Podcasts sur l'histoire

SETH MAXWELL BARTON, CSA - Historique

SETH MAXWELL BARTON, CSA - Historique

GÉNÉRAL SETH MAXWELL BARTON, CSA
STATISTIQUES VITALES
NÉE: 1829 à Fredericksburg, Virginie.
DÉCÉDÉS: 1900 à Fredericksburg, Virginie.
CAMPAGNES : Cheat Mountain, rivière Brier verte, vallée de Shenendoah,
Chickasaw Bluffs, New Berne, Sayler's Creek.
RANG LE PLUS ÉLEVÉ ATTEINT : Brigadier général.
BIOGRAPHIE
Seth Maxwell Barton est né le 8 septembre 1829 à Fredericksburg, en Virginie. Il entra à l'Académie militaire des États-Unis à West Point à l'âge de 15 ans et obtint son diplôme en 1849. Après avoir brièvement servi en dehors de New York, il fut placé en service à la frontière. Au début de la guerre de Sécession, Barton était capitaine. Il a démissionné de l'armée américaine en 1861 et a été nommé lieutenant-colonel du 3e d'infanterie de l'Arkansas. Sous le commandement du général Robert E. Lee, Barton a pris part aux combats à Cheat Mountain et à Greenbrier River. Lors de la campagne de la vallée de Shenandoah en 1862, Barton était l'ingénieur en chef du général Thomas J. « Stonewall » Jackson. Il devint général de brigade en 1862 et commanda une brigade dans l'est du Tennessee. Après avoir été transféré au théâtre de Vicksburg, il se distingue au combat, mais est fait prisonnier. Il a été échangé et est allé à l'est pour commander une brigade sous le commandement du major-général George E. Pickett. Pickett a déposé une plainte officielle contre Barton, qui a été censuré pour « manque de coopération ». Barton a été envoyé à Drewry's Bluff, sous les ordres du major Robert Ransom, qui était d'accord avec l'évaluation négative de Pickett. Barton a été relevé de ses fonctions et est parti sans affectation pendant plusieurs mois. Après que ses collègues officiers eurent présenté une pétition attestant du courage et de l'engagement de Barton pour la cause confédérée, Barton reçut finalement le commandement d'une brigade affectée à la défense de Richmond. Il a reçu l'ordre de se rendre sur le front lorsque le général Lee marchait vers Appomattox. Alors qu'il se dirigeait vers les combats à Sayler's Creek, Barton a été emprisonné à Fort Warren dans le port de Boston. Libéré environ trois mois plus tard après avoir prêté serment de fidélité à l'Union, Barton passa les années d'après-guerre à Fredericksburg. Il y mourut, le 11 avril 1900.

Seth Barton (avocat)

Seth Barton (5 décembre 1795 - 29 décembre 1854) était un avocat et un fonctionnaire du gouvernement actif en Alabama et en Louisiane. Il a servi le gouvernement fédéral en tant qu'avocat du Trésor des États-Unis et chargé d'affaires au Chili.

Barton est né à Baltimore, Maryland, le 5 décembre 1795, fils du marchand maritime Seth Barton et de Sarah Emerson (Maxwell) Barton. [1] [2] Il a assisté à l'université de Washington et de Lee, où il a étudié la loi et a atteint l'admission au barreau. [3]

En 1821, il s'installa à Tuscaloosa, en Alabama, où il continua à pratiquer le droit et s'impliqua dans le secteur de la presse. [4] [5] Il a servi apparemment dans la milice, en ce qu'il a été souvent mentionné dans la correspondance et les comptes de presse comme "le Colonel", bien que les détails exacts de son service militaire ne soient pas actuellement connus. [6] [7]

Barton a été élu à la Chambre des représentants de l'Alabama en 1825. [8]

En 1828, Barton était un candidat malheureux à la Chambre des représentants des États-Unis. [9]

Barton a déménagé à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane en 1830, où il a continué à pratiquer le droit [10] [11] en tant que partenaire de Judah P. Benjamin. [12] En 1843, il s'est présenté sans succès à la Chambre des représentants de la Louisiane, [13] et en 1844, il a soutenu James K. Polk à la présidence, notamment en écrivant des lettres à l'éditeur sous le nom de plume John Randolph de Roanoke. [14]

Polk, en tant que président, a récompensé Barton avec une nomination en tant que solliciteur du Trésor, où il a servi de 1845 à 1847. [15] [16] [17] [18]

Barton a été chargé d'affaires américain au Chili de 1847 à 1849. [19] À ce poste, il a créé la controverse en épousant une femme locale dans un service protestant. Les dirigeants de l'Église catholique chilienne étaient en colère parce qu'en tant que protestant et homme divorcé, ils pensaient que Barton violait les principes de l'Église en épousant Isabel Astaburruaga, qui était catholique. [20] [21] [22]

Après avoir quitté ses fonctions, Barton a repris la pratique du droit à la Nouvelle-Orléans en tant qu'associé de Pierre Soulé. [23] Il mourut de la fièvre jaune à la Nouvelle-Orléans le 29 décembre 1854. [24]


Facebook

Le général Barton commandait les défenses les plus au sud de la ligne Vicksburg. Il a commandé la 1ère brigade de la division du major-général Carter L. Stevenson.

Il était officier de l'armée des États-Unis, puis général de brigade dans l'armée des États confédérés pendant la guerre de Sécession. Plus tard, il s'est fait remarquer en tant que chimiste.

Barton est né à Fredericksburg, en Virginie,[1] le 8 septembre 1829, de Thomas Bowerbank Barton (1792-1871) et de Susan Catherine Stone Barton (1796-1875).[2][lien mort] À l'âge de 15 ans, il a été accepté à l'Académie militaire des États-Unis, où il a obtenu son diplôme en 1849. Après avoir obtenu son diplôme, Barton a servi dans divers postes frontaliers dans le territoire du Nouveau-Mexique et au Texas, où il a participé à des campagnes contre les Indiens Comanches. En 1861, Barton était devenu capitaine dans l'armée américaine.

Avec le déclenchement de la guerre civile, il démissionne de sa commission et rejoint le 3rd Arkansas Infantry en tant que lieutenant-colonel dans l'armée confédérée. Au service du général Robert E. Lee, Barton a participé aux batailles de Cheat Mountain et de la rivière Greenbrier, et plus tard avec le général Thomas "Stonewall" Jackson en tant qu'ingénieur en chef pendant la campagne de la vallée en 1862.
Promu brigadier général en mars 1862, Barton a été affecté au général E. Kirby Smith dans le département de l'Est du Tennessee, où pendant une courte période au cours de la campagne de Cumberland Gap en juin 1862, Barton a dirigé la 4e brigade, composée d'Anderson's Virginia batterie ainsi que les régiments de l'Alabama et de la Géorgie. Plus tard transféré avec la division du major-général Carter L. Stevenson à Vicksburg, Mississippi, Barton a été capturé après le siège de Vicksburg le 4 juillet 1863.

Libéré à la suite d'un échange de prisonniers, Barton a reçu le commandement de la brigade de Virginie autrefois dirigée par Lewis Armistead, servant sous les ordres du général de division George Pickett. Stationné à Kinston, en Caroline du Nord, pour le reste de l'année, Barton commandait l'une des colonnes avancées marchant sur New Bern, en février 1864, lorsqu'il fut censuré après que Pickett eut déposé une plainte officielle contre lui pour manque de coopération. Il a été transféré au commandement du général Robert Ransom à Drewry's Bluff. Cependant, Barton a de nouveau été relevé de son commandement après la bataille de Drewry's Bluff lorsque Ransom a émis une accusation similaire, malgré les récits de la bravoure de Barton pendant la bataille ainsi que son unité étant la première à atteindre les canons de l'Union. La brigade Barton a été affectée au colonel Birkett D. Fry.

Barton a ensuite été ramené au commandement en raison de l'intervention d'autres officiers en son nom et affecté à une brigade défendant Richmond, en Virginie, sous le commandement du lieutenant-général Richard S. Ewell. Il est resté à Chaffin's Farm jusqu'à l'évacuation éventuelle de Richmond et a rejoint les forces en retraite sous le commandement du major-général Custis Lee. Barton a été capturé le 6 avril 1865 à la bataille de Sayler's Creek avec huit autres généraux confédérés. Emprisonné pendant trois mois à Fort Warren à Boston, Massachusetts, il a été libéré après avoir signé un serment de fidélité à l'Union.

