Podcasts d'histoire

Conditions de l'armistice

Conditions de l'armistice

Lorsque la délégation de la paix allemande est arrivée à une voie ferrée dans la forêt de Compiègne (voir photo) pour négocier les conditions d'un armistice le 8 novembree, ils ont constaté que les Alliés n'étaient pas d'humeur à négocier du tout. Le commandant suprême des Alliés, Ferdinand Foch, pensait qu'il n'était pas nécessaire de discuter des termes, car il voulait simplement dire aux Allemands, sous la direction de Matthias Erzberger, ce qu'ils allaient signer avec l'espoir qu'ils devraient signer. Dans ce Foch a été ironiquement aidé par le gouvernement allemand. La situation en Allemagne était telle que le gouvernement craignait des troubles sociaux majeurs causés par une pénurie alimentaire chronique. Ils ont donné à Erzberger l'ordre de signer tout ce que les Alliés placeraient devant lui. Donc à 05h10 le 11 novembree En 1918, il signe les 34 termes de l'armistice - aussi durs qu'il ait pu le croire.

Les principales conditions d'armistice étaient les suivantes:

  1. Toutes les terres occupées en Belgique, au Luxembourg et en France - plus l'Alsace-Lorraine, détenues depuis 1870 par l'Allemagne - devaient être évacuées dans les quatorze jours.
  1. Les Alliés devaient occuper des terres en Allemagne à l'ouest du Rhin et des têtes de pont sur la rive est du fleuve jusqu'à une profondeur de trente kilomètres.
  1. Les forces allemandes ont dû être retirées d'Autriche-Hongrie, de Roumanie et de Turquie.
  1. L'Allemagne devait céder aux ports neutres ou alliés 10 cuirassés, 6 croiseurs de bataille, 8 croiseurs et 160 sous-marins.
  1. L'Allemagne devait également être dépouillée d'armes lourdes, dont 5 000 pièces d'artillerie, 25 000 mitrailleuses et 2 000 avions.
  1. Le blocus naval se poursuivra.
  1. 5 000 locomotives, 150 000 wagons et 5 000 camions seraient confisqués à l'Allemagne.
  1. L'Allemagne serait blâmée pour la guerre et des réparations seraient versées pour tous les dommages causés.

Beaucoup de ces termes devaient former la base du traité de Versailles.