Podcasts sur l'histoire

Shirley Temple reçoit 50 000 $ par film

Shirley Temple reçoit 50 000 $ par film

Le 27 février 1936, Shirley Temple reçoit un nouveau contrat de la 20th Century Fox qui versera 50 000 $ par film à la star de sept ans.

Temple est né en 1928 à Santa Monica, en Californie, et a commencé à apparaître dans une série de courts métrages usurpant les films actuels, intitulée Bébé Burlesks, à l'âge de quatre ans. À six ans, elle a attiré l'attention avec son numéro de chanson et de danse complexe "Baby Take a Bow", interprété avec James Dunn, dans le film de 1934 Lève-toi et encourage. Sur la base du succès du film, la 20th Century Fox a signé un contrat de sept ans avec la petite Shirley.

Elle apparaîtrait dans une série de films cette année-là et la suivante, y compris Petite Miss Marqueur, Changement de cœur, Yeux pétillants (qui présentait l'une de ses chansons les plus célèbres, l'air plein d'entrain « On the Good Ship Lollipop »), et Haut bouclé. Au plus profond de la Grande Dépression, les films de Temple offraient un univers alternatif joyeux au public souffrant des effets du chômage généralisé et des difficultés économiques générales.

Sachant qu'ils avaient une vache à lait entre les mains, la 20th Century Fox a affiné les termes du contrat de Temple en 1936, lui versant la somme sans précédent de 50 000 $ par photo. Ils ont également modifié l'année de son acte de naissance, donnant l'impression qu'elle avait un an de moins que lui afin de prolonger son adorable statut d'enfant star. En 1938, Temple était le numéro 1 du box-office américain. Le public l'aimait et elle éclipsait régulièrement ses homologues adultes sur grand écran. Au cours des années 1930, le succès au box-office de ses plus de 40 films, dont Pauvre petite fille riche, Wee Willie Winkie, Heidi et Rebecca de la ferme Sunnybrook, a beaucoup contribué à aider Fox à surmonter la dépression.

La carrière de Temple a commencé à s'essouffler à l'adolescence, et ses films ultérieurs ont rencontré de moins en moins de succès auprès du public. En 1950, elle s'est retirée du cinéma, bien qu'elle ait narré la série télévisée Le livre de contes de Shirley Temple de 1957 à 1959. Toujours en 1950, elle épousa l'officier de marine Charles Black, changeant son nom en Shirley Temple Black. (Elle avait déjà été mariée à Jack Agar ; ils se sont mariés quand elle avait 17 ans et ont divorcé après avoir eu un enfant, Linda.) Avec Black, elle a eu deux autres enfants, Charles Jr. et Lori.

Quelque 20 ans après avoir pris sa retraite d'Hollywood, Temple Black s'est lancé dans une carrière politique, se présentant comme candidat républicain à un siège au Congrès à San Mateo, en Californie, en 1967 et se classant deuxième sur 14 candidats. L'année suivante, le président Richard Nixon la nomma ambassadrice auprès des Nations Unies ; elle a travaillé pour le département d'État aux États-Unis et à l'étranger pendant plus de deux décennies. Elle a été la première femme à occuper le poste de chef du protocole, un poste qu'elle a occupé pendant 11 ans sous le président Gerald R. Ford et le président George H.W. Bush l'a nommée ambassadrice en Tchécoslovaquie en 1989 ; à la fin de son mandat en 1993, elle était devenue la République tchèque.

Temple Black a publié son autobiographie, Enfant étoile, en 1988. Elle a siégé à l'Institut d'études internationales. L'ancienne enfant star est également devenue porte-parole de la sensibilisation au cancer du sein après avoir découvert une masse maligne dans son sein en 1972 et subi une simple mastectomie. En 1999, lors d'un événement organisé par le président de l'époque Bill Clinton et son épouse, Hillary, Temple Black a reçu une médaille du Kennedy Center pour l'ensemble de ses réalisations aux États-Unis et dans le monde.

Le 10 février 2014, Temple est décédée à son domicile de Woodside, en Californie, à l'âge de 85 ans.

LIRE LA SUITE: 7 faits sur Shirley Temple


Comment Shirley Temple a-t-elle été découverte ?

Temple était née à un banquier et à une femme au foyer avec deux enfants plus âgés, le 23 avril 1928, à Santa Monica, en Californie. Lorsque Temple n'avait que 3 ans, elle a décroché un contrat avec Educational Pictures, faisant sa débuts d'acteur dans une série de films à petit budget surnommés "Baby Burlesques".

On peut aussi se demander combien a gagné Shirley Temple ? En ce jour de 1936, Temple de Shirley reçoit un nouveau contrat de la 20th Century Fox qui paiera à la star de sept ans 50 000 $ par film. Temple est né en 1928 à Santa Monica, en Californie, et a commencé à apparaître dans une série de courts métrages usurpant des films actuels, appelés Baby Burlesks, à l'âge de quatre ans.

De cette façon, comment Shirley Temple a-t-elle appris à danser ?

Shirley commencé à danser cours à l'âge de trois ans. Un éclaireur d'Hollywood l'a repérée au Danse studio et l'a embauchée avec d'autres enfants pour jouer dans une série de films à une bobine intitulée Baby Burlesks.


Shirley Temple reçoit 50 000 $ par film - HISTOIRE

La domination du système de studio :

L'industrie cinématographique américaine était dominée par cinq grands studios de style corporatif dans les années 1930 (et jusque dans les années 40). Certains d'entre eux s'étaient à l'origine rebellés contre le MPPA (Société de brevets cinématographiques) - voir leur évolution dans les sections précédentes. Les studios d'Hollywood avec leurs "usines à rêves" d'évasion et leur chef de studio "Front Office", chef de production, producteurs et autres assistants, étaient totalement sous contrôle et à pleine puissance. Ils ont exercé leur influence sur le choix des films, les budgets, la sélection du personnel et des scénarios, les acteurs, les scénaristes et les réalisateurs, le montage, la musique et la publicité :

  • Renard du 20e siècle (formé en 1935 de la fusion de Twentieth Century Pictures, fondée par Joseph Schenk, et de la Fox Film Corporation)
  • MGM (Métro-Goldwyn-Mayer) (dirigé par Louis B. Mayer)
  • Primordial
  • Warner Bros.
  • Radio RKO

Trois autres studios mineurs suivaient de près :

  • Colombie (dirigé par Harry Cohn à partir de 1932)
  • Universel
  • Artistes unis

Photos de la République (fondée en 1935) et Monogram ont été relégués au statut d'image B, et Disney était un studio spécialisé dans l'animation. [Les logos stylisés de certains studios sont restés similaires pendant de nombreuses décennies : Warners (bouclier), Universal (globe) et Fox (projecteurs).]