Capitaine, 15 juin 1861
Lieutenant-colonel, 29 juin 1861
Général de brigade, 11 mars 1862


SETH MAXWELL BARTON, CSA - Historique

Seth Maxwell Barton

Seth Maxwell Barton est né à Fredericksburg, en Virginie, le 8 septembre 1829. Il est entré à l'Académie militaire des États-Unis à l'âge de quinze ans et a obtenu son diplôme dans la promotion de 1849. À l'exception d'une brève période de service à Governors Island, son armée régulière le service était entièrement à l'ouest. Démissionnant en juin 1861, il fut nommé lieutenant-colonel du 3rd Arkansas Infantry et occupa le poste d'officier mécanicien de Stonewall Jackson dans le district de Valley pendant l'hiver 1861-1862. Après qu'une nomination préalable au grade de général de brigade eut été retirée par le président, Barton fut nommé au grade à partir du 11 mars 1862 et fut dûment confirmé. Il a participé à la campagne de Vicksburg, où il a été capturé, libéré sur parole et échangé. Il reçut peu après le commandement de l'ancienne brigade d'Armistead de la division Pickett, mais fut censuré par Pickett pour manque de coopération à New Bern. De nouveau critiqué et relevé de son commandement par le général Robert Ransom à Drewry's Bluff en mai 1864, il est au chômage jusqu'à l'automne, date à laquelle il est affecté à une brigade dans les défenses de Richmond. Il fut fait prisonnier à Sayler's Creek, le 6 avril 1865. Après sa libération de Fort Warren, le général Barton s'installa à Fredericksburg et mourut à Washington, le 11 avril 1900. Aucun des supérieurs de Barton ne mit en doute sa bravoure, et après son renvoi par Rançon, ses commandants de régiment ont fait des demandes répétées pour sa réintégration. Il est enterré à Fredericksburg.

Réf : Généraux en gris, Vies des commandants confédérés par Ezra J. Warner. Imprimé par Louisiana State University Press, Baton Rouge et Londres.


SETH MAXWELL BARTON, CSA - Historique

La reddition des armées confédérées

II Corp et Anderson's Corp
Commandé par le lieutenant général
Richard Stoddert Ewell
Remis le jeudi 6 avril
Saylor's (Sailor's) Creek (Harper's Farm, Hillsman Farm, Lockett Farm, Deatonsville)

À Sailor's Creek, près d'un quart de l'armée confédérée en retraite est coupé par la cavalerie du général Philip Henry Sheridan et des éléments des II et VI Corps. Après la bataille, la plupart des troupes confédérées se sont rendues, dont Ewell et les généraux de brigade Seth Maxwell Barton, Montgomery Dent Corse, Dudley M. Dubose, Eppa Hunton, Joseph Brevard Kershaw, Custis Lee, James Philip Simms. Les pertes sont de 1 000 tués, 1 800 disparus et 6 000 capturés.
Cette bataille est considérée par beaucoup comme le glas de l'armée confédérée. Lee en voyant les survivants affluer le long de la route s'est exclamé « Mon Dieu, l'armée a-t-elle été dissoute.

L'armée de Virginie du Nord
Commandé par le général Robert Edward Lee
Remis le dimanche 9 avril
Avec l'échec de l'attaque du major-général John B Gordon tôt le matin pour percer les lignes fédérales au Bataille d'Appomattox Court House, Virginie, 9 avril, l'armée était maintenant encerclée. À 8 h 30, Lee traverse les lignes de l'armée avec un coursier et quelques officiers d'état-major et demande un rendez-vous avec le général Ulysses S. Grant pour discuter de la reddition de l'armée. Peu de temps après midi, la réponse de Grant arriva et Lee entra dans Appomattox pour attendre l'arrivée de Grant.
L'un des assistants de Lee a choisi la maison de Wilmer McLean, qui avait déménagé dans ce qu'il pensait être un quartier plus calme après avoir été à Manassas, en Virginie, lors de la 1ère bataille de Manassas, le 21 juillet 1861. Ici, Lee a attendu dans le salon jusqu'à environ 1330 quand Grant est arrivé avec son personnel. Après avoir échangé des salutations et bavardé, Lee a évoqué la raison de leur rencontre. Grant a écrit lui-même les conditions de la cession dans un carnet de commandes et l'a remis à Lee pour qu'il l'examine. Après avoir lu et excepté les conditions, un assistant a écrit une lettre d'acceptation. Quelque temps après 1500, la cession a été signée.
Revenant lentement sur ses lignes, Lee fut envahi par ses troupes parées qui, en 'une salve de salutations l'accueillit. la route était bondée de troupes debout alors qu'il approchait, les hommes sans chapeau, têtes et cœurs baissés. le choc a été le plus sévère'de la remise et beaucoup l'ont imploré de rester et de continuer à se battre.
Au cours des trois jours suivants, l'armée de Virginie du Nord a quitté ses camps, la cavalerie, l'artillerie puis l'infanterie, pour déposer les armes avant de rentrer chez elle, au total 28 356 hommes.

Fort Blakely
Commandé par le général de brigade St John R. Liddell
Rendu dimanche 9 avril (seulement 6 heures après l'armée de Virginie du Nord)

Une colonne de 13 000 fédéraux, commandée par le général Edward R. S. Canby, est envoyée pour capturer le fort Blakely. Une colonne de brigade de cavalerie envahit un avant-poste d'infanterie confédérée à Blakeley dans l'après-midi du 1er avril. Le lendemain, 2 avril, des escarmouches intenses ont commencé alors que l'infanterie et l'artillerie légère se sont positionnées face aux fortifications de Blakely, coupant le fort.
Les troupes fédérales attaquèrent simultanément les trois milles des parapets de Blakely à 17 h 30 dans l'après-midi du 9 avril. La force des assaillants à l'époque était de 16 000, ils ont percé les travaux de terrassement, obligeant les confédérés de Blakely à capituler. Ils ont capturé quelque 3 400 soldats dont environ 250 sont morts dans la bataille, et quelque 200 se sont échappés par les voies navigables.
La prise du fort enregistrée en Harper's Weekly, le 27 mai, comme "Probablement la dernière accusation de cette guerre, c'était aussi galant que n'importe quel record."

« La Confédération de Mosby »
Commandé par le colonel
John Singleton Mosby
Remis le 21 avril
Un triangle de 125 milles carrés du nord de la Virginie englobant des parties des comtés de Fauquier et de Loudoun était sous le contrôle de la 43e cavalerie de Virginie de Mosby, également connue sous le nom de « Rangers partisans » ou « Les Rangers de Mosby ». Connu comme le "Gris fantôme" par les forces fédérales « Rangers de Mosby » a opéré à l'arrière des forces fédérales en gardant son unité intacte jusqu'à la fin de la guerre.
Après Appomattox, Mosby a accepté une trêve et n'a obtenu sa libération conditionnelle que grâce à l'intervention du personnel d'Ulysses S. Grant. Il s'est donc rendu et a licencié ses hommes à Millwood, V. A. (Après la guerre, il a même rejoint le parti républicain et en 1878, il a été nommé consulat des États-Unis à Hong Kong.)

