Podcasts sur l'histoire

Quand les ségrégationnistes ont bombardé la maison de Martin Luther King Jr.

Quand les ségrégationnistes ont bombardé la maison de Martin Luther King Jr.

Le 30 janvier 1956, la maison de Martin Luther King Jr. a été bombardée par des ségrégationnistes en représailles au succès du boycott des bus de Montgomery.


Martin Luther King Jr. (1929-1968)

Taylor B. Branch, Aux confins de Canaan : l'Amérique à l'époque des rois, 1965-68 (New York : Simon et Schuster, 2006).

Taylor B. Branch, Parting the Waters: America in the King Years, 1954-1963 (New York : Simon et Schuster, 1988).

Taylor B. Branch, Pillar of Fire: America in the King Years, 1963-65 (New York : Simon et Schuster, 1998).

Clayborne Carson, éd., L'autobiographie de Martin Luther King, Jr. Réimpression éd. (2001 New York : Warner Books, 1998).

Michael Éric Dyson, Je n'y arriverai peut-être pas avec vous : le vrai Martin Luther King, Jr. (New York : Presse libre, 2000).

Adam Fairclough, Pour racheter l'âme de l'Amérique : la Southern Christian Leadership Conference et Martin Luther King, Jr. Nouvelle éd. (2001 Athènes : University of Georgia Press, 1987).

David J. Garrow, Porter la croix : Martin Luther King, Jr., et la Southern Christian Leadership Conference Réimpression éd. (2004 New York : Morrow, 1986).

David J. Garrow, Le FBI et Martin Luther King, Jr. : De "Solo" à Memphis (New York : Norton, 1981).

John A. Kirk, Martin Luther King Jr. : Profils au pouvoir (New York : Longman, 2004).

Laura T. McCarty, Coretta Scott King : une biographie (Santa Barbara, Californie : ABC-Clio, 2009).

David S. Williams, Des tumulus aux méga-églises : le patrimoine religieux de Géorgie (Athènes : University of Georgia Press, 2008).


[Histoire qui s'est produite ce jour-là] : la maison de Martin Luther King Jr. bombardée

Le 30 janvier 1956, un terroriste suprémaciste blanc non identifié a bombardé la maison à Montgomery du révérend Dr Martin Luther King, Jr. Personne n'a été blessé, mais l'explosion a indigné la communauté et a été un test majeur de l'engagement inébranlable de King en faveur de la non-violence.

King était relativement nouveau à Montgomery, en Alabama, mais s'était rapidement impliqué dans la lutte pour les droits civiques là-bas. Il était l'un des principaux organisateurs du boycott des bus de Montgomery, qui a commencé en décembre 1955 après l'arrestation de la militante Rosa Parks pour avoir refusé de céder sa place dans un bus de ville à un passager blanc. Le boycott a apporté à King une reconnaissance nationale, mais a également fait de lui une cible des suprémacistes blancs. Il parlait dans une église voisine le soir du 30 janvier lorsqu'un homme s'est arrêté dans une voiture, s'est dirigé vers la maison de King et a lancé un explosif sur le porche. La bombe a explosé, endommageant la maison, mais n'a pas blessé la femme de King, Coretta Scott King, qui était à l'intérieur avec la fille du couple, Yolanda, âgée de sept mois.

La nouvelle de l'attentat s'est rapidement propagée et une foule en colère s'est rapidement rassemblée devant la maison de King. Quelques minutes après que sa maison ait été bombardée, debout à quelques mètres du site de l'explosion, King a prêché la non-violence. "Je veux que vous aimiez nos ennemis", a-t-il déclaré à ses partisans. "Soyez bon avec eux, aimez-les et faites-leur savoir que vous les aimez." C'était un excellent exemple de la croyance profondément ancrée de King dans la non-violence, car ce qui aurait pu être une émeute est plutôt devenu une démonstration puissante des idéaux les plus élevés du mouvement des droits civiques.

La maison de Martin Luther King Jr. est bombardée
Le 30 janvier 1956, un terroriste suprémaciste blanc non identifié a bombardé la maison à Montgomery du révérend Dr Martin Luther King, Jr. Personne n'a été blessé, mais l'explosion a indigné la communauté et a été un test majeur de l'engagement indéfectible de King à la non-violence.

King était relativement nouveau à Montgomery, en Alabama, mais s'était rapidement impliqué dans la lutte pour les droits civiques là-bas. Il était l'un des principaux organisateurs du boycott des bus de Montgomery, qui a commencé en décembre 1955 après l'arrestation de la militante Rosa Parks pour avoir refusé de céder sa place dans un bus de ville à un passager blanc. Le boycott a apporté à King une reconnaissance nationale, mais a également fait de lui une cible des suprémacistes blancs. Il parlait dans une église voisine le soir du 30 janvier lorsqu'un homme s'est arrêté dans une voiture, s'est dirigé vers la maison de King et a lancé un explosif sur le porche. La bombe a explosé, endommageant la maison, mais n'a pas blessé la femme de King, Coretta Scott King, qui était à l'intérieur avec la fille du couple, Yolanda, âgée de sept mois.

La nouvelle de l'attentat s'est rapidement propagée et une foule en colère s'est rapidement rassemblée devant la maison de King. Quelques minutes après que sa maison ait été bombardée, à quelques mètres du lieu de l'explosion, King a prêché la non-violence. "Je veux que vous aimiez nos ennemis", a-t-il déclaré à ses partisans. "Soyez bon avec eux, aimez-les et faites-leur savoir que vous les aimez." C'était un excellent exemple de la croyance profondément ancrée de King dans la non-violence, car ce qui aurait pu être une émeute est plutôt devenu une démonstration puissante des idéaux les plus élevés du mouvement des droits civiques.

King a ajouté que « si je suis arrêté, ce mouvement ne s'arrêtera pas », un sentiment qu'il a répété tout au long de sa vie. Plus tard cette même année, alors que le boycott était toujours en vigueur, quelqu'un a tiré un coup de fusil de chasse au domicile des Kings, et ils ont continué à recevoir des menaces de mort et des intimidations, y compris une lettre de menace du Federal Bureau of Investigation, jusqu'à ce que King soit assassiné en 1968. L'attentat à la bombe n'était qu'un chapitre d'une longue histoire de violence contre les leaders des droits civiques et les Afro-Américains qui se poursuit à ce jour. Les attentats à la bombe, les fusillades et les incendies criminels dans des églises afro-américaines restent scandaleusement courants aux États-Unis – un massacre commis par un suprémaciste blanc dans une église de Charleston, en Caroline du Sud, a fait neuf morts en 2015, et en 2019, le fils d'un adjoint du shérif local a été arrêté. et accusé d'une série d'incendies criminels contre des églises afro-américaines en Louisiane

King a ajouté que « si je suis arrêté, ce mouvement ne s'arrêtera pas », un sentiment qu'il a répété tout au long de sa vie. Plus tard la même année, alors que le boycott était toujours en vigueur, quelqu'un a tiré avec un fusil de chasse sur le domicile des Kings, et ils ont continué à recevoir des menaces de mort et des intimidations, y compris une lettre de menace du Federal Bureau of Investigation, jusqu'à ce que King soit assassiné en 1968. L'attentat à la bombe n'était qu'un chapitre d'une longue histoire de violence contre les leaders des droits civiques et les Afro-Américains qui se poursuit à ce jour. Les attentats à la bombe, les fusillades et les incendies criminels dans des églises afro-américaines restent scandaleusement courants aux États-Unis – un massacre commis par un suprémaciste blanc dans une église de Charleston, en Caroline du Sud, a fait neuf morts en 2015, et en 2019, le fils d'un adjoint du shérif local a été arrêté. et accusé d'une série d'incendies criminels contre des églises afro-américaines en Louisiane


Les années roi

1929 Martin Luther King, Jr. est né le 15 janvier à midi, du révérend et de Mme Martin Luther King, Sr., dans leur maison du 501 Auburn Avenue à Atlanta, en Géorgie.

