armée américaine capture Recklinghausen dans la Ruhr, tandis que la 1re armée américaine (Hodges) prend Fulda et Kassel.

4 avril 1945 : La 2e armée britannique s'empare d'Osnabrück, tandis que la 3e armée américaine (Patton) avançant vers Leipzig prend Suhl et Gotha. L'US 8thAir Force lance son raid le plus lourd à ce jour (700 bombardiers) contre Kielon la Baltique.

5 avril 1942 : Hitler ordonne des plans pour l'exécution de Fall Blau (Opération Bleu), la nouvelle offensive estivale sur le front sud à l'Est conçue pour atteindre la Volga, ainsi que pour capturer les champs pétrolifères du Caucase.

5 avril 1944 : les forces allemandes du Heeresgruppe Mitte (von Kluge) encerclées dans la poche de Kowel sont relevées après d'âpres combats.

5 avril 1945 : Le 3e front ukrainien soviétique atteint la périphérie de Vienne, qui dispose de forces allemandes minimales pour le défendre. A l'Ouest, la Première armée française (de Tassigny) s'empare de Karlsruhe sur le Rine supérieur. L'US8th Air Force mène une autre attaque lourde (450 bombardiers) contre Kiel qui cause de graves dommages aux croiseurs Hipper et Emden.

6 avril 1941 : les forces allemandes, italiennes et hongroises commencent l'invasion de la Yougoslavie et de la Grèce. La Luftwaffe effectue plusieurs raids de bombardements dévastateurs contre Belgrade.

6 avril 1942 : des bombardiers de l'Axe attaquent le port d'Alexandrie en Egypte.

6 avril 1943 : Les unités du Heeresgruppe A (von Weichs) lancent une offensive contre le port de la mer Noire de Novorossisk dans le Caucase. Les forces américaines et britanniques en Tunisie lancent une attaque contre la 5.Panzerarmee (von Arnim).

6 avril 1945 : A l'Est, après avoir éliminé la poche d'Heiligenbeil, le 3e front biélorusse soviétique (Vassilevsky) atteint la côte baltique en Prusse orientale, séparant les communications entre la 2. Armée (von Tippelkirch) défendant Königsberg assiégé et la 4. Armée (Hossbach) tenant le delta de la Vistule N de Marienbrg. Au Sud-Est, les partisans de Tito occupent Sarajevo en Bosnie.

7 avril 1940 : Des unités de la Kriegsmarine transportant des troupes et du matériel partent des ports allemands pour commencer l'opération Weserübung (exercice Weser), l'invasion du Danemark et de la Norvège.

7 avril 1941 : la Grande-Bretagne rompt ses relations diplomatiques avec la Hongrie. Les troupes allemandes capturent Skopje en Macédoine. En Libye, l'Afrikakorps s'empare de Derna.

7 avril 1944 : A l'Est, l'Armée rouge perce les lignes allemandes à Kerchin en Crimée orientale.

7 avril 1945 : Précédé d'un formidable bombardement aérien et d'artillerie, le 3e front biélorusse entame son assaut final contre Königsberg. A l'ouest, la neuvième armée américaine capture Hameln et Eisenach sur la route de Leipzig.

8 avril 1940 : les navires de la marine britannique posent des mines dans les eaux norvégiennes en vue du débarquement des forces britanniques et françaises à Namsos, Narvik et Andalsnes.

8 avril 1943 : Des unités de la VIIIe armée britannique (Montgomery) capturent Sfax en Tunisie.

8 avril 1944 : Les troupes du Heeresgruppe Ukraine (von Manstein) encerclées à Kamenets-Podolsk repartent sur leurs propres lignes.

8 avril 1945 : violents combats au centre de Vienne. L'armée de l'air rouge largue 1 500 tonnes de bombes sur Königsberg. A l'ouest, la Seconde armée britannique atteint Hildesheim, tandis que la Septième armée américaine (Patch) s'empare de Pforzheim près du Rhin supérieur.