L'armée du Tennessee
Commandé par le général Joseph Eggleston Johnston
Abandonné
le mercredi 26 avril
Après la défaite stratégique que l'armée avait subie à Bentonville, Caroline du Nord, 21 mars, l'armée se retira devant les forces du major-général William T Sherman, environ le double de leur nombre.
À Goldsborough, le 24 mars, l'armée fédérale se gonfla à 80 000 hommes lorsque les forces du major-général John M. Schofield se joignirent à celles de Sherman. Lorsque Sherman reprit sa marche vers le nord le 10 avril, Johnston le suivit sans se faire d'illusions sur le fait de pouvoir l'arrêter dans sa marche à travers la Caroline du Nord.
En route, le Johnston apprit l'évacuation de Petersburg et de Richmond, en Virginie, et de la reddition de l'armée de Virginie du Nord à Appomattox, en Virginie. Cela mit fin à l'espoir de réunir les deux armées confédérées pour vaincre d'abord l'une puis l'autre de leurs adversaires.
En arrivant près de Raleigh, en Caroline du Nord, Johnston a d'abord tenté de faire en sorte que le gouverneur de Caroline du Nord, Zebulon Baird Vance, propose des conditions de remise à Sherman. Une tâche qu'il a refusée. Le 12 avril, il se rend à Greensborough pour rencontrer le président des États confédérés, Jefferson Finis Davis, dont il obtient la permission d'ouvrir une initiative de paix.
Sherman est immédiatement réceptif aux négociations de paix et, le 17 avril, il rencontre Johnston près de Durham Station, en Caroline du Nord. Au cours de la conférence de deux jours, au domicile de James Bennett, des conditions ont été convenues qui étaient acceptables pour les deux généraux. Mais après les avoir soumis à Washington pour approbation, ils ont été rapidement rejetés.
Johnston a été informé qu'à moins que des conditions plus largement acceptables ne soient atteintes, un armistice de quatre jours prendrait fin le 26 avril 1865. Ainsi, une fois de plus, les deux commandants de l'armée se sont rencontrés au domicile de James Bennett et ont débattu un accord qui donnait les mêmes conditions que l'armée du Nord. Virginie avait accepté. Cela était acceptable pour le gouvernement de Washington et le 3 mai, l'armée du Tennessee, 29 924, a déposé les armes.

Département de l'Alabama, du Mississippi et de la Louisiane orientale
Commandé par le lieutenant-général Richard Taylor
Remis le jeudi 4 mai
Richard Taylor, fils de l'ancien président des États-Unis Zachary Taylor, commandait l'entité administrative appelée département de l'Alabama, du Mississippi et de la Louisiane orientale et sous son commandement se trouvaient 10 à 12 000 soldats.
À la fin du mois d'avril 1865, Mobile, en Alabama, était tombé et Taylor avait reçu des nouvelles de la rencontre entre Johnston et Sherman dans cet esprit. Taylor accepta de rencontrer le major général Edward R. S. Canby pour une conférence à quelques kilomètres au nord de Mobile, en Alabama. Le 30 avril, les deux officiers ont convenu d'une trêve de 48 heures, pouvant être résiliée après un préavis de 48 heures par l'une ou l'autre des parties. Les deux parties ont maintenant retiré Canby à Mobile, Alabama et Taylor à Meridian, Mississippi.
Deux jours plus tard, Taylor a choisi de se rendre, ce qu'il a fait le 4 mai à Citronelle, en Alabama, à environ 40 milles au nord de Mobile, en Alabama. Selon les termes, Taylor conservait le contrôle du chemin de fer et des bateaux à vapeur pour aider à transporter ses hommes aussi près que possible de leur domicile. Il est resté à Meridian jusqu'à ce que tous aient été libérés sur parole et le dernier homme envoyé sur son chemin puis il s'est rendu à Mobile là-bas pour rejoindre Canby, qui l'a emmené, en bateau, jusqu'à son domicile à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane. (Ces forces comprenaient celle de Nathan Bedford Forrest dont les troupes se sont rendues le 9 mai à Gainesville, Alabama.)
Plus tard, il en vint à regretter de ne pas avoir tenté une guérilla comme il le dira "À l'époque, aucun doute sur la justesse de mon cours ne m'est venu à l'esprit, mais de tels doutes se sont glissés depuis."

District confédéré du Golfe
Commandé par le général de division Dabney H. Maury
Remis le vendredi 5 mai
Avec la chute du fort espagnol puis celle du fort Blakely le 9 avril, tous deux défendent les abords de Mobile, Maury, le 12 avril, commence à retirer ses troupes, qu'il déclare ville ouverte. Son intention était d'essayer de rejoindre les restes de l'armée du Tennessee, alors en Caroline du Nord. Il a retiré ses hommes à Meridian, Mississippi. L'audition de la reddition de Johnston à Sherman le 26 avril a empêché cette option. À Meridian, il est devenu commandant de division sous Richard Taylor. Pendant qu'il était là, il attendait des nouvelles sur les négociations pour rendre les troupes du département de l'Alabama, du Mississippi et de la Louisiane orientale, sous Taylor. Il rendit la garnison du Mobile de plus de 4 000 soldats, ainsi que ceux que lui avait envoyés Taylor, le 5 mai à Citronelle, en Alabama. Et le 8 mai, après un dernier discours émouvant, ils rendent les armes. « Nous déposerons les armes que nous portons depuis quatre ans pour défendre nos droits, pour conquérir nos libertés. Nous les avons portés avec honneur, et nous ne nous rendons que maintenant à la puissance écrasante de l'ennemi, qui a rendu toute nouvelle résistance désespérée et nuisible à notre propre peuple et à notre cause. Mais nous n'oublierons jamais les nobles camarades qui nous ont soutenus jusqu'à présent, les nobles morts qui ont été martyrisés, les nobles femmes du Sud qui ont été lésées et non vengées, ou les nobles principes pour lesquels nous nous sommes battus.

État de Géorgie et troupes de la milice
Commandé par le gouverneur Joseph E. Brown
Remise le dimanche 7 mai

La Géorgie avait fourni plus de 100 000 soldats aux armées confédérées, mais avait également maintenu ses propres troupes au sein de l'État et, avec l'effondrement des forces confédérées tout autour de lui, le gouverneur Brown rendit ces troupes de l'État et de la milice au général James H. Wilson.

Département de Géorgie du Sud et de Floride
Commandé par le général de division Samuel Jones
Remis mercredi 10 mai
Ayant commandé le district de Caroline du Sud du 4 mars 1864 à janvier 1865, 'Sam' Jones nommé au commandement de la Géorgie du Sud et de la Floride, avec son quartier général à Pensacola. Nouvellement nommé au commandement, il avait la tâche peu enviable d'ordonner immédiatement l'envoi d'armes lourdes et de munitions à Mobile, avec d'autres fournitures à Montgomery, pour détruire tous les bateaux, y compris les canonnières. Pour détruire également toutes les machines, y compris les scieries, qu'elles soient publiques ou privées, qui pourraient être utiles aux forces fédérales.
Dans la nuit du 9 mai, toutes les troupes, à l'exception de la cavalerie qui est restée en arrière pour tout incendier, sont sorties et le 10, le général a rendu environ 8 000 soldats. Il l'a fait au général de brigade Edward M. McCook à Tallahassee, la seule capitale de l'État confédéré à l'est du Mississippi qui n'a pas été capturée par une action militaire.

Sous-district nord de l'Arkansas
Commandé par le général de brigade Meriwether Jeff Thompson
Remis le jeudi 11 mai

En apprenant la reddition d'autres forces confédérées, Thompson, surnommé le "Renard des marais", natif de Virginie avec une forte tradition militaire, a remis les 7 454 hommes qui étaient sous son commandement à l'époque à Jacksonport, Arkansas, au major-général Grenville Mellen Dodge.

Forces confédérées Géorgie du Nord
Commandé par le général de brigade William T. Wofford
Remis le vendredi 12 mai
Wofford s'arrange avec le brigadier général Henry M. Judah pour la reddition de 3000 à 4000 soldats confédérés, dont la plupart étaient des Géorgiens.
Les négociations et la cession ont été menées à Kingston, en Géorgie. Le siège social de Wofford était à la maison McCravey - Johnson sur Church St. avec le siège de Judah à Spring Bank, la maison du révérend Charles Wallace Howard, à 3 km au nord de Kingston.
Après la reddition des rations ont été fournies aux soldats confédérés par les forces fédérales.