1944 MLK remporte un concours oratoire le 17 avril avec un discours intitulé « Le Noir et la Constitution ». À quinze ans, il est diplômé de la Booker T. Washington High School et est admis au Morehouse College (Atlanta) le 20 septembre.

1948 MLK est ordonné le 25 février à l'âge de dix-neuf ans en tant que ministre à l'église baptiste d'Ebenezer, son père en est le pasteur. MLK a obtenu son diplôme en sociologie du Morehouse College le 8 juin. Il entre au Crozer Theological Seminary (Pennsylvanie) le 14 septembre.

1951 MLK reçoit un baccalauréat en théologie de Crozer le 8 mai et entend sa première conférence sur Gandhi. Il entre à l'Université de Boston pour des études supérieures en théologie le 13 septembre.

1953 Coretta Scott et MLK se marient à Marion, Alabama, le 18 juin. Martin Luther King, Sr., officie lors de la cérémonie.

1954 MLK prononce son premier sermon de procès à l'église baptiste Dexter Avenue à Montgomery, en Alabama, le 24 janvier. Le 31 octobre, il en devient le pasteur.

1955 MLK obtient le 5 juin un doctorat en philosophie en théologie systématique de l'Université de Boston. Son sujet de thèse : « A Comparison of God in the Thinking of Paul Tillich and Henry Wiseman. » MLK est élu le 26 août au comité exécutif de la NAACP de Montgomery. Après l'arrestation de Rosa Parks le 1er décembre pour avoir refusé de céder sa place dans un bus séparé, il rejoint le boycott des bus. Le 5 décembre, MLK est élu président de la Montgomery Improvement Association et devient le porte-parole et le leader du boycott des bus.

1956 Le 26 janvier, MLK est arrêté dans le cadre d'une campagne « Get Tough » pour intimider les boycotteurs de bus. Le 30 janvier, sa maison est bombardée. Il plaide avec succès le calme devant une foule vengeresse de voisins rassemblés devant son domicile. Le 13 novembre, la Cour suprême déclare que la ségrégation dans les bus est illégale. Après que le noir Montgomery ait marché pendant plus d'un an dans le cadre du boycott, le matin du 21 décembre, MLK est l'un des premiers passagers à monter dans les bus nouvellement intégrés.

1957 MLK forme la Southern Christian Leadership Conference (SCLC) pour lutter contre la ségrégation et atteindre les droits civils, et le 14 février devient son premier président. Lui et Coretta assistent aux cérémonies de minuit à Accra le 6 mars, marquant l'indépendance du Ghana. Le 17 mai, à Washington, D.C., MLK s'adresse à une foule de quinze mille personnes lors du pèlerinage de prière pour la liberté afin d'étendre les droits civils. Le 27 septembre, en partie en réponse au pèlerinage de prière, le Congrès américain adopte la première loi sur les droits civiques depuis la Reconstruction.

1958 Le premier livre de MLK, Stride Toward Freedom, est publié le 17 septembre. Lors d'une séance de dédicace à Harlem le 20 septembre, MLK est presque tué lorsqu'il est poignardé par un agresseur. Avec d'autres leaders des droits civiques, il rencontre le 23 juin le président Dwight D. Eisenhower pour discuter des problèmes affectant les Noirs américains.

1959 MLK et Coretta font un pèlerinage en Inde le 2 février et y passent un mois en tant qu'invités du Premier ministre Jawaharlal Nehru pour étudier la philosophie de la non-violence du Mahatma Gandhi et rendre hommage à son sanctuaire. Le 29 novembre, MLK annonce sa démission, à compter du 1er janvier, en tant que pasteur de l'église baptiste de l'avenue Dexter pour se concentrer à plein temps sur le travail des droits civiques. Il s'installe à Atlanta pour diriger les activités du SCLC.

1960 Le 20 janvier, MLK déménage à Atlanta et devient co-pasteur, avec son père, à l'église baptiste Ebenezer. Les sit-in au comptoir du déjeuner commencent le 1er février à Greensboro, en Caroline du Nord. Le Student Nonviolent Coordinating Committee est fondé le 15 avril pour coordonner les manifestations étudiantes à l'Université Shaw à Raleigh, en Caroline du Nord, et ailleurs. MLK est le conférencier principal de l'événement. A Atlanta, le 19 octobre, MLK est arrêté lors d'un sit-in en attendant d'être servi dans un restaurant. Il est condamné à quatre mois de prison, mais après l'intervention du candidat présidentiel John Kennedy et de son frère Robert Kennedy, MLK est libéré.

1961 Le 4 mai, peu de temps après que la Cour suprême a interdit la ségrégation dans les transports inter-États, les manifestants du Congrès sur l'égalité raciale (CORE) commencent le premier Freedom Ride à travers le Sud, voyageant en tant que groupe racialement mélangé dans un bus Greyhound. Le 21 mai, MLK s'adresse à un rassemblement de masse en soutien à un autre groupe de Freedom Riders dans une église assiégée par la foule à Montgomery, en Alabama. En novembre, l'Interstate Commerce Commission interdit la ségrégation dans les déplacements interétatiques en réponse aux protestations des Freedom Riders. Le 15 décembre, MLK arrive à Albany, en Géorgie, à la demande du leader de la manifestation d'Albany, pour y déségréger les installations publiques. Le lendemain, lors d'une manifestation à laquelle assistaient sept cents manifestants, MLK est arrêté pour obstruction du trottoir et défilé sans autorisation.

1962 Suite à l'échec du mouvement d'Albany, en Géorgie, MLK est jugé et condamné le 10 juillet pour avoir dirigé la marche en décembre précédent. Il est à nouveau arrêté le 27 juillet et emprisonné pour avoir organisé une veillée de prière à Albany. Il sort de prison le 10 août et accepte d'y arrêter les manifestations. Le 16 octobre, il rencontre le président Kennedy à la Maison Blanche.