9 avril 1940 : Sans opposition de l'armée danoise, les forces allemandes occupent tout le Danemark, tandis que d'autres troupes aéroportées et parachutées sont débarquées à Oslo, Kristiansand, Stavanger, Trondheim, Bergen et Narvik. Au cours de ces opérations, la Kriegsmarine perd les croiseurs Blücher (coulés par les batteries côtières norvégiennes), Königsberg et Karlsruhe au profit de la marine britannique.

9 avril 1941 : Dans les Balkans, les forces allemandes occupent Nish en Yougoslavie et Salonique en Grèce. En Libye, l'Afrikakorps s'empare de Bardia.

9 avril 1945 : A l'Est, la ville forteresse de Königsberg tombe aux mains de l'Armée rouge. En Italie, la cinquième armée américaine (Clark) lance une offensive vers Bologne et la vallée du Pô.

10 avril 1941 : les troupes allemandes prennent Zagreb en Yougoslavie. Ante Pavelic, leader fasciste croate, revient d'exil italien et proclame l'état indépendant de la Croatie, avec lui comme Poglavnik (leader).

10 avril 1944 : les forces allemandes du Heeresgruppe Ukraine évacuent Odessa sur la mer Noire et se replient sur la rive ouest du fleuve Dniestr. A l'ouest, les forces aériennes américaines et britanniques lancent une offensive contre les aérodromes allemands et les communications en France et en Belgique.

10 avril 1945 : La neuvième armée américaine (Simpson) capture Essen dans la Ruhr. Dans une autre attaque lourde contre Kiel, la RAF coule le croiseur lourd AdmiralScheer. La 8th Air Force américaine lance son raid le plus lourd à ce jour (1 232 bombardiers) contre Berlin.

11 avril 1945 : poursuite des combats acharnés dans le centre de Vienne, ainsi qu'à Breslau. A l'ouest, la 9e armée américaine capture Bochum dans la Ruhr et Goslar dans les montagnes du Harz.

12 avril 1941 : les troupes geranes entrent dans Belgrade, capitale de la Yougoslavie. En Libye, l'Afrikakorp se rapproche de Tobrouk.

12 avril 1943 : les troupes allemandes du Heeresgruppe Mitte (von Kluge) évacuent Vjasma. La VIIIe armée britannique capture Sousse en Tunisie.

12 avril 1944 : les forces allemandes en Crimée se replient sur Sébastopol.

12 avril 1945 : le président Roosevelt décède à Warm Springs, en Géorgie, le vice-président Truman prête serment en tant que nouveau président. A l'ouest, la 1re armée américaine (Hodges) atteint l'Elbe près de Magdebourg. La 2e armée britannique capture Celle à 60 miles au sud de Hambourg.

13 avril 1940 : Un engagement féroce entre les forces navales allemandes et britanniques dans le fjord de Jössing près de Narvik entraîne le naufrage de 10 destroyers allemands dont les équipages survivants rejoignent les unités de Gebirgsjäger défendant Narvik isolée.

13 avril 1941 : En Grèce, les forces allemandes lancent une attaque contre les positions grecques et britanniques près du mont Olympe. En Libye, l'Afrikakorps s'empare de Sollum.

13 avril 1945 : Vienne tombe aux mains de l'Armée rouge. A l'ouest, la 3e armée américaine (Patton) s'empare d'Erfurt et de Weimar.

14 avril 1940 : Débarquement des troupes britanniques et françaises près de Namsos et Narvik en Norvège.

14 avril 1941 : L'armée grecque d'Épire se retire d'Albanie. En Libye, une attaque des Afrikakorps pour capturer Tobrouk échoue.

14 avril 1945 : A l'Ouest, les 1re et 9e armées américaines continuent de démanteler les forces du Heeresgruppe B (modèle) piégées dans la poche de la Ruhr. La deuxième armée britannique atteint la périphérie de Brême, tandis que la troisième armée américaine capture Gera et Bayreuth. La Première armée canadienne (Crerar) assume le contrôle militaire des Pays-Bas où les forces allemandes de la Festung Holland (von Blaskowitz) sont maintenant piégées dans les fortifications du mur d'Atlantik le long de la côte.

15 avril 1941 : les troupes allemandes occupent Sarajevo en Yougoslavie.