Département du Trans Mississippi
Commandé par le lieutenant-général Edmund Kirby Smith
Remis le vendredi 2 juin (bien que le vendredi 26 mai soit généralement appelé la date de reddition)
Après la reddition des armées de Virginie du Nord et du Tennessee en avril, Edmund Kirby Smith continua de résister, affirmant que Lee et Johnston étaient des prisonniers de guerre et dénonçant les déserteurs confédérés de la cause.
Au début du mois de mai, sans qu'il ne reste de forces confédérées régulières sur le terrain, Smith reçut des propositions officielles selon lesquelles la reddition de son département serait négociée. À cause de cela, son armée, composée d'environ 20 000 hommes, a commencé à déserter. Le 18 mai, Kirby Smith est parti en diligence pour Huston avec l'intention de rallier les restes de ses troupes, mais en chemin, le dernier de l'armée s'est dissous.
C'est le 26 mai à la Nouvelle-Orléans que le lieutenant-général Simon Bolivar Buckner a rencontré des officiers fédéraux pour discuter de la reddition du département et a cédé sa partie du département du Trans-Mississippi au général fédéral Peter Osterhaus.
Lorsque Kirby Smith a atteint Huston le 27 mai et a appris qu'il n'avait fondamentalement pas d'armée. Avec réticence, il, accompagné du général John Magruder, a officiellement accepté les conditions de capitulation à bord du Federal Steamer 'Fort Jackson' dans le port de Galveston le 2 juin, remettant leurs épées au général Edward R. S. Canby.

Indiens confédérés
Commandé par le général de brigade Stand Watie
Remis le vendredi 23 juin
Avec la chute de Richmond et la reddition des armées confédérées à l'Est, les Indiens confédérés ont fait des plans pour faire la paix avec le gouvernement fédéral. Le 15 juin, les chefs convoquèrent un Grand Conseil au cours duquel ils adoptèrent des résolutions appelant les émissaires à demander la paix.
La plus grande force indienne était commandée par Stand Waite, qui était également un chef de la nation Cherokee, qui jusqu'à présent n'avait pas voulu admettre sa défaite même si Taylor et Kirby Smith s'étaient également rendus.
Quelques semaines plus tôt, le lieutenant-colonel Asa C. Matthews avait négocié la paix avec les Indiens. Ainsi, le 23 juin, Stand Waite entra à Doaksville, près de Fort Towson, en territoire indien, et livra son bataillon d'Indiens Creek, Seminole, Cherokee et Osage.

Des Sudistes purs et durs, désabusés et non reconstruits
Toutes les troupes ne se sont pas rendues ni le peuple n'a accepté le règne de l'Union et on estime que 40 000 personnes ont quitté le Sud immédiatement ou ont émigré au cours des prochaines années.
Toutes les troupes du département du Trans-Mississippi ne sont pas rentrées chez elles alors que quelque 2 000 sont allées au Mexique, beaucoup sont allées seules ou en petits groupes. Un groupe numéroté 300 était dirigé par le lieutenant-général Edmund Kirby Smith monté sur une mule, vêtu d'une chemise en calicot, d'un foulard en soie et portant un revolver attaché à sa hanche et un fusil de chasse sur sa selle.
En juillet, le général de division Joseph Orville " Jo" Shelby s'est approché lentement des rives nord du Rio Grande à la tête d'un groupe de plusieurs centaines de confédérés, y compris les restes de sa brigade de cavalerie de fer du Missouri, et a traversé le Mexique.
L'empereur brésilien Dom Pedro II, qui avait soutenu la Confédération, a invité tous ceux qui voulaient émigrer au Brésil et on pense qu'à partir de 1866, au cours des années suivantes, jusqu'à 20 000 personnes l'ont fait. (Les défunts tiennent quatre réunions par an pour célébrer leur ascendance confédérée, cela se tient en dehors de la ville des Américains, dans l'État de San Paolo.)
En plus de ceux qui sont allés au Mexique et au Brésil, d'autres encore ont accepté les offres d'un nouveau départ et ont émigré au Honduras et au Venezuela, où ils ont été appréciés pour leur expertise agricole.
Un couplet ajouté à l'hymne confédéré d'après-guerre en colère "Le rebelle non reconstruit" commémore le défi de ces hommes :
"Je ne serai pas reconstruit, je suis mieux maintenant qu'autrefois.
Et pour un Carpetbagger, je m'en fous.
C'est donc en avant vers la frontière, dès que je peux y aller.
Je vais me réparer une arme et partir pour le Mexique.

Il convient de noter que les États confédérés d'Amérique ne se sont jamais officiellement rendus. Alors que les États, les armées, les forts et certains des navires de guerre de la Confédération se sont rendus sur une période de temps et que le président des États confédérés a capturé et fait un prisonnier de guerre, à aucun moment la Confédération ne s'est rendue.
Aujourd'hui encore, quelque 2 000 Brésiliens assistent à la fête de la Fraternidade Descendóncia Americana, la confrérie des descendants confédérés au Brésil, près de la ville d'Americana, dans l'État de São Paulo, qui a été colonisée par des transfuges du Sud il y a 150 ans. Le système de sonorisation joue des chansons de bataille confédérées, ils arborent des bannières rebelles, s'habillent en costume d'époque et vous pouvez même acheter des billets confédérés de 1 $, le Confédérés y célèbrent des ancêtres.


Bases de données généalogiques Barton

Enquêter sur WikiTree pour les dossiers de famille Barton fournis par l'utilisateur. La collaboration est encouragée afin que l'exactitude des données Barton puisse être vérifiée ou corrigée par d'autres utilisateurs.

Explorez MyTrees pour obtenir des informations sur la famille Barton et les personnes cherchant à contacter des relations Barton vivantes.

Étude GENi pour les dossiers de famille Barton.

Enquêter sur une grande famille pour les dossiers Barton soumis par des personnes qui font déjà des recherches sur l'histoire de la famille Barton.

Trouvez vos parents irlandais Barton sur findmypast.ie


SETH MAXWELL BARTON, CSA - Historique



BÉNÉVOLES DÉDIÉS À LA GÉNÉALOGIE GRATUITE

Notre objectif
est de vous aider à suivre vos ancêtres à travers le temps
en transcrivant des données généalogiques et historiques
à l'usage gratuit de tous les chercheurs.


Nous avons commencé en mars 2000 en fournissant des données sur l'état de la Illinois et étendu pour couvrir les autres États en mars 2006. Depuis lors, nous avons été très heureux d'accueillir les nombreux nouveaux hôtes qui ont rejoint nos bénévoles originaux de l'Illinois, et de continuer à apporter des données transcrites gratuitement sur nos sites Web.


À propos de nous

Nous fournissons un espace serveur à nos bénévoles pour afficher les sites Web de leur comté sous notre nom de domaine.
Le volontaire choisit les données à afficher sur ses sites.

Nous sommes complètement indépendants - aucune grande entreprise ne nous dit quoi faire

Nous n'acceptons pas la publicité. AUCUNE BANNIÈRE OU POP-UP AUTORISÉ !

Nous sommes à peu près fous de transcrire données (nous ne voulons pas simplement publier des images numérisées.)

Nous n'écrivons PAS l'histoire, nous la transcrivons juste

Nos hôtes sont obligatoire pour ajouter des données à leurs sites, de sorte que vous ne verrez pas de sites hébergés qui restent des années et des années sans aucun changement. Quant à nos sites non hébergés, notre groupe travaille en équipe pour leur ajouter des données selon un calendrier tournant. Ainsi, même si un site n'a pas son propre hébergeur, des données lui seront quand même ajoutées . mais pas aussi régulièrement que nos sites hébergés.

/>

Nous recherchons des personnes qui partagent notre engagement à mettre des données en ligne et qui souhaitent aider à garder Genealogy Free.
Si vous souhaitez héberger un site Web de comté avec nous,
voir notre
Volontariat pour plus d'informations.
/>

Et maintenant pour la partie triste:
Nous regrettons de ne pas avoir le temps de
effectuer des recherches personnelles pour n'importe qui.

Nous sommes trop occupés à transcrire des données pour arrêter et faire des recherches pour les gens !

Si vous souhaitez être tenu informé des mises à jour de notre site Web d'état et de comté,


DONNÉES SUR CE SITE NATIONAL
Contrairement à d'autres projets de généalogie, ce site national contient des données.
Ce sont des sujets plus généraux - pour des données d'état spécifiques,
vous aurez envie de visiter nos sites d'État à partir desquels vous pouvez accéder aux données du comté.