1963 Les manifestations de sit-in commencent en février à Birmingham, en Alabama. Le 3 avril, la campagne Birmingham est officiellement lancée. Le vendredi saint 12 avril, le commissaire de police Eugene "Bull" Connor arrête MLK et Ralph Abernathy pour avoir manifesté sans permis. Pendant les jours qu'il passe en prison, MLK écrit son historique "Lettre de la prison de Birmingham". Le 19 avril, MLK et Abernathy sont libérés sous caution. Du 2 au 7 mai, la police de Birmingham utilise des lances à incendie et des chiens contre la croisade des enfants. Plus d'un millier de manifestants, pour la plupart des lycéens, sont emprisonnés. Les dirigeants de la protestation suspendent les manifestations de masse alors que les négociations commencent le 8 mai. Deux jours plus tard, l'accord de Birmingham est annoncé. Les magasins, les restaurants et les écoles seront désagrégés à l'embauche de Noirs et les charges retenues contre les manifestants seront abandonnées. Le lendemain du règlement, des ségrégationnistes bombardent le Gaston Motel où logeait MLK. Le 13 mai, les troupes fédérales arrivent à Birmingham. Les manifestations de Birmingham s'avèrent être le tournant de la guerre pour mettre fin à la ségrégation légale dans le Sud. Le 11 juin, le président Kennedy annonce une nouvelle législation sur les droits civiques. Kennedy est le premier président américain à déclarer publiquement que la ségrégation est légalement et moralement répréhensible. Le 23 juin, MLK conduit 125 000 personnes lors d'une marche pour la liberté à Détroit. La marche sur Washington pour l'emploi et la liberté du 28 août est la plus grande manifestation des droits civiques de l'histoire avec près de 250 000 marcheurs. MLK mène la marche pour l'emploi et la liberté. Les manifestants exigent la fin de la ségrégation soutenue par l'État et l'égalité des chances dans l'emploi. Lors de la marche, MLK prononce son discours mémorable "I Have a Dream". Le 15 septembre à Birmingham, une explosion de dynamite tue quatre filles noires fréquentant l'école du dimanche de la Sixteenth Street Baptist Church. MLK prononce l'éloge funèbre des quatre filles le 22 septembre. Le président Kennedy est assassiné le 22 novembre.

1964 Le 3 janvier, MLK apparaît sur la couverture du magazine Time en tant qu'homme de l'année. MLK est arrêté pour protester contre l'intégration de logements publics à St. Augustine, en Floride, le 11 juin. James Chaney, Andrew Goodman et Michael Schwerner, trois défenseurs des droits civiques qui ont tenté d'inscrire les électeurs noirs pendant l'été de la liberté, sont portés disparus le 21 juin. MLK assiste à la cérémonie de signature du Civil Rights Act de 1964 à la Maison Blanche le 2 juillet. Le FBI trouve les corps des militants des droits civiques enterrés non loin de Philadelphie, Mississippi. Le 10 décembre, à trente-cinq ans, MLK devient la plus jeune personne à recevoir le prix Nobel de la paix.

1965 Le 2 février, MLK est arrêté à Selma, en Alabama, lors d'une manifestation pour le droit de vote. Des manifestants en marche sont battus au pont Pettus par les patrouilleurs de la route nationale et les adjoints du shérif le 7 mars. En réaction aux coups brutaux, le président Johnson s'adresse à la nation, décrit l'acte de droit de vote qu'il soumettra au Congrès, et utilise le slogan rendu célèbre par le mouvement des droits civiques : « We Shall Overcome. Les troupes fédérales sont mobilisées du 21 au 25 mars pour protéger plus de trois mille manifestants marchant de Selma à Montgomery. MLK, qui a dirigé la marche, s'adresse à une foule de plus de vingt-cinq mille partisans devant le berceau de la Confédération, le Capitole de l'État de l'Alabama. Le 6 août, le Voting Rights Act de 1965 est signé par le président Johnson et MLK reçoit l'un des stylos.

1966 Le 22 janvier, MLK emménage dans un immeuble de Chicago pour attirer l'attention sur les conditions de vie des pauvres. Au printemps, il visite l'Alabama pour aider à élire des responsables noirs en vertu de la nouvelle loi sur les droits de vote. Le 10 juillet, MLK initie un effort pour faire de Chicago une ville ouverte en matière de logement. James Meredith est abattu lors de la marche contre la peur de MLK, le 6 juin. MLK et d'autres continuent la marche. Le 5 août, alors qu'il dirige une marche à travers Chicago, MLK est lapidé par une foule de Blancs en colère.

1967 Le 4 avril, MLK prononce son premier discours public contre la guerre à l'église Riverside de New York. Le 15 avril, à l'ombre du bâtiment des Nations Unies, il prononce un discours contre la guerre du Vietnam lors de ce qui devient la plus grande manifestation pour la paix de l'histoire du pays. Le ministère de la Justice rapporte qu'au 6 juillet, plus de 50% de tous les électeurs noirs éligibles sont désormais inscrits pour voter dans le Mississippi, la Géorgie, l'Alabama, la Louisiane et la Caroline du Sud. La Cour suprême confirme une condamnation de MLK par un tribunal de Birmingham pour avoir manifesté sans permis. À partir du 30 octobre, MLK passe quatre jours dans une prison de Birmingham. Le 27 novembre, MLK annonce le lancement de la campagne des pauvres en mettant l'accent sur l'emploi et la liberté pour les pauvres de toutes races.

1968 MLK annonce que la campagne des pauvres se terminera par une marche sur Washington pour exiger une déclaration des droits économiques de 12 milliards de dollars garantissant l'emploi aux personnes valides, des revenus à ceux qui ne peuvent pas travailler et la fin de la discrimination en matière de logement. Le 18 mars, MLK s'adresse aux travailleurs de l'assainissement en grève à Memphis, Tennessee, et accepte de les soutenir. Le 28 mars, MLK mène une marche qui tourne à la violence. Il est consterné par la violence mais jure de marcher à nouveau après que les manifestants auront appris la discipline. Le 3 avril, MLK prononce le discours "I've Been to the Mountaintop" au Memphis Masonic Temple. Au coucher du soleil le 4 avril, le tireur d'élite James Earl Ray tue MLK alors que le leader des droits civiques se tient sur un balcon du Lorraine Motel à Memphis. Ray est plus tard condamné pour le meurtre, qui déclenche des émeutes et des troubles dans 130 villes américaines et se traduit par 20 000 arrestations. Les funérailles de MLK, le 9 avril à Atlanta, sont un événement international, et son cercueil est transporté sur une charrette à mules suivi par plus de 50 000 personnes en deuil. Moins d'une semaine après l'assassinat, l'Open Housing Act est adopté par le Congrès.

1986 Le 2 novembre, l'anniversaire de MLK, le 15 janvier, est déclaré fête nationale.

2011 L'inauguration du Dr. Martin Luther King, Jr. Memorial a lieu à Washington, D.C., du 26 au 28 août.

Chronologie de MLK : Une célébration en Parole et Image présenté par Charles Johnson, édité par Bob Adelman


3: Martin Luther King Jr. sur la conquête de la peur

Remarque : The Humanity Archive est enregistré pour être entendu et ressenti. Si vous le pouvez, nous vous suggérons fortement d'écouter l'audio. L'écriture ne peut pas produire l'émotion du spectacle enregistré. Les transcriptions sont faites avant la production du spectacle, elles ne sont donc pas mot pour mot. Veuillez vérifier l'audio correspondant avant de citer sur papier.

Le 20 septembre 1958, Martin Luther King, 29 ans, était dans le grand magasin Blumstein à Harlem. Et je me demande s'il s'est rendu compte que 24 ans plus tôt, chez Blumstein, c'était le point de départ d'une lutte pour les droits civiques similaire à la sienne. Voyez-vous, en 1934, c'était l'endroit où se déroulait la campagne « Achetez où vous pouvez travailler ». 75% des ventes des magasins Blumstein étaient destinées à des Noirs. Pourtant, ils ne pouvaient pas y travailler comme commis ou caissiers. Maintenant, des milliers de personnes ont protesté. Inutile de dire qu'ils ont embauché des Noirs peu de temps après.