15 avril 1944 : L'Armée rouge reprend Tarnopol dans le sud de l'Ukraine.

15 avril 1945 : Le 3e front ukrainien soviétique (Tolbuhkin) lance une offensive contre la zone industrielle de Mührisch-Ostrau en Moravie défendue par Heeresgruppe Mitte (Schörner). A l'Ouest, la 1re armée américaine (Hodges) capture Leuna et Mersebourg en Saxe, tandis que la 1re armée française (deTassigny) capture Kehl et Offenburg sur le Rhin supérieur.

16 avril 1945 : Dans l'Ouest, la Première Armée canadienne occupe Leeuwarden et Groningen dans le nord de la Hollande. La première armée américaine capture Solingen et Wuppertal. A l'Est, le 1er front biélorusse (Zhukov) et le 1er front ukrainien (Konev), depuis leurs têtes de pont de l'Oder au N et au S de Francfort, lancent leur ultime grande offensive contre Berlin. Dans la Baltique au large de Hela, le paquebot allemand Goya est torpillé par un sous-marin soviétique, tuant 6 500 soldats blessés et réfugiés.

17 avril 1941 : L'armée yougoslave capitule, la Wehrmacht fait 345 000 prisonniers.

17 avril 1945 : Les troupes allemandes du Heeresgruppe B (329 000 hommes) encerclées dans la poche de la Ruhr se rendent (leur commandant, FM Model, se suicide le 21 avril). La neuvième armée américaine capture Magdebourg sur l'Elbe. A l'Est, l'offensive du 1er front biélorusse soviétique contre Berlinis s'est arrêtée sur les hauteurs de Seelow à 3 km à l'ouest de l'Oder, avec de grandes pertes en troupes et en chars.

18 avril 1945 : la 2e armée britannique capture Ülzen et Lüneburg. La troisième armée américaine s'empare de Nuremberg et avance en Bohême. A l'est, le 1er front ukrainien soviétique s'empare de Forst sur la rivière Neisse. Au nord de Francfort, le 1er front biélorusse soviétique poursuit son attaque pour prendre les hauteurs de Seelow, épuisant progressivement les défenseurs allemands en infériorité numérique.

19 avril 1943 : Début d'un soulèvement armé dans le ghetto juif de Varsovie.

19 avril 1945 : la 9e armée américaine s'empare de Leipzig. A l'Est, l'Armée rouge perce les défenses allemandes au N et au S de Francfort, et malgré de lourdes pertes en hommes et en chars (plus de 400 en deux jours), continue d'avancer vers Berlin. À la veille du 56e anniversaire d'Hitler, le Dr Goebbels exhorte la nation et prédit qu'en dépit de tous les malheurs, l'Allemagne l'emportera encore, que la « coalition perverse entre le bolchevisme et la ploutocratie est sur le point de se briser, et qu'il s'agit d'Adolf Hitler. (“Notre Hitler !”) qui va encore inverser la tendance et sauver l'Europe, comme il l'a fait jusqu'à présent, de ne pas tomber entre les griffes du Kremlin.

20 avril 1941 : les forces britanniques en Grèce se retirent du mont Olympe.

20 avril 1945 : Depuis ses têtes de pont de l'Oder au S de Stettin, le 2e front biélorusse soviétique (Rokossovsky) lance une offensive vers Neubrandenburg, Stralsund et Rostock, tandis que l'artillerie lourde soviétique entame un bombardement continu de Berlin. Mais le coût de la victoire est élevé : dans la bataille de Berlin, les pertes de chars soviétiques entre le 1er et le 19 avril s'élèvent à 2 807 chars. Durant la même période, les Alliés à l'ouest perdent 1 079 chars.

21 avril 1945 : Le 1er front ukrainien soviétique capture Bautzen et Cottbus à 70 milles au sud-est de Berlin. En Prusse orientale, les vestiges de l'AOK Ostpreussen (vonSaucken) résistent toujours dans le port de Pillau, la Frische Nehrung et le delta de la Vistule entre Dantzig et Marienburg. A l'ouest, la résistance allemande continue autour d'Elbingerode dans les montagnes du Harz. En Italie, violents combats près de Bologne et le long du Pô.

