Podcasts sur l'histoire

Actes officiels de la rébellion

Actes officiels de la rébellion

[302]

N° 12.

Rapport du lieutenant. Artillerie, des opérations le 5 avril.

CAMP PRÈS DE YORKTOWN, le 6 avril 1862.

MONSIEUR : J'ai l'honneur de faire rapport comme suit concernant le tir de la batterie D, cinquième artillerie, alors que sous mon commandement le 5 courant. :

Vers 11 h. m. la batterie était placée par votre direction sur la droite de la batterie de Rhode Island, qui avait déjà engagé l'ennemi. Le quatrième régiment du Michigan, le colonel Woodbury, nous a servi de soutien pendant la journée. Nos canons s'ouvrirent avec un obus à percussion, le deuxième coup donnant une portée d'environ 2 100 mètres. Nous avons ensuite tiré des obus et des douilles sphériques sur les camps situés dans les retranchements ennemis et sur de grands groupes d'hommes qui sont apparus autour de leurs canons. Le feu fut vivement riposté par cinq de leurs canons (barbette). En dix minutes, leur feu s'est éteint.

[303]

Des ordres furent reçus du général Porter et de vous-même que notre feu était trop rapide, pour continuer à des intervalles de dix ou quinze minutes, simplement pour attirer le feu de l'ennemi. Cela a duré environ deux heures, lorsque les tirs ont cessé des deux côtés.

Environ 2 p. m., en obéissance à vos ordres, j'ai envoyé le lieutenant Hazlett, avec sa section, pour vous faire rapport. L'ennemi à ce moment-là a rouvert le feu. Nous l'avons rendu de temps en temps jusqu'à 16h. in., quand leur feu a cessé contre notre batterie a été retirée pour la nuit. Une fois (au cours de l'après-midi, nous tirâmes vivement sur un corps de cavalerie (de 50 à 70) qui passa rapidement devant leurs retranchements.

Nos munitions, celles de Parrott (l'obus à percussion avec des pistons Schenkl), étaient tout ce que l'on pouvait désirer. D'une moyenne de 30 cartouches à un pistolet je me souviens mais deux qui n'ont pas explosé.

L'effet de nos coups de feu sur les hommes ne pouvait pas être vu. Sur les tentes, etc., c'était très évident et satisfaisant.

La conduite des officiers (lieutenants Hazlett, Harrison et Reed) et des hommes était tout ce qu'on pouvait désirer.

Le tir de l'ennemi était bon, mais bien que le tir ait duré plusieurs heures, ni nos hommes ni nos chevaux n'ont été touchés ; ceci étant dû en grande partie à l'extrême douceur du sol, de nombreux obus étant profondément enfouis avant d'exploser.

Très respectueusement, votre obéissant serviteur,

HENRY W. KINGSBURY,
Premier lieutenant, cinquième artillerie.

le capitaine CHARLES GRIFFIN,
Cinquième artillerie, chef de division d'artillerie.

Documents officiels de la rébellion : volume onze, chapitre 23, partie 1 : campagne péninsulaire : rapports, pp.302-303

page Web Rickard, J (23 janvier 2007)


Voir la vidéo: LE SUD CRACHE PAUL BIYA, LES SOLDATS DU BIR DÉSERTENT (Janvier 2022).