Alors, King était assis ici dans ce même magasin, signant des exemplaires de son livre, Stride Toward Freedom. Le livre, dans tous ses détails, était le récit intime de King sur la façon dont lui-même et 50 000 autres se sont battus pour les droits civils avec une résistance non violente. Et en 1955, comment ils ont organisé le boycott des bus de Montgomery, qui a connu un succès surprenant. Je ne peux toujours pas contenir ma fascination pour l'ironie ici qu'il était maintenant assis dans un magasin qui a été boycotté pour la même chose qu'il a boycotté. Arrêtez-vous sur ce fait intéressant, car il y a une raison plus importante pour laquelle la signature du livre de King ne se déroulerait pas comme prévu.

Vous voyez, ce qui a été organisé pour être un événement léger, c'est une séance de dédicaces. Un endroit où il pourrait en quelque sorte se détendre pendant une minute de tous les droits civiques en lutte et s'engager avec de nouveaux lecteurs et saluer ses fans et ses admirateurs. Cela prendrait une tournure sombre alors que King saluait et signait des livres, une femme sans prétention de 42 ans s'approcha de lui. Elle portait un costume élégant, des lunettes de chat, un collier et des boucles d'oreilles, et elle portait un grand sac à main noir. Et elle a demandé, 'êtes-vous, Martin Luther King?' Quand il a répondu oui. Elle a dit que tu m'ennuyais depuis longtemps. Puis elle plongea un coupe-papier au fond de sa poitrine.

Cette femme a ensuite été identifiée comme Izola Curry. Originaire de Géorgie. Elle avait déménagé à New York pour travailler. On ne sait pas grand-chose d'elle, mais elle s'est révélée plus tard schizophrène. Et elle avait longtemps pensé que King et la NAACP la surveillaient en permanence. Elle pensait qu'ils étaient ses ennemis. Les photos de Curry dans le New York Daily News que j'ai vues, j'ai été choqué. Je veux dire, elle était profondément perturbée dans ses expressions faciales, mais par son apparence, je n'aurais même jamais pensé qu'elle pouvait tuer quelqu'un. Elle ressemblait juste à cette modeste, gentille, légèrement au-dessus d'une femme noire d'âge moyen qui se rendait à l'église, pas à quelqu'un qui est sur le chemin de la prison pour tentative de meurtre de Martin Luther King, Jr.

Maintenant, je ne peux pas commencer à imaginer ce que c'est que d'être poignardé, mais j'ai lu des récits où les gens disent qu'ils n'ont rien ressenti du tout, principalement à cause du choc et de l'adrénaline. Et puis les récits portent également sur des choses comme s'ils sentaient chaque millimètre d'acier entrer dans leur corps et cette expérience douloureuse. La police est arrivée sur les lieux pour trouver King assis sur une chaise. Il était abasourdi et la poignée en ivoire du coupe-papier dépassait encore juste en dessous de son col. Il a été transporté d'urgence à l'hôpital et les chirurgiens lui ont ouvert la poitrine et après une opération dangereuse, terminée à quelques centimètres de son cœur, il a survécu. Et King dit à ce sujet, « quand j'étais assez bien pour parler avec le Dr Aubre Maynard, le chef des chirurgiens qui a effectué l'opération délicate et dangereuse, j'ai appris la raison du long délai qui a précédé la chirurgie.

Il m'a dit que la pointe du rasoir de l'instrument avait touché mon aorte et que toute ma poitrine devait être ouverte pour l'extraire. "'Si vous aviez éternué pendant toutes ces heures d'attente, le Dr Maynard a dit que votre aorte aurait été perforée et que vous vous seriez noyé dans votre propre sang'" Curry passerait le reste de sa vie dans des établissements psychiatriques pour la tentative de meurtre de Roi. Elle n'est morte qu'en 2015 et elle est en grande partie perdue pour l'histoire. King à la manière typique de King que nous pouvons tenir pour acquis maintenant, il a rapidement abandonné l'offensive.

Il dit à la surprise de beaucoup qu'il a dit qu'il a pardonné à Curry. Maintenant, il est difficile pour la plupart d'entre nous d'imaginer ce genre de lâcher prise. Et je pense que notre réaction naturelle à être poignardé serait le ressentiment, n'est-ce pas ? Remboursement. Comme cette vengeance de la chanson de James Brown. Ces chansons populaires pour une raison. C'est ce que pensent la plupart d'entre nous. Mais vous devez imaginer la force morale, le courage, toutes ces choses qui seront nécessaires pour abandonner ces sentiments émotionnels très puissants que vous auriez envers quelqu'un s'il vous poignardait. Et puis, pour prendre cette décision, le pardon est l'attitude appropriée à adopter. Le roi a fait ça.

Sa philosophie de l'amour lui a permis de contourner l'amertume, la colère, la haine, le ressentiment qui auraient tourmenté beaucoup d'entre nous. King résistait régulièrement jusqu'à la mort avec la position la plus ferme qu'avec ce profond sentiment de pardon. Je pense donc que c'est quelqu'un qui était hautement qualifié pour conseiller les autres sur la façon de surmonter la peur. Ce sera le sujet du programme d'aujourd'hui. Dr King pour surmonter la peur.

Bienvenue à The Humanity Archive où nous explorons le passé, informons notre présent, en regardant le meilleur de l'humanité. Et parfois même nos pires exemples pour voir comment nous pouvons nous situer dans le présent et avancer vers un avenir meilleur et plus radieux. Nous ne considérons pas seulement l'histoire comme un rocher statique, mais une présence toujours fluide dans notre vie quotidienne et un moyen pour nous d'aller de l'avant. Je m'appelle Jermaine Fowler et je me sens tellement magnifique d'être assis ici et de vous parler en ce moment dans notre sujet d'aujourd'hui, c'est cette idée de reconnaître et d'affronter la peur.

J'ai eu l'idée de ce spectacle quand je lisais le livre de Martin Luther King, Jr, A Gift of Love. Et qui dire mieux que la personne qui a écrit l'avant du livre, un révérend du nom du Dr Raphael G. Warnock. Et il dit : « Alors que le Dr King se préparait pour la campagne de Birmingham au début de 1963. Il rédigea les derniers sermons de Strength to Love, un volume de ses homélies les plus connues. King avait commencé à travailler sur les sermons pendant quinze jours en prison à 1962 après avoir été arrêté pour avoir organisé une veillée de prière à l'extérieur de l'hôtel de ville d'Albany.

King et Ralph Abernathy ont partagé une cellule de prison pendant 15 jours. C'était selon King sale, sale et mal équipé, et le pire que j'aie jamais vu. Pendant qu'il était derrière les barreaux, il a passé un temps ininterrompu à préparer les brouillons d'un sermon classique, comme aimer ses ennemis, son amour et son action, et des rêves brisés, et a continué à travailler sur le volume après sa libération. »

Arrêté pour avoir tenu une veillée de prière. Si cela ne vous saute pas aux yeux, je ne sais pas ce qui le fera. Mais dans son livre, King en parle beaucoup. Mais la section sur les antidotes contre la peur m'a sauté aux yeux car je me suis souvent demandé pourquoi 40 millions d'Américains souffrent d'un trouble anxieux. Comme pourquoi avons-nous peur? TOC, TSPT, phobies, stress, etc. J'ai entendu une théorie qui dit que, alors que nous passons de plus en plus à une société de recherche de statut, motivée par l'argent, axée sur les matériaux, une culture de consommation, toutes ces choses augmentent notre anxiété.