22 avril 1945 : Lors de la bataille de Berlin, des unités du 1er Front biélorusse soviétique (aujourd'hui Sokolovsky) ont pénétré dans les banlieues nord et est de la ville. Hitler, ignoring the entreaties of his entouragewhom he orders to leave for Berchtesgaden, and realizing that the war islost, decides to stay in his bunker at Berlin to await the inevitableend.

April 23rd, 1945: In the West, units of the British Second Army reach Harburg acrossthe Elbe from Hamburg. Reichsführer-SS Himmler begins secretnegotiations for a separate peace in the West with Count Bernadotte,head of the Swedish Red Cross. In the battle for Berlin, the attackingSoviet armies have now completely surrounded the city and aresystematically decimating the motley ranks, consisting of variousWehrmacht and Waffen-SS units (including numbers of Dutch, Danish,Norwegian, Swedish, Latvian and French volunteers) as well as Volkssturmand Hitler Youth, of the exhausted and badly outmanned and outgunneddefenders who are now under the command of General Weidling, CO of LVI.Panzerkorps.

April 24th, 1941: German forces in Greece break through British positions atThermopylae. The British expeditionary force begins the evacuation ofits troops to Egypt and Crete.

April 24th, 1945: In the West, the US Seventh Army (Patch) crosses the Danube atDillingen and captures Ulm. In the battle of Berlin, the Soviet armiesare tightening their grip and are slowly advancing toward the center ofthe city.

April 25th, 1945: Units of the US Ninth Army (Simpson) and the Soviet 1st UkrainianFront (Konev) meet on the Elbe at Torgau, 100 miles SW of Berlin. InBerlin, the battle continues with unabated ferocity, both sidessuffering heavy casualties in bitter house-to-house fighting. The reliefattack by III.Panzerkorps (Steiner) from the area of Eberswalde 50 milesNE of Berlin fails for lack of forces. The isolated fortress of Breslauis still holding out. In Italy, US and British forces cross the Po riverand capture Parma and Mantua. German U-boats sink 5 Allied supply shipsin the English Channel. Beginning of the San Francisco Conferenceconvened to discuss the founding of the United Nations.

April 26th, 1945: The British Second Army (Dempsey) enters Bremen. In the East, theSoviet 3rd Belorussian Front (Vassilevsky) captures the port of Pillau20 miles W of Königsberg, while the 2nd Belorussian Front(Rokossovsky) occupies Stettin at the mouth of the Oder. The remnants of9.Armee (Busse) are cut off and surrounded in the Halbe pocket 30 milesSW of Frankfurt.

April 27th, 1941: German troops enter Athens, the Greek capital.

April 27th, 1944: German planes spot an Allied convoy west of Start Pointalong the Channel Coast. The convoy is actually making a practice run forthe planned invasion of Normandy on a stretch of coast very much alike tothat found in the Normandy region of France. The 5.Schnellbootflottilleand 9.Schnellbootflottille are directed to attack at night, which they dowith the following boats: S100,S130, S138, S138, S140, S142, S143, S145, S150. They engagedthe convoy, consisting of 8 landing craft (LSTs or Landing Ship Tank), andprotected only by the English Korvette Azeala, at Lyme Bay. Theresult: LST 507, on fire, had to be given up, LST 531 was sunk, and LST289 received a torpedo hit which killed many soldiers. Total Allied losseswere 197 seaman and 441 soldiers lost. The event was largely coveredup by the Allies during and after WWII and is not well known.

April 27th, 1945: The US First Army (Hodges) captures Straubing and Kempten inBavaria, while in Italy the US Fifth Army (Clark) enters Genoa. In thebattle of Berlin, Red Army units reach the government center, close tothe Reichstag and Hitler’s bunker beneath the Reich Chancellery. TheGerman 12. Armee (Wenck) defending against US forces on the Elbe isordered to launch a relief attack east toward Potsdam and Berlin. TheSoviet 2nd Belorussian Front captures Prenzlau and Tangermnde 70 NW ofBerlin.

