Podcasts sur l'histoire

USS Birmingham (CL-62)

USS Birmingham (CL-62)

USS Birmingham (CL-62)

L'USS Birmingham était un croiseur léger de classe Cleveland qui a servi en Méditerranée et dans le Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale, subissant de lourds dommages lors d'une attaque aérienne japonaise en 1943 et à nouveau lorsque le porte-avions léger Princeton a explosé alors qu'elle était à côté pendant la bataille du golfe de Leyte.

Les Birmingham a été commandé le 29 janvier 1943 et a passé les quatre mois suivants à se préparer pour l'action, avant de partir le 8 juin pour la Méditerranée. Elle a été affectée au groupe de travail 86.1, une partie de la force navale soutenant l'opération Rauque, les débarquements amphibies en Sicile. Son premier rôle, le matin du 9 juillet, était d'escorter trois groupes de LST jusqu'à leurs plages. Elle s'est ensuite déplacée vers la zone d'appui-feu de l'Est et a tenté de bombarder les positions d'artillerie ennemies sur le mont Desusino. Sa tâche a été rendue plus difficile par de mauvaises communications avec l'USAAF et la RAF. Ses avions de repérage relevaient de la lutte antiaérienne alliée, des Airacobras britanniques et des chasseurs allemands. Un avion d'observation a dû être récupéré après avoir été endommagé par un tir AA et lors d'une attaque allemande, tandis qu'un second a été repoussé après avoir été touché par un tir ami et attaqué par un Airacobra britannique, malheureusement avec la perte du mitrailleur arrière. Malgré ces problèmes, le Birmingham a continué à tirer jusqu'à 9h18, lorsque les troupes au sol ont atteint leurs objectifs initiaux. Elle est ensuite restée au large de la Sicile pendant neuf jours, fournissant des tirs navals pour soutenir les combats.

Après cet engagement de neuf jours en Méditerranée, le Birmingham a été transféré dans le Pacifique, atteignant Norfolk le 8 août et Pearl Harbor le 5 septembre. Il a ensuite été affecté au groupe de travail 15.1, où il faisait partie de l'écran du croiseur pour les porte-avions Lexington, Princeton et Bois Belleau. Les Birmingham n'a servi avec ce groupe puissant que pendant une courte période. À la mi-septembre, le groupe lança des attaques aériennes contre les positions japonaises sur Tarawa et Makin, deux mois avant l'invasion américaine de ces îles, et les 5 et 6 octobre, il attaqua l'île Wake. Ici le Birmingham a pris une part directe au bombardement, et l'un de ses avions d'observation a survécu à une attaque d'un Mitsubishi A6M2 Zero.

Après son retour à Pearl Harbor, le Birmingham a été commandé aux îles Salomon, atteignant Bougainville le 5 novembre. Le 8 novembre, alors qu'il patrouillait au sud-ouest de l'île avec deux autres croiseurs légers et quatre destroyers, le Birmingham subi de lourds dommages. Les premiers avions japonais ont été repérés à midi, mais la première attaque, par une dizaine de bombardiers japonais, n'est intervenue qu'un peu après 19 heures. Les Birmingham a subi deux coups sûrs en une minute. Le premier provenait d'un Aichi D3A Val qui venait d'être abattu par les Birmingham's des canons antiaériens, mais pas avant qu'il n'ait pu lâcher sa bombe. Cela a touché la partie tribord de la poupe, détruisant le support de l'hydravion. Le second provenait d'une torpille aérienne, qui a creusé un trou de 30 pieds sur le côté bâbord de la proue et a inondé deux compartiments de mazout. Un troisième coup a suivi peu de temps après, lorsqu'un autre Val a réussi à larguer sa bombe avant d'être détruit. Cette fois, la tourelle n°4 a été détruite.

Malgré les dégâts importants, le Birmingham a pu rester en formation toute la nuit, abattant au moins deux bombardiers japonais et aidant à maintenir un certain nombre d'attaques loin du groupe. Le lendemain matin, le groupe se retira dans les Salomon centrales et, le 10 novembre, le Birmingham a continué sur l'île de Floride, où elle a reçu des réparations temporaires. Le 16 novembre elle a quitté l'Île de Floride, arrivant à Pearl Harbor le 1 décembre et à l'Île de Mare, Californie le 22 décembre. Les réparations ont été effectuées avec une rapidité impressionnante et le Birmingham a pu retourner dans le Pacifique le 18 février 1944, atteignant à nouveau Pearl Harbor le 23 février.

Après une période d'exercices d'entraînement et une grave poussée de dysenterie, le Birmingham rejoint la flotte affectée à l'invasion des îles Mariannes, servant avec le groupe opérationnel 52.17. Le 14 juin, il couvrait les équipes de démolition sous-marine et les dragueurs de mines au large de Saipan. Le 15 juin, elle s'est impliquée dans un duel d'artillerie avec une demi-douzaine de batteries d'artillerie japonaise sur la même île, mais bien qu'elle ait été sous le feu pendant deux heures, elle n'a pas été touchée, et après avoir détruit des décharges de munitions japonaises à 10h18 et 10h30, le Le feu japonais a diminué. L'après-midi le Birmingham s'est approché des côtes, un mouvement qui a tenté un certain nombre de batteries japonaises cachées d'ouvrir le feu, ce qui en fait des cibles faciles pour les avions alliés. Le 16 juin, le Birmingham fourni un appui-feu à courte portée aux troupes débarquant sur la plage « Verte », les aidant à établir une tête de pont.

L'invasion américaine des îles Mariannes a provoqué une réponse japonaise majeure, qui a abouti à la bataille de la mer des Philippines, la dernière grande bataille aéronavale de la guerre. Les Birmingham faisait partie d'un groupe de navires de couverture dont le rôle était d'empêcher les avions japonais d'atteindre les porte-avions, mais la suprématie aérienne américaine était si marquée que très peu d'attaques menaçaient les porte-avions. Le 20 juin, les Américains lancèrent une audacieuse frappe à longue portée contre les porte-avions japonais, qui se termina après la tombée de la nuit. Les Birmingham était l'un des nombreux navires qui ont allumé leurs lumières pour guider l'avion d'attaque vers leurs porte-avions, puis ont aidé à récupérer l'équipage après l'amerrissage.