Mais lorsque nous nous concentrons sur la communauté, la famille, une philosophie significative, notre anxiété diminue. Il y a donc une corrélation là. Alors que je lisais ceci, j'ai vu où King guide les lecteurs sur quatre étapes pour surmonter la peur. Je pense que quelque chose sera utile à beaucoup dans le public, utile pour moi, quelque chose que j'essaie d'intégrer dans ma philosophie quotidienne. Encore une fois, ici, nous essayons non seulement de regarder l'histoire comme si c'était un film, mais de voir comment nous pouvons utiliser l'histoire, la philosophie, les pensées et les aider à informer nos actions dans le présent. Et je sais que King est quelqu'un qui était très admiré, mais je n'entends pas beaucoup de gens parler de ses pensées ici, de sa philosophie ou de sa vision du monde.

Et c'est un peu ce que nous allons faire ici. Nous allons nous pencher un peu plus sur l'homme et sa philosophie de vie. Encore une fois, il guide les lecteurs sur ce qui est la première étape pour surmonter la peur. Et il dit, "nous devons d'abord sans broncher, faire face à nos peurs et honnêtement nous demander, pourquoi avons-nous peur? Cette confrontation nous donnera dans une certaine mesure le pouvoir. Nous ne serons jamais guéris de la peur par l'évasion ou la répression. Pour plus, nous tentons d'ignorer et de réprimer nos peurs plus nous multiplions nos conflits intérieurs. En regardant nos peurs directement et honnêtement, nous apprenons que beaucoup d'entre elles résident dans un besoin ou une appréhension de l'enfance en mettant nos peurs au premier plan de la conscience, nous pouvons les trouver être plus imaginaire que réel.

Certains d'entre eux se révéleront être des serpents sous le tapis. » C'était un homme attaqué sans relâche par les ségrégationnistes, les suprémacistes blancs et parfois ceux de sa propre race. Le Dr Martin Luther King incarnait le courage sous le feu comme quelqu'un qui avait reconnu le réel peurs. À un moment donné, il a été sauvagement frappé à coups de poing et de pied par un homme blanc alors qu'il était en colère qu'il s'inscrive en tant que premier invité noir d'un hôtel historique de l'Alabama, ou a-t-il répondu avec la force de l'amour ? Dans un autre cas, il marchait à Chicago. Il a été envahi par environ 700 manifestants blancs, lui lançant des briques, des bouteilles et des pierres. Et il a été frappé à la tête. Il est tombé presque inconscient.

Il y a une photo de ça. Vous pouvez le trouver en ligne dès maintenant. Puis il a retrouvé son calme et il a courageusement continué à diriger la protestation avec un culot déterminé. Imaginez-vous marcher dans une mer de fureur et de haine. Des personnes menaçant de véritables violences anti-noires à la simple pensée de l'autonomisation économique des Noirs. C'est à cela qu'il était allé contribuer. La pensée même de la déségrégation. King a dit : "Je n'ai jamais vu, même dans le Mississippi et l'Alabama, une foule aussi odieuse que j'en ai vue ici à Chicago." Beaucoup de gens aiment considérer le Nord comme une partie du pays plus libérale, pas tellement aux yeux de King.

Il a cependant enlevé sa cravate à ce moment-là et il a promis de continuer à manifester. Puis il a dit, "oui, c'est définitivement une société fermée. Nous allons en faire une société ouverte." Parlant de la séparation qu'il a vue entre les courses à Chicago. Parlant du manque d'opportunités qu'il a vu pour les Noirs à Chicago. Parlant du manque de mobilité ascendante des Noirs qu'il a vu à Chicago. Il a dit qu'il allait l'ouvrir pour eux. C'était là son rêve et sa vision. Et il y a beaucoup de ces cas où King fait face à la peur dans lequel il aurait dû reconnaître sa peur.

Des années plus tôt, sa maison avait été bombardée en 1956 et elle avait explosé sous le porche de sa maison à Montgomery, en Alabama, et sa femme Coretta était à l'intérieur. Personne n'a été blessé, mais imaginez le type de peur après quelque chose comme ça, qui pourrait être si débilitant. À l'époque, il avait 10 semaines pour diriger un boycott de bus, un boycott que ses ennemis ont juré d'écraser. Pourtant, même cela n'abattait pas son esprit. Essayez maintenant de penser à ce qu'il affrontait. Regarder la mort en face comme ça. Pour aller jusqu'à des organisations comme celle appelée The Anti Negro White Citizens Council.

Imaginez le Conseil des citoyens blancs anti-nègres. Il s'agissait d'un groupe du maire et du chef de la police et tous ces représentants du gouvernement faisaient ouvertement partie de ce groupe. Imaginez le courage d'affronter ce type d'ennemi. Et cela entre dans son deuxième point selon lequel le courage est toujours nécessaire chaque fois que vous voulez faire face à la peur. Comme nous tous, je suis sûr que King, il a dû lutter intérieurement contre la peur. Personne n'est intrépide à moins que vous ne soyez un sociopathe ou un psychopathe ou quelqu'un qui n'a aucun sentiment. Mais même s'il avait cette peur à l'intérieur, extérieurement, il semblait inébranlable. Il semblait impassible. Il semblait prêt à affronter une haine écrasante pour l'Amérique.

Et dans cet esprit, il considère comme un deuxième moyen que nous pouvons faire face à cette peur et c'est par le courage. Il dit, "nous pouvons maîtriser la peur grâce à l'une des vertus suprêmes connues de l'homme, le courage. Le courage est le pouvoir de l'esprit de surmonter la peur. Contrairement à l'anxiété, la peur a un objet défini qui peut être affronté, analysé, attaqué, et si doivent être endurés. Le courage, la détermination à ne pas être submergé par un objet, aussi effrayant soit-il, nous permet de résister à toute peur. Beaucoup de nos peurs ne sont pas de simples serpents sous le tapis. Le problème est une réalité dans l'étrange mélange de la vie Les dangers se cachent dans la circonférence de chaque action (14m 9s) :

Des accidents se produisent. Une mauvaise santé est une possibilité toujours menaçante. Et la mort est un fait brut, sinistre et inévitable de l'expérience humaine. Le courage est dans une résolution d'aller de l'avant malgré les obstacles et les situations effrayantes. La lâcheté est une soumission soumise aux circonstances. Les hommes courageux ne perdent jamais le goût de vivre, même si leur vie est sans entrain. Les hommes lâches accablés par les incertitudes de la vie, perdent l'envie de vivre. Nous devons constamment construire des digues de courage pour contenir le flot de la peur."

Think of those three solid examples that I just gave you of King facing his fears and living the advice that he is giving us himself. I imagine many of you face your own set of fears daily. Some more challenging than others. And I challenge you to remember this next time you face your next set of challenges and fears. To build up the dyke of courage against a flood of fears as King says. (15m 22s):

Now is the next point is that love is stronger. And he acknowledges that fear has many manifestations, right? Inward ones such as jealousy, hate, self-loathing, and depression, as well as outward ones such as segregation, human persecution, and war. With ongoing fear of death threats to his family, he admitted that he was tempted to carry a firearm. Think about Martin Luther King pistol-packing, toting a gun. Could anybody have blamed him if he did do this? I don't think so, but he knew it was against his nonviolent philosophy. He firmly asserted that the only counter to these fears was love even when much of America hated him.