April 28th, 1940: British and French forces that were landed on the coast of Norwayare evacuated by the Royal Navy.

April 28th, 1945: The Canadian First Army (Crerar) captures Emden and Wilhelmshaven,while the US Seventh Army (Patch) occupies Augsburg, Regensburg andIngolstadt. In the battle of Berlin, the Red Army reaches the AnhaltStation and is within half a mile of the Führerbunker. Hitler marrieshis mistress, Eva Braun, and dictates his political testament in whichhe justifies the political and military actions of his 12-year-rule,blaming the war on international Jewry and exhorting the German peopleeven after defeat to adhere to the principles of National Socialism,especially its racial laws he appoints Grossadmiral Dönitz as hissuccessor. In the English Channel, German U-boats have sunk 8 Alliedships, 3 destroyers and 2 corvettes.

April 29th, 1945: The British Second Army crosses the Elbe at Lauenburg, 20 miles Eof Hamburg, and advances toward Schwerin and Wismar in Mecklenburg. TheFrench First Army (de Tassigny) captures Friedrichshafen on LakeConstance. In the battle of Berlin, the Red Army has now captured mostof the city except for the area around the Brandenburg Gate, theReichskanzlei and the Reichstag which is still fiercely defended byisolated units of the Waffen-SS.

April 30th, 1941: After the surrender of the Greek Army (Mussolini insists on aseparate surrender to the Italian forces), the German occupation ofGreece is now complete, the Wehrmacht having taken 223,000 Greek and22,000 British prisoners. In Cyrenaica, the Afrikakorps’ second attemptto capture Tobruk fails.

April 30th, 1942: Hitler and Mussolini meet at Berchtesgaden to discuss future Axisstrategy in North Africa and the Mediterranean, the main objectivesbeing the reduction of Malta and the seizure of the Suez Canal.


World War II Today: June 9

1940 German forces advancing South from the Somme capture Rouen on the Seine.

The British 51st Highland Division and part of the French 10th Army withdraw towards St-Valery-en-Caux, hoping to be evacuated to England.

The French government evacuates from Paris to Tours.

Norway officially surrenders to Germany.

1941 Fire Service Council established in Britain, with 1,400 local brigades being merged in to 32 regional ones.

British advance 40 miles into southern Syria and the Lebanon capturing Tyre in the process.

Italian casualties for May announced as 1,948 killed, 5,204 wounded and 27,292 missing.

Two thousand soldiers put an end to the strike at North American Aviation in Inglewood, CA that threatened crucial aircraft production.

1942 Heydrich lies in state in Berlin. Himmler calls him, ‘a noble, honest and decent human being’.

The Japanese high command announces that “The Midway Occupation operations have been temporarily postponed.”

1943 Tito is wounded during a German air attack.

1944 U.S. forces advancing from Utah Beach capture St. Mere-Eglise and cut the crucial road and rail links on the Cherbourg peninsula. Rommel puts all German forces in Normandy onto the defensive.

The RAF fly from French airfields for first time since 1940.

The U.S. Fifth Army is now 50 miles Northwest of Rome.

The Russians launch a heavy assault on the Finnish forces in the Karelian Isthmus to the North of Leningrad, in an attempt to force them out of war.

1945 Japanese Premier Kantaro Suzuki announces Japan will fight to the very end rather than accept unconditional surrender.

On Luzon, US Sixth Army takes Bagabag, sealing off Japanese in Cagayan Valley.

The Japanese on Okinawa’s Oroku peninsula are reported as trapped.

Tokyo radio says that 4.93m Japanese have been displaced by the bombing in the last three months.

Yugoslav partisans agree to withdraw from Austria and Trieste.

Los Angeles holds a parade for Generals George Patton and Jimmy Doolittle.


Hasegawa 1/48 Bf 109G-2/R6

This will be one of the shorter build descriptions on the site as I have virtually no recollection of making this model! I built this model in 2011 or 2012 but didn’t take any decent pictures of it at the time. Fast forward to this year on a trip back to Canada (where I lived until 2014) I took some photos of two or three models that remain there, this being one.