Après la bataille le Birmingham retourna bombarder Tinian (26-27 juin), Saipan (1-5 juillet), Tinian (6 juillet) et Guam (21 juillet), avant de soutenir les débarquements sur Guam le 22 juillet. Elle est ensuite retournée à Tinian pour soutenir l'invasion de cette île, restant en place jusqu'au 1er août. Il a ensuite participé à un raid qui a touché Angaur, Peleliu et Babelthuap (6-7 septembre), puis a attaqué des cibles autour de la baie de Sarangani à Mindanao (9 septembre), pour détourner l'attention des Japonais des îles Palau. Au cours de ce raid le Birmingham et quatre destroyers ont été détachés pour attaquer un convoi japonais, coulant 29 navires japonais. Les Birmingham réclamé trois cargos, un sampan et un bateau à moteur. Le groupe est resté aux Philippines jusqu'au 15 septembre, puis a attaqué les îles Caroline avant de revenir attaquer Luzon et Manille.

Le 10 octobre, le groupe de travail a participé à une attaque sur Okinawa, destinée à empêcher les Japonais de déplacer des avions vers les Philippines. Le lendemain, ils attaquent le nord de Luçon, puis le 12 octobre frappent Formose. Du 13 au 15 octobre, elle a rejoint un groupe de croiseurs et de destroyers qui protégeaient le croiseur endommagé Canberra (CA-70) contre une attaque aérienne japonaise alors qu'il était remorqué vers un lieu sûr, puis les 15 et 16 octobre en a fait de même pour le Houston (CL-81).

Le 24 octobre, lors de la bataille du golfe de Leyte, le porte-avions Princeton (CV-23) a été touché par une seule bombe d'un bombardier en piqué Yokosuka D4Y Judy. L'explosion a provoqué des incendies qui ont déclenché d'autres explosions et le porte-avions a perdu de la vitesse. Les croiseurs Birmingham et Réno et trois destroyers ont ralenti pour soutenir le porte-avions, et le Birmingham déplacé à ses côtés pour aider à combattre les incendies. Au début, il semblait que l'effort massif de contrôle des dommages sauverait le Princeton, mais à 15 h 22, ses chargeurs arrière ont explosé. Les Birmingham a été ratissé par des débris, et en un instant, la moitié de son équipage a été tué ou blessé - 233 ont été tués, 211 grièvement blessés et 215 légèrement blessés. Les Birmingham a dû boiter pour s'éloigner de la Princeton pour se sauver, tandis que le porte-avions a finalement dû être coulé.

Les Birmingham atteint Mare Island, en Californie, en novembre et subit une combinaison de réparations et d'un carénage, en plus d'être converti en navire amiral. Elle a finalement atteint Saipan le 25 février, quatre mois après avoir été endommagée et a été envoyée à Iwo Jimo pour soutenir l'invasion. Elle s'est ensuite déplacée vers Okinawa, bombardant Okinawa Gunto le 25 mars et Okinawa lui-même à partir du 26 mars.

Les Birmingham resté au large d'Okinawa pour soutenir l'invasion, étant attaqué par une série d'avions kamikazes. Le 1er avril, elle a évité de justesse d'être touchée par un Val, tandis que le 6 avril, elle a abattu un Val et a réclamé une partie de trois Judies. Elle a quitté les plages pour se diriger vers le cuirassé géant Yamato le 7 avril, mais est retourné à son poste plus tard dans la journée après avoir appris que le cuirassé avait été coulé. Elle a ensuite continué pour soutenir l'invasion d'Ie Shima, puis est revenue pour fournir un appui-feu à une offensive de la 24e armée sur Okinawa. Après cela, il est resté dans les eaux autour d'Okinawa pour soutenir les forces terrestres, jusqu'au début du 4 mai, il a été touché par un Oscar. L'explosion a détruit l'infirmerie et a percé des trous dans les ponts principal, deuxième et troisième ainsi qu'un trou de cinq pieds de large dans la coque et inondé l'armurerie et trois magasins de munitions. Cela a effectivement mis fin à la Birmingham's guerre. Elle a atteint Guam le 10 mai et Pearl Harbor le 28 mai, où elle a subi six semaines de réparations. Elle était en route pour Wake Island pour participer à un bombardement de la garnison isolée lorsque la capitulation japonaise a mis fin à la guerre. Les Birmingham a reçu huit départs au combat pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.

Comme la plupart des navires américains, le Birmingham a commencé à se diriger vers le Japon, mais le 11 septembre, il a été affecté au commandant des forces navales américaines, Australie-Nouvelle-Guinée, atteignant Brisbane le 23 septembre, où il est devenu le vaisseau amiral du contre-amiral CE Van Hook, commandant de la Task Force 91. Après cinq mois dans les eaux australiennes, il est revenu à San Francisco le 22 mars 1946. Le 2 avril, il a été désactivé et le 16 octobre, il a été placé dans la Flotte de réserve de San Diego. Elle a été rayée de la liste de la Marine et démantelée en 1959.

Déplacement (standard)

11 744 tonnes

Déplacement (chargé)

14 131 tonnes

Vitesse de pointe

32,5 nœuds

Varier

11 000 nm à 15 nœuds

Armure – ceinture

3-5 pouces

- pont d'armure

2 pouces

- cloisons

5 pouces

- des barbettes

6 pouces

- tourelles

visage de 6,5 pouces
haut de 3 pouces
côté 3 pouces
1,5 pouces à l'arrière

- la tourelle

5 pouces
Toit de 2,25 pouces

Longueur

610ft 1in oa

Armement

Douze canons de 6 pouces/47 (quatre tourelles triples)
Douze pistolets 5 pouces/38 (six positions doubles)
Vingt-huit canons de 40 mm
Vingt et un canons AA de 20 mm
Quatre avions

Complément d'équipage

1,285

Constructeur

Nouvelles de Newport

Posé

17 février 1941

Lancé

20 mars 1942

Commandé

29 janvier 1943

Brisé

1959


Dictionnaire des navires de combat de la marine américaine

La deuxième Birmingham (CL-62) a été lancé le 20 mars 1942 par Newport News Shipbuilding and Dry Dock Co., Newport News, Va. parrainé par Mme C. Green, épouse du président de la Commission de la ville de Birmingham et commandé le 29 janvier 1943, le capitaine J Wilkes aux commandes.

Après sa croisière shakedown Birmingham a été affecté à la flotte de l'Atlantique. Parti de Norfolk, en Virginie, le 2 juin 1943, il se dirigea vers la Méditerranée et donna un appui-feu lors de l'invasion de la Sicile (10-26 juillet 1943). De retour aux États-Unis le 8 août, il est réaffecté à la flotte du Pacifique et arrive à Pearl Harbor le 6 septembre 1943.

Rejoignant l'écran de la force opérationnelle des porte-avions rapides, il participa aux raids sur Tarawa (18 septembre 1943) et Wake Island (5-6 octobre). Aux Salomon, il participe à l'action au large d'Empress Augusta Bay (8-9 novembre), au cours de laquelle il détruit l'avion japonais qui l'atteint avec deux bombes et une torpille. Le croiseur se retira au Mare Island Navy Yard pour des réparations qui durèrent jusqu'au 18 février 1944, puis rejoignit la flotte du Pacifique.