La plupart des chefs de studio de la fin des années 20 et 30 se sont appuyés sur leurs chefs de production pour les décisions d'histoire : « Boy Wonder » Irving Thalberg (d'abord chez Universal, puis MGM), David O. Selznick (RKO, MGM) et Darryl Zanuck (Fox). Jusqu'à sa mort en 1936, Irving Thalberg, directeur de production et magnat de la production, était responsable de films prestigieux, prestigieux et primés pour le meilleur film, qui ont servi de véhicules vedettes, par exemple, Grand Hôtel (1932), Mutinerie du Bounty (1935), et Le Grand Ziegfeld (1936). Cependant, Thalberg, à la poigne de fer et à l'entêtement, était connu pour ses affrontements avec l'extravagant acteur-réalisateur de cinéma muet Erich von Stroheim à propos de ses films, tels que Femmes folles (1922) et Carrousel (1923).

Le début du déclin du système des grands studios à la fin des années 30 a été signalé par divers producteurs agressifs qui se sont séparés et sont devenus indépendants. Par exemple, David Selznick a démissionné de MGM en 1935 et a créé sa propre société indépendante - Photos de Selznick International. En tant que producteur indépendant, David O. Selznick a servi d'industrie cinématographique "à un seul homme" avec une autorité et un pouvoir énormes sur la sélection des stars et les décisions des réalisateurs. Leur première production cinématographique, une adaptation de Le petit seigneur Fauntleroy (1936), a joué Freddie Bartholomew.

Le plus rentable Autant en emporte le vent (1939) était le film le plus cher de la décennie avec 4,25 millions de dollars. C'était aussi le plus grand triomphe de Selznick (et après le succès du film, il a passé le reste de sa vie à tenter de répéter l'exploit), remportant un record de huit Oscars. Il a acheté les droits cinématographiques du roman à succès de l'auteure pour la première fois Margaret Mitchell pour 50 000 $ (un coût astronomique et sans précédent à l'époque), a jeté les étoiles pour le film (en jouant sur Vivien Leigh dans le rôle de la fougueuse Scarlett O'Hara), est entré en conflit avec le réalisateur George Cukor et l'a intimidé et l'a finalement licencié, et a insisté pour utiliser les mots audacieux de l'adieu de Rhett Butler ("Franchement, mon cher, je m'en fous") au mépris du bureau Hays - il aurait été condamné à une amende de 5 000 $ pour en utilisant le mot "putain". MGM sort le film (et reçoit la moitié des bénéfices). Le film était mémorable en ce que Hattie McDaniel est devenu le premier Afro-américaine pour remporter un Academy Award (en tant que meilleure actrice dans un second rôle).

Studio Dominance de MGM dans les années 30 :

Le « star system » a prospéré, chaque studio ayant ses propres « propriétés » précieuses, et Irving Thalberg était chargé de promouvoir les stars de MGM comme nul autre. Les années 30 étaient l'ère du glamour somptueux et du sex-appeal, et MGM est devenu le studio le plus grand, le plus prédominant et le plus étoilé de tous, ce qui en fait "La maison des stars". a porté les films de Jeanette MacDonald-Nelson Eddy à l'écran. Et le studio avait également des productions de haute qualité grâce à ses grands artisans, dont King Vidor, Victor Fleming et George Cukor.

En 1934, MGM avait plus de 60 acteurs de renom sous contrat. MGM avait la plus grande « écurie » de stars de tous les studios, notamment : Joan Crawford (à l'origine une vendeuse nommée Lucille Le Sueur), Clark Gable, Myrna Loy, William Powell, Greta Garbo, Norma Shearer, Jean Harlow, Robert Montgomery, Judy Garland, Mickey Rooney, Katharine Hepburn, Spencer Tracy, James Stewart, les Barrymore et Spencer Tracy.

L'un de ses premiers succès a été le lauréat du prix du meilleur film, axé sur les stars et rentable Grand Hôtel (1932), situé dans un hôtel cossu de Berlin avec une direction artistique extravagante de Cedric Gibbons. Les personnages du mélodrame populaire comprenaient les acteurs contractuels hautement rémunérés suivants: la star suédoise Greta Garbo en tant que danseuse de ballet, John Barrymore en tant que voleur de bijoux, Joan Crawford en tant que jeune sténographe, Wallace Beery en tant qu'homme d'affaires tyrannique et fanfaron et Lionel Barrymore comme comptable en phase terminale. Il a également prospéré avec ses Tarzan série de films d'aventure/jungle, Tom et Jerry les dessins animés, Autant en emporte le vent (1939), et Le Magicien d'Oz (1939).

La 20th Century Fox était connue pour ses comédies musicales (notamment dans les années 40 avec Betty Grable) et ses biographies prestigieuses (telles que Jeune M. Lincoln (1939)). Fox Studios a également capitalisé sur son association avec Shirley Temple après le milieu des années 30 - à elle seule, elle a gagné plus de 20 millions de dollars pour Fox à la fin des années 30.

RKO était le lieu des premiers films d'Orson Welles (Citoyen Kane (1941) et Les magnifiques Amberson (1942)), les films de danse sophistiqués de Fred Astaire et Ginger Rogers, les comédies et son film de monstre séminal Roi-Kong (1933).

Universal a prospéré avec le célèbre réalisateur Tod Browning, westerns, W.C. Fields et comédies d'Abbott et Costello, le Flash Gordon feuilletons, et ses films d'horreur archétypiques à petit budget tels que Dracula (1931), Frankenstein (1931) et L'Homme aux loups (1941).

Le meilleur réalisateur de Columbia était Frank Capra, connu pour ses images folkloriques de conte de fées "Capra-corn". Il a réalisé bon nombre des meilleurs contes populistes et faits maison de cette époque avec des héros locaux, qui ont étonnamment bien réussi une fois qu'ils ont été projetés dans les théâtres des petites villes. Ses comédies romantiques réalisées au plus fort de la Dépression comprenaient le succès sans précédent C'est arrivé une nuit (1934) à propos d'un journaliste hack en difficulté et d'une riche héroïne réunis, et M. Deeds va en ville (1936), à propos d'un millionnaire qui a tenté de céder son héritage nouvellement acquis.

Paramount Studios, d'autre part, avec une sophistication et une saveur plus européennes et continentales, se vantait de Marlene Dietrich à la gorge rauque et du réalisateur Josef von Sternberg, Gary Cooper, Cary Grant, Carole Lombard, Fredric March, Claudette Colbert et du réalisateur Ernst Lubitsch avec son comédies "sophistiquées": Trouble au paradis (1932), Ange (1937), et Ninotchka (1939). Ils ont également présenté des comédies de Mae West, W.C. Fields, les Marx Brothers, Bob Hope et Bing Crosby, des comédies musicales avec Maurice Chevalier et des films de Cecil B. DeMille.

Warner Bros. était dominé par les hommes et rapide, et connu pour ses films ou biopics réalistes, avant-gardistes, ses films de guerre, ses westerns et ses films de style documentaire socialement conscients. Le studio a également produit Chercheurs d'or comédies musicales presque chaque année (à partir de 1929) dans la décennie, et dans les années 40 - Lapin aux insectes et autres dessins animés. Au début des années 30, Warners a également inauguré le film de gangsters criminels, avec ses Petit César (1930), L'ennemi public (1931), Scarface (1932), et Les années folles (1939). Le studio a prospéré avec le réalisateur Michael Curtiz et des stars célèbres de « mec dur », dont : James Cagney, Paul Muni, Humphrey Bogart et Edward G. Robinson. Ses stars féminines étaient tout aussi rébarbatives et comprenaient Bette Davis, Barbara Stanwyck, Lauren Bacall et Ida Lupino.