Visitez nos sites d'État

Sélectionnez l'un de nos sites d'État à visiter :


AJOUTS DE DONNÉES RÉCENTS À CE SITE PRINCIPAL
Ce ne sont que les DERNIÈRES données que nous avons ajoutées. Il y a beaucoup plus à afficher sur chaque page d'index de rubrique de données

Rassemblement du Brig "General Armstrong" en 1814

Articles de journaux sur les Cherokees et la Nation Creek

Indexé sous DONNÉES HISTORIQUES:

Répertoire géographique de 1850 - Tous les États!
Répertoire géographique illustré de Fanning - COMPLET !
Description des États-Unis en 1850 -- États, comtés, villes/villages, bureaux de poste

Noms de renommée dans le cadre de l'Amérique :
- Nécrologie de Susan B. Anthony
- Biographie de Daniel Boone
- Biographies des Hommes qui ont signé la Déclaration d'Indépendance



Visiteur # depuis le 8 mars 2006


Genealogy in Time nous classe comme le 48ème site de généalogie le plus populaire AU MONDE en 2016

ProGenealogists nous a classés n°15 sur leurs 50 sites de généalogie les plus populaires aux États-Unis en 2014
(puis ancestrydotcom les a achetés et ce fut la fin d'un autre site Web gratuit et impartial.)

&copier les pistes généalogiques
Genealogy Trails fournit un espace Web à nos bénévoles pour leurs sites de comté et ces bénévoles sont seuls responsables du contenu qu'ils placent sur leurs sites avec nous.
Le propriétaire du domaine, Kim Torp, est responsable de la maintenance de ce site national principal et est responsable de ces données ajoutées par elle-même, ainsi que des données sur ses propres sites de comté dans divers États.
Les données que vous trouvez sur nos sites sont libres de copier sur votre ordinateur ou d'imprimer pour UN USAGE PERSONNEL UNIQUEMENT.
"Usage personnel" comprend le partage privé des données que vous avez trouvées sur nos sites avec d'autres membres de votre famille.
"Usage personnel" n'inclut PAS la copie des données de ce site Web vers TOUT AUTRE SITE WEB pour quelque raison que ce soit.

Veuillez respecter le travail de transcription que nos bénévoles ont effectué et ne prenez AUCUNE donnée et ne l'envoyez, copiez ou placez sur aucun autre site Web, en particulier les sites à but lucratif (qui inclut Findagrave, en raison de sa propriété par ancestrydot com.).


SETH MAXWELL BARTON, CSA - Historique

Listes des régiments d'infanterie de New York
pendant la guerre civile

Ces listes ont été compilées par le bureau de l'adjudant général de l'État de New York. Ils ont été publiés en un ensemble de 43 volumes entre 1893 et ​​1905. Leurs titres officiels sont Rapport annuel de l'adjudant général de l'État de New York pour l'année . : Registres des [numéros d'unités]. Il ne faut pas les confondre avec les rapports réguliers publiés par l'adjudant général de New York au cours de la même période.

Ces listes ont été numérisées par la New York State Library. Pour une liste complète des documents que la bibliothèque a numérisés, voir www.nysl.nysed.gov/scandocs/

Ce sont tous des fichiers Adobe Acrobat et ils peut être très grand. Le plus grand est de 80 Mo. Ceux-ci ont été « lus » afin qu'ils puissent être recherchés à l'aide de la fonction Acrobat Search. Cependant, ils n'ont pas été vérifiés pour l'orthographe, donc il y a beaucoup de fautes d'orthographe. vous ne pouvez pas voir ces fautes d'orthographe car le texte est sous l'image de la page, alors sachez que simplement parce que vous avez recherché un mot à l'aide de la fonction de recherche Acrobat, cela ne remplacera pas la lecture.


SETH MAXWELL BARTON, CSA - Historique

Le général de division Carter L. Stevenson

1ère brigade
Brick. Le général Seth Barton

40th Georgia, le colonel Abda Johnson, le lieutenant-colonel Robert M. Young
41e Géorgie, colonel William E. Curtiss
42d Georgia, Col. Robert J. Henderson
43d Georgia, Col. Skidmore Harris (k), Capt. Mathadeus M. Grantham
52d Georgia, Col. Charles D. Phillips (m), Maj. John J. Moore
Pettus Flying Artillery, Lt. Milton H. Trantham
Company A, Pointe Coupee Artillery, Lt. John Yoist
Company C, Pointe Coupee Artillery, Capt. Alexander Chust

2d Brigade
Brick. Gen. Alfred Cumming

34th Georgia, Col. James A.W. Johnson
36th Georgia, Col. Jesse A. Glenn, Maj. Charles E. Broyles
39th Georgia, Col. Joseph T. McConnel (w), Lt. Col. J.F.B. Jackson
56th Georgia, Col. Elihu P. Watkins (w), Lt. Col. John T. Slaughter
57th Georgia, Lt. Col. Cincinnatus S. Guyton, Col. William Barkuloo
Cherokee Georgia Artillery, Capt. Max Van Den Corput

3d Brigade
Brick. Gen. Edward D. Tracy (k)
Col. Isham W. Garrott *
Brick. Gen. Stephen D. Lee

20th Alabama, Col. Isham W. Garrott (k), Col. Edmund W. Pettus
23d Alabama, Col. Franklin K. Beck
30th Alabama, Col. Sharles M. Shelley, Capt. John C. Francis
31st Alabama, Col. Daniel R. Hundley (w), Lt. Col. Thomas M. Arrington, Maj. George W. Mathieson
46th Alabama, Col. Michael L. Woods (c), Capt. George E. Brewer
Waddell's Alabama Battery, Capt. James F. Waddell

*Garrott was killed on June 7, 1863. His commission as a brigadier general, dated May 28, 1863, arrived after his death.

4th Brigade
Col. Alexander W. Reynolds

3d Tennessee (Provisional Army), Col. Newton J. Lillard
31st Tennessee, Col. William M. Bradford
43d Tennessee, Col. James W. Gillespie
59th Tennessee, Col. William L. Eaken
3d Maryland Battery, Capt. Fred O. Claiborne (k), Capt. John B. Rowan

Waul's Texas Legion
Col. Thomas N. Waul

1st Infantry Battalion, Maj. Eugene S. Bolling
2d Infantry Battalion, Lt. Col. James Wrigley
Zouave Battalion, Capt. J.B. Fleitas
Cavalry Detachment, Lt. Thomas J. Cleveland
Artillery Company, Capt. J.Q. Waul

Company C. 1st Tennessee Cavalry, Capt. Richard S. Vandyke
Botetourt Virginia Artillery, Capt. John W. Johnston, Lt. Francis G. Obenchain
Signal Corps Detachment, Lt. C.H. Barrott

1st Brigade
Brick. Gen. Louis Hebert

3d Louisiana, Lt. Col. Samuel D. Russell, Maj. David Pierson (w)
21st Louisiana, Col. Isaac W. Patton,
22d Louisiana (detachment), Col. Charles H. Herrick (mw), Lt. Col. John T. Plattsmier
36th Mississippi, Col. William W. Witherspoon
37th Mississippi, Col. Orlando S. Holland
38th Mississippi, Col. Preston Brent, Capt. Daniel B. Seal
43d Mississippi, Col. Richard Harrison
7th Mississippi Infantry Battalion, Capt. A.M. Dozier
Company C, 2d Alabama Artillery Battalion, Capt. T.K. Emanuel (k), Lt. John R. Sclater
Appeal Arkansas Artillery, Capt. William N. Hogg, Lt. Christopher C. Scott, Lt. R.N. Cotten

2d Brigade
Brick. Gen. John C. Moore

37th Alabama, Col. James F. Dowdell
40th Alabama, Col. John H. Higley
42d Alabama, Col. John W. Portis, Lt. Col. Thomas C. Lanier
35th Mississippi, Col. William S. Barry, Lt. Col. Charles R. Jordan
40th Mississippi, Col. Wallace B. Colbert
2d Texas, Col. Ashbel Smith
Companies A,C,D,E,G, I, and K, 1st Mississippi Light Artillery, Col. William T. Withers
Sengstak's Alabama Battery, Capt. Henry H. Sengstak
Company B, Pointe Coupee Artillery, Capt. William A. Davidson

Maj. Gen. Martin Luther Smith

Baldwin's Brigade
Brick. Gen. William E. Baldwin

17th Louisiana, Col. Robert Richardson
31st Louisiana, Lt. Col. Sidney H. Griffin (k), Lt. Col. James W. Draughon
4th Mississippi, Lt. Col. Thomas N. Adaire (w), Capt. Thomas P. Nelson
46th Mississippi, Col. Claudius W. Sears
Tobin's Tennessee Battery, Capt. Thomas F. Tobin

Shoup's Brigade
Brick. Gen. Francis A. Shoup

26th Louisiana, Col. Winchester Hall (w), Lt. Col. William C. Crow
27th Louisiana, Col. Leon D. Marks (k), Lt. Col. L.L. McLaurin (k), Capt. Joseph T. Hatch
29th Louisiana, Col. Allen Thomas
McNally's Arkansas Battery, Capt. Francis McNally

Vaughn's Brigade
Brick. Gen. John C. Vaughn

60th Tennessee, Capt. J.W. Bachman
61st Tennessee, Lt. Col. James G. Rose
62d Tennessee, Col. John A. Rowan

5th Regiment, MST, Col. H.C. Robinson
3d Battalion, MST, Lt. Col. Thomas A. Burgis
**Under General Vaughn's command.