Affecté à la TF 57, il participe à l'invasion de Saipan (14 juin-4 août 1944) à la bataille de la mer des Philippines (19-20 juin) à l'invasion de Tinian (20 juillet-1er août) à l'invasion de Guam (21 juillet) et Raids des îles Philippines (9-24 septembre). Elle a ensuite servi avec la TF 38 lors du raid d'Okinawa (10 octobre), des raids du nord de Luzon et de Formosa (15 et 18-19 octobre) et de la bataille du golfe de Leyte (24 octobre). Au cours de cette dernière, elle a subi des dommages à la surface dus à des explosions à bord Princeton (CVL-23) tout en essayant courageusement d'aider ce navire sinistré. Birmingham s'est retiré au Mare Island Navy Yard pour des réparations qui ont duré de novembre 1944 à janvier 1945.

Rejoignant la flotte du Pacifique, le croiseur a soutenu les invasions d'Iwo Jima (4-5 mars 1945) et d'Okinawa (25 mars-5 mai). Le 4 mai, après avoir repoussé trois attaques, il a été endommagé une troisième fois lorsqu'un avion suicide japonais l'a frappé vers l'avant. De retour à Pearl Harbor, il subit des réparations entre le 28 mai et le 1 août 1945.

Birmingham a rejoint la 5ème Flotte à Okinawa le 26 août 1945 et en novembre a fumé à Brisbane, Australie. Elle retourna à San Francisco le 22 mars 1946 et y fut retirée du service en réserve le 2 janvier 1947. [Birmingham a été rayé de la liste de la Marine le 1er mars 1959 et vendu le 9 novembre 1959.]

Birmingham a reçu neuf étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale. Transcrit et formaté en HTML par Patrick Clancey


USS Birmingham (CL-62) - Histoire

62 : 10 000 dp 1. 610'1" b. 66'4", dr. 25' B 3S k.,
cpl. 1200 a. 12 6", 12 6" cl. Cleveland)

Le deuxième Birmingham (CI - 62) a été lancé le 20 mars 1942 par Newport News Shipbuilding and Dry Dock Co., Newport News, Virginie, commandité par Mme C. Green, épouse du président de la Birmingham City Commission et mis en service le 29 janvier 1943 , le capitaine J. Wilkes aux commandes.

Après sa croisière d'essai, le Birmingham a été affecté à la flotte de l'Atlantique. Parti de Norfolk, en Virginie, le 2 juin 1943, il se dirigea vers la Méditerranée et donna un appui-feu lors de l'invasion de la Sicile (10-26 juillet 1943). De retour aux États-Unis le 8 août, il est réaffecté à la flotte du Pacifique et arrive à Pearl Harbor le 6 septembre 1943.

Rejoignant l'écran de la task force fast earrier, elle participa aux raids sur Tarawa (18 septembre 1943) et Wake Island (5 octobre). Aux Salomon, il participa à l'action de l'impératrice Augusta Bay (8 novembre), durant laquelle il détruisit l'avion japonais qui l'atteignit avec deux bombes et une torpille. Le croiseur se retira au Mare Island Navy Yard pour des réparations qui durent jusqu'au 18 février 1944, puis rejoignit la flotte du Pacifique.

Affecté à la TF 57, il participe à l'invasion de Saipan (14 juin 4 août 1944) Bataille de la mer des Philippines (19-20 juin) invasion de Tinian (20 juillet 1er août) invasion de Guam (21 juillet) et raids des îles Philippines (

24 septembre). Elle a ensuite servi avec la TF 38 lors du raid d'Okinawa (10 octobre), des raids du nord de Luzon et de Formosa (15 et 18, 19 octobre) et de la bataille du golfe de Leyte (24 octobre). Au cours de cette dernière, il a subi des dommages à la surface dus à l'explosion* à bord du Princeton (CVL 23) alors qu'il tentait courageusement d'aider ce navire de Slrieken. Birmingham se retira au Mare Island Navy Yard pour une réparation qui dura de novembre 1914 à janvier 1945.

Rejoignant la flotte du Pacifique, le croiseur a soutenu les invasions d'Iwo Jima (05 mars 1945) et d'Okinawa (25 mars-6 mai). Le 4 mai, après avoir repoussé trois attaques, il a été endommagé une troisième fois lorsqu'un avion suicide japonais l'a heurté vers l'avant. De retour à Pearl Harbor, il subit des réparations entre le 28 mai et le 1er août 1945.

Birmingham A rejoint la 5ème Flotte à Okinawa le 26 août 1945 et en novembre a fumé à Brisbane, Anstralie. Elle retourna à San Francisco le 22 mars 1946 et y sortit de sa réserve le 2 janvier 1947.


USS Birmingham (CL-62)

O USS Birmingham foi um navio cruzador rápido operado pela Marinha dos Estados Unidos e a sexta embarcação da Classe Cleveland. Sua construção arrive dans la fièvre de 1941 nos estaleiros da Newport News Shipbuilding et lançado ao mar em março de 1942, sendo commissionado em janeiro do an seguinte. [ 1 ] Era armado com uma bateria principal composta por doze canhões de 152 milímetros montados em quattro torres de artilharia triplas, tinha um deslocamento de mais de catorze mil toneladas e conseguia alcançar uma velocidade máxima de 32 nós.

USS Birmingham
Carreira Estados Unidos
Opérateur Marinha dos Estados Unidos
Fabricante Nouvelles de Newport Construction navale
Homonimo Birmingham
Bâtiment de quilha 17 de fièvre de 1941
Lançamento 20 mars 1942
Commissionamento 29 janvier 1943
Descomissionamento 2 janvier 1947
Numéro de registre CL-62
Estado Desmontado
Caractéristiques générales
Type de navigation Cruzador rapide
Cours Cleveland
Deslocamento 14 358 t (carregado)
Maquinário 4 turbines par vapeur
4 caldeiras
Comprimento 185,95 m
Boca 20,22 mètres
calado 7,6 mètres
Propulsão 4 hélices
- 100 000 cv (73 600 kW)
Vélocidade 32,5 nós (60,2 km/h)
Autonomie 11 000 milhas nautiques à 15 nós
(20 000 km à 28 km/h)
Armement 12 cannes de 152 mm
12 cannes de 127 mm
32 cannes de 40 mm
21 cannes de 20 mm
Blindagem Cinturão : 89 à 127 mm
Convés : 51 mm
Torres de artilharia: 38 à 152 mm
Barbetas : 152 mm
Tour de commandement : 57 à 127 mm
Aéronaves 4 hydravions
Tripulação 1 255