Les plus grandes stars des années 30 :

Les films ont été réalisés avec des stars spécifiques à l'esprit qui jouaient souvent des types de personnages familiers, y compris les plus grandes stars de la décennie : Clark Gable, Paul Muni, Janet Gaynor, Eddie Cantor, Wallace Beery, Mae West, Greta Garbo, Jean Harlow, Astaire et Rogers, Claudette Colbert, Dick Powell, WC Fields, Joan Crawford, Marie Dressler, James Cagney, Bing Crosby, Jeanette MacDonald, Barbara Stanwyck, Johnny Weismuller, Gary Cooper, Norma Shearer, Robert Taylor, Myrna Loy, Tyrone Power, Alice Faye, Errol Flynn, Bette Davis, Spencer Tracy, James Stewart, Veronica Lake et Katharine Hepburn. De nombreux publics ont apprécié la compagnie juvénile de Shirley Temple, Deanna Durbin, Judy Garland et Mickey Rooney. Il y avait aussi un certain nombre de stars britanniques au cours de la décennie, dont Ronald Colman, Basil Rathbone (le Sherlock Holmes de l'écran), Charles Laughton (un oscarisé en 1933 en tant que roi Henry VIII), C. Aubrey-Smith et Leslie Howard.

Les plus grands réalisateurs de l'époque :

Malgré la censure et un contrôle strict des studios, bon nombre des meilleurs films du cinéma ont été produits au cours de cette décennie. Dans le cadre du système de studio, certains réalisateurs ont atteint un style distinctif ou un modèle de genre. Les réalisateurs de MGM (George Cukor, King Vidor, Jack Conway, Sidney Franklin, Fritz Lang, Clarence Brown, Sam Wood et Victor Fleming) étaient les meilleurs cinéastes des années 1930. Artisan-réalisateur George Cukor réalisé Dîner à huit (1933) avec une galaxie de stars de la MGM dont Marie Dressler, John Barrymore, Wallace Beery, Jean Harlow, Lionel Barrymore et plus encore. Il a également dirigé W. C. Fields dans David Copperfield (1935), Roméo et Juliette (1936) avec une Norma Shearer plus âgée (la propre épouse d'Irving Thalberg) et Lesley Howard, et la déesse de l'écran Greta Garbo dans l'un de ses derniers grands rôles dans la romance exquise Camille (1936) - un mélodrame magiquement romantique face à la future star de MGM Robert Taylor. Cukor a également dirigé Katharine Hepburn dans trois classiques : Petites femmes (1934), Vacances (1938) et L'histoire de Philadelphie (1940).

Jack Conway réalisé Vive la Villa ! (1934) (co-réalisé avec Howard Hawks), Tarzan et son compagnon (1934), Un conte de deux villes (1935), Dame diffamée (1936), Saratoga (1937) (le dernier film de Harlow), et Trop chaud à manipuler (1938). Avant de venir à Hollywood, le premier « talkie » du réalisateur allemand Fritz Lang était le glaçant M (1931), avec les débuts au cinéma de Peter Lorre en tant que tueur en série déviant (meurtrier d'enfants) qui a sifflé le Pair Gynt tout en traquant sa prochaine victime. Les meilleurs films des années 30 de Sam Wood étaient Au revoir, M. Chips (1939) et deux films des Marx Brothers, Une nuit à l'opéra (1935) et Une journée aux courses (1937). King Vidor réalisé Le champion (1932) et Stella Dallas (1937) - entre autres.

Frank Capra, pour Columbia, a collaboré avec Robert Riskin, qui a remporté l'Oscar du meilleur scénario adapté pour son merveilleux scénario et ses personnages (interprétés par Clark Gable et Claudette Colbert) dans la comédie romantique et l'aventure sur la route C'est arrivé une nuit (1934). C'était le premier film pour remporter tous les meilleurs Oscars (meilleur film, meilleur acteur, meilleure actrice et meilleur réalisateur) et l'une des premières comédies loufoques. Riskin a ensuite écrit d'autres scénarios nominés pour Capra's M. Deeds va en ville (1936) (avec Gary Cooper), Horizon perdu (1937) - un conte classique d'un Shangri-La perdu depuis longtemps sur lequel un groupe de voyageurs disparates a trébuché, et pour le meilleur film primé aux Oscars Vous ne pouvez pas l'emporter avec vous (1938) - une adorable adaptation cinématographique du classique de la scène. Capra a également dirigé James Stewart dans M. Smith va à Washington (1939), un film inspirant sur un sénateur en croisade qui a remporté onze nominations aux Oscars (et une victoire pour la meilleure histoire originale de Lewis R. Foster).

Le chef de production de longue date de Fox à partir des années 30 était Darryl F. Zanuck et son meilleur réalisateur était John Ford, dont les films dans les années 30 comprenaient La patrouille perdue (1934), Tambours le long du Mohawk (1939), le récit des voyageurs en péril diligence (1939) (marqué par le premier tournage de Ford dans son Monument Valley préféré et le rôle marquant de John Wayne dans le rôle de Ringo Kid), et Jeune M. Lincoln (1939). Le succès de la partition musicale composée par Max Steiner pour Ford L'informateur (1935) encouragé le développement futur de bandes sonores et d'accompagnements musicaux.

La collaboration la plus fructueuse du producteur Samuel Goldwyn a été avec le réalisateur William Wyler. Des exemples de leur "cinéma de qualité" et de mélodrames élégants incluent : Dodsworth (1936), Ces trois (1936), Impasse (1937) (qui a présenté les Dead End Kids), et Hauteurs de Wuther (1939) (et Les petits renards (1941) et Les meilleures années de notre vie (1946) dans la prochaine décennie).


Shirley Temple Dead : la légendaire enfant star décède à 85 ans

MISE À JOUR: "Nous la saluons pour une vie de réalisations remarquables", lit-on en partie dans une déclaration de la famille de l'actrice, demandant le respect de la vie privée pendant la préparation des funérailles.

Mike Barnes

  • Partagez cet article sur Facebook
  • Partagez cet article sur Twitter
  • Partagez cet article par e-mail
  • Afficher des options de partage supplémentaires
  • Partagez cet article sur Print
  • Partagez cet article sur Commenter
  • Partagez cet article sur Whatsapp
  • Partagez cet article sur Linkedin
  • Partagez cet article sur Reddit
  • Partagez cet article sur Pinit
  • Partagez cet article sur Tumblr

  • Partagez cet article sur Facebook
  • Partagez cet article sur Twitter
  • Partagez cet article par e-mail
  • Afficher des options de partage supplémentaires
  • Partagez cet article sur Print
  • Partagez cet article sur Commenter
  • Partagez cet article sur Whatsapp
  • Partagez cet article sur Linkedin
  • Partagez cet article sur Reddit
  • Partagez cet article sur Pinit
  • Partagez cet article sur Tumblr

Temple de Shirley, la charmante enfant star du chant et de la danse aux boucles de tire-bouchon rougeoyantes qui a sauvé un studio d'Hollywood et aidé à tirer l'Amérique des affres de la Grande Dépression, est décédée lundi soir. Elle avait 85 ans.