14th Mississippi Light Artillery Battalion, Maj. Matthew S. Ward
Smyth's Company Mississippi Partisan Rangers, Capt. J.S. Smyth
Signal Corps Detachment, Capt. M.T. Davison

1st (Missouri) Brigade
Col. Francis M. Cockrell

1st Missouri, Col. Amos C. Riley
2d Missouri, Lt. Col. Pembroke Senteny (k), Maj. Thomas M. Carter
3d Missouri, Lt. Col. Finley L. Hubbard (mw), Col. William L. Gause, Maj. James K. McDowell
5th Missouri, Lt. Col. Robert S. Bevier, Col. James McCown
6th Missouri, Col. Eugene Erwin (k), Maj. Stephen Cooper
Guibor's Missouri Battery, Capt. Henry Guibor, Lt. William Corkery, Lt. Cornelius Heffernan
Landis' Missouri Battery, Capt. John C. Landis, Lt. John M. Langan
Wade's Missouri Battery, Lt. Richard C. Walsh

2d Brigade
Brick. Gen. Martin E. Green (k)
Col. Thomas P. Dockery

15th Arkansas, Lt. Col. William W. Reynolds, Capt. Caleb Davis
19th Arkansas, Col. Thomas P. Dockery, Capt. James K. Norwood
20th Arkansas, Col. D.W. Jones
21st Arkansas, Col. Jordan E. Cravens, Capt. A. Tyler
1st Arkansas Cavalry Battalion (dismounted), Capt. John J. Clark
12th Arkansas Sharpshooters Battalion, Capt. Griff Bayne, Lt. John S. Bell
1st Missouri Cavalry (dismounted), Col. Elijah Gates, Maj. William C. Parker
3d Missouri Cavalry (dismounted), Lt. Col. D. Todd Samuel, Capt. Felix Lotspeich
3d Missouri Battery, Capt. William E. Dawson
Lowe's Missouri Battery, Capt. Schyler Lowe, Lt. Thomas B. Catron

1st Louisiana Heavy Artillery, Col. Charles A. Fuller, Lt. Col. Daniel Beltzhoover
8th Louisiana Hevy Artillery Battalion, Maj. Frederick N. Ogden
22d Louisiana (detachment), Capt. Samuel Jones
1st Tennessee Heavy Artillery, Col. Andrew Jackson, Jr.
*** Caruthers' Tennessee Battery, Capt. J.B. Caruthers
*** Johnston's Tennessee Battery, Capt. T.N. Johnston
*** Lynch's Tennessee Battery, Capt. John P. Lynch
Company L, 1st Mississippi Light Artillery, Capt. Samuel C. Bains

***These three companies were attached to the 1st Tennessee Heavy Artillery.

54th Alabama, Lt. Joel P. Abney
6th Mississippi (detachment), Maj. J.R. Stevens
City Guards, Capt. E.B. Martin
Signal Corps Detachment, Capt. C.A. roi

Maj. Gen. John C. Breckinridge

Adam's Brigade
Brick. Gen. Daniel W. Adams

32d Alabama, Lt. Col. Henry Maury
13th and 20th Louisiana (Consolidated), Col. Augustus Reichard
16th and 25th Louisiana (Consolidated), Col. Daniel Gober
19th Louisiana, Col. Wesley P. Winans
14th Louisiana Sharpshooters Battalion, Maj. John E. Austin

Helm's Brigade
Brick. Gen. Benjamin H. Helm

41st Alabama, Col. Martin L. Stansel
2d Kentucky, Lt. Col. James W. Hewitt
4th Kentucky, Col. Joseph P. Nuckols, Lt. Col. John A. Adair
6th Kentucky, Lt. Col. Martin H. Cofer
9th Kentucky, Col. John W. Caldwell

Stovall's Brigade
Brick. Gen. Marcellus A. Stovall

1st and 3d Florida (Consolidated), Col. William S. Dilworth
4th Florida, Col. Edward Badger
47th Georgia, Col. George W.M. Williams
60th North Carolina , Col. Washington M. Hardy, Lt. Col. James M. Ray

Johnston (Tennessee) Artillery, Capt. John W. Mebane
Cobb's Kentucky Battery, Capt. Robert Cobb
5th Company, Washington Artillery, Capt. Cuthbert H. Slocomb

McNair's Brigade
Brick. Gen. Evander McNair

1st Arkansas Mounted Rifles (dismounted), Col. Robert W. Harper, Lt. Col. Daniel H. Reynolds
2d Arkansas Mounted Rifles (dismounted), Col. J. A. Williamson
4th Arkansas, Col. Henry G. Bunn
25th and 31st Arkansas (Consolidated), Col. Thomas H. McCray
29th North Carolina , Lt. Col. Creasman
39th North Carolina , Col. David Coleman

Maxey's Brigade
Brick. Gen. Samuel B. Maxey

4th Louisiana, Lt. Col. William F. Pennington, Col. Samuel E. Hunter
30th Louisiana (battalion), Lt. Col. Thomas Shields
42d Tennessee, Lt. Col. Isaac N. Hulme
46th and 55th Tennessee (Consolidated), Col. Alexander J. Brown, Lt. Col. Gideon B. Black
48th Tennessee, Col. William M. Voorhees
49th Tennessee, Maj. David A. Lynn
53d Tennessee, Lt. Col. John R. White
1st Texas Sharpshooter Battalion, Maj. James Burnet

Evan's Brigade
Brick. Gen. Nathan G. Evans

17th South Carolina, Col. Fitz William McMasters
18th South Carolina, Col. William H. Wallace
22d South Carolina, Lt. Col. James O'Connell
23d South Carolina, Col. Henry L. Benbow
26th South Carolina, Col. Alexander D. Smith
Holcombe Legion, Lt. Col. William J.Crawley, Maj. Martin G. Zeigler

Fenner's (Louisiana) Battery, Capt. Charles E. Fenner
Macbeth (South Carolina) Artillery, Lt. B.A. Jeter
Culpeper's (Sdouth Carolina) Battery, Capt. James F. Culpeper

Maj. Gen. William W. Loring
Adams' Brigade
Brick. Gen. Lloyd Tilghman (k)
Col. Arthur E. Reynolds
Brick. Gen. John Adams

1st Confederate Battalion, Lt. Col. George H. Forney
6th Mississippi, Col. Robert Lowry
14th Mississippi, Lt. Col. Washington L. Doss
15th Mississippi, Col. Michael Farrell
20th Mississippi, Col. Daniel R. Russell, Lt. Col. William N. Brown
23d Mississippi, Col. Joseph M. Wells
26th Mississippi, Col. Arthur E. Reynolds, Maj. Tully F. Parker
Lookout (Tennessee) Artillery, Capt. Robert L. Barry

Buford's Brigade
Brick. Gen. Abraham Buford

27th Alabama, Col. James Jackson
35th Alabama, Col. Edward Goodwin
54th Alabama, Col. Alpheus Baker, Maj. T.H. Shackelford
55th Alabama, Col. John Snodgrass
9th Arkansas, Col. Isaac L. Dunlop
3d Kentucky, Col. Albert P. Thompson
7th Kentucky, Col. Edward Crossland
8th Kentucky, Col. Hylan B. Lyon, Lt. Col. A.R. Shacklett
12th Louisiana, Col. Thomas M. Scott
3d Missouri Cavalry (dismounted), Lt. Col. D. Todd Samuels
Company A, Pointe Coupee Artillery, Capt. Alcide Bouanchaud