Birmingham entrou em serviço no meio da Segunda Guerra Mundial. Ele foi enviado para o Mediterrâneo a fim de apioar a invasão da Sicília e depois foi transferido para a Guerra do Pacífico. O cruzador escoltou porta-aviões e proporcionou suporte nas campanhas das Ilhas Gilbert e Marshall, Ilhas Salomão, Ilhas Marianas e Palau e Filipinas, sendo muito danificado na Batalha do Golfo de Leyte. Foi reparado e deu apoio para comme batalhas de Iwo Jima e Okinawa. Depois do fim da guerra, o Birmingham descomissionado em janeiro de 1947 et desmontado em outubro de 1959. [ 1 ]


Contenu

La Seconde Guerre mondiale

Après sa croisière shakedown, Birmingham a été affecté à la flotte de l'Atlantique. En quittant Norfolk, en Virginie, le 2 juin, il se dirigea vers la Méditerranée et donna un appui-feu lors de l'invasion de la Sicile (10-26 juillet 1943). De retour aux États-Unis le 8 août, il est réaffecté à la Flotte du Pacifique et arrive à Pearl Harbor le 6 septembre.

Rejoignant l'écran de la force opérationnelle des porte-avions rapides, il participa aux raids sur Tarawa (18 septembre 1943) et l'île Wake (5-6 octobre). Aux Salomon, il a participé à la bataille de la baie de l'impératrice Augusta (8-9 novembre), avec ses navires jumeaux Cleveland, Colombie, Montpellier, et Denver. Il s'agissait de la première action majeure du nouveau Clevelandcroiseurs légers de classe -qui entraient dans la flotte. Birmingham Les artilleurs ont abattu au moins quatre avions japonais ennemis. Pendant la journée, des avions japonais frappent Birmingham avec deux bombes et une torpille. Les pertes du navire comprenaient deux tués et 34 blessés. [2] Les coups l'ont tenue à l'écart de la bataille de surface nocturne avec la flotte de la Marine impériale japonaise qui a suivi. Birmingham s'est retiré à Mare Island Navy Yard pour des réparations qui ont duré jusqu'au 18 février 1944, puis elle a rejoint la Flotte du Pacifique.

Affecté à la Task Force 57 (TF 57), il participe à la bataille de Saipan (14 juin – 4 août) à la bataille de la mer des Philippines (19-20 juin) à la bataille de Tinian (20 juillet – 1 août) à la bataille de Guam (21 juillet) et raids sur les îles Philippines (9-24 septembre). Elle a ensuite servi avec la TF 38 lors du raid d'Okinawa (10 octobre), des raids du nord de Luzon et de Formosa (15 octobre et 18-19 octobre) et de la bataille du golfe de Leyte (24 octobre). Au cours de cette dernière, elle a subi d'importants dommages en surface suite à des explosions à bord du porte-avions Princeton tout en essayant courageusement d'aider ce navire sinistré. 239 hommes sont morts, 408 ont été blessés et les corps de quatre n'ont jamais été retrouvés. [3] Birmingham s'est retiré au Mare Island Navy Yard pour des réparations qui ont duré de novembre 1944 à janvier 1945.

En rejoignant la flotte du Pacifique, le croiseur a soutenu la bataille d'Iwo Jima (4-5 mars 1945) et la bataille d'Okinawa (25 mars-5 mai). Le 4 mai, après avoir repoussé trois attaques, il est endommagé une troisième fois lorsqu'un Japonais kamikaze l'avion l'a heurtée vers l'avant. L'explosion qui en a résulté a fait 47 morts, 4 disparus et 81 hommes blessés. [4] En revenant à Pearl Harbor, elle a subi des réparations du 28 mai au 1 août.

Birmingham a rejoint la 5ème Flotte à Okinawa le 26 août et ensuite en novembre a fumé à Brisbane, Australie. Il est retourné à San Francisco le 22 mars 1946 et a été mis hors service et mis en réserve là-bas le 2 janvier 1947. Il a ensuite été rayé du Naval Vessel Register le 1er mars 1959, puis démoli à Long Beach, en Californie.


Missions de combat de 1943 à 1945

Les USS Birmingham participa à l'opération Husky, l'invasion alliée de la Sicile, du 10 au 26 juillet 1943, fournissant un appui-feu avec ses canons. Sa première mission de combat dans le Pacifique a lieu le 18 septembre 1943, lorsque l'atoll de Tarawa est bombardé. Huit autres missions de combat ont suivi. Le navire a été touché par deux bombes et une torpille lors de la bataille navale à Kaiserin Augusta Bay dans la nuit du 1er novembre. Deux marins ont été tués et 34 blessés.

Dans le cadre de Groupe de travail 58 , il participa à la bataille décisive en mer des Philippines du 19 au 21 juin, au cours de laquelle trois porte-avions japonais furent coulés. Le navire s'est rendu aux îles Mariannes et a participé à la bataille des îles Mariannes. Le navire a bombardé les positions ennemies pendant la bataille de Saipan, la bataille de Tinian et la bataille de Guam.

Lors de la bataille navale et aérienne dans le golfe de Leyte le 24 octobre 1944, le navire a subi d'importants dommages au sommet à la suite d'explosions à bord du porte-avions USS Princeton (CVL-23) alors que l'équipage tentait de tomber d'un 227 kg de bombe lorsque le pont arrière du porte-avions a été déchiré par l'explosion de son propre dépôt de bombes d'avion. La superstructure du USS Birmingham a été gravement endommagé par la pluie éclatée et l'onde de pression des bombes aériennes qui explosent USS Princeton . De l'équipage de Birmingham, 239 hommes sont morts et 408 ont été blessés. Quatre corps n'ont jamais été retrouvés. La superstructure avant du croiseur a été gravement endommagée. L'onde de choc avait projeté deux canons antiaériens de 5 pouces, deux de 40 mm et deux de 20 mm du navire. Le croiseur a été réparé sur le quai du Mare Island Navy Yard en janvier 1945 . Le porte-avions en feu lui-même n'a pas pu être sauvé et a été coulé après l'évacuation de l'équipage des navires américains.

Au cours de la bataille d'Okinawa, le navire a été attaqué à trois reprises par des avions le 4 mai 1945. La troisième fois, le navire a été gravement endommagé lorsqu'un avion kamikaze japonais a heurté le front. L'explosion qui en a résulté a tué 47 marins et en a blessé 81, et quatre marins sont portés disparus.

Les USS Birmingham a reçu un total de neuf Battle Stars pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.


