Podcasts sur l'histoire

A part Henri VIII, un roi a-t-il déjà participé à une joute en tant que chevalier inconnu (incognito) ?

A part Henri VIII, un roi a-t-il déjà participé à une joute en tant que chevalier inconnu (incognito) ?

Le chevalier inconnu semble appartenir au domaine de la fiction - témoin Gareth dans Le Morte d'Arthur et Wilfred dans Ivanhoe, entre autres - mais les chevaliers incognito combattant en joutes ou en mêlées n'étaient pas rares dans la réalité.

En janvier 1510, Henri VIII, avec son époux du tabouret et le courtisan William Compton, entrèrent dans une joute en tant que chevaliers «étrangers» avec leur identité cachée. Il s'agissait de contourner une interdiction faite au roi adolescent de participer aux joutes, une interdiction qui avait été imposée par son père Henri VII pour la raison évidente qu'il s'agissait d'un sport trop dangereux pour l'héritier de l'époque.

Bien que son père soit maintenant mort, le nouveau roi était trop jeune pour bafouer ouvertement l'interdiction soutenue par les hauts fonctionnaires du royaume ; sa femme, Catherine d'Aragon, était enceinte mais Henri n'avait pas d'héritier. Le roi a été forcé de se révéler lorsque Compton a subi une blessure grave; l'une des rares personnes à savoir qui les chevaliers étrangers était vraiment paniquée, pensant que c'était Henry qui l'avait blessé.

Existe-t-il d'autres cas où un Roi, d'identité inconnue à l'époque de ceux qu'il combattait et du grand public, prenant part à une joute ou à une mêlée ?

Comme cette question semble assez difficile, j'accepterais également une réponse pour un héritier du trône ou, à défaut de tels exemples, le légitime fils d'un monarque régnant.


Oui. Le roi Édouard III a participé à plus de 50 tournois, parfois incognito. Son fils et héritier, le Prince Noir, a également jouté incognito, comme l'ont fait de nombreux chevaliers sous le règne d'Edouard III.


Les Annales Paulini (1307-41) mentionne les joutes de Dartford de 1331. Dans Edouard III et le triomphe d'Angleterre, Richard Barber dit :

Les chevaliers portaient des costumes uniformes de tuniques vertes et de manteaux à capuchons rouges… Pour dissimuler l'identité du roi, ils étaient tous masqués.

L'article facilement accessible Les tournois au XIVe siècle mentionne également cela.

Nigel Saul, dans Chevalerie dans l'Angleterre médiévale, dit:

En 1334, lors d'un tournoi majeur à Dunstable, le roi apparaît sous les armes du chevalier Arthurien Sir Lionel. À plusieurs reprises plus tard, il est apparu portant les armes des membres de son entourage familial. Participer incognito à la manière des héros arthuriens était une manière de lier le monde fantastique de la romance au monde pratique de la préparation à la guerre.

Edward III est cependant apparu plusieurs fois lors de tournois en tant que Sir Lionel, donc probablement quelqu'un a finalement compris qui était « Sir Lionel ».

Dans Petite histoire de la guerre de Cent Ans par Michael Prestwick, l'auteur déclare que :

Edward III était un grand mécène des tournois, auxquels il était lui-même souvent un participant enthousiaste… prenant souvent part incognito. Il y avait un élément de jeu, comme lorsqu'Edward et quelques chevaliers se sont déguisés en pape et en cardinaux lors d'un tournoi organisé à Smithfield en 1343.

Le chapitre Guerre, peste et chevalerie (1346-1354) de David Green Le Prince Noir dit qu'Edouard III et son héritier se sont battus incognito :

Les réunions de la Jarretière étaient souvent accompagnées de splendides tournois, dont beaucoup étaient organisés dans le plus pur style arthurien avec des chevaliers combattant incognito ou portant des costumes fantastiques. Edward III et le Prince Noir sont connus pour avoir participé en portant des déguisements ou des costumes.

Saul propose également une explication sur la raison pour laquelle les jouteurs apparaissaient parfois incognito :

Remarquablement peut-être, même le port de déguisements dans les tournois a servi à un objectif pratique. Il créait l'égalité entre les concurrents en veillant à ce qu'un chevalier inférieur ne s'en remette pas au sang supérieur de son rival.


Cette question est restée sans réponse pendant 3 mois, et j'avais renoncé à me chercher moi-même. Je suis tombé sur cette réponse complètement par hasard mais, peut-être avec le recul, Edward III est un candidat aussi évident que n'importe qui.

Si quelqu'un peut trouver d'autres exemples clairs de rois ou d'héritiers jouant incognito, j'accepterai cette réponse avant la mienne. Pour ceux que ça intéresse, Richard II est un candidat improbable (une seule joute apparemment), Henry V n'aimait pas les joutes (cela ne l'exclut pas forcément), tandis qu'Edward I a participé à de nombreux tournois mais le faire incognito ne le fait pas. Cela semble avoir été courant à l'époque - encore, cela vaut peut-être la peine d'être étudié. De plus, cette question ne se limite pas aux rois anglais.


Pas tout à fait un héritier du trône, mais alors qu'il était deuxième au trône d'Angleterre, le fils d'Henri II, Geoffrey, a été tué lors d'une joute à Paris, selon le chroniqueur contemporain Roger de Hoveden. Je ne sais pas s'il aurait jouté en tant qu'"inconnu", et un autre chroniqueur contemporain, Rigord, décrit Geoffrey comme étant mort subitement après l'apparition d'une douleur thoracique.


Voir la vidéo: 19 Mai 1536 - lexécution dAnne Boleyn - La fin de la deuxième reine dHenri VIII (Décembre 2021).