Temple est décédée de causes naturelles à son domicile de Woodside, en Californie, entourée de sa famille et de ses soignants, a indiqué un communiqué de son agent.

Temple avait récemment commencé à recevoir des soins palliatifs, son neveu, Richard Noir, Raconté Le journaliste hollywoodien.

Gagnant 1 250 $ par semaine à l'âge de 6 ans, le Temple incandescent était un vétéran de 46 longs métrages et d'une bobine avant d'avoir 13 ans. , les fans lui ont envoyé 167 000 cadeaux. Elle a fait l'objet d'un Salvador Dalí une peinture surréaliste et une boisson non alcoolisée garnie d'une cerise au marasquin ont été inventées et nommées d'après elle afin que les enfants et les adultes puissent s'imprégner ensemble.

Un plus grand tirage au box-office que Clark Gable (un autre acteur aux fossettes célèbres), Temple a captivé les cinéphiles avec son front plissé, ses moues perplexes et sa gaieté implacable dans des films tels que Yeux pétillants (1934), dans laquelle elle a chanté sa chanson phare, "The Good Ship Lollipop".

Sur le bon navire Lollipop, c'est un doux voyage dans une confiserie. Là où les bons-bons jouent, sur la plage ensoleillée de Peppermint Bay, elle a chanté. La partition s'est vendue à un demi-million d'exemplaires.

Alors que le pays est encore sous le choc de la Grande Dépression, le président Franklin roosevelt a proclamé : "Tant que notre pays aura Shirley Temple, tout ira bien." Royce (de la Aga Khan au Moyen-Orient) et un éléphant de jade de la taille d'un enfant (de Chine).

L'Académie des arts et des sciences du cinéma a décerné à Temple à l'âge de 6 ans le premier Juvenile Academy Award, en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle au divertissement à l'écran au cours de l'année 1934. Elle est la plus jeune personne à avoir reçu une statuette d'Oscar. , miniature ou autre.

Temple est apparu dans six autres longs métrages cette année-là, dont la comédie musicale Levez-vous et applaudissez ! Elle n'a joué qu'un petit rôle dans ce film - l'intrigue voit le gouvernement américain créer un "département des divertissements" pour secouer la nation de son marasme de la dépression, mais l'image a rapidement fait comprendre à Fox à quel point c'était un atout précieux. avait sur les mains.

Au bord de la faillite et des dizaines de millions de dollars de dettes, Fox a fusionné avec Twentieth Century Pictures en 1935, et le chef de studio Darryl F. Zanuck a fait de l'adorable tot sa priorité n°1. Il a mis les meilleurs talents sur le terrain pour travailler sur ses images, et la Shirley Temple Development Division employait à un moment donné 19 écrivains.

Quatre des films les plus mémorables de Temple sont sortis en 1935, dont Le petit colonel, un drame musical de la guerre civile où elle a fait des claquettes avec Bill “Bojangles” Robinson sur un escalier dans l'une des séquences cinématographiques les plus enchanteresses de tous les temps.

Elle a poursuivi cette année-là avec Notre petite fille et Haut bouclé — qui a introduit une autre de ses chansons qui est devenue un classique, “Animal Crackers in My Soup” — et Le plus petit rebelle, dans laquelle elle et Robinson font appel à Président Lincoln pour de l'aide dans une autre saga de la guerre civile.

Une mine d'or avec des mèches brillantes - sa mère Gertrude se coiffait pour chaque film, avec 56 boucles en tire-bouchon à chaque fois - le courageux Temple était n ° 1 au box-office pendant quatre années consécutives, de 1935 à 1938. Au cours de cette période, Fox a retravaillé son contrat pour lui payer 50 000 $ par film.

Après que Temple a été prêté à Paramount en 1934 pour les films Maintenant et pour toujours avec Gary Cooper et Carole Lombard et Petite Miss Marqueur, Zanuck s'est assuré que cela ne se reproduirait plus jamais. Il a refusé de la laisser travailler à la MGM le Le magicien d'Oz (1939), et le rôle de Dorothy est allé à Judy Guirlande.

Le studio a vu des gains monstrueux grâce aux photos de Temple, la fille approuvant des produits tels que des robes, des céréales et du savon. Ses poupées se vendaient au rythme de 1,5 million par an. Elle a perdu son innocence, ou du moins sa croyance au Père Noël, "lorsque ma mère m'a emmené le voir dans un grand magasin et qu'il m'a demandé mon autographe", a-t-elle dit un jour.

Dans une interview de 1988 avec Personnes magazine, elle a admis qu'elle n'avait pas réalisé à quel point elle était célèbre.

« Je ne le savais vraiment pas », dit-elle. “Quand j'ai demandé à ma mère pourquoi les foules criaient mon nom et m'ont dit : ‘Nous t'aimons,’ elle le dépoussiérerait en disant : ‘Votre travail les rend heureux.’ Elle ne l'a jamais laissé aller à mon tête.”

Shirley Jane Temple est née à Santa Monica le 23 avril 1928. Son père, George, était banquier et sa mère était femme au foyer. Elle avait deux frères aînés. Sa mère a affirmé que les premiers mots de son bébé étaient des paroles d'un Rudy Vallée chanson, et elle a inscrit sa fille incroyablement brillante à l'école de danse.

En 1932, le Temple de 3 ans est apparu dans le premier de ses huit Bébé Burlesks des parodies de films à succès ou d'événements d'actualité qui ont eu des enfants dans des rôles rendus célèbres par des adultes. À l'âge de 5 ans, elle a signé avec Fox, passant fulgurante de joueur sous contrat à star à part entière après Lève-toi et encourage joué au théâtre.

Le studio a gardé sa plus grande star à l'abri dans son propre bungalow sur le terrain afin de préserver son charme enfantin naturel. "Si je perdais mon innocence", se souvient-elle, un directeur de studio lui avait dit que "ça se verrait dans mes yeux".

Temple a obtenu son diplôme pour jouer dans des adaptations littéraires réputées telles que Petit Willie Winkie (1937), réalisé par John Ford. De 1937 à 1940, elle est en tête d'affiche de films tels que Heidi, Rebecca de la ferme Sunnybrook, Petite Miss Broadway, le joyau du Technicolor La petite princesse, L'oiseau bleu (Réponse de Fox à Le magicien d'Oz) et Les jeunes.

Ces deux derniers films, cependant, ont été des flops. Bientôt, Mickey Rooney, un autre jeune, était le roi du box-office, et Fox et Temple ont mis fin à leur association en 1940. Ses parents ont placé Temple, 12 ans, dans une école pour filles, et elle a finalement signé un contrat avec MGM.

Adolescente et jeune adulte, elle a joué dans le drame de la Seconde Guerre mondiale Depuis que tu es parti (1944) Le célibataire et le Bobby Soxer (1947) ci-contre Cary Grant et Myrna Loy Ford’s Fort Apache (1948) avec John Wayne et Henri Fonda et son dernier long métrage, Un baiser pour Corliss (1949) avec David Niven.