Le côté japonais

Yamato, Musashi & Nagato à Brunei, octobre 1944

La flotte japonaise quitte Brunei, le 22 octobre 1944 [Via]

cuirassé japonais Musashi quittant Brunei en 1944 pour la bataille du golfe de Leyte [Via]

Zuiho pendant la bataille du golfe de Leyte [Via]

Bataille de la mer de Sibuyan, 24 octobre 1944 Cuirassé japonais Yamato est touchée par une bombe près de sa tourelle avant de 460 mm, lors d'attaques d'avions porteurs américains alors qu'elle transitait par la mer de Sibuyan. Ce coup n'a pas causé de dommages sérieux. [Passant par]

Navires de guerre japonais sous attaque aérienne, bataille de la mer de Sibuyan, 24 octobre 1944 [Via]

Croiseur lourd japonais tirant sur des avions attaquants, pendant la bataille de la mer de Sibuyan [Via]

Les porte-avions japonais Zuikaku, à gauche, et (probablement) Zuihō sont attaqués par des bombardiers en piqué au début de la bataille au large du cap Engaño [Via]

Zuikaku et Ise attaqué [Via]

Oyodo aux côtés du Zuikaku pour la passation de commandement [Via]

L'équipage du Zuikaku salue alors que le drapeau est abaissé, et elle cesse d'être le vaisseau amiral de la marine impériale japonaise [Via]

L'équipage de Zuikaku larguant des explosifs, 25 octobre 1944 [Via]

Le cuirassé Musashi sous le feu octobre 1944 [Via]

Fuso et Mogami sous attaque aérienne [Via]

Page suivante : Le côté américain

Côté américain

Le porte-avions de la marine américaine USS Intrépide (CV-11) engagés dans des opérations de vol comme vu de la banquette arrière d'un Curtiss SB2C Helldiver pendant la bataille du golfe de Leyte. Un autre SB2C de l'escadron de bombardement VB-18 est lancé depuis le porte-avions. Remarquez le cuirassé au loin. [Passant par]

Le transporteur d'escorte américain Baie de l'USS Kitkun (CVE-71) se prépare à lancer Grumman FM-2 Chat sauvage chasseurs de l'escadron composite VC-5 au cours de la Bataille de Samar le 25 octobre 1944. L'avion visible à gauche est un Grumman TBF Vengeur. Au loin, des obus japonais éclaboussent près du USS White Plains (CVE-66). [Passant par]

Un Curtiss SB2C-3 de la marine américaine Helldiver de Bombing Squadron 18 (VB-18) “Sunday Punchers” est manœuvré en position à bord du porte-avions USS Intrépide (CV-11) au retour d'une mission de combat pendant la bataille du golfe de Leyte. L'avion a subi des dommages de combat sur la queue du feu antiaérien japonais. Remarque croix sur la queue de Helldiver, le symbole de Intrépide avion. VB-18 exploité à partir de Intrépide pendant la période août-novembre 1944. [Via]

Le destroyer de la marine américaine USS Cowell (DD-547) renvoie un pilote à son porte-avions, après l'avoir secouru pendant la bataille du golfe de Leyte. La photo est datée du 28 octobre 1944, quelques jours après la bataille. Le transporteur peut être USS Intrépide (CV-11). [Passant par]

L'US Navy Task Group 38.4 attaqué par des avions japonais pendant la bataille du golfe de Leyte en octobre 1944. Visible sont le porte-avions USS Entreprise (CV-6) et un Indépendance-classe porte-avions léger (à droite), soit USS Bois Belleau (CVL-24) ou USS San Jacinto (CVL-30). [Passant par]

Le porte-avions léger Princeton en feu, à l'est de Luzon, le 24 octobre 1944. [Via]

L'USS Reno combat les incendies sur l'USS Princeton, le 24 octobre 1944 [Via]

Le porte-avions léger Princeton en feu, à l'est de Luzon, le 24 octobre 1944. [Via]

Le porte-avions léger USS Princeton explose à 15 h 23 le 24 octobre 1944 après avoir été bombardé par un avion japonais lors de la bataille du golfe de Leyte. Le croiseur léger USS Birmingham (CL-62) est visible de ce côté du Princeton. Birmingham a été sérieusement endommagé dans l'explosion, qui a fait plus de trois cents victimes à bord du croiseur. [Passant par]

Le porte-avions d'escorte USS ‘St. Lo’ (CVE-63) explose au large de Samar après avoir été touché par un avion Kamikaze, le 25 octobre 1944 [Via]

Une marine américaine non identifiée Sangamon-classe porte-avions d'escorte (soit USS Sangamon, USS Santé ou USS Suwannee) attaqué par des avions japonais lors de la bataille du golfe de Leyte. [Passant par]

Un croiseur japonais, à l'horizon, chevauche un porte-avions d'escorte américain avec des coups de feu pendant la bataille du golfe de Leyte. [Passant par]

Le porte-avions d'escorte USS Gambier Bay a été coulé par des tirs japonais lors de l'engagement au large de Samar, le seul porte-avions américain à avoir été coulé de cette façon pendant la Seconde Guerre mondiale. [Passant par]

Des avions porte-avions orphelins ont cherché refuge à l'aérodrome de Dulag, Leyte, lorsque leurs porte-avions ont été coulés ou endommagés lors de la bataille du golfe de Leyte, le 25 octobre 1944. [Via]


“Nos navires en acier sont également desservis par des hommes de fer”

Les USS Birmingham (CL-62) était un croiseur léger de classe Cleveland qui a combattu en Méditerranée et dans le Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale. En plus de 24 gros canons et d'un équipage de 1 200 hommes, le "Mighty B" portait avec lui les vœux et la ferveur patriotique des citoyens industrieux de Birmingham.

Hattie Green, la première dame du maire Cooper Green, s'est rendue à Newport News, en Virginie, pour baptiser le Birmingham’s arc le 29 janvier 1943. Au cours des 28 mois suivants, le CL-62 a combattu sur deux théâtres de guerre, subissant des dégâts de torpilles, de bombes aériennes, d'explosions à proximité et d'une attaque kamikaze. Les citoyens locaux ont été tenus au courant de la carrière mouvementée du navire dans des dépêches imprimées dans le Nouvelles de Birmingham et Birmingham Age-Herald.

Après une “shakedown cruise”, le Birmingham, sous le commandement de John Wilkes, a navigué jusqu'en Méditerranée pour fournir un soutien de canon à longue portée lors de l'opération Husky, l'invasion de la Sicile par les Marines américains. Au cours de cette invasion, le commandement du général Patton avança au-delà de son train de ravitaillement. Les Birmingham répondu à l'appel de fournitures et livré 2 000 sandwichs SPAM™ aux quartiers-maîtres de l'armée à terre via une baleinière.