I don't know if you've heard, but King wasn't as popular in his time then he is now, but he always maintained that even his detractors were his brothers and his sisters. He never let the extreme hate separate him from his belief that peaceful assertiveness was the only means to social change. Love at the foundation of his every action. Love causing him to criticize but not demonize. Love causing him to shed tears but not let those tears turn into rage-filled anger. Love at the basis of his conquering of fear. He says, "fear is mastered through love.

Hate is rooted in fear. And the only cure for fear hate is love. Is not fear one of the major causes of war? We say that war is a consequence of hate, but close scrutiny reveals this sequence. First fear, then hate, then war and finally deeper hatred. We are afraid of the superiority of other people, of failure, and of scorn, and disapproval of those opinions. So we most value envy, jealousy, a lack of self-confidence, a feeling of insecurity, and a haunting sense of inferiority are all rooted in fear. Is there a cure for these annoying theories that pervert our personal lives?

Oui. A deep and abiding commitment to the way of love. Perfect love casts out fear, hatred and bitterness can never cure the disease of fear, only love can do that."

I once heard someone say that, imagine if the people of the Civil Rights Movement let their anger take hold. Let their outrage take hold. Let their bitterness take hold. Let their resentment take hold. Picked up firearms. Let their resentment continue to be fueled. If this were to happen we may have a Black Al Qaeda in America. Terrorist cells everywhere in a continuous war against the American government. This didn't happen. It's due in part to this resounding principle of love that flowed throughout the movement.

This ability to take that resentment and make a different decision about it. Let that resentment bathe in the bath of love and then come forward as critical examination of America in a steadfast commitment to dialog, to protests, to boycott to these other means that would affect change.

Imagine if those are those of the Civil Rights Movement would have done otherwise. America would not be the same as it is today.

Now Martin Luther King, as we know, was a religious leader and he was someone with robust faith. He had a religious zeal and unflinching commitment to revolutionary Christianity. These are parts of King that are entrenched in his legacy and in his personality and in his movement. As a Baptist minister, he fought racism through a mixture of scripture and a hyper-social consciousness. And it's no wonder that his final antidote for fear is faith. And secular or non-secular, religious or non-religious, I think this idea can be applied to anyone. He isn't really talking about blind uncritical faith.

I don't think he is talking about that. He's talking about an acknowledgment of letting whatever your source of good, whether it be spiritual or philosophical, or even the love of your family be the wind at your back. With this idea that humans need faith that comes through spirituality he writes, "fear is mastered through faith. A common source of fear is an awareness of deficient resources in the consequent inadequacy for life. Abnormal fears and phobias that are expressed in neurotic anxiety may be cured by psychiatry, but the fear of death, nonbeing, and nothingness expressed in existential anxiety may be cured only by a positive religious faith.

A positive religious faith does not offer an illusion that we shall be exempt from pain and suffering, nor does it imbue us with the idea that life has a drama of a unalloyed comfort and untroubled ease. Rather it instills us with the inner equilibrium needed to face strains, burdens, and fears that inevitably come, and assures us that the universe is trustworthy and a God is concerned. Religion endows us with the conviction that we are not alone in this vast uncertain universe beneath and above the shifting sands of time. The uncertainties that darken our days and the vicissitudes that cloud our nights as a wise and loving God. That above the manyness of times stands the one eternal God with wisdom to guide us, strength to protect us, and love to keep us."

Though it almost seems blasphemous even to mention the word of God in any form in today's times in this technological, scientific era that we live in, most people favor the intellectual over the spiritual these days. I think this has been the reality throughout history. This is ebbing and flowing between the rational versus the spiritual, but at any rate King, he believed in God. And he thought that this religious faith was such an important part of facing fear that he read his Bible daily, preach sermons, committed his life to Christianity as a way of mitigating his fears.

And it brings me to the question, who do you believe in? Do you believe in yourself? Do you believe in God? Do you believe in Buddha? Do you believe in Mohammed? Whoever you believe in, or even if it's just in common good or your family, King is saying that this faith can help you overcome fear. Now, certainly, we will never fully eradicate our fear, nor should we. It is a nature-given response. It heightens our awareness. It helps us stay alive in dangerous situations. But the question then becomes is our fear paralyzing us or is it motivating us? I think that those deemed the greatest people in human history faced fear head-on.

They kept it at bay. And in Martin Luther King's case, they conquered it. And his book, A Gift of Love is a magnificent read in its entirety but the section on facing fear is a call to each and every one of us to live a life of courage and a life of fulfillment that we can only have if we face our fears.


Contenu

These places, critical to the interpretation of the life of Martin Luther King Jr. and his legacy as a leader of the American Civil Rights Movement, were originally included in the National Historic Site or National Historic Landmark listings first established on October 10, 1980. The site was expanded and designated as a national historical park through a bipartisan bill long championed by John Lewis and signed on January 8, 2018, by President Donald Trump. [3]

In total, the buildings included in the site make up 35 acres (0.14 km 2 ). The visitor center contains a museum that chronicles the American Civil Rights Movement and the path of Martin Luther King Jr. The King Center for Nonviolent Social Change includes the burial place of King, and his wife, activist Coretta Scott King. An 1894 firehouse (Fire Station No. 6) served the Sweet Auburn community until 1991, and now contains a gift shop and an exhibit on desegregation in the Atlanta Fire Department. The "I Have a Dream" International World Peace Rose Garden, and a memorial tribute to Mohandas K. Gandhi are part of the site, as is the "International Civil Rights Walk of Fame" which commemorates some of the courageous pioneers who worked for social justice.

In 2019, the National Park Foundation purchased the Life Home of Dr. Martin Luther King Jr. on Sunset Avenue, where the family moved in 1965, from the estate of Coretta Scott King and transferred it to the National Park Service for restoration before it is opened to the public as an expansion of the National Historic Park. [4]

Annual events celebrating Martin Luther King Jr. Day in January typically draw large crowds. Speakers have included Presidents of the United States, national and local politicians, and civil rights leaders. Remembrances are also held during Black History Month (February), and on the anniversary of King's April 4, 1968, assassination in Memphis, Tennessee.

The Martin Luther King Jr. Historic District, an area bounded roughly by Irwin, Randolph, Edgewood, Jackson, and Auburn avenues, was listed on the U.S. National Register of Historic Places on May 2, 1974. [1] [5] The district included Ebenezer Baptist Church, King's grave site and memorial, Dr. King's birthplace, shotgun row houses, Victorian houses, the Atlanta Baptist Preparatory Institute site, Our Lady of Lourdes Catholic Church, Fire Station No. 6, and the Triangle Building at the intersection of Old Wheat Street and Auburn Avenue. [5]

Much of the area was designated as a national historic landmark district on May 5, 1977. [2] The Trust for Public Land purchased 5 single-family homes along Auburn Avenue in the late 1970s, the same block Martin Luther King Jr. grew up on. [6] [7] The Trust for Public Land purchased more than a dozen properties over the next 20 years to create a parking lot as well as a pedestrian greenway to link the King district to the Jimmy Carter Presidential Center. [6] In 2008, The Trust for Public Land acquired one of the remaining historic properties in the neighborhood, on the corner of Auburn Avenue. [6]

By U.S. Congressional legislation, the site with associated buildings and gardens was authorized as a national historic site on October 10, 1980 it is administered by the National Park Service (NPS). [8] A 22.4-acre (91,000 m 2 ) area including 35 contributing properties was covered, including 22 previously included in the NRHP historic district. [8] The area covered in the NRHP designation was enlarged on June 12, 2001. [1] In 2018, it was redesignated as a national historical park, adding Prince Hall Masonic Temple to the protected area. [9]

The King Birth Home is located at 501 Auburn Avenue in the Sweet Auburn Historic District) . Built in 1895, it sits about a block east of Ebenezer Baptist Church. [10] King's maternal grandparents, Reverend Adam Daniel (A.D.) Williams, who was pastor of the Ebenezer Baptist Church, and his wife, Jennie Williams, bought the house for $3,500 in 1909. In 1926, when King's father married Alberta Williams, the couple moved into the house, where King Jr. was born in 1929.