I do recall that this is a Hasegawa kit and that the paint scheme was the primary reason for building it. I am quite sure that I painted a standard 74/75/76 scheme first and then free-handed the white/dark green winter camouflage after applying the decals.

The only attraction German subjects hold for me is the technical difficulty of properly executing their paint scheme and this was no exception. I remember working carefully and slowly with an Testors Aztec airbrush and Tamiya acrylics to achieve the result shown here. For the record, the over-spray on the propeller blades is deliberate as it was present on the real aircraft.

It’s not perfect however I would certainly like to have weathered it more convincingly as the model looks unfinished to me now. I’ve learned a lot about weathering since completing this model and though I may flatter myself, I think I could do significantly better with it now.

A final note on the markings. I always put the swastikas on Luftwaffe models. In my opinion we must continue to remember what happened and why. The symbol that the nazis expropriated from ancient times to represent their ideology is as much a part of these models as is the wings. This symbol identifies this machine as an instrument of evil – lest we forget.


2 April 1943 - History



LYLE BERNARD AND GEORGE S. PATTON IN SICILY - 1943


World War II Timeline - Year 1943


Photo above:
Lyle Bernard and George S. Patton discussing strategy in Sicily - World War Two History 1943

February 2, 1943
Les Battle of Stalingrad prend fin. This battle had begun on July 17, 1942. Some people suggest that this was the bloodiest battle ever fought.


19 avril 1943
Warsaw Ghetto Uprising . This revolt will be put down on May 16, 1943.


16 mai 1943
Les Warsaw Ghetto Uprising is crushed. It broke out on April 19, 1943.


July 5, 1943
The Battle of Kursk begins.

August 23, 1943
The Battle of Kursk ends. The Russians win.

September 8, 1943
Italy surrenders to the Allies.


October 13, 1943
Italy declares war against Germany.


November 9, 1943
Andre Le Troquer succeeds Paul Legentilhomme as head of the Commissariat la guerre of Free France (France libre).


1939-1945 - Hungary in World War II

Hungary allied with Nazi Germany early in the war. From 1939 on, Germany allowed Hungary to share in some of her booty. Hungary profited from the dismemberment of Czechoslovakia she obtained a slice of Rumania and she participated in the invasion and subsequent partition of Yugoslavia (1941). On November 20, 1940, Hungary joined the Tripartite Pact and the following June Hungarian forces joined the Germans in invading Russia and began enacting some anti- Jewish laws.

In December 1940, Teleki signed a short-lived Treaty of Eternal Friendship with Yugoslavia. The Yugoslav government, however, was overthrown on March 27, 1941, two days after it succumbed to German and Italian pressure and joined the pact. Hitler considered the overthrow a hostile act and grounds to invade. Again promising territory in exchange for cooperation, he asked Hungary to join the invasion by contributing troops and allowing the Wehrmacht (German armed forces) to march through its territory. Unable to prevent the invasion, Teleki committed suicide on April 3. Three days later, the Luftwaffe mercilessly bombed Belgrade without warning, and German troops invaded. Shortly thereafter, Horthy dispatched Hungarian military forces to occupy former Hungarian lands in Yugoslavia, and Hungary eventually annexed sections of Vojvodina.

Horthy named the right-wing radical Laszlo Bardossy to succeed Teleki. Bardossy was convinced that Germany would win the war and sought to maintain Hungary's independence by appeasing Hitler. Hitler tricked Horthy into committing Hungary to join his invasion of the Soviet Union in June 1941, and in December 1941 Hungary formally entered the war against Britain and the United States.

While these events were taking place Germany increased its financial and economic presence in Hungary. The Dresdner Bank obtained direct control of 16 percent of the capital stock of the Hungarian Credit Bank of Budapest, which was by far the most important commercial bank in the country. The Germans also made direct investments in existing firms and created new firms. The timber industry, for example, was developed by joint Axis and Hungarian firms. The bauxite and aluminum industry was largely German-controlled. There were also some German interests in the oil, coal, and power industries. I.G. Farben gained a foothold in Hungary's chemical industry. The Germans also obtained large interests in the Hungarian oil industry, the bauxite mines, the aluminum manufacturing facilities, and the aircraft works.