Featherston's Brigade
Brick. Gen. Winfield S. Featherston
Col. John A. Orr

3d Mississippi, Col. Thomas A. Mellon, Maj. Samuel A. Dyer
22d Mississippi, Col. Frank S. Schaller, Lt. Col. H.J. Reid
31st Mississippi, Col. John A. Orr, Lt. Col. Marcus D.L. Stephens
33d Mississippi, Col. David W. Hurst
1st Mississippi Sharpshooter Battalion, Maj. William A. Rayburn, Maj. James M. Stigler
Charpentier's Alabama Battery, Capt. Stephen Charpentier
Company C, 14th Mississippi Artillery Battalion, Capt. J. Culbertson

Maj. Gen. William H.T. Marcheur

9th Texas, Lt. Col. Miles A. Dillard
10th Texas Cavalry (dismounted), Lt. Col. C.R. Earp
14th Texas Cavalry (dismounted), Col. John L. Camp
32d Texas Cavalry (dismounted), Col. Julius A. Andrews
Battalion, 43d Mississippi, Capt. M. Pounds
Battalion, 40th Alabama, Maj. Thomas O. Stone
McNally's Arkansas Battery, Lt. F.A. Moore

Gregg's Brigade
Brick. Gen. John Gregg

3d Tennessee, Col. Calvin H. Walker
10th Tennessee, Lt. Col. William Grace
30th Tennessee, Col. Randall MacGavock (k), Lt. Col. James .J. Tourneur
41st Tennessee, Col. Robert Farquharson
50th Tennessee, Lt. Col. Thomas W. Beaumont (w), Col. Cyrus A. Sugg
1st Tennessee Infantry Battalion, Maj. Stephen H. Colms
7th Texas, Col. Hiram B. Granbury
Bledsoe's Missouri Battery, Capt. Hiram M. Bledsoe

Gist's Brigade
Brick. Gen. Gist

46th Georgia, Col. Peyton H. Colquitt
8th Georgia, Capt. Zachariah L. Watters
16th South Carolina, Col. James McCullough
24th South Carolina, Col. C.H. Stevens
Ferguson's South Carolina Battery, Capt. T.B. Ferguson

Wilson's Brigade
Col. Claudius C. Wilson

25th Georgia, Lt. Col. Andrew J. Williams
29th Georgia, Col. William J. Young
30th Georgia, Col. T.W. Mangham
1st Georgia Sharpshooter Battalion, Maj. Arthur Shaaff
4th Louisiana Infantry Battalion, Lt. Col. John McEnery
Martin's Georgia Battery, Lt. Evan P. Howell

Brick. Gen. William H. Jackson

1st Brigade
Brick. Gen. George B. Cosby

1st Mississippi Cavalry, Col. R.A. Pinson
4th Mississippi Cavalry, Col. James Gordon, Maj. J.L. Harris
28th Mississippi Cavalry, Col. Peter B. Starke
Wirt Adams' Mississippi Cavalry, Col. William Wirt Adams
Ballentine's Mississippi Cavalry, Lt. Col. William L. Maxwell
17th Mississippi Cavalry Battalion (State Troops), Maj. Abner C. Steede
Clark's Missouri Battery, Capt. Houston King

2d Brigade
Brick. Gen. John W. Whitfield

3d Texas Cavalry, Col. Giles S. Boggess
6th Texas Cavalry, Col. Lawrence S. Ross, Maj. Jack Wharton
9th Texas Cavalry, Col. Dudley W. Jones
27th Texas Cavalry (also called 1st Texas Legion), Lt. Col. John H. Broocks
Bridge's Arkansas Cavalry Battalion, Maj. H.W. Bridges

Company A, 7th Tennessee Cavalry, Capt. W.F. Taylor
Independent Company Louisiana Cavalry, Capt. J.Y. Webb
Provost Guard (Company D 4th Mississippi Cavalry), Capt. James Ruffin

Reserve Artillery
Maj. W.C. Preston

Columbus Georgia Battery, Capt. Edward Croft
Durrive's Louisana Battery, Capt. E. Durrive, Jr.
Battery B, Palmetto South Carolina Artillery, Capt. J. Wates

DISTRICT OF WESTERN LOUISIANA

Maj. Gen. John G. Walker
McCulloch's Brigade
Brick. Gen. Henry E. McCulloch

16th Texas, Col. George Flournoy
17th Texas, Col. R.T.P. Allen
19th Texas, Col. Richard Waterhouse
16th Texas Cavalry (dismounted), Lt. Col. E.P. Gregg (w), Maj. W.W. Diamond (w), Capt. J.D. Woods
Edgar's Battery, Capt. William Edgar

Hawes' Brigade
Brick. Gen. James M. Hawes

13th Texas Cavalry (dismounted), Lt. Col. A.F. Crawford
12th Texas, Col. O. Young
18th Texas, Lt. Col. D.B. Culbertson
22d Texas, Col. R. Hubbard
Halderman's Battery, Capt. Horace Halderman

Randall's Brigade
Col. Horace Randal

11th Texas, Col. O.M. Roberts
14th Texas, Col. E. Clark
28th Texas Cavalry (dismounted), Col. E.H. Baxter
6th Texas Cavalry Battalion (dismounted), Maj. R.S. Gould
Daniels' Battery, Capt. J.M. Daniels

Tappan's Brigade
Brick. Gen. James C. Tappan

27th Arkansas, Col. J.R. Shaler
33d Arkansas, Col. H.L. Grinsted
38th Arkansas, Col. R.G. Shaver

13th Louisiana Cavalry Battalion, Col. Frank A. Bartlett
15th Louisiana Cavalry Battalion, Lt. Col. Isaac F. Harrison

Parson's Cavalry Brigade
Col. William H. Parsons

12th Texas Cavalry, Lt. Col. A.B. Burleson
21st Texas Cavalry, Col. B.W. Charretier
Pratt's Texas Battery, Capt. J.H. Pratt

Recommended Reading : Vicksburg Is the Key: The Struggle for the Mississippi River (Great Campaigns of the Civil War). Description: The struggle for control of the Mississippi River was the longest and most complex campaign of the Civil War. It was marked by an extraordinary diversity of military and naval operations, including fleet engagements, cavalry raids, amphibious landings, pitched battles, and the two longest sieges in American history. Every existing type of naval vessel, from sailing ship to armored ram, played a role, and military engineers practiced their art on a scale never before witnessed in modern warfare. Suite ci-dessous.

Union commanders such as Grant, Sherman, Farragut, and Porter demonstrated the skills that would take them to the highest levels of command. When the immense contest finally reached its climax at Vicksburg and Port Hudson in the summer of 1863, the Confederacy suffered a blow from which it never recovered. Here was the true turning point of the Civil War. This fast-paced, gripping narrative of the Civil War struggle for the Mississippi River is the first comprehensive single-volume account to appear in over a century. Vicksburg Is the Key: The Struggle for the Mississippi River tells the story of the series of campaigns the Union conducted on land and water to conquer Vicksburg and of the many efforts by the Confederates to break the siege of the fortress. William L. Shea and Terrence J. Winschel present the unfolding drama of the campaign in a clear and readable style, correct historic myths along the way, and examine the profound strategic effects of the eventual Union victory.

Recommended Reading : Vicksburg : The Campaign That Opened the Mississippi (Civil War America ). Description: When Confederate troops surrendered Vicksburg on July 4, 1863--the day after the Union victory at Gettysburg --a crucial port and rail depot for the South was lost. The Union gained control of the Mississippi River , and the Confederate territory was split in two. In a thorough yet concise study of the longest single military campaign of the Civil War, Michael B. Ballard brings new depth to our understanding of the Vicksburg campaign by considering its human as well as its military aspects. Suite ci-dessous.