The King family lived in the house until 1941. [11] It was then converted into a two-family dwelling. The Rev. A. D. Williams King, Dr. King's brother, lived on the second floor in the 1950s and early 1960s.

The first level includes the front porch, parlor, study, dining room, kitchen, laundry, bedroom and a bathroom. The second level includes four bedrooms and a bathroom. The visitor center offers free tours of the house led by National Park Service rangers, but with limited availability. [12]

In 1968, after King's death, Coretta Scott King founded the Martin Luther King Jr. Center for Nonviolent Social Change (a.k.a. the King Center). [13] Since 1981, the center has been housed in a building that is part of the King complex located on Auburn Avenue adjacent to Ebenezer Baptist Church. [14]

In 1977, a memorial tomb was dedicated to King. His remains were moved to the tomb, on a plaza between the center and the church. King's gravesite and a reflecting pool are located next to Freedom Hall. After her death, Mrs. King was interred with her husband on February 7, 2006. An eternal flame is located nearby.

Freedom Hall at 449 Auburn Avenue features exhibits about Dr. and Mrs. King, Mahatma Gandhi and American activist Rosa Parks. It hosts special events and programs associated with civil rights and social justice. It contains a Grand Foyer, large theater/conference auditorium, bookstore and resource center, and various works of art from across the globe. The Grand Foyer features art from Africa and Georgia. The paneling lining the staircase is from the sapeli tree, which grows in Nigeria.

In 1990, Behold, a statue honoring Martin Luther King Jr., was dedicated near Ebenezer Baptist Church. [15]

As of 2006, the King Center is a privately-owned inholding within the authorized boundaries of the park. The King family has debated among themselves as to whether they should sell it to the National Park Service to ensure preservation. [16]

The visitor center at 449 Auburn Avenue [17] was built in 1996 and features the multimedia exhibit Courage To Lead, which follows the parallel paths of Dr. Martin Luther King Jr. and the Civil Rights Movement. Visitors can also walk down a stylized "Freedom Road". Les Children of Courage exhibit, geared towards children, tells the story of the children of the Civil Rights Movement with a challenge to our youth today. Video programs are presented on a continuing basis and there is a staffed information desk. [18]

The statue of Mohandas Gandhi was donated by the Indian Council for Cultural Relations, India, in collaboration with The National Federation of Indian American Associations and The Embassy of India, USA. The inscribed bronze plaque reads: [19]

Nonviolence, to be a potent force, must begin with the mind. Nonviolence of the mere body without the cooperation of the mind is nonviolence of the weak of the cowardly, and has, therefore, no potency. It is a degrading performance. If we bear malice and hatred in our bosoms and pretend not to retaliate, it must recoil upon us and lead to our destruction.

Tribute to the Mahatma Gandhi was inevitable. If humanity is to progress, Gandhi is inescapable. He lived, thought and acted, inspired by the vision of humanity evolving toward a world of peace and harmony. We may ignore him at our own risk

The "International Civil Rights Walk of Fame" was created in 2004 and honors some of the participants in the Civil Rights Movement. The walk along the Promenade, includes footsteps, marked in granite and bronze. According to the National Park Service, the Walk of Fame was created to "pay homage to the "brave warriors" of justice who sacrificed and struggled to make equality a reality for all." The new addition to the area is expected to enhance the historic value of the area, enrich cultural heritage, and augment tourist attractions.

The "Walk of Fame" is the brainchild of Xernona Clayton, founder and executive producer of the renowned Trumpet Awards and a civil rights activist in her own right. Ms. Clayton said, "This is a lasting memorial to those whose contributions were testaments to the fact that human progress is neither automatic nor inevitable. This historic site will serve as a symbol of pride and a beacon of hope for all future generations. We are looking forward to building a monument to the civil struggle that depicts every step taken toward the goal of justice and the tireless exertions and passionate concern of these dedicated individuals." [20]

Located at 332 Auburn Avenue, the Prince Hall Masonic Temple is where the Southern Christian Leadership Conference (SCLC) established its initial headquarters in 1957. [21] This historic and distinguished civil rights organization was co-founded by Dr. King, who also served as its first president. Owned by the Most Worshipful Prince Hall Grand Lodge of Georgia, the building was included within the authorized boundary of the park in 2018.

The Martin Luther King Jr. National Historical Park honors the life of Dr. King


A sniper's bullet struck Martin Luther King Jr's neck, which caused his death.

The assassination took place at 6:05 pm on his second-floor balcony at the Lorraine Motel, a day after his speech on Memphis. As he was standing on the balcony, when a bullet from a sniper struck his neck. King was immediately sent to the hospital, only to be pronounced dead after an hour. Eventually, James Earl Ray got arrested for the assassination. A convicted felon and an American fugitive, King unfortunately made it to his long list of victims.


May 13, 2001: New York Times: FBI’s Failure to Turn Over Documents in Oklahoma City Bombing Case Feeds Conspiracy Theories

New York Times reporter David Stout observes that the FBI’s admitted failure to turn over documents to convicted Oklahoma City bomber Timothy McVeigh (see 8:35 a.m. - 9:02 a.m. April 19, 1995, June 2, 1997, and May 10-11, 2001) will fuel conspiracy theories that will last for years. Attorney General John Ashcroft admitted as much when he ordered a delay in McVeigh’s scheduled execution to review the incident, saying, “If any questions or doubts remain about this case, it would cast a permanent cloud over justice.” Stout writes: “But for some people the cloud has been there all along, and always will be. They will never accept the government’s assertion that the withholding of the documents was simple human, bureaucratic error. And so the 1995 bombing of a federal office building in Oklahoma City seems likely to join the assassinations of John F. Kennedy and the Rev. Dr. Martin Luther King Jr. as events whose truth—in the eyes of some Americans—is forever untold.” Charles Key, a former Oklahoma state legislator who has recently released a statement packed with assertions of a larger conspiracy and government malfeasance surrounding the bombing (see May 4, 2001), has been particularly vocal in his scorn over the document incident, and his contention that it is just part of a larger conspiracy by the government to cover up the truth behind the bombing. McVeigh’s former lawyer Stephen Jones seems to agree with Key in his recent book (see August 14-27, 1997) Others Unknown: Timothy McVeigh and the Oklahoma Bombing Conspiracy, Jones asserts: “The real story of the bombing, as the McVeigh defense pursued it, is complex, shadowy, and sinister. McVeigh, like the government, had its own reasons to keep it so. It stretches, web-like, from America’s heartland to the nation’s capital, the Far East, Europe, and the Middle East, and much of it remains a mystery.” Others go even farther in their beliefs. Charles Baldridge of Terre Haute, Indiana, where McVeigh is incarcerated awaiting execution, says, “I won’t say that McVeigh didn’t do it, but he wasn’t the brains, he wasn’t the one who orchestrated it.” Asked who orchestrated the bombing, Baldridge replies, “The government.” Many people believe that if the government did not actually plan and execute the bombing, it allowed it to happen, in order to use it as an excuse for passing anti-terrorism laws and curbing basic freedoms. Many of the same conspiracy theories that sprouted in the aftermath of the Branch Davidian tragedy (see April 19, 1993 and April 19, 1993 and After) are now appearing in the public discourse about the Oklahoma City bombing, Stout notes. [New York Times, 5/13/2001]


Was Martin Luther King Jr. a Republican or a Democrat? The Answer Is Complicated

M artin Luther King Jr.’s influence on American politics and his views about policy issues are a perennial topic of discussion around the time of his January 15 birthday and the Martin Luther King Jr. Day federal holiday. However, the civil-rights leader’s personal political party affiliation remains a mystery.