Sa mission européenne terminée, le Birmingham est revenu de l'autre côté de l'Atlantique, a navigué sur le canal de Panama et, sous le commandement de son nouveau capitaine, Thomas Inglis, s'est dirigé vers Pearl Harbor pour rejoindre la flotte du Pacifique. Elle a été affectée à une force opérationnelle de porte-avions qui a aidé aux raids sur Tarawa, l'île de Wake et la bataille de la baie de l'impératrice Augusta.

Un soir d'orage alors que le Birmingham fournissait des tirs de couverture pour une force de débarquement des Marines, elle a été attaquée par des chasseurs ennemis. Les artilleurs sur le Birmingham a abattu quelques embarcations ennemies et n'a subi que des pertes minimes, mais le navire a été endommagé par deux torpilles et une bombe larguée. Le lendemain matin, le Birmingham a commencé une randonnée de 5 000 milles vers la Californie pour des réparations. Pendant le voyage, un évent de pont a été ouvert pour relâcher la pression de l'eau entrant dans les trous de torpille. Le geyser résultant a été surnommé "Old Faithful" par l'équipage.

Le rafistolé Birmingham a ensuite participé aux batailles de Saipan, de la mer des Philippines, de Tinian, de Guam et des raids sur les îles des Philippines en septembre 1944. Elle a rejoint les raids d'Okinawa, Luzon et Formosa en octobre et a participé à la bataille du golfe de Leyte le 24 octobre.

Les membres d'équipage combattent les incendies sur le pont de l'USS Princeton

Au cours de cette dernière bataille, le Birmingham et trois destroyers ont quitté la flotte pour aider le porte-avions paralysé USS Princeton. Les Birmingham tiré le long du porte-avions pour diriger les tuyaux vers les feux de pont. Avant qu'il ne puisse être éteint, le dernier incendie a atteint le chargeur du porte-avions. L'explosion a traversé le plus gros navire et des éclats d'obus ont déchiré le côté du Birmingham, tuant instantanément 229 membres d'équipage et en blessant 420 autres. Les cérémonies pour les morts enterrés en mer duraient des heures. Le capitaine Inglis a félicité ses hommes pour ne pas être la proie de la « confusion ou de l'hystérie » et pour leur « dévouement désintéressé au devoir, au navire et aux camarades de bord. sont servis par des hommes de fer.”

De retour à Mare Island pour des réparations, le Birmingham était hors service pendant les vacances et a rejoint la flotte du Pacifique en janvier 1945. Le croiseur a soutenu les batailles d'Iwo Jima et d'Okinawa. Un jour, malgré l'éjection du pilote, un avion kamikaze japonais solitaire, chargé d'une bombe de 500 livres, réussit à atteindre le pont tribord. Cinquante membres d'équipage ont été tués dans l'explosion. Le navire est retourné à Pearl Harbor en boitant et revenait tout juste au service de la 5e flotte lorsque la nouvelle de la capitulation du Japon est arrivée.

Les Birmingham, décrit comme l'un des navires les plus combattants de la marine, a reçu huit étoiles de bataille pour son service au combat. Il fut gardé en réserve à San Diego pendant 12 ans avant d'être finalement vendu à la ferraille en 1959. Les membres d'équipage survivants du Birmingham se réunissent encore pour une réunion annuelle. Le modèle de ligne de flottaison de 8 pieds de long au Birmingham History Center est prêté par la marine américaine. Le modèle est installé dans une vitrine d'exposition conçue sur mesure avec des artefacts et des affichages d'information connexes.


L'USS Princeton perdu dans une explosion massive

La fumée monte après une explosion massive dans le pont du hangar de Princeton’s, peu de temps après qu'elle a été touchée par une bombe japonaise alors qu'elle opérait au large des Philippines le 24 octobre 1944. Un destroyer est visible à droite. De la fumée s'échappe d'une explosion dans le pont du hangar de Princeton à 1000,5 heures. le 24 octobre 1944, peu de temps après avoir été touché par une bombe japonaise alors qu'il opérait au large des Philippines. Photographié à partir de l'USS South Dakota (BB-57). L'USS Princeton (CVL-23) brûle, mais toujours en cours, environ vingt minutes après avoir été touché par une attaque aérienne japonaise, le 24 octobre 1944. Photographié depuis l'USS South Dakota (BB-57).

Dans ce que certains considèrent comme le plus grand engagement naval de l'histoire, certainement pendant la Seconde Guerre mondiale, les 3e et 7e flottes américaines se sont affrontées avec la marine impériale japonaise au large des Philippines entre le 23 et le 26 octobre lors de la bataille du golfe de Leyte. L'US Navy était là pour apporter son soutien à l'invasion des Philippines.

Le golfe de Leyte consistait en une série d'engagements, dont chacun serait considéré comme une bataille navale importante. Le 24 octobre a vu la bataille de la mer de Sibuyan, au cours de laquelle des avions américains ont bombardé et coulé le Musashi, l'un des plus grands cuirassés jamais construits.

Les avions américains basés sur des porte-avions ont largement réussi à empêcher les avions japonais d'atteindre leurs propres navires. Cependant, il n'aurait fallu qu'un seul avion pour traverser l'écran et causer de graves dommages.

Henry Popham était à bord de l'USS Birmingham et avait une vue complète des événements après avoir terminé son quart de travail dans la salle des machines :

Le 24 octobre s'est levé avec des nuages ​​fragmentés et des rafales occasionnelles, mais la visibilité était bonne, permettant la poursuite des frappes aériennes à l'appui des opérations terrestres sur l'île de Leyte. La journée a commencé avant le lever du soleil, avec le son des quartiers généraux pour tous les navires de la Force opérationnelle 38.

Pour commencer la journée, Princeton a fourni 20 avions de combat à la bataille aérienne au-dessus du golfe de Leyte. The first wave of 40 to 50 Japanese planes was intercepted and their attack broken up with many enemy losses. A second group of about 30 enemy aircraft quickly took to the air.

Out of the two waves, Princeton’s planes alone shot down 34 enemy aircraft with a loss of only one. Pilots became aces in a matter of minutes. The planes returned to the carrier for refueling and arming in preparation for an airstrike against a Japanese force of four battleships, eight cruisers and 13 destroyers southeast of the island of Mindoro.

At 9:12 a.m., USS Essex reported a possible bandit plus a friendly aircraft about six miles away. No other unidentifieds were within a radius of 25 miles.

At 9:38 a.m., a single Judy was sighted by Princeton’s lookouts, diving on their vessel from out of the low cloud cover ahead of the ship. The plane immediately came under fire from the forward 20mm and 40mm batteries, and the helm was put over to port in an evasion attempt. The Judy dropped two bombs. One missed Princeton and fell harmlessly into the sea. The other 550-pound bomb fell almost in the center of Princeton’s deck, causing jarring on the bridge and a dull thud in central station. Black smoke issued from the hole in the flight deck, the forward elevator and every access trunk to the hangar aft of the island. Ed Butler, a radarman, said, “I saw him [the Japanese pilot] high-tailing it away from our stern, trailing smoke.”