In July 1941, the government deported the first 40,000 Jews from Hungary, and six months later Hungarian troops, in reprisal for resistance activities, murdered 3,000 Serbian and Jewish hostages -- near Novi Sad in Yugoslavia. [On 17 January 2014, in an interview with the National News Agency, Sandor Szakaly, director of the government-sponsored Veritas Institute for Historical Research, called the 1941 deportation of Jews to then German-occupied Ukraine a police action against aliens because the persons expelled did not have Hungarian citizenship. His statement was harshly criticized by domestic and foreign historians, who emphasized that some 18,000 Hungarian Jews were killed in Kamyanets-Podilsky, Ukraine, not long after their deportation.]

By the winter of 1941-42, German hopes of a quick victory over the Soviet Union had faded. In January the German foreign minister visited Budapest asking for additional mobilization of Hungarian forces for a planned spring offensive and promising in return to hand Hungary some territory in Transylvania. Bardossy agreed and committed onethird of Hungary's military forces.

Horthy grew dissatisfied with Hungary's pro-German Prime Minister Laslo Bardossy, who resigned in March 1942, and named Miklos Kallay, a conservative veteran of Bethlen's government, who aimed to free Hungary from the Nazis' grip. Kallay set about disentangling Hungary from the war. Kallay faced a terrible dilemma: if he broke with Hitler and negotiated a separate peace, the Germans would occupy Hungary immediately but if he supported the Germans, he would encourage further pro-Nazi excesses. Kallay chose duplicity. In 1942 and 1943, pro-Western Hungarian government officials promised British and American diplomats that the Hungarians would not fire on their aircraft, sparing for a time Hungarian cities from bombardment.

To Hitler, the Hungarians, who were removing troops from the Russian front and not willing to deal harshly with the Jews, seemed more like a neutral than Germany's ally. Kallay refused to deport Jews to Poland when requested to do so. In April 1943 he summoned Horthy to his presence and severely criticized him, explaining Hungary's obligations to Germans and the need to eliminate the Jews.

In January 1943, the Soviet Red Army annihilated Hungary's Second Army during the massive counterattack on the Axis troops besieging Stalingrad. In the fighting, Soviet troops killed an estimated 40,000 Hungarians and wounded 70,000. As anti-Axis pressure in Hungary mounted, Kallay withdrew the remnants of the force into Hungary in April 1943, and only a nominal number of poorly armed troops remained of the country's military contribution to the Axis Powers.

Prime Minister continued his policies and in August 1943 broadcast a peace speech following Mussolini's overthrow. In March 1944 Hitler again summoned Horthy, and his cabinet, to meet him. Hitler informed Horthy and the other Hungarian leaders, minus Kallay who refused to attend the meeting, that Germany, not being able to trust Hungary, was going to occupy it.

Within days, on March 19, 1944 the Germans occupied Hungary, and on March 22, a new government was established under Prime Minister Dome Sztojay, formerly the Hungarian minister in Berlin. Aware of Kallay's deceit and fearing that Hungary might conclude a separate peace, Hitler ordered Nazi troops to occupy Hungary and force its government to increase its contribution to the war effort. Kallay took asylum in the Turkish legation. Dome Sztojay, a supporter of the Nazis, became the new prime minister. His government jailed political leaders, dissolved the labor unions, and resumed the deportation of Hungary's Jews. The real power, however, resided with the SS and Reich Plenipotentiary Edmund Vessenmayer.

While Kallay was prime minister, the Jews endured economic and political repression, but the government protected them from the "final solution." The government expropriated Jewish property banned the purchase of real estate by Jews barred Jews from working as publishers, theater directors, and editors of journals proscribed sexual relations between Jews and non-Jews and outlawed conversion to Judaism. But when the Nazis occupied Hungary in March 1944, the deportation of the Jews to the death camps in Poland began. On March 19, 1944, Adolf Eichmann and a group of SS officers arrived in Budapest to take charge of Jewish matters and ten days later anti-Jewish legislation was enacted, calling for the expropriation of Jewish property. Eichmann then set in motion machinery to round up and deport the Hungarian Jews to extermination camps. Between May 14 and July 18, 1944, over 430,00 Hungarian Jews were deported to Auschwitz-Birkenau in 48 trains. Most of them were gassed.

