Peuples, Nations, Evénements

Fonctionnement du système de justice pénale

Fonctionnement du système de justice pénale

Comment fonctionne le système de justice pénale? Le système de justice pénale est divisé en 3 sections nationales: le ministère de la Justice, qui supervise les magistrates 'courts, le Crown Court, les Appeals Courts, la Legal Services Commission et le National Offender Management Service (y compris les prisons et la probation); le Home Office, qui supervise la police et le bureau du procureur général, qui supervise le Crown Prosecution Service, le Serious Fraud Office et le Revenue and Customs Prosecutions Office.

La police enquête sur les cas en rassemblant des preuves qu'elle présente ensuite au ministère public qui décide ensuite de poursuivre ou non l'affaire. Si une affaire se poursuit, elle est ensuite renvoyée devant les différents tribunaux du pays, que ce soit au niveau des magistrats ou du tribunal de la Couronne. Dans certains cas, la police a le pouvoir d'émettre un avertissement ou une mise en garde à l'encontre d'un contrevenant et si cela se produit, le contrevenant ne se présentera pas devant un tribunal.

Le système de justice pénale (CJS) a pour but de rendre la justice pour tous, en condamnant et en punissant les coupables et en les aidant à arrêter de commettre des délits, tout en protégeant les innocents. Il est chargé de détecter les délits et de les traduire en justice; et exécuter les ordonnances des tribunaux, telles que la perception des amendes et la surveillance des sanctions communautaires et privatives de liberté.

Le CJS mesure sa performance à l'aide de 5 catégories ou «indicateurs»:

• Indicateur 1: traduire les délits en justice

• Indicateur 2: accroître la confiance du public

• Indicateur 3: Satisfaction des victimes et des témoins

• Indicateur 4: Lutter contre la disproportionnalité raciale

• Indicateur 5: Récupération d'actifs

Traduire les infractions en justice est une mesure clé de l'efficacité du CJS.

Une infraction aurait été traduite en justice lorsqu'un crime enregistré entraînerait la condamnation, la mise en garde, la délivrance d'un avis de pénalité pour trouble (PND), un avertissement ou la prise en considération d'une infraction (TIC).

L'indicateur 1 soutient l'amélioration des performances en matière de poursuites pour délits violents graves, sexuels et acquisitifs. Des données ont été publiées à la fois sur le volume de ces infractions traduites en justice et sur le volume des infractions enregistrées.

Il est important d'améliorer la confiance du public, car le CJS compte sur la coopération et la participation du public pour fonctionner efficacement. Le niveau de confiance du public dans le CJS est mesuré par une série de questions dans le British Crime Survey (BCS). Le BCS est une enquête continue auprès d'adultes âgés de 16 ans ou plus vivant dans des ménages privés en Angleterre et au Pays de Galles.

Deux questions servent de mesures clés du rendement:

• Dans quelle mesure êtes-vous confiant que le CJS dans son ensemble est efficace?

• Dans quelle mesure êtes-vous confiant que la CJS dans son ensemble est juste?

Le niveau de confiance du public pour chacune de ces mesures est défini comme la proportion de ceux qui se disent «très» ou «assez» confiants.

L'indicateur n ° 3 mesure dans quelle mesure les victimes et les témoins sont satisfaits du soutien qu'ils ont reçu de la police et d'autres organismes de justice pénale. L'indicateur a deux mesures liées:

• Satisfaction des victimes à l'égard de la police: elle évalue l'expérience des victimes de signaler un crime et la réponse initiale de la police. Elle est mesurée par des enquêtes auprès des victimes réalisées par les forces de police.

• Satisfaction des victimes et des témoins à l'égard du CJS: il évalue l'expérience des victimes et des témoins dans les cas où une accusation est portée ou qui est portée devant les tribunaux. Elle est mesurée au moyen de l'enquête sur l'expérience des témoins et des victimes (WAVES).

L'indicateur n ° 4 est mesuré par le déploiement du programme MDS (Minimum Data Set). Son objectif est d'équiper les LCJB d'un ensemble de données ethniques solides sur les expériences des suspects, des défendeurs et des délinquants, avec des conseils d'accompagnement sur l'utilisation et l'analyse des données.

Le MDS vise à habiliter le Local Criminal Justice Board (LCJB) à identifier les problèmes locaux de disproportion et à adapter des solutions efficaces qui fonctionneront pour eux. En plus du MDS, une série d'outils de diagnostic aident les LCJB à identifier et à traiter les causes de la disproportion dans les domaines qui ne sont pas couverts par le MDS ou qui sont particulièrement difficiles:

• Emploi (recrutement, rétention et progression)

• Poursuite des crimes de haine

• Satisfaction des victimes et des témoins

• Décisions de détermination de la peine

• Décisions de mise en liberté sous caution

• Arrestations

L'indicateur n ° 5 a pour but de rassurer le public que le crime ne paie pas; accroître la confiance du public; réduire les dommages; dissuader, perturber et détecter les criminels; supprimer les modèles de comportement criminel et garantir une indemnisation aux victimes d'actes criminels.

Le recouvrement d'avoirs comprend:

• Confiscation

• Confiscation d’argent

• Récupération civile et récupération fiscale

• Relance internationale

Les LCJB ont des cibles pour l'élément de confiscation.

Ordonnances de confiscation: les ordonnances de confiscation sont obtenues et exécutées par divers organismes aux niveaux local, régional et national. Au niveau local, les LCJB se sont fixé des objectifs pour la valeur collectée de l'exécution des décisions de confiscation ainsi que pour le volume et la valeur des nouvelles décisions de confiscation et de retenue obtenues au tribunal. Seuls le Service des tribunaux de Sa Majesté (NCSM) et la Direction du Service des poursuites de la Couronne (SPC) sont responsables de l'atteinte de l'objectif LCJB 2009/10.

Parallèlement aux indicateurs 1 à 5, les principaux domaines d'activité d'application de la loi sont mesurés pour surveiller l'exécution au niveau opérationnel afin de garantir que les délinquants se conforment aux peines et aux ordonnances du tribunal. Pour y parvenir, les LCJB se sont fixé des objectifs sur des mesures visant à améliorer la rapidité et l'efficacité avec lesquelles les infractions aux sanctions communautaires sont résolues et à améliorer la présence des accusés.

Sanctions financières: au cours des années précédentes, les LCJB s'étaient également fixé des objectifs pour l'application des amendes. Depuis 2009-2010, ces cibles appartiennent exclusivement au service des tribunaux de Sa Majesté (NCSM).

Gracieuseté de Lee Bryant, directeur de Sixth Form, Anglo-European School, Ingatestone, Essex