Pete Callan, one of the crew who had refueled and armed the torpedo planes, says he heard machine-gun fire at a more rapid rate than any of the guns aboard Princeton were capable of. He heard bullets striking the wooden planking of the flight deck.

Fifty years later, Pete told me, “The Japanese pilot utilized the striking bullets to guide his aim by stitching the deck and the surrounding water, then making the appropriate corrections to his bombing run.” The bomb passed through the flight deck, leaving a small jagged hole about 15 inches in diameter, continuing downward and severing the main gasoline line used to fuel the planes. The bomb then passed through an auxiliary drop tank under one wing of Lieutenant Tom Mooney’s torpedo plane parked in the hangar. The bomb continued on its path, piercing the hangar deck and detonating in the crew’s galley on the second deck. The bomb blew a hole through the second deck into the third, above the after engine room.

Structural damage was relatively minor, but a raging gasoline fire flared up in the wreckage of Mooney’s plane and spread rapidly to the other five planes parked there. The quantity of gasoline dumped onto the hangar deck from the severed gasoline main is unknown, but those six fully fueled planes had held more than 2,500 gallons of high-test aviation gasoline. The bomb had created a 5-foot indentation around the small 15-inch hole, which acted as a funnel for the gasoline spilling onto the hangar deck, directing it into the lower decks where the fire raged. Within seconds of the explosion there were fires on the third deck over the after engine room, on the second deck, and in the hangar. Billowing black smoke from burning gasoline poured from every opening in the lower decks.

Less than 10 minutes after the bomb was dropped, the firefighting sprinkler system was completely disabled. Within the same short timespan, the main engines lost almost all power, which first slowed Princeton, then brought her to a halt and turned her into a drifting, burning hulk.

Nearly 90 minutes after the bomb hit, Birmingham was ordered to fall out of formation and assume command of the firefighting operations.

Princeton’s port forward area, as seen from USS Birmingham (CL-62) during attempts to control her fires during the afternoon of 24 October. She had been hit by a Japanese air attack while operating off the Philippines. Note damage to Princeton’s 40mm gun position and catwalk, caused by Birmingham’s Number Two 6″/47 gun turret as the two ships grind together. Also note flight deck tractor partially hung up on Princeton’s deck edge, F6F and TBM airplanes parked forward, floater nets and life rafts on Birmingham’s gun turret.

To be effective, Birmingham had to stay in direct contact so firefighters could move from ship to ship. To stay in physical contact, Birmingham deliberately crowded Princeton. Princeton’s anti-torpedo blisters on both sides below her waterline amidships effectively limited the approach of any supporting ships to the bow or stern areas.

After an extended all-night shift belowdecks making repairs in the after engine room of Birmingham, I was relieved from duty. I went above with Vernon Trevethan and George Thompson. No longer serving under general quarters, we were off duty and sightseeing.

George, Vernon and I headed for the open bridge above the starboard flying bridge. We wanted to observe the firefighting efforts on Princeton but still stay out of the way. Clearly, Birmingham’s starboard side and Princeton’s port side were severely damaged by the grinding impacts that ensued during Birmingham’s attempt to maneuver to the advantage of the firefighters aboard both ships.

View from the foredeck on USS Birmingham (CL-62) as she stood alongside Princeton to help fight her fires, during the afternoon of 24 October. The carrier had been hit by a Japanese air attack while operating off the Philippines. Note fire hoses on Birmingham’s deck and details of the underside of her Number Two 6″/47 gun turret.

Damaged by the constant collisions between the two vessels, a hatch door was ripped from Princeton’s hull, exposing the interior of what appeared to be a companionway. Today the memory of what I saw scares me. Then, however, I was only 23 and not easily intimidated by potential danger. What I saw was a row of bombs standing upright. If memory has not failed me, those bombs were in the neighborhood of 5 feet tall and 12 inches in diameter.

Firefighters on Birmingham were directing streams of water onto those bombs, causing them to sizzle like a hot frying pan when water is sprinkled onto its surface. This effort by Birmingham’s crew to cool down the bombs with fire hoses was desperately hampered because of the narrow quarters and the constant rolling of the ships. The bombs were hissing and generating clouds of steam. My buddies and I watched this activity from our vantage point less than 20 feet away from the nearest bomb. Birmingham’s skipper, Captain Thomas Inglis, was just below us on the flying bridge, directing the entire operation. The grim expression on his face indicated his deep concern at the stress of the situation.

At around 1:32 p.m., Birmingham sounded general quarters as she pulled clear of Princeton due to threats of air and submarine attacks.

About 90 minutes later, general quarters ended with the all clear. Again Birmingham moved alongside Princeton. My little group reconvened. Now we perched on the after mushroom ventilator, between the No. 3 and No. 4 turrets, intently watching the activities on Princeton. Birmingham prepared to rig for towing.

From an estimated distance of 50 to 75 yards, absolutely no smoke or fires were observed, only patches of foglike vapors coming from the numerous openings in Princeton’s flight deck. Princeton appeared to be serenely drifting with the current. It appeared as if the fires had gone out on their own. Our little group on Birmingham figured the excitement was all over. The fires aboard Princeton had been extinguished.

The ships were still separated by about 50 feet when sailors shot their messenger lines across in order to secure a spring line between the two ships. George, on my right, suddenly exclaimed, “Look at that flame!” We saw a single tongue of flame shoot out from the area of the after elevator, followed by an enormous puff of white smoke like a billowy cumulus cloud. To our horror, a slender column of pale orange-colored smoke shot several hundred feet straight up. All hell broke loose with an enormous eruption. One hundred and thirty feet of Princeton’s stern blew off, as well as 180 feet of her flight deck.

As a high-speed shock wave headed my way, my reflexes took over. I threw myself backward before the concussion could hit me head on. This reflex action undoubtedly saved my life. Still, the force of the shock wave tumbled me backward 30 or 40 feet and about 10 feet into the air before dropping me on the deck. The shock wave hit me a split second before the thunder of the explosion reached my ears.

Heavy explosion aft on USS Princeton (CVL-23), with USS Birmingham (CL-62) alongside, 24 October 1944. USS Birmingham (CL-62), at left, and a destroyer pull away from USS Princeton (CVL-23) following the big explosion that destroyed the carrier’s stern at about 1523 hrs. on 24 October 1944. This blast killed over two hundred men aboard Birmingham, which was alongside Princeton fighting fires. Note the light smoke over Birmingham’s midships and stern areas. Princeton’s stern, and a good deal of her after superstructure, has been blown off.