More Jews would have perished had not it been for the efforts of Swedish diplomat Raoul Wallenberg who arrived in Hungary on July 9, 1944 with the mission of saving as many Jews as possible. By various means, including issuing special Swedish passports and bribing guards and officials, as well as setting up a program for feeding the Jews of Budapest, it is estimated that his actions saved between 30,000 and 100,000 from extermination. In September 1944 he was forced to go into hiding to avoid the Gestapo.

Learning in July of the actions against the Jews, Horthy ordered the deportations to stop. Prime Minister Lakatos asked the Germans to removed Eichmann's men and the Hungarians lifted some of the restrictions on the remaining Jews.

Horthy used the confusion after the July 20, 1944, attempt to assassinate Hitler to replace Sztojay in August 1944 with General Geza Lakatos and halt the deportation of Jews from Budapest. By one estimate, of the approximately 725,000 Jews residing within Hungary's expanded borders of 1941, only about 260,000, mostly from Budapest, survived.

With the Germans suffering military setbacks, Sztojay resigned on August 30, 1944, and Horthy replaced him with Geza Lakatos. In September 1944, Soviet forces crossed the border, and it appeared to the Germans that Horthy was about to ask for an armistice. On October 15 Horthy announced that Hungary had signed an armistice with the Soviet Union.

The SS under Vessenmayer then kidnaped Horthy's son and held him under threats of dire consequences if Horthy to did not comply with the Nazi's wishes. The Germans abducted the regent and forced him to abrogate the armistice, depose the Lakatos government, and name Ferenc Szalasi -- the leader of the Arrow Cross Party -- prime minister.

Horthy abdicated, and soon the country became a battlefield. Some 35,000 Jews were rounded up to be sent to Auschwitz, but since that camp was being liquidated, the Jews were used as slave laborers. The remaining 160,00 Jews in Budapest suffered at the hands of the Arrow Cross, with about 20,000 perishing during the winter because of cold, hunger, disease, and Russian bombardment. In all, it is estimated that 450,000 of Hungary's estimated 650,000 pre-Final Solution Jewish population were exterminated.

Hungary was sacked first by the retreating Germans, who demolished the rail, road, and communications systems, then by the advancing Soviet Red Army, which found the country in a state of political chaos. Szalasi could not gather support to stop the oncoming Russian Army, which by November 1944, controlled two-thirds of Hungary and were on the verge of taking Budapest. Germans held off the Soviet troops near Budapest for seven weeks before the defenses collapsed in February 1945 , and on April 4, 1945, the last German troops were driven out of Hungary.

On 23 January 2014, Csaba Korosi, the country s ambassador to the United Nations, apologized publicly for the first time for the role the country played during the Holocaust. He stated, We owe an apology to the victims because the Hungarian state was guilty for the Holocaust. Firstly, because it failed to protect its citizens from destruction, and secondly, because it helped and provided financial resources to the mass murder. In a letter marking Holocaust Remembrance Day, Prime Minister Viktor Orban wrote the Hungarian Holocaust cannot be regarded as anything other than the tragedy of the whole Hungarian nation We cannot and do not tolerate the branding, humiliation, or mistreatment of anybody because of their religion or ethnicity. That is why the government has introduced a policy of zero tolerance.

On 16 April 2014, the president stated at a Holocaust memorial ceremony, the murderers were Hungarians, the victims were Hungarians. It can and obviously must be said that it happened during the time of the German occupation, but that is only an explanation, not an excuse for the actions of the Hungarian government at the time. On April 28, the president joined the annual March of the Living event commemorating the 70th anniversary of the Holocaust at the Nazi death camp Auschwitz-Birkenau in Poland and gave remarks in which he described the site as Hungary s third-largest cemetery and reminded the gathering that every third victim murdered there was a Hungarian Jew.


Voir la vidéo: Avril Lavigne - #VevoCertified, Pt. 2: Avril on Music Videos (Décembre 2021).