La dernière affiliation professionnelle de Temple avec le show business remonte à la fin des années 50 et au début des années 80, lorsqu'elle a animé et parfois joué dans Livre de contes de Shirley Temple et Le spectacle du temple Shirley à la télévision.

Temple marié John Agar (de sept ans son aînée) en 1945 alors qu'elle avait 17 ans, lors d'un mariage à Los Angeles qui a attiré des milliers de ses fans. Ils ont eu une fille, Linda, et Agar est devenu acteur, apparaissant avec Temple dans Fort Apache et Aventure à Baltimore (1949). Troublé par sa consommation excessive d'alcool et ses flirts constants, Temple a demandé le divorce en 1949 et a pris sa retraite d'acteur.

Des mois après la finalisation du divorce, Temple a rencontré Charles Noir au Outrigger Club lors de vacances hawaïennes à Waikiki. Homme d'affaires de San Francisco et ancien officier de marine, Black lui a avoué qu'il n'avait jamais vu aucun de ses films. Il a proposé 13 jours après leur rencontre, et ils se sont mariés à Carmel Valley, Californie, en décembre 1950. Ils ont eu un fils, Charles, en 1952 et une fille, Lori, en 1954.

Black est décédé dans leur maison de Woodside d'une maladie de la moelle osseuse en août 2005, et le neveu de Temple, Richard, a déclaré qu'elle se sentait seule depuis. Ses trois enfants lui survivent également.

Républicain, Temple s'est présenté sans succès au Congrès en 1967 sur une plate-forme soutenant l'implication des États-Unis dans la guerre du Vietnam. Un an plus tard, Président Nixon la nomma déléguée des États-Unis auprès des Nations Unies. Elle a ensuite été ambassadrice des États-Unis au Ghana et en Tchécoslovaquie et chef du protocole du Département d'État.

En 1972, à l'âge de 44 ans, Temple a été l'une des premières personnalités publiques à parler d'une mastectomie, ouvrant la voie à une discussion ouverte sur un sujet de santé autrefois tabou. "C'est mon fervent espoir que les femmes n'auront pas peur d'aller chez le médecin pour un diagnostic lorsqu'elles présentent des symptômes inhabituels", a-t-elle alors déclaré.

En 1988, Temple a publié son autobiographie à succès, Enfant Étoile, et a reçu les honneurs du Kennedy Center. Elle a accepté le Screen Actors Guild’s Life Achievement Award en 2006, mais est restée à l'écart du public dans ses dernières années.

« Quand j'avais 3 ans, j'étais ravie qu'on me dise que j'étais actrice, même si je ne savais pas ce qu'était une actrice », a-t-elle déclaré en riant beaucoup lors de la présentation du SAG.

“J'ai un conseil à donner à ceux d'entre vous qui souhaitent recevoir le Lifetime Achievement Award : commencez tôt !”

Une déclaration de la famille de Temple lue en partie : « Nous la saluons pour une vie de réalisations remarquables en tant qu'acteur, en tant que diplomate et, plus important encore, en tant que mère, grand-mère, arrière-grand-mère et épouse adorée pendant cinquante-cinq ans. du regretté et regretté Charles Alden Black&hellip. Nous demandons que notre famille ait la possibilité de faire son deuil en privé.


Burberry

Jason Alden/Bloomberg/Getty

Comment une marque de vêtements étouffants fondée en 1856 et appréciée pour ses trenchs sur mesure est-elle devenue un détaillant mondial de produits de luxe ? Un imprimé à carreaux emblématique pourrait y être pour quelque chose &mdash et le savoir-faire de sa PDG Angela Ahrendts. Alors que le secteur du luxe était en plein essor au début des années 2000, l'imprimé marron, blanc, rouge et noir emblématique de Burberry a été appliqué sur à peu près tous les types de vêtements, y compris les laisses pour chiens. Ainsi, lorsque Ahrendts a pris la direction en 2006, elle a rationalisé les produits de l'entreprise, centralisé son équipe de conception au Royaume-Uni et recentré son marketing sur les plus riches du monde. "Dans le luxe, l'ubiquité vous tuera", a déclaré Ahrendts. Peu de marques ont déjà été sur le point de perdre leur cachet et de le sauver avec succès de la poubelle du dollar.

Jason Alden/Bloomberg/Getty

Découvrez la vie fascinante de Shirley Temple en photos

Un aperçu de ce que c'était que d'être l'une des enfants stars les plus emblématiques d'Hollywood.

À l'âge de 12 ans, Shirley Temple était une véritable star de cinéma. Connue comme la chérie d'Hollywood pendant la Grande Dépression, elle était déjà apparue dans pas moins de 40 films. Bien que sa carrière de film pour adultes ne se soit pas épanouie dans la mesure de ses jeunes années, l'actrice a continué à vivre une vie pleine et percutante. Voyez par vous-même avec ces photos de Shirley qui donnent un aperçu de sa carrière robuste et de sa vie personnelle heureuse et si vous êtes curieux de connaître plus de stars, consultez nos plongées dans la vie de Judy Garland, Audrey Hepburn et Julie Andrews.

Shirley Temple est née en 1928 à Santa Monica, en Californie. La cadette de trois enfants, sa mère était femme au foyer, tandis que son père travaillait comme banquier.

C'est sa mère, Gertrude Temple, qui a reconnu le talent de Shirley pour le divertissement. Elle a inscrit Shirley à des cours de danse à l'âge de 3 ans et demi.

À seulement 4 ans, Shirley a joué dans une série de films à petit budget intitulée "Baby Burlesks". L'actrice a ensuite partagé des histoires de mauvais traitements sur le tournage de ces films dans ses mémoires, Enfant Star : Une Autobiographie.

L'exposition de Shirley dans les "Baby Burlesks" l'a amenée à être découverte par la 20th Century Fox. A 5 ans, la jeune comédienne a signé un contrat de sept ans avec le studio.

Après que Shirley ait signé son contrat de studio, son père, George Francis Temple, lui a succédé en tant que directeur des talents. George a représenté les intérêts de sa fille au studio, a servi d'intermédiaire et s'est battu pour des augmentations de salaire tout au long de sa carrière.

Fox n'a pas perdu de temps pour capitaliser sur le comportement adorable de Shirley. À la fin de 1934, elle avait joué dans sept grands films, dont Yeux pétillants. Ici, Shirley est vue avec ses costars adultes dans Petite mademoiselle Marker, Dorothy Dell, Charles Bickford et Adolphe Menjou.

Alors que le pays était au plus profond de la Grande Dépression, le président Roosevelt a qualifié l'enfant star de Little Miss Miracle et lui a attribué le mérite de remonter le moral du pays. En 1935, Shirley était la plus grande star de cinéma en Amérique. Cette année-là, elle a sorti certains de ses films les plus appréciés, notamment Haut bouclé à Le plus petit rebelle, et a travaillé avec certains des plus grands noms de l'entreprise.