His niece Alveda King, an Evangelical supporter of President Donald Trump, has argued that her uncle was a Republican, like his father Martin Luther King, Sr., who was also a Baptist minister. That idea has been repeated often, but videos that claim to show that Martin Luther King, Jr. is Republican have been proven not to do so. King’s son Martin Luther King III said in 2008 that it’s “disingenuous” to insist he was when there is no evidence of him casting a Republican vote. “It is even more outrageous to suggest that he would support the Republican Party of today,” the younger King added, “which has spent so much time and effort trying to suppress African American votes in Florida and many other states.&rdquo

The idea that King would have been a registered Republican is not far-fetched, given the party’s history and its position in national politics in the 1950s, but scholars and those who knew him best say they can’t imagine that he would have supported Republican presidential candidates in the 1960s. In fact, King himself said he voted for Democrat Lyndon B. Johnson for President in 1964.

“I know of no one who has verified MLKJ’s party registration,” says Clayborne Carson, editor of King’s autobiography and Professor of History and Founding Director of The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute at Stanford University. “[He] may have been registered as a Republican and voted Democratic [in national elections].”

If he did so, Carson adds, he would have been doing what many black Southerners did at the time: in Georgia and Alabama, where King lived, the Democratic party was “staunchly segregationist” and few African Americans would have registered as Democrats, even as the party was changing when it came to federal politics. In the South, of the two, the Republican Party “was the least hostile” to them, Carson says.

The Republican Party had initially attracted many black voters by supporting ending slavery and enfranchising African Americans during the Civil War and Reconstruction. But in the late 1800s, as more western states joined the Union, party leaders began to depend less on to wooing black southern votes. The parties would realign in the mid-20th century, as African-Americans moved North to cities where Democratic Party machines courted their votes, and they played a key role in electing Franklin D. Roosevelt during the Great Depression.

Another reason to believe that King would have supported Democratic presidential candidates can be seen in an incident that took place just before Democrat John F. Kennedy was elected in 1960. That October, King was arrested during a sit-in to protest the segregation of an Atlanta department store’s eating areas. A judge sentenced King to six months of hard labor, but Kennedy called the Georgia Governor and asked him to find a way to get King out. He also called King’s wife Coretta, who was pregnant with their third child, to express his sympathies. &ldquoI just wanted you to know that I was thinking about you and Dr. King,&rdquo he told her. &ldquoIf there is anything I can do to help, please feel free to call on me.&rdquo

The judge announced King’s release on Oct. 27. King announced on Nov. 1 that, while he would not be officially endorsing a candidate so that he “could be free to be critical of both parties when necessary,” he was grateful to Senator Kennedy for the “genuine concern he expressed in my arrest.”

“Senator Kennedy exhibited moral courage of a high order,” King said at the time. “He voluntarily expresses his position effectively and took an active and articulate stand for a just resolution. I hope that this example of Senator Kennedy’s courage will be a lesson deeply learned and consistently applied by all as we move forward in a non-violent but resolute spirit to achieve rapidly proper standards of humanity and justice in our swiftly evolving world.”

King’s father, Martin Luther King Sr., did endorse Kennedy. And Kennedy won the election, thanks in part to winning over about 70% of the black vote.


From the archive, 24 May 1961: Martin Luther King unmoved by death threats

It seems a stroke of luck for the United States that the Negroes' leader in Montgomery, Alabama, during the present crisis is a scholarly Baptist minister whose hero is Mahatma Gandhi. He might well have been a black Huey Long or some such political boss of the kind who tries to hold hate-the-white demonstrations in Harlem (and - luckily again - finds little support there). That he is the Rev. Martin Luther King is an assurance that the worst the segregationists can do will be grimly put into perspective and that the extremes of the one side will not lead to extremes on the other - if he can help it.

When Mr King preached to a frightened Negro crowd in a besieged Montgomery church the other day, it was no new situation for him. Only a few years ago a bomb was tossed outside his living-room and threats to his life have become as common in his mail as messages of support from individuals in all the states. After the first threats against his family, he was tempted to carry a gun and then quickly rejected the idea. "How could I have claimed to be the leader of a non-violence movement then?" il expliqua. For a brief time his wife took their infant daughter to live in Atlanta, Georgia, but soon returned to Montgomery. The Kings - like so many Negroes in the Deep South - have learnt to live with the threat of violence hanging over them, an uneasy condition in some ways, one is tempted to think, like that of the Jews in Nazi Germany.

Yet if you make such a comparison, Mr King is the first to reject it. "We are fighting segregation, not persecution," he says, and the "fighting" for him is in the spiritual field quite as much as in the day-to-day one of Montgomery. Since his leadership filled the feud-ridden vacuum in the Negro community of Montgomery, he has steadily preached what he learnt from his father, who is also a Baptist minister, and from his study of Gandhi's works and example.

"The strong man is the man who can stand up for his rights and not hit back" is what he has impressed on his followers, and the success of his teaching is reflected in the calm, stoical bearing of the young Negroes wherever they try to claim their constitutional rights - whether at lunch-counters, in the buses, or in the schools. The minority of the whites may be crazily hate-filled and psychologically upset, the majority at the best superior and apathetic, but the Negroes under Mr King's leadership have shown a dignity and a restraint that should put the US in their debt for generations - were it not for the fact that their bearing is partly the result of their appreciation that they are one with the whites in being fellow-Americans. They realise what the whites against them rarely do: that if either of them wrecks the nation in inter-racial conflicts all of them will go down.

This America-first attitude is typical of most of the Negro leadership nationally, for it has managed to organise a country-wide advancement programme for Negroes - that is, get rid of segregation - without forming a separate political party. The Negro leaders have been shrewd enough to realise that to get into party politics as a Negro group would merely further segregation rather than achieve their ideal of the opposite. They have been lucky on most fronts in having men who have been able to overcome their bitter heritage in making their decisions. At headquarters great tacticians like Thurgood Marshall, the constitutional lawyer in the field men to set the example like Martin Luther King.

He has stirred not only his fellow-Negroes but - and this may be his greatest achievement - some of the whites. The white ministers in many areas had made no effort either because they believed in segregation or because their congregations were apparently unconvertible. A priest said recently in New Orleans, for example, that "you tell them segregation is sinful and they just look at you." Now some of the apparently apathetic ministers are following Mr King's example and perhaps the trickle will become a river. "No matter how low somebody sinks into racial bigotry, he can be redeemed," insists Mr King, and his opponents hate him for it. It is bad enough to be beaten but worse to be forgiven.