Ballard examines soldiers' attitudes, guerrilla warfare, and the effects of the campaign and siege on civilians in and around Vicksburg . He also analyzes the leadership and interaction of such key figures as U.S. Grant, William T. Sherman, John Pemberton, and Joseph E. Johnston, among others. Blending strategy and tactics with the human element, Ballard reminds us that while Gettysburg has become the focal point of the history and memory of the Civil War, the outcome at Vicksburg was met with as much celebration and relief in the North as was the Gettysburg victory, and he argues that it should be viewed as equally important today.

Recommended Reading : TRIUMPH AND DEFEAT: The Vicksburg Campaign, Volume 2 (Hardcover). Description: The study of the Civil War in the Western Theater is more popular now than ever, and the center of that interest is the months-long Vicksburg Campaign, which is the subject of National Park Historian Terrence J. Winschel's new book Triumph and Defeat: The Vicksburg Campaign, Vol 2. Following the popular success of his earlier book of the same name, Winschel offers ten new chapters of insights into what has been declared by many to have been the most decisive campaign of the Civil War. Designed to appeal to both general readers and serious students, Winschel's essays cover a wide range of topics, including military operations, naval engagements, leading personalities, and even a specific family caught up in the nightmarish 47-day siege that nearly cost them their lives. Suite ci-dessous.

Smoothly written and deeply researched, these fresh chapters offer balanced and comprehensive analysis written with the authority that only someone who has served as Vicksburg 's Chief Historian since 1978 can produce. Bolstered by photographs, illustrations, and numerous outstanding original maps, this second volume in the Triumph and Defeat series will stand as a lasting contribution to the study of the Civil War. About the author: Winschel is author of many books, including Triumph and Defeat: The Vicksburg Campaign (1998, 2004), Vicksburg is the Key: The Struggle for the Mississippi River (2003), Vicksburg : Fall of the Confederate Gibraltar (1999), and The Civil War Diary of a Common Soldier (2000). Terry is also a popular speaker on the Civil War Round Table circuit and has made frequent appearances on the History Channel. He lives in Vicksburg , where he works as the battlefield's chief historian.

Recommended Reading : Champion Hill: Decisive Battle for Vicksburg . Description: The Battle of Champion Hill was the decisive land engagement of the Vicksburg Campaign. The May 16, 1863, fighting took place just 20 miles east of the river city, where the advance of Gen. Ulysses S. Grant's Federal army attacked Gen. John C. Pemberton's hastily gathered Confederates. Suite ci-dessous.

The bloody fighting seesawed back and forth until superior Union leadership broke apart the Southern line, sending Pemberton's army into headlong retreat. The victory on Mississippi 's wooded hills sealed the fate of both Vicksburg and her large field army, propelled Grant into the national spotlight, and earned him the command of the entire U.S. armed forces. Timothy Smith, who holds a Ph.D. from Mississippi State and works as a historian for the National Park Service, has written the definitive account of this long overlooked battle. His vivid prose is grounded upon years of primary research and is rich in analysis, strategic and tactical action, and character development. Champion Hill will become a classic Civil War battle study.

Recommended Reading : Shiloh and the Western Campaign of 1862 . Review: The bloody and decisive two-day battle of Shiloh (April 6-7, 1862) changed the entire course of the American Civil War. The stunning Northern victory thrust Union commander Ulysses S. Grant into the national spotlight, claimed the life of Confederate commander Albert S. Johnston, and forever buried the notion that the Civil War would be a short conflict. The conflagration at Shiloh had its roots in the strong Union advance during the winter of 1861-1862 that resulted in the capture of Forts Henry and Donelson in Tennessee . Suite ci-dessous.

The offensive collapsed General Albert S. Johnston advanced line in Kentucky and forced him to withdraw all the way to northern Mississippi . Anxious to attack the enemy, Johnston began concentrating Southern forces at Corinth , a major railroad center just below the Tennessee border. His bold plan called for his Army of the Mississippi to march north and destroy General Grant's Army of the Tennessee before it could link up with another Union army on the way to join him. On the morning of April 6, Johnston boasted to his subordinates, "Tonight we will water our horses in the Tennessee !" They nearly did so. Johnston 's sweeping attack hit the unsuspecting Federal camps at Pittsburg Landing and routed the enemy from position after position as they fell back toward the Tennessee River . Johnston 's sudden death in the Peach Orchard, however, coupled with stubborn Federal resistance, widespread confusion, and Grant's dogged determination to hold the field, saved the Union army from destruction. The arrival of General Don C. Buell's reinforcements that night turned the tide of battle. The next day, Grant seized the initiative and attacked the Confederates, driving them from the field. Shiloh was one of the bloodiest battles of the entire war, with nearly 24,000 men killed, wounded, and missing. Edward Cunningham, a young Ph.D. candidate studying under the legendary T. Harry Williams at Louisiana State University , researched and wrote Shiloh and the Western Campaign of 1862 in 1966. Although it remained unpublished, many Shiloh experts and park rangers consider it to be the best overall examination of the battle ever written. Indeed, Shiloh historiography is just now catching up with Cunningham, who was decades ahead of modern scholarship. Western Civil War historians Gary D. Joiner and Timothy B. Smith have resurrected Cunningham's beautifully written and deeply researched manuscript from its undeserved obscurity. Fully edited and richly annotated with updated citations and observations, original maps, and a complete order of battle and table of losses, Shiloh and the Western Campaign of 1862 will be welcomed by everyone who enjoys battle history at its finest. Edward Cunningham, Ph.D., studied under T. Harry Williams at Louisiana State University . He was the author of The Port Hudson Campaign: 1862-1863 (LSU, 1963). Dr. Cunningham died in 1997. Gary D. Joiner, Ph.D. is the author of One Damn Blunder from Beginning to End: The Red River Campaign of 1864, winner of the 2004 Albert Castel Award and the 2005 A. M. Pate, Jr., Award, and Through the Howling Wilderness: The 1864 Red River Campaign and Union Failure in the West. He lives in Shreveport , Louisiana . About the Author: Timothy B. Smith, Ph.D., is author of Champion Hill: Decisive Battle for Vicksburg (winner of the 2004 Mississippi Institute of Arts and Letters Non-fiction Award), The Untold Story of Shiloh: The Battle and the Battlefield, and This Great Battlefield of Shiloh: History, Memory, and the Establishment of a Civil War National Military Park. A former ranger at Shiloh, Tim teaches history at the University of Tennessee .

Recommended Reading : Generals in Gray Lives of the Confederate Commander (Hardcover). Description: When Generals in Gray was published in 1959, scholars and critics immediately hailed it as one of the few indispensable books on the American Civil War. Historian Stanley Horn, for example, wrote, "It is difficult for a reviewer to restrain his enthusiasm in recommending a monumental book of this high quality and value." Here at last is the paperback edition of Ezra J. Warner’s magnum opus with its concise, detailed biographical sketches and—in an amazing feat of research—photographs of all 425 Confederate generals. The only exhaustive guide to the South’s command, Generals in Gray belongs on the shelf of anyone interested in the Civil War. RATED 5 STARS!


U.S. Naval Academy Virtual Memorial Hall

The USNA Virtual Memorial Hall exists to perpetuate the memory of alumni of the United States Naval Academy who have died in service to their country. As President Lincoln said in his Gettysburg Address, "It is for us the living, rather, to be dedicated here to the unfinished work which they who fought here have thus far so nobly advanced. It is rather for us to be here dedicated to the great task remaining before us -- that from these honored dead we take increased devotion to that cause for which they gave the last full measure of devotion."

This site demands input from friends, family, classmates, and shipmates of the fallen. No team of historians could possibly provide the nuanced understanding of who these men and women were. Stories and anecdotes, no matter how trivial, will help us learn. Please contribute your memories! Create an account or email Patrick McConnell '02. Dozens of classmates, family, and friends have emailed to make additions and corrections, large and small.

The Virtual Memorial Hall project was created and is maintained by Run To Honor, an organization of Naval Academy alumni founded in 2007 and a Shared Interest Group (SIG) with the Naval Academy Alumni Association. The mission of Run To Honor is to perpetuate the memory of Naval Academy alumni killed in action or in military operations in service to our nation, and to support Naval Academy Gold Star families. This site is not affiliated with or endorsed by the Department of Defense, the United States Navy, or the United States Naval Academy.


Voir la vidéo: Seth Barton Post-Game Interview vs. BU 102519 (Janvier 2022).