La célèbre ex-enfant actrice Shirley Temple est décédée le 10 février 2014

(CNN) — Shirley Temple Black, qui est devenue célèbre comme étant sans doute l'enfant star la plus populaire de l'histoire d'Hollywood, est décédée lundi soir, a déclaré son publiciste.

Temple Black, qui a également connu une longue carrière de diplomate, est décédée de causes naturelles dans sa maison de Woodside, en Californie. Elle était entourée de sa famille et de ses soignants, selon un communiqué de Cheryl Kagan.

Elle a commencé à jouer à l'âge de 3 ans et est devenue un énorme tirage au box-office avant d'avoir 10 ans, commandant un salaire alors inédit de 50 000 $ par film.

Her first film of notice was in 1932 when she played in “War Babies,” part of the “Baby Burlesks” series of short films.

For about 18 years, she sang, tap-danced and acted her way into the hearts of millions. Her corkscrew curls were popular with little girls from the 1930s through the 1970s.

Les premières années

Her star shone brightest as a toddler, and 20th Century Fox cranked out a series of feature films with the adorable, talented little girl. Her hits included “Little Miss Marker” (1934), “Curly Top” (1935) and “The Littlest Rebel” (1935).

At the box office, she beat out the great adult stars of her day, such as Clark Gable and Bing Crosby. Her popularity spawned a large array of merchandizing items, such as dolls, hats and dresses.

She was the top box-office star four years in a row, from 1935 to 1938. Her career was at its peak as the country was suffering the effects of the Great Depression, and her films offered uplifting moments.

But as she got older, the pace of movies slowed, and by 1939, her popularity was fading. She and 20th Century Fox terminated her contract early in 1940, just before she reached her teenage years.

U.S. diplomat

She retired from filmmaking at 22 and married Charles Black, changing her last name from Temple to Temple Black.

But she did not fade from the public eye.

She embarked on a new career as a foreign diplomat: She served in the U.S. delegation to the United Nations from 1969 to 1974 was U.S. ambassador to Ghana from 1974 to 1976, and U.S. ambassador to Czechoslovakia from 1989 to 1992.

Former U.S. President George H.W. Bush, who appointed her to the Czechoslovakia post, said Tuesday that he and his wife “mourn the loss of an American icon.”

“She captured the affections of millions around the world by her endearing performances on the silver screen as a young girl, but I also admired Shirley for her selfless service to our country later in her life,” Bush said in a statement released by his spokesman. “In both roles, she truly lifted people up and earned not only a place in our hearts — but also our enduring respect.

“Barbara and I send our condolences to Shirley’s family and countless fans around the world.”

A statement from Temple Black’s family members said they “salute her for a life of remarkable achievements as an actor, as a diplomat, and most importantly as our beloved mother, grandmother, great-grandmother, and adored wife of fifty-five years of the late and much missed Charles Alden Black.”

Enduring icon

She remained a cultural icon for decades after stepping down from the silver screen.

In 1958, she made a comeback as an entertainer, this time on television, in an hourlong show, “Shirley Temple’s Storybook.”

She later received two lifetime achievement awards for her performing career.


Shirley Temple Black, commonly known as Shirley Temple, was a famous American diplomat, politician, actress, as well as a singer. Even though Shirley Temple had been performing in front of television screens since she was three years old, her rise to prominence came several years later, when she starred in David Butler’s comedy drama film entitled “Bright Eyes”. In the movie, Temple played the role of Shirley Blake, which was developed specifically for her. Temple’s role in “Bright Eyes” brought her a Juvenile Academy Award in 1935, for her input to the film industry. Temple followed her success with appearances in the 1935 musical film called “Curly Top”, as well as the 1937 musical drama movie “Heidi”, in which she co-starred with Jean Hersholt, Mary Nash and Marcia Mae Jones.

Shirley Temple Net Worth $30 Million

In addition to acting, Shirley Temple became known for her political ventures. In 1974, Temple earned the position of the United States Ambassador to Ghana, then became a Chief of Protocol of the United States, and in 1989 served under George H. W. Bush as the United States Ambassador to Czechoslovakia.

A popular actress, as well as a politician, how rich is Shirley Temple? Sources state that Shirley Temple’s net worth is estimated to be $30 million. Most of Shirley Temple’s net worth came from her acting career, as well as her involvement in politics.

Shirley Temple was born in 1928, in Santa Monica, California. Temple was noticed in 1932, by Charles Lamont, who offered her a role in a collective series called “Baby Burlesks”. After that, Temple appeared in “Frolics of Youth”, “The Red-Haired Alibi” and “Little Miss Marker”. Shirley reached the peak of her career in 1935 and the following years, when she began to be featured in such major films as “Captain January”, “The Littlest Rebel”, and “Our Little Girl” to name A few. Temple failed to repeat her early success with her future works, therefore she decided upon her retirement from the film industry when she was 22 years old. However, even though she stayed away from the limelight for a while, Shirley Temple made her return to on television screens in 1958, when she began hosting a children’s anthology series called “Shirley Temple’s Storybook”, which aired for two seasons. Initially, the show seemed to be too amateur, hence, as a result of this it was recreated and re-released under the name of “The Shirley Temple Show”. Unfortunately, due to the competition on the network from such shows as “Dennis the Menace” and “The Wizard of Oz”, “The Shirley Temple Show” failed to maintain its ratings, and was eventually cancelled.

Aside from acting, Temple dabbled in politics, until she was diagnosed with breast cancer. Shirley Temple passed away in 2014, at the age of 85, due to obstructive pulmonary disease, which developed as a result of smoking. Temple’s contributions to the film industry have been acknowledged with Kennedy Center Honors, Screen Actors Guild Life Achievement Award, a bronze statue near the Fox Studio, as well as a star on the Hollywood Walk of Fame.


Shirley Temple: the superstar who had her childhood destroyed by Hollywood

Within the exclusive, highly-priced residential enclave of Woodside in Northern California, the family and friends of a widowed great-grandmother will gather next week to celebrate her birthday.

She is known locally as Mrs Black, and today she keeps the lowest of profiles. Since the death three years ago of her husband, whom she calls "the love of my life," she has retired into virtual silence.

Her public outings now are rare, but on the few occasions when she does emerge from her secluded, Spanish-style home, passers-by often turn round in the street and look back at her with puzzled curiosity.

There is something about her unusually bright eyes and dimpled smile that makes them feel as if they know her well.

And almost certainly they do, for once she was the most famous person in the world. She has not stepped in front of a movie camera for close on 60 years, yet the local delivery office in Woodside is expecting sackloads of fan mail next week.

It will come from every corner of the globe to salute the fact that on Wednesday, Mrs Black - better known as Shirley Temple - the most popular and idolised child star of all time and a former United States ambassador, will be 80.

Movie fame is possibly the most transient of all acquisitions. It can fade with alarming speed once those cameras have stopped turning. The astonishing thing about Shirley Temple is that even people like myself, who were not born when she was the world's number one box-office star, know all about her.

The other day, a five-year-old girl sang me the words that Temple so memorably delivered in the film Bright Eyes, 74 years ago: "On the good ship Lollipop/It's a sweet trip to a candy shop/Where bon-bons play/On the sunny beach of Peppermint Bay."

