Aditionellement

Le Raid Bruneval

Le Raid Bruneval

Le raid de Bruneval, effectué en 1942, était un raid combiné contre un site radio allemand basé à Bruneval. Des parachutistes de la 1st Airborne Division, soutenus par la Royal Navy, ont mené l'attaque. Vers la fin de 1941, une maison isolée sur les falaises de Bruneval, près du Harve, a attiré l'attention du British Intelligence et des avions de reconnaissance de la RAF l'ont photographiée. Ces photographies montraient que les Allemands y avaient construit un récepteur de localisation radio. Ce récepteur était considéré comme responsable de la perte de nombreux bombardiers britanniques et il a également averti les Allemands de tout navire et avion alliés approchant des côtes de l'Europe occidentale. Par conséquent, il est devenu très important que le récepteur soit détruit dès que possible.

Le bâtiment était très fortement défendu de la mer, donc un raid commando était considéré comme trop risqué. La priorité de tout raid était de ramener en Grande-Bretagne autant de récepteurs que possible pour l'analyse - et tous les techniciens qui l'ont opéré. Tout raid commando aurait donné trop d'avertissement aux Allemands et il est très probable que le récepteur aurait été détruit.

Le 8 janvier 1942, Lord Louis Mountbatten, chef des opérations combinées, a demandé à la 1ère Division aéroportée si un tel raid était possible en utilisant des parachutistes. En fait, la 1ère Division aéroportée, bien que disposée à assumer la mission, n'était pas elle-même particulièrement bien placée en termes d'effectifs. Plutôt que de risquer la perte d'un bataillon complet formé, la Compagnie C du 2e Bataillon, dirigée par le major John Frost, a été choisie. Frost lui-même n'avait pas encore terminé son entraînement en parachute. Il en va de même pour un certain nombre de ses hommes. De plus, les moyens de les livrer à Bruneval, 38e Escadre de la RAF, n'étaient pas encore opérationnels. Par conséquent, le 51e Escadron, sous le commandement du commandant de l'escadre P Pickard, s'est vu confier la tâche.

Avec Frost et ses hommes, le sergent de section C W H Cox sautait également. En tant qu'expert radio, sa tâche consistait à rapporter diverses pièces de l'équipement de localisation radio. Le retrait de la compagnie C devait se faire par bateau. Le commandant F N Cook de la Royal Australian Navy devait diriger l'évacuation à l'aide de canonnières à moteur tandis que 32 hommes des Royal Fusiliers et des South Border Borderers devaient entrer avec des péniches de débarquement, ramasser les parachutistes et donner un feu de couverture si nécessaire.

La Compagnie C fit son dernier saut d'entraînement le 15 février 1942. Toutes les préparatifs furent compliqués par les rapports de la Résistance française selon lesquels le complexe de Bruneval était en train d'être renforcé par les Allemands. Trois blockhaus ont été observés en cours de construction et ils n'étaient qu'à 200 mètres du récepteur de localisation radio lui-même. C'était au-dessus des défenses déjà en place - six pieds d'épaisseur barbelés pour arrêter toute entrée / sortie de la plage, des postes de mitrailleuses et une garnison de 30 hommes. La Résistance a également signalé que les Allemands gardaient des troupes dans une ferme voisine.

Le raid lui-même n'avait qu'un seul critère de succès - ramener les pièces du récepteur en Grande-Bretagne pour analyse. Le plan prévoyait que la compagnie C se divise en trois forces distinctes. L'une était de garder le point d'évacuation. Les deux autres devaient attaquer le complexe - l'un les défenseurs, l'autre pour démanteler le récepteur tout en repoussant les Allemands. Le plan était de déposer les parachutistes quelque part derrière la maison de Bruneval pour leur permettre d'approcher le récepteur sans être détectés. Ironiquement, alors que le récepteur pourrait ramasser les bombardiers Whitley qui approchaient, il n'aurait pas été au courant de leur «cargaison».

Sur le papier, les parachutistes ont tous les avantages: surprise, habileté et savoir que l'échec se terminera par la mort ou des années en tant que prisonnier de guerre.

La nuit du 27 au 28 février a été bonne en ce qui concerne la météo. La force navale, dirigée par Cook, a navigué. Les bombardiers Whitley du 51e Escadron ont décollé de Thruxton pour le voyage de deux heures vers Bruneval. Le saut réel depuis les avions s'est déroulé sans incident et les hommes de la Compagnie C se sont réunis à un point de rendez-vous désigné. L'attaque sur leur cible a été rapide et clinique. Les occupants de la maison et la fosse radio avec le récepteur ont été tués. Puis une attaque est venue d'Allemands séjournant dans une ferme voisine appelée Le Presbytère. Pendant que Cox travaillait pour démanteler le récepteur, Frost a pris douze de ses hommes pour attaquer les Allemands à la ferme.

Après avoir fait face à cette attaque, Frost a conduit ses hommes à la plage. À 2 h 15, les parachutistes se sont rassemblés sur la plage, mais aucun contact n'a pu être établi avec la force navale de Cook. En fait, Cook avait ses propres problèmes. Deux destroyers allemands et deux E-bateaux étaient passés à moins d'un mile de ses bateaux. Après que ce problème soit passé, Cook a ramené ses canonnières à moteur - sous le feu des mitrailleuses allemandes depuis les falaises. Frost, ses hommes et leur précieuse cargaison (qui comprenait des prisonniers allemands) ont été transportés à bord de leur péniche de débarquement. Les canonnières à moteur ont ensuite regagné Portsmouth. Au lever du jour, des avions de chasse de la RAF se sont couverts contre une éventuelle attaque de la Luftwaffe.

Un jour plus tard, la preuve est venue que l'attaque a été un succès majeur. Un ouragan s'était approché de Bruneval sans être détecté et avait survolé l'ancien puits de réception avant que les Allemands ne puissent réagir. Le raid a également prouvé l'importance militaire d'un petit groupe d'hommes hautement qualifiés et l'impact qu'ils pouvaient avoir sur une cible spécifique lorsqu'ils se voyaient confier une tâche spécifique.


Voir la vidéo: The Bruneval Raid - Operation Biting Documentary (Octobre 2021).