While I was tumbling, I was aware that Vernon, my best friend, was also somersaulting. I saw him land on his feet andrun around the barbett of No. 3 turret to disappear from my sight. Some time later, I learned he had dropped dead on the other side of the turret.

I was stunned momentarily, yet at the same time my senses were heightened. When the roar of the explosion abated, I became aware of an ear-splitting silence that seemed to last for an eternity and was almost painful to my ears. The deafening hush was finally brought to an end by the sound of burning hot shrapnel raining down all around me. The shrapnel was burning through my clothes in what seemed to be hundreds of places.

I had to get out from under that shower of hot steel. When I glanced down I saw that my right knee was mangled, so I thought I would get up on my left leg and hop to the overhanging No. 4 turret. But my left leg would not support me because it was broken. I tried to crawl on my belly, but the pea-sized, gravel-like bits of Princeton on the deck painfully burned my hands and forearms as well as the nape of my neck. All I could do was roll around on the deck, trying to escape the searing pain.

Finally, the shrapnel stopped falling and the pieces of steel cooled. I collected myself enough to look around at hundreds of dead or unconscious bodies. Out of maybe 300 crew members on the after starboard deck of Birmingham, there was only one person other than myself who was conscious. There was no moaning, only an eerie quiet.

108 men died on the Princeton but casualties were ben heavier on the Birmingham, 233 dead and 426 wounded. Read the whole account at History Net

Contemporary British newsreel of the battle including footage of the plane that bombed the USS Princeton being shot down:

USS Princeton (CVL-23) blows up after being torpedoed by USS Reno (CL-96) on 24 October 1944. Princeton had been fatally damaged by Japanese air attack earlier in the day, and was scuttled by torpedoing to permit U.S. forces to clear the area.


The table below contains the names of sailors who served aboard the USS Birmingham (CL 62). Please keep in mind that this list does only include records of people who submitted their information for publication on this website. If you also served aboard and you remember one of the people below you can click on the name to send an email to the respective sailor. Would you like to have such a crew list on your website?

Looking for US Navy memorabilia? Try the Ship's Store.

There are 65 crew members registered for the USS Birmingham (CL 62).

Select the period (starting by the reporting year): precomm &ndash 1943 | 1944 &ndash now

NomRank/RatePériodeDivisionRemarks/Photo
Crawley, HubertSEAMAN 2ND CLASS1944 &ndash May 1945 This was my father who passed away in 1988. He was wounded at Okinawa by a kamakazi attack in may of 45
Gillcrist, JohnENSIGN1944 &ndash 1946D'abordThis is my Dad who passed away in 1988. Never talked much about these things so any illumination would be dearly appreciated. When he arrived? Any stories? Liberty? Letters he wrote home gave birth to more questions than answers.
Postle, Lewis W Jr 1944 &ndash Oct 24, 1944 This is my uncle who died on 10/24/44 the story my grandmother told me about a ship my uncle was on and it pulled up to another ship that was on fire I think this may be the Birmingham He is buried in manilia well has a white cross
Howard, EdwinCL_621944 &ndash
Harold, Wrightgun1944 &ndash 1945n / A
Tate, ManleyRadarman 3rd Class1944 &ndash 1945électriqueThis was my father who passed away Feb 1, 2002. He had fond memories of his naval days, even though it was a time of conflict. Just glad he wasn't on the Indianapolis on its run from Tinian like he almost was.
Loomer, FenFC 3C1944 &ndash 1946Fire ControlI played in the ship's swing band
Mason, Roy Glenn2C1944 &ndash Apr 12, 1946la communication
Wilczynski, Ted seaman 2nd class1944 &ndash Oct 24, 1944b24My uncle,Tadeusz Wilczynski was a 20 year old seaman on the Birmingham who lost his life in the explosion of the Princeton 10/24/1944 during the battle of Leyte Gulf. Is there anyone still around who might remember him?
Platt, JohnfilsJan 1, 1944 &ndash Jan 1, 1946uss birminghamMy father John W Platt, Boston MA, served on Birmingham during WW2. Please contcact if you remember him. Thanks JP
Skovgaard, StevenGM-2Jan 5, 1944 &ndash May 20, 1944GuneryFred (Fritzy) Wollerman This was my uncle who died when the Princeton blew up next to the Birmingham inཨ. I'd like to know if anyone remembers him. He was GM-2. Would like a ships patch to put by his picture.
Miller, Robert WilliamFire Controlman 3rd ClassFeb 18, 1944 &ndash Oct 24, 1944U.S.S Birmingham
Ursic, Anthony "tony"ENSIGNMay 1944 &ndash Jul 1946GUNNERY OFFICERALSO ASSIGNED AS RECREATION OFFICER ALONG WITH ENS. CHUCK COMSTOCK. WE TWO ARRANGED FOR THE COLD BEER ON THE PIER IN PORT IN AUSTRAILIA.FOR THE THIRSTY CREW..BEING A LOUSY PIANO PLAYER, I ENJOYED BEING WITH THE CL-62 DANCE BAND.
Moll, HermanWT2CMay 1, 1944 &ndash May 6, 1946B Division After Fire RoomIt was really hot in the the after fire room. I went on an honor flight to see the WW2 memorial 5-31-10 and I recomend it if you get the chance. I also made it to the Birmingham reunion in Richmond Virginia 8-25-11
Wilson, Joseph (Joe)Gunnersmate 3rdJun 1, 1944 &ndash Apr 2, 19466 Division 40 mm Gun GangeI went aboard the USS Birmingham CL 62, the first week of June 1944 before the invasion of Saipan. I received the Purple Heart, The Navy Unit Commendation & 6 Battle Stars. I was always proud I served on the "Mighty B".
Gardner, JohnSeaman 2ond classOct 1944 &ndash May 19461rst division83 yrs old, still spry. Planning on going to the 2009 ship reunion.
Fritz, TheodoreF2c(WT)Dec 12, 1944 &ndash 1946B-DIVTheodore Fritz was my grandfather. I inherited a scrapbook he kept of his time on the USS Birmingham (CL-62) and I'd love to connect with former crew members or their families and share stories, photos, etc.
Grant, Joseph 1945 &ndash My grandfather. Died long before I arrived. Have a few pictures, a few stories, and a boomerang with RAAF emblem, signed by what appears to be an entire RAAF fighter squadron. Would really like to know more about this.

Select the period (starting by the reporting year): precomm &ndash 1943 | 1944 &ndash now


Voir la vidéo: SILENT WWII film, USS BIRMINGHAM TAKES ON AMMUNITION; BOMBARDMENT OF TINIAN 1944 Part 2 (Janvier 2022).