Scroll down for more .

Early Fame: At seven with a Shirley Temple doll

I was astonished. "But how do you know that?" J'ai demandé. The child regarded me with utter scorn. "I've got the DVD, silly," she replied.

The story of how a curly-headed six-year-old tot saved a major Hollywood studio from financial ruin is like something out of a Harry Potter book.

The saga begins in the Californian resort of Santa Monica on April 23, 1928, when Shirley Jane Temple was born, the third child of George Temple, afterwards a Californian branch bank manager, and his wife Gertrude.

Mrs Temple was a thwarted dancer who had grown too tall to become a ballerina. Like many other mothers in those days, she channelled her frustrated ambitions into her daughter.

At the age of three, Shirley was enrolled at the Ethel Meglin Dance Studios in Hollywood, where she was spotted by two talent scouts from a minor studio, Educational Films, which churned out one-reel "Poverty Row" shorts.

Struck by Shirley's engaging personality, Educational signed her to a two-year contract for 26 short films, at $50 a week. Eight of these were part of a series entitled Baby Burlesks, which Shirley would later describe as "a cynical exploitation of our childish innocence," that "occasionally were racist or sexist."

The regime at Educational Studios was infantile slave labour. Rehearsals would mean two weeks without pay. Each film was then shot at lightning speed in two days. For playing the lead, Shirley received just $10 a day.

For any child who misbehaved, there was the sinister black "punishment box," containing only a large block of ice, in which the obstreperous infant would be forcibly confined to "cool off."

Shirley was put into this box several times, was once forced to work the day after undergoing an operation to pierce her ear-drum and on another occasion to dance on a badly injured foot.

When Educational Films filed for bankruptcy, George Temple astutely bought up his daughter's contract for a mere $25.

At the age of five, Shirley's big break arrived when the songwriter Jay Gorney, composer of Brother, Can You Spare A Dime?, invited her to audition at Fox Film Corporation on December 7, 1933, for a new film, Stand Up And Cheer.

"Sparkle, Shirley, sparkle!" urged her mother, and the producers were so captivated as she performed the audition song Baby Take A Bow that she was signed up for a year at $150 a week, with an option for a further seven years, plus $25 a week for her mother.

After playing Spencer Tracy's daughter in Now I'll Tell, Fox loaned her out to Paramount for the lead in Little Miss Marker at $1,000 a week - more than six times what she was being paid by Fox.

Her co-star in that film, Adolphe Menjou, confessed: "This child frightens me. She knows all the tricks." The director got her to cry on cue by telling the terrified Shirley that her mother had been "kidnapped by an ugly man, all green with blood-red eyes" - and then kept his cameras turning.

By the end of the film, Paramount knew that a star had been born, and offered Fox $50,000 to buy Temple's contract outright. Fox, knowing it was on to a good thing, refused.

Little Miss Marker became a smash-hit, packing cinemas all over America. Now that Shirley had quadrupled her family's income, the Temples moved to a bigger house. A housekeeper was hired and a full-time secretary to deal with more than 4,000 fan letters a week.

Business at George Temple's bank boomed. Mothers queued to meet the father of Hollywood's newest sensation. One lady even offered Temple a "stud fee" to father "another Shirley."

When Shirley's next film, Baby Take A Bow, premiered to massive business, President Franklin D. Roosevelt proclaimed: "As long as our country has Shirley Temple, we will be all right."

In Britain, the two young Princesses, Elizabeth and Margaret, were avid Temple fans. (In exile, the former King Edward VIII and his American mistress Wallis Simpson, in acid references to the Royal Family, always referred to the Princess Elizabeth as "Shirley Temple" and to her mother, Queen Elizabeth, later the Queen Mother, as "Mrs Temple Senior."

Temple made eight films in 1934, including Bright Eyes, which marked her passage from stardom to superstardom. At the year's end she had entered the list of the world's top ten money-making stars at number eight.

By the following year she had risen to the top of the list, and for four consecutive years she remained the world's number one box-office star, pushing Clark Gable into second place.

Fox, which had owed $42million and teetered on the brink of bankruptcy, came out of the red entirely thanks to a six-year-old child.

After a protracted legal dispute, Temple's salary at Fox was increased more than six-fold, with her mother now receiving $250 a week. For each film completed, there was also a $15,000 bonus placed in trust for her, later more than doubling to $35,000.

In all this time, however, all the world's highest earning child actually saw of her salary was $13 a month in pocket money.

Not all the world fell in love with this ringleted, dimpled, singing and dancing doll, though. The novelist Graham Greene, reviewing Captain January, found the film "a little depraved," adding: "Some of her popularity seems to rest on a coquetry quite as mature as Miss [Claudette] Colbert's and on an oddly precocious body as voluptuous in grey flannel trousers as Miss Dietrich's."

Greene, who had elsewhere referred to Temple as "a 50-year-old dwarf," went a great deal further in his review of Wee Willie Winkie: "Her admirers - middle-aged men and clergymen - respond to her dubious coquetry, to the sight of her well-shaped and desirable little body, packed with enormous vitality, only because the safety curtain of story and dialogue drops between their intelligence and their desire."

Twentieth Century-Fox (as it was by this time known) promptly sued.

Greene and his publisher, the magazine Night And Day, were subsequently obliged to pay £3,500 in damages to the studio and to Temple, referred to by Greene as "that little bitch."

While Greene's insinuations were snide, there were others who also felt that the presentation of Temple sometimes lacked taste. In Curly Top, for example, she appeared as a naked cupid, smeared from head to toe in gold paint, causing the film to be banned in Denmark for "corruption."

After four consecutive years as the queen of the box-office, Temple's career finally faltered in 1939. She lost the lead in The Wizard Of Oz to Judy Garland after Fox refused to loan her to MGM.

Fox rushed her into their own Technicolor fantasy, The Blue Bird, which flopped so badly that it was taken off within days of its opening.

Her fee was now $300,000 per film, and Fox, realising that her childhood appeal was waning, agreed to let her parents buy up the rest of her contract. She moved to MGM, but their two vehicles for her, Kathleen in 1941 and Miss Annie Rooney in 1942, were both failures.

David O. Selznick signed her to a seven-year contract, but in the first three films he produced for her - Since You Went Away, I'll Be Seeing You and Kiss And Tell - Temple came across as just a typical Hollywood teenager. The impish and beguiling tot had vanished.

In 1945, at the age of 17, she married John Agar, a sergeant in the U.S. Army Air Corps, who became an actor. Their daughter, Linda Susan, was born in 1948, but the marriage swiftly disintegrated owing to his chronic drinking and serial infidelity.

Temple continued to star in films, including The Bachelor And The Bobby-Soxer with Cary Grant, and John Ford's classic western Fort Apache co-starring John Wayne and Henry Fonda, in which her husband, John Agar, made his screen debut.

Temple's Selznick contract and screen career petered out ignominiously with four unremarkable films that received devastating reviews. The court evidence in Temple's messy divorce from Agar seemed to remove what was left of the gloss on her stardom - how he had brought different woman back to the house while she was pregnant, and how once he came home so drunk and abusive that she had fled the house in terror.

On holiday in Honolulu in 1950 she met and fell in love with California businessman Charles Alden Black, nine years her senior, who confessed that he had never seen one of her films. They were married in December of that year. Their son Charles Jr. was born in 1952 and their daughter Lori in 1954.

In 1958 Temple made a comeback on television in the series Shirley Temple's Storybook, followed by a further series, Shirley Temple Theatre, in 1961.

In 1967 she unsuccessfully ran for Congress on a platform supporting America's involvement in the Vietnam War. In 1969 President Richard Nixon appointed her as United States representative to the 24th General Assembly of the United Nations.

Then, in 1972, she discovered a lump on her left breast which proved to be malignant, and underwent a mastectomy. Afterwards, she "reached up to feel the void. It was an amputation, and I faced it."

With characteristic courage, she went public on her illness, becoming one of the first female celebrities to admit to breast cancer, which brought her 50,000 letters of support.

In 1974 she was appointed United States Ambassador to Ghana, and in 1976 became America's first female Chief of Protocol at the White House.

A decade later the Academy of Motion Picture Arts and Sciences presented her with a full-sized Oscar to replace the miniature one she had been given 50 years earlier. She dedicated it to her late mother.

Shirley was devastated when, on August 4, 2005, her husband died from myelodysplastic syndrome (a bone marrow disease) at the age of 86, after almost 55 years of marriage.

Touchingly, she kept Charles's voice on their answering machine. "I don't ever want to erase it," she said.

In 2006, Temple received the Screen Actors Guild's Lifetime Achievement Award for having "lived the most remarkable life, as the brilliant performer the world came to know when she was just a child to the dedicated public servant who has served her country both at home and abroad for 30 years."

These claims do not seem excessive. This was one child star who did not self-destruct through booze, drugs or sex, who kept faith with the public, loved her country and justly became the world-wide cinematic legend and American icon that she remains today.

Her own assessment of her career is modest. "I class myself with Rin Tin Tin," she said once. "At the end of the Depression, people were perhaps looking for something to cheer themselves up. They fell in love with a dog and a little girl. It won't happen again."

And it hasn't. No child star since has ever won more than a fraction of the fame and popularity that Shirley Temple achieved.

The calendar may tell us that she is 80 on Wednesday. Yet to an entire generation that grew up with her, as well as to the children of today who buy her DVDs by the thousand, she will always be that bright-eyed, curly-haired little girl.


ARTICLES LIÉS

Her divorce petition said that Temple had endured 'grievous mental suffering' and that Agar had subjected her to 'extreme cruelty'.

When the FBI agent came to speak with Agar, the file states he told them that he had not been in contact with his ex-wife at all since they split up two decades before.

The report states: 'He further stated that during his marriage her mother interfered with their affairs, which caused part of their marital problems.

'He advised he would hesitate to recommend [her] for a position of trust and confidence in the Federal government as, during their marriage, he considered her emotionally unstable in that she had a tendency to 'overreact' if she did not get her way'.

Agar did however say there was 'no question' over her integrity or her associates.

President Reagan, who was governor of California at the time, gave a statement through his assistant that Temple was a friend of his for 25 years and that she had served on the state Advisory Hospital Council.

Political: Richard Nixon had known Shirley Temple long before he was president. They are seen in 1960 at a benefit for the Multiple Sclerosis Society. Nixon was running for president and Temple a staunch Republican

Loyal: Shirley Temple with her second husband Charles Black. FBI background reports said that they had a strong marriage and that she was a committed patriot

Rescuer: Ronald Reagan had appeared alongside Shirley Temple in That Hagen Girl in 1947. He was California's governor when he and others endorsed her for office during FBI background checks, unlike her ex-husband

He said that he had the 'utmost trust and confidence' in her abilities and that he considers her 'loyalty, morals, character, reputation and associates to be beyond reproach'.

The report said: 'He said he had never heard anything derogatory about (Temple) and he highly recommended her for a position of trust and responsibility in the United States government'.

The picture from other people who were interviewed by the FBI was generally positive, with a few reservations.

Sheriff Earl Whitmore of Redwood City in California, where Temple was living at the time, said that her 'loyalty to this country is completely unquestioned'.

However Lucille Hosmer, who got to know Temple when she was running for Congress, said that she was 'somewhat naive in her acceptance of people and organisations'.

She also claimed that Temple was 'aloof' and that she had been accused of 'snobbery' because she doesn't have a good memory for names and faces.

Hosmer also claimed that Temple was 'not a deep thinker' and needs a good team around her to function well.

Another female Republican advisor who was spoken to says that Temple 'cannot stand the flak of controversy' whilst a second said that she is 'easily directed'.

A former district office manager for California Representative Paul McCloskey, whose name has been redacted, says that he had a 'personal like for [her] and felt she was completely sincere in what she does'.

Friends: Shirley Temple was a friend of Richard Nixon, who nominated her for the American ambassadorship to the UN, and of J Edgar Hoover, whose agency was asked to investigated her background

Family life: Shirley Temple became a full-time mother to her children (from left) Susan Agar, whose father was her first husband, and Charles Jr and Lori, by her second husband Charles Black (right)

Devoted: Shirley Temple and her second husband Charles Black. The files praised their family life and said the manager of their country club 'considers the Blacks to be one of the finest families she has ever known' there.

But he also felt that Temple 'did not have the intellectual background for the job she was seeking'.

The FBI file is very much a product of its time and calls Temple an 'unemployed housewife except when she worked as an actress'.

An account of an interview with the manager of the Menlo Country Club, whose name has been redacted, suggesting she is still alive, said: 'She stated she considers the Blacks to be one of the finest families that she has ever known at the club and described the Black children as very fine, strictly raised children.'

A summary document of interviews prepared by FBI agent Donald Kuno reveals that some of those spoken to thought she was 'not outstanding in administrative matters'.

The file claims that Temple and FBI director J Edgar Hoover were friends and says that agents were not to conduct neighborhood surveillance on her 'unless the need arises', and only with approval of their superiors at the bureau.

Temple was appointed to the post but only held it from September until December 1969.

By 1974 Temple was being lined up for the post of US ambassador to Ghana after Secretary of State Henry Kissinger heard her discussing Namibia at a party and was 'surprised that I even knew the word', Temple said in one interview.

The FBI carried out more checks on her past and approached future President George H.W. Bush, who was chairman of the Republican National Committee at the time, to give his view of her.

The response was that Bush had known Temple through her work at the UN and that he 'knows of no information which could conceivably contract from her good character, associates, reputation, and loyalty'.

She got the post, which she held for two years, and was then Gerald Ford's chief of protocol, from July 1976 until January 1977.

Temple would later serve as US ambassador to Czechoslovakia from 1989 to 1992, a role that President Bush awarded to her whilst he was in office.

She died last year aged 85 having been married to her second husband Charles Black until his death in 2005.

President Bush said at the time that he and his wife were mourning the loss of an 'American icon'.


Voir la vidéo: Heidi - Shirley Temple clip (